Nantes: expulsion de la Maison d’Elin

nantes-7avril2017

Ce matin [jeudi 6 avril 2017], à 7h, plusieurs fourgons de la Compagnie Départementale d’Intervention sont venus surprendre le sommeil des habitants d’Elin [squat situé au 16 rue des Dervalières].
A coups de bélier sur la porte, ils ont sommé les résidents de sortir. Ils ont ensuite laissé moins d’une heure à deux militantes pour sortir le maximum d’affaires. Quelques affaires ont pu dans l’urgence être sorties, sous les regards hilares et les remarques sexistes/racistes des policiers.

Après plus d’un an, Elin est expulsé. Cette maison datant de 1913 était la première occupation du collectif Mineur-e-s Isolé-e-s Etranger-e-s au début de la lutte. Elle est expulsée bien que l’ordonnance ne cible pas directement les résidents. Une vingtaine de jeunes se retrouvent à la rue ce soir, sans solution et ayant laissé derrière les portes closes des affaires personnelles, des papiers, des souvenirs.

Cette expulsion marque une nouvelle fois les corps, les coeurs de ceux qui ont déjà connu tant de souffrances, d’exclusions, d’expulsions. Elle est une réponse de la préfecture aux mobilisations que tentent de porter les jeunes pour faire entendre leur voix. Elle est la preuve de la violence que déploient les gouvernant-e-s contre celleux qui n’ont rien.

Alors que la manifestation de la veille avait redonné beaucoup d’espoir, cette mise à la rue soudaine et brutale tente de briser tout élan de lutte et de solidarité contre les politiques sécuritaires mises en oeuvre.

Cette expulsion nous rappelle que malgré la comédie électorale, le pire se produit déjà sous un gouvernement socialiste. Le collectif MIE et les jeunes mis à la rue ce matin ne perdent pourtant aucune combativité. Un rassemblement est prévu demain [vendredi 7 avril] à 18h30 a la préfecture pour montrer toute notre détermination face aux expulseurs, à celleux qui reproduisent une violence aveugle contre les populations en exil. Ce rassemblement espère aussi pouvoir rassembler beaucoup de Nantais-es et d’ailleurs pour tenir tête à l’ordre d’une société du mépris et de l’exclusion.

N’acceptons plus!
Nantes, debout, soulève-toi!


Suite à l’expulsion d’un lieu hébergeant une vingtaine de mineur-e-s à la rue, rassemblons-nous devant la préfecture de Nantes et montrons notre détermination à ne pas laisser faire!

Rafles, contrôles, expulsions : la mairie et la préfecture ont mené une véritable chasse aux mineurs étrangers cette semaine dans les rues de Nantes. Le lieu de vie de 20 jeunes réfugiés a été expulsé ce jeudi matin par la police, alors que de trop nombreux mineurs isolés se trouvent déjà à la rue.

Contre ces politiques racistes, rendez-vous vendredi 7 avril 18H30, devant la Préfecture.

[Plus d’infos sur Indymedia-Nantes.]