Paris: Procès du compagnon arrêté lors de l’expulsion du 38 rue des bois

fourgon-de-pompier-playmobil-4821

Le 22 octobre 2012, les flics ont une fois de plus viré un squat à peine ouvert [1].

Profitant de l’inexpérience du collectif d’habitant-e-s, les keufs ont utilisé leurs sales méthodes d’intimidation et ont réussi à diviser en faisant peur à celles et ceux qui prenaient le plus de risques. Les pandores ont fini par interdire l’entrée à la majorité des habitant-e-s sorti-e-s ensemble pour discuter avec la bleusaille. Dans le squat, il ne restait plus que deux personnes : une bloquée dans la cour, l’autre sur le toit. Read More

Paris: Occupation puis expulsion du 141 rue de Charonne

Dans la nuit du 4 au 5 novembre 2012, la police expulse un squat récemment ouvert au 141 rue de Charonne, Paris 11e.

Ce texte est un récit écrit à 6 mains.

Ce dimanche 4 novembre, une centaine de personnes se sont retrouvées devant un immeuble du 141 rue de Charonne [Paris 11e], nouvellement occupé par l’Assemblée des mal logés acharnés et plusieurs soutiens, récemment expulsés du 260 rue des Pyrénées et du 38 rue des Bois. Cet immeuble appartient à la Société d’Économie Mixte Immobilière interDEPartementale de la région parisienne (SEMIDEP). Read More

Paris: Récit de l’action suite à l’expulsion du 260 rue des Pyrénées

Lundi 29 octobre au petit matin, l’immeuble occupé par l’assemblée des mal logés acharnés a été expulsé par la police.

Un rendez-vous était donné pour réagir à cette expulsion l’après-midi même à 15h au métro Ménilmontant. Environ 60 personnes étaient présentes.

Un point est fait, petit tour en métro puis direction la préfecture de Paris, boulevard Morland [IVe arrdt.]. On rentre dans le bâtiment, on gueule, on tape sur les portes, on fait du bruit, on est vénère, des tracts sont distribués. « Non aux expulsions« , « Les maisons sont vides, occupation ! les loyers sont trop chers, occupation !« . Read More

Paris: Expulsion du 260 rue des Pyrénées

Photo prise en juin 2012, rue des Pyrénées, à Paris.

Ce matin, jeudi 29 octobre, à 6h et 6 degrés au thermomètre, ce n’est pas moins de 150 flics en uniforme doublée d’une cinquantaine de civils qui viennent pour expulser le 260 rue des Pyrénées. Un déploiement ahurissant pour les quelques mal-logés qui habitaient à l’intérieur depuis la fin du mois de juin. Les habitants déjà alertés ont pu voir s’installer les camions de CRS et les spots surpuissants braqués depuis des mats télescopiques sur la façade du bâtiment. C’est sous ces feux de la rampe que la porte opposa une résistance héroïque de quinze minutes, devant être ouverte de l’intérieur par des policiers-cordistes rentrés par le toit. Read More

Paris : Expulsion mouvementée du nouveau squat de la rue des Bois

Pompiers collabos !

Dimanche, un nouveau squat a été ouvert par des mal-logé-e-s, au 38 rue des Bois, dans le 19e arrondissement de Paris. Dans l’après-midi et la soirée, de nombreuses personnes étaient venues faire acte de présence dans la rue, en solidarité avec la vingtaine/trentaine d’habitant-e-s (des mal-logé-e-s de divers horizons).

La préfecture a mis le paquet pour expulser ce nouveau squat dès le lendemain [lundi 22 octobre], envoyant sa flicaille, dont de nombreux flics anti-émeute et la très précieuse collaboration des pompiers ! Read More

Paris: Après l’occupation du 260 rue des Pyrénées, on continue !

Organisons-nous!

C’est la crise, partout on nous le dit et tous les jours on la ressent. Mais pour certains ça fait longtemps que c’est la crise, la crise du quotidien : s’entasser dans un logement trop petit et insalubre, se faire expulser parce qu’on a perdu son taf, prendre un crédit revolving parce qu’on est sans sous dès le début du mois, courir dans les transports en communs pour aller faire 2 heures de boulots par-ci par-là pour un quart de Smic, se faire enlever ses enfants parce qu’on a nulle part où habiter, se faire refuser une demande de HLM parce qu’on est sans-papiers, se faire radier du Pôle emploi et perdre ses allocations, se faire contrôler chez soi par un agent de la CAF et devoir se justifier d’arriver à survivre, etc. Et à ça les projets de loi Duflot sur le logement n’y changeront rien. Read More

Paris: Manif de soutien au 260, le 8 septembre 2012

Solidarité avec le 260 !

Au début de l’année 2012, plusieurs collectifs de mal-logés, de chômeurs et précaires se rassemblent pour répondre collectivement au problème du logement. Après avoir occupé plusieurs bailleurs sociaux et mairies pour demander des relogements, l’assemblée décide de ne plus attendre et de prendre un bâtiment.

Depuis le 8 juin 2012, nous occupons un immeuble vide depuis 2010, appartenant à Toit et Joie, bailleur social de la Poste, situé au 260 rue des Pyrénées. Une cinquantaine de personnes y vivent, familles, célibataires, enfants, mal-logés, sans logis…
Suite à la perturbation d’un meeting de Cécile Duflot, entre les deux tours des élections législatives, nous avons été reçus au ministère du logement. Les élections passées, le ministère a rompu tout contact.
Nous avons dû lutter pour obtenir l’eau et nous n’avons toujours pas l’électricité. ERDF était prêt à nous fournir le courant mais la mairie du 20e s’y est opposée. Read More

Toulouse: Le CREA expulsé, et maintenant ?

Toulouse, expulsion du CSA/CREA, le 28 août 2012

Mardi 28 août 2012, à la demande des ministères concernés, le préfet de la Haute Garonne a fait procéder à 6h du matin à l’expulsion du bâtiment appartenant à l’État (AFPA) occupé par le CREA depuis avril 2011. Ce bâtiment accueillait de nombreuses familles en attente de solutions d’hébergement ou de logement.

Dès 6h du matin, une centaine de gendarmes et policiers ont bloqué le quartier pour pénétrer dans le bâtiment afin d’en chasser ses habitants, dont certains s’étaient réfugiés sur le toit. Arrestations violentes, coups de tazer (5 fois sur une même personne !), destruction de l’intérieur du bâtiment, ils n’ont pas chômé ! Read More

Paris: Expulsion du 64 rue des cascades, et interpellations lors de la marche contre l’expulsion du 260 rue des Pyrénées

Paris 20e, rue du retrait (juin 2012)

A Paris, l’été se veut répressif, sans surprise.

Vendredi 10 août, 20e arrondissement:

Vers 8h du matin, le squat du 64 rue des cascades se fait expulser par de nombreux flics. Intervention assez speed, mais aucune arrestation à déplorer.

Dans l’après-midi, avait lieu une marche contre l’expulsion du 260 rue des Pyrénées:
Tout était calme, mais quatorze personnes ont été interpellées et embarquées par les flics, emmenées au commissariat du 11e arrondissement. Au départ arrêtées pour « manifestation illégale » alors qu’il s’agissait à ce moment-là d’une simple distribution de tracts au métro Ménilmontant…

Paris: Vendredi 10 août, marche des habitant.e.s du 260

Bougez avec la Poste!

Marche des habitant.e.s du 260 rue des Pyrénées pour le maintien de l’occupation, contre le harcèlement permanent de la mairie du 20e et de la préfecture.

– Pour le maintien de l’occupation du 260
– Pour l’occupation des logements vides
– Contre la mairie qui tente par tous les moyens de nous expulser pendant l’été

Rendez-vous vendredi 10 août, à 13h, devant le 260 ! Read More

Paris: Communiqué des habitants du 260 rue des Pyrénées suite à l’opération de police du 3 août 2012

Se loger, s'organiser

Ce matin à 8 heures, des CRS et autres flics sont entrés au 260 rue des Pyrénées en forçant la porte. Ils ont ensuite défoncé l’intégralité des portes des chambres et ont insulté et brutalisé les habitants, les menaçant avec diverses armes (tasers, flash balls, etc.). Ils sont restés une heure dans le bâtiment, accompagnés d’un architecte venu vérifier s’il n’y avait pas de péril (c’est-à-dire si le bâtiment ne risque pas de s’effondrer ou de brûler) et s’il n’y avait pas de branchements sauvages, ainsi que d’un huissier venu recenser le nombre d’habitants.

Ils ont également pris les effets personnels de certains habitants, ont pris des photos et autres renseignements sur l’occupation des lieux, les convictions politiques des habitants, etc. Ils cherchent manifestement tous les prétextes pour nous expulser. Read More

Paris: Marche des habitant.e.s du 260 rue des Pyrénées, le 21 juillet 2012

260 rue des Pyrénées, Paris XXe

Samedi 21 pour soutenir les habitant.e.s, marche vers la mairie, à partir de 13h devant le 260

Bonne nouvelle, la gauche est au pouvoir !!!

Les habitants du 260 rue des Pyrénées viennent d’essuyer un refus d’obtenir l’électricité du fait de l’opposition de la mairie du 20e. En effet, alors que l’entreprise ERDF était d’accord pour nous fournir l’électricité, la mairie du 20e propriétaire du réseau refuse le raccord.

Depuis le début de l’occupation les habitants se font promener par les pouvoirs publics. Read More

Paris: Des nouvelles du 260 rue des Pyrénées

Rue de Ménilmontant, Paris XXe (le 12 juin 2012)

Le mercredi 20 juin au matin, une cinquantaine de personnes de l’Assemblée des mal-logés acharnés et précaires ainsi que des habitants du 260 rue des Pyrénées ont occupé la mairie du 4e arrondissement pour obtenir le retrait de la procédure concernant l’immeuble de la rue des Pyrénées et la pérennisation de son occupation, le relogement de tous les mal-logés et la création de lieux collectifs pour s’organiser et lutter contre la misère.
Read More

Paris: Rendez-vous pour action de solidarité avec le 260 rue des Pyrénées, ce jeudi midi

La façade du 260 rue des Pyrénées, Paris XXe, le 11 juin 2012.

C’est la crise, partout on nous le dit et tous les jours on la ressent. Mais pour certains ça fait longtemps que c’est la crise, la crise du quotidien : s’entasser dans un logement trop petit et insalubre, se faire expulser parce qu’on a perdu son taf, prendre un crédit revolving parce qu’on est sans sous dès le début du mois, courir dans les transports en communs pour aller faire 2 heures de boulots par-ci par-là pour un quart de Smic, se faire enlever ses enfants parce qu’on a nulle part où habiter, se faire refuser une demande de HLM parce qu’on est sans-papiers, se faire radier du Pôle emploi et perdre ses allocations, ne plus pouvoir faire les courses dans son quartier parce que les commerces deviennent toujours plus chers et plus chics, se faire contrôler chez soi par un agent de la CAF et devoir se justifier d’arriver à survivre. Read More

Paris: Nouvelle occupation au 260 rue des Pyrénées

Nous n’avons plus le choix

Expulsés, mal-logés, énervés, chômeurs, précaires, enragés sociaux, nous occupons depuis quelques temps un ancien centre d’hébergement social, dans un immeuble appartenant à la Poste et vide depuis le 11 mai 2010, situé au 260 rue des Pyrénées dans le 20e à Paris. Face à la spéculation immobilière et à la discrimination, nous avons décidé d’agir. Nous avons trouvé une porte ouverte et posé nos bagages pour nous installer et créer un lieu de vie, d’auto-organisation et de lutte pour obtenir notre dû et dénoncer ceux qui pourrissent notre vie au quotidien. Nous sommes déterminés à devenir le cauchemar du pouvoir tant que nous n’aurons pas eu gain de cause. Nous vous appelons à venir nous rejoindre lors de nos assemblées (multicolore, sans parti ni étiquette) tous les dimanches à 17h00.

Les habitants du 260 rue des Pyrénées

Passez dans la soirée et demain, réunion à 19H00.

[Publié le dimanche 10 juin 2012 sur Indymedia-Paris. Sur l’immeuble a été accrochée une grande banderole, sur laquelle est écrit « Occupations ! S’organiser / Se loger ».]