m4s0n501

Raoued (Tunisie): L’armée et la police expulsent les squatters de la SNIT

Raoued, Tunisie, le 6 sept. 2012

Divers articles de la presse mainstream tunisienne relatent l’opération d’expulsion menée le 6 septembre dernier à l’encontre de dizaines de squatters d’une cité de Raoued, qualifiant parfois les squatters de « salafistes » pour mieux les discréditer:

- Tunisie – Scènes de guerre entre forces de l’ordre et squatteurs salafistes à Raoued
Business News – 7 septembre 2012

Le quartier Nour Jaâfar à Raoued, squatté essentiellement par des citoyens apparentés à la mouvance salafiste, a été évacué par la force, par l’armée et la police, après que le ministère de l’Intérieur ait publié un communiqué, hier 6 septembre 2012, annonçant cette évacuation.

Le même ministère de l’Intérieur a publié, ce vendredi 7 septembre 2012, des photos sur sa page officielle Facebook, montrant des affrontements violents entre les forces de l’ordre et les habitants. Parmi ces habitants, une photo montre Yassine Bdiri, le jeune homme qui avait remplacé le drapeau tunisien par le drapeau noir des salafistes, lors de la polémique du port du niqab à l’université de La Manouba. Ce dernier aurait donc été arrêté par des policiers en civil lors de ces heurts.

Toujours selon les images publiées par le ministère de l’Intérieur, plusieurs personnes, en majorité barbues, ont été arrêtées. D’autres ont été prises en photo en train de décharger calmement leurs effets dans des camions de déménagement. Face aux squatteurs, des tanks de l’armée ont également été déployés et les images montrent des barrages faits de blocs de pierre ou de pneus ou autres objets en flamme.

Notons que le ministère de l’Intérieur a procédé à quelques retouches sur les photos, comparativement au même type de photos qu’il avait précédemment publié, notamment lors de la descente policière musclée à la cité Mellaha, à Radès ou encore pour les événements du 9 avril. En effet, les visages des policiers en civil ou en uniforme et des citoyens «accommodants» ont été floutés. Les visages des «fauteurs de troubles», en revanche sont volontairement affichés et livrés à l’opinion publique.

Quelques commentaires parmi d’autres:

Vive BN
issam |08-09-2012, 19:23
Tan qu’il y aura des blogue comme BN moi je continue à rigole ça me fait bien passe le temp de voir à quel point vous arivez même pas a mettre en place une propagande qui tienne la route ! mais svp continuer vous êtes notre meilleur preuve que la révolution n’est pas fini !

@ Honte à vous BN
Cobra |08-09-2012 14:12
Les affrontements ont eu lieux entre force de l’ordre est squatteurs… Cela n’a rien à voir avec le salafisme.
Honte à vous, ce n’est pas une information honnête….

quel désinformation
realiste |08-09-2012 12:03
montrer moi dans toutes les photos à part celui du drapeau un seul salafiste ..
brabbi i7chmou 3la rwa7kom ya BN :( (

BN : totale désinformation là
Subaru1980 |07-09-2012 21:41
J’habite pas tres loin, a El Ghazella et cet article sent la totale désinformation, la quasi majorité des gens n’ont rien a voir avec le salafisme ni autre, pire Mr MBH ces gens là ont confisqués les loyers dés la fugue de ZABA, bien avant cette monté du salafisme et le radicalisme religieux. Arretez cette desinformation flagrante, tout ceux qui sont prés de la zone vous dirons que c’est pas vrai. La violence c’etait le resultat du refus d’evaquier les lieux, […] Des bien pris illégalement, […], point barre, donc mettre la lutte idéologique dans ce drame c’est du grand n’importe quoi !

Fous ou aveugle ?
issam |07-09-2012 18:14
ou les 2 !! a part notre amie ou frère changeur de drapeau ou avai vous vu des barbus salafiste islamiste intégriste terroriste ??? agrandissez les photos je croi que c’est pas très compliqué à faire et la on voi des jeunes tunisien qui ressemble tous simplement à notre jeunesse “normale” ni barbe ni jeba ni rien arrête votre propagande grossières ou au moin faire les chose bien et mettait des fosse photos!

Drapeau Tunisien
Tunisian |07-09-2012 17:55
“Parmi ces habitants, une photo montre Yassine Bdiri, le jeune homme qui avait remplacé le drapeau tunisien par le drapeau noir des salafistes, lors de la polémique du port du niqab à l’université de La Manouba.”
On nous avait dit qu’il s’est livré à la justice (Ministère de La Justice Transitionnelle) et qu’il sera jugé.
Je me demande s’il a été jugé et s’il a déjà purgé sa peine. Sinon plusieurs questions se posent.

Ni salafistes ni machin truc
Fairstorm |07-09-2012 17:08
Que de la provocation médiatique. Où est ce que tu les vois les salafistes à part dans tes hallucinations ?

Barbu
citoyen ariana |07-09-2012 16:27
On nous montre un barbu parmi une centaine donc et par conséquent ce sont tous des salafistes !!!!!! Un peu d’honneteté.

On déplace le problème
HatemC |07-09-2012 15:48
Es ce la solution que d’évacuer un squat ? Et ces déplacés ils vont aller où ? Y a t-il une solution de rechange pour eux où juste chasser d’un endroit pour investir un autre endroit ? Sans véritable solution de relogement, le GVT va alourdir encore plus le climat social. Hatem Chaieb

- Photos: Évacuation par la force des logements de la SNIT à Raoued
Manel Derbeli (Tunisie Numérique) – 7 septembre 2012

Les forces de l’ordre et les unités de la garde nationale ainsi que les autorités locales et régionales et des huissiers notaires ont pris part hier, jeudi 6 septembre 2012 à l’évacuation des logements squattés après le 14 janvier 2011 à la cité Ennour de l’Ariana, selon un communiqué publié par le ministère de l’intérieur.

Le communiqué a indiqué que des affrontements ont eu lieu entre les habitants et les forces de sécurité, et que les habitants ont tenté d’empêcher l’exécution de l’ordre en brûlant des pneus de voitures et en dressant des obstacles en face d’eux. En riposte, les autorités ont appréhendé quelques individus, saisissant dans la foulée des armes blanches et des bâtons.

Selon la même source, les autorités régionales s’intéressent à cette affaire, en faisant des études sociales en faveur des familles nécessiteuses qui avaient squatté les logements. Ces études ont abouti à fournir des logements sociaux pour quelques familles et consacrer des espaces provisoires, ainsi qu’à verser des fonds pour d’autres familles dans le but de les aider à retrouver un logement.

- Raoued : Évacuation par la force des logements squattés à la SNIT
TAP via Espace Manager – 6 septembre 2012

Les agents de la sûreté ont procédé jeudi matin à l’évacuation, par la force, des logements squattés de la société nationale immobilière de Tunisie (SNIT), situés à la cité Nour Jâafar, à Raoued (gouvernorat de l’Ariana), ont indiqué des sources sécuritaires.

Les agents de la sûreté ont fait face à une résistance des squatteurs qui ont refusé d’obéir aux ordres d’évacuer les lieux et ont bloqué l’accès à ces logements en mettant le feu à des pneus et en dressant des barrages.

Les logements de Nour Jâafar ont été squattés par 340 familles au lendemain de la révolution empêchant ainsi les propriétaires d’en prendre possession.

La SNIT a intenté 6 procès auprès du tribunal de première instance de l’Ariana qui a décidé l’évacuation de ces logements.