Grenoble : abandon des poursuites contre Ahwahnee

C’est assez rare pour qu’on le signal. Le squat Ahwahnee situé au 106 rue des Alliés à pour ainsi dire « battu » les proprio devant la justice.

Après le squat de la Malaprise (Gre), la mairie de Grenoble perd pour ainsi dire un procès en référé au Tribunal d’instance ce Lundi 3 Juillet.

Enfin, battu… ils ce sont plutôt désisté après plus de quatre reports !

Sûrement par peur de perdre un procès face à des squatteureuses pouilleux.euses, et ainsi payer dommages et intérêts ou bien par peur que cela ne fasse jurisprudence bref, avec un dossier aussi bancal, la Mairie piollesque montre encore une fois de plus que ce sont des branques.

En attendant, la ZAC (Zone d’Aménagement Concerté) Flaubert est sur les rails dans les quartiers Capuches, MC2, Alliés et cela au détriment des habitant.e.s des quartiers. C’est la Société d’économie Mixte (SEM) Sages qui est aux manettes de cet énorme projets Bio-écolo-mortifère du style de la Caserne de Bonne.

Toujours plus de béton, toujours vendre et spéculer, toujours vouloir conquérir les « trous noirs » du pouvoir.

Les squats, les lieux autogérés, les espaces de liberté, les friches, les cantines, les entrepôts et hangars désaffectés, les zones libres, les plantes tenaces et surtout les gens qui luttent dans ce quartier on tout intérêt à ce fédérer pour combattre ce géant immobilier ainsi que ses suppôts de la Mairie qui ont de verts et de rouges que leurs visages remplis de honte et de pourritures.

P.S.: La mairie peut très bien refaire un procès « au fond » pour Ahwahnee, mais ça c’est une autre histoire. En attendant, le squat Rue Jay est menacé d’expulsion car la mairie leur a fait un procès anonyme, ils/elles n’ont pas pu se défendre. Et maintenant, le couteau sous la gorge, la mairie leur propose une convention pitoyable…

Ces fins stratèges judiciaires (warf !) ne seront plier sans un réel rapport de force et de menace, dans la rue, dans la cité immonde de Gre, dans ses friches et ses buildings, ses administrations et ses assemblées.

À bientôt.

[Article publié le 7 juillet 2017 sur Indymedia Grenoble.]