Fontaine (38) : Ouverture d’un squat d’hébergement

Le froid se fait de plus en plus rude mais la détermination des pouvoirs à laisser les gens à la rue et ce malgré de nombreux logements inoccupés ne faiblit pas.

Pour combattre cette logique nous occupons depuis treize jours un grand bâtiment laissé aux pigeons et aux courant d’air par la mairie de Fontaine.

Après plusieurs jours de flou, le maire de Fontaine nous à finalement déclaré qu’il organiserait lundi une réunion avec les élus municipaux pour décider de notre sort. Read More

Grenoble : « Squats brésiliens exposés à Verdun, squats grenoblois exposés au froid »

Élu slogan de l’hiver grenoblois 2017.

Ce mercredi dernier, le premier novembre, premier jour de la trêve hivernale, dans le cadre du tout nouveau « Mois de la photo », un vernissage était organisé au musée de la peinture de Grenoble, place de Verdun.

De très célèbres artistes photographes y exposent leurs œuvres dans un cadre architectural monumental et mondain. Et de quoi traite le sujet de leurs photos ? De la misère sociale, de la précarité, et de squats… pour l’essentiel dans des pays lointains : le Brésil, l’Arménie, la Mongolie, mais aussi au Royaume-Uni où des milliers de personnes se sont battues pendant des dizaines d’année pour pouvoir continuer à vivre dans leurs bungalows, à vingt minutes de Londres.

Tous les grenoblois étaient invités à ce vernissage par Eric Piolle (maire de Grenoble), et Jean-Pierre Barbier (président du Conseil Général de l’Isère).

Vu le sujet, la saison, et le contexte grenoblois actuel où s’enchaînent expulsions et coupures d’électricité à la veille de l’hiver, nous, squatteurs et personnes solidaires, sensibles au problèmes de mal-logement, nous sommes évidemment sentis intéressés, et concernés en premier lieu par cette exposition. Read More

Grenoble : La bataille du squat Ahwahnee pour l’électricité (épisode 2 : à l’intérieur)

On ne reviendra pas sur l’article précédent, qui décrit une bonne partie des événements d’une façon qui nous va bien.

Mais nous rajouterons quelques éléments essentiels, afin que l’histoire ait une chance de retenir ce qui s’est réellement passé, plutôt que les mensonges colportés par une bonne partie des médias au sujet de cette coupure d’électricité à trois jours à peine des interdictions de coupure électrique imposées par la loi n°2013-312 du 15 avril 2013 dite « loi Brottes ». Read More

Grenoble : un premier compte-rendu rapide du saccage d’Ahwahnee par la police, accompagné d’une quinzaine d’interpellations

C’est l’hiver : le meilleur moment qu’ont choisi GEG (Gaz Électricité de Grenoble) et la mairie de Grenoble, qui ose encore prétendre mener une politique de « gauche », pour couper l’électricité au squat d’Ahwahnee, au 106 rue des Alliés. Une maison vide depuis plus de vingt ans, sur laquelle il n’y a pas le moindre début de projet, qui appartient à la mairie de Grenoble, déjà occupée à deux reprises, et à chaque fois expulsée par la mairie sous le règne de Michel Destot. Le texte qui suit est la narration de ce qui a pu être observé de cette opération depuis la rue des Alliés, ce lundi 30 octobre 2017. Read More

Grenoble: pas de trêve pour les marchands du logement

Chaque année, l’hiver venant, huissiers et flics s’affairent à mettre un maximum de personnes à la rue. Pour les insolvables et autres qui squattent, le compte à rebours jusqu’à la trêve est long.

Les lieux expulsables ont une épée de Damoclès au dessus du toit, d’autres ouvrent, et ferment aussitôt sous les coups de boutoirs policiers.

Indifférence ou émotion passagère des gens. Les possédants organisent le racket, les locataires acceptent. Et nous, la boule au ventre, la rage au coeur, on arrache les logements vides, déjà plus ou pas encore transformés en marchandises.

Est-ce que ces miettes nous suffisent ? Ne désirons-nous pas que les marchands perdent un peu la face et leur mise ? Read More

Grenoble: occupation de la mairie ce lundi 23 octobre 2017

Approche de la trêve hivernale : hausse du cours des expulsions !

Comme d’habitude, juste avant la trêve hivernale, la préfecture et les proprios expulsent à tour de bras ! La maison du 72 avenue Léon Blum est occupée depuis l’automne 2015. Read More

L’État attaque Indymedia Grenoble et Indymedia Nantes… Solidarité !

Après la publication d’un communiqué revendiquant l’incendie d’un garage de la gendarmerie de Grenoble dans la nuit du 20 au 21 septembre, les sites Indymedia Grenoble et Indymedia Nantes ont été menacés par la police française. Les équipes qui administrent ces sites ont reçu des courriels de l’Office Central de Lutte contre la Criminalité liée aux Technologies de l’Information et de la Communication (OCLCTIC) exigeant la dépublication sous vingt-quatre des articles concernés, sous peine de blocage et déréférencement des sites.

Les auteur·e·s du communiqué expliquaient que l’incendie du garage avait été mené « dans une vague d’attaques de solidarité avec les personnes qui passent en procès ces jours-ci » dans l’affaire de la voiture de police brûlée du quai de Valmy. Dans l’incendie de ce garage à Grenoble, plusieurs dizaines de véhicules ont été brûlés. Voici le texte de ce communiqué : Read More

Lyon: rassemblement en soutien à Barry, au TGI à 13h30 le 12 juillet

SOLIDAIRES ET EN COLÈRE ! SOLIDARITÉ AVEC BARRY !

Mamadou Barry, résidant depuis plusieurs années à Grenoble, s’est vu rejeter ses demandes de titre de séjour et s’est retrouvé, comme beaucoup, « sans-papiers ». Le 31 mai dernier, dans le cadre d’une lutte pour le logement avec des demandeurs d’asile, il a été arrêté et envoyé au Centre de Rétention Administrative de Lyon Saint-Exupéry. Par deux fois il a été conduit à l’aéroport et par deux fois il a refusé d’embarquer. Il passe maintenant en procès en comparution immédiate pour sa résistance. Read More

Grenoble : abandon des poursuites contre Ahwahnee

C’est assez rare pour qu’on le signal. Le squat Ahwahnee situé au 106 rue des Alliés à pour ainsi dire « battu » les proprio devant la justice.

Après le squat de la Malaprise (Gre), la mairie de Grenoble perd pour ainsi dire un procès en référé au Tribunal d’instance ce Lundi 3 Juillet.

Enfin, battu… ils ce sont plutôt désisté après plus de quatre reports !

Sûrement par peur de perdre un procès face à des squatteureuses pouilleux.euses, et ainsi payer dommages et intérêts ou bien par peur que cela ne fasse jurisprudence bref, avec un dossier aussi bancal, la Mairie piollesque montre encore une fois de plus que ce sont des branques. Read More

Grenoble : 6 rue Jay expulsable : infos et dates à retenir

Bonjour a toutes et tous,

La mairie de Grenoble nous a appris lors d’une rencontre express hier matin qu’elle avait demande et obtenu auprès du tribunal d’instance l’expulsion sans délai du 6, rue Jay, lieux d’organisation de luttes sur le logement et de vie d’une dizaine de familles et de personnes mal logées. En utilisant une procédure non contradictoire, elle nous a sciemment empêche de nous défendre en justice, et donc de faire appel. Cette procédure ayant débuté en mars, dans la même foulée que la tentative d’expulsion du camp Valmy, la mairie nous a cache jusqu’au dernier moment − la signification de l’expulsion arrive la semaine prochaine par voie d’huissier, sa volonté de nous expulser. Le motif pour vouloir récupérer ce bâtiment : le projet − inexistant pour l’instant, de construire des logements sociaux, et le besoin de se « couvrir » juridiquement en cas d’accident dans le lieu. Read More

Saint-Martin-le-Vinoux (38) : Occupation et expulsion, et rassemblement en solidarité à notre camarade bambimBarry

Le 31 mai, la police a expulsé un squat ouvert depuis plusieurs jours par les anciens habitant·e·s du squat du VO et leurs soutiens. Le lieu appartient à la mairie de St-Martin-le-Vinoux et est vide depuis plusieurs années. Il y a deux ans déjà RESF avait protesté devant ce bâtiment vide pour dénoncer le refus des autorités publiques de mettre à disposition les lieux vacants pour les personnes mal-logées.

Quand la police a été prévenue de l’occupation, le bâtiment a été expulsé manu-militari et 11 personnes ont été conduites au commissariat. À l’oral, certains flics ont prétexté des dégradations quand d’autres disaient que l’expulsion était liée au fait que les occupant·e·s étaient là depuis moins de quarante-huit heures. Balivernes ! Le lieu était resté ouvert et les habitant·e·s avaient de nombreuses preuves justifiant leur présence depuis plusieurs jours. Read More

Grenoble : Agression au camp Valmy, et pétition de soutien à ses occupants

Mise à jour du 24 mai 2017 à 22 heures 30 : Aujourd’hui, aux alentours de quatorze heures, le camp Valmy a été évacué par la police, sur ordre du préfet pour « risque de trouble à l’ordre public » suite aux agressions subies par les habitants lors des deux jours précédents. Encore un moyen de punir les victimes, en somme.


Ce samedi 20 mai dernier se tenaient simultanément à Grenoble et à Saint-Martin-d’Hères une réunion avec Louis Aliot, vice-président du Front National, et un meeting avec Alexandre Gabriac, qui se présente aux prochaines élections législatives sous l’étendard de Civitas.

Ces rassemblements, accueillis avec la bienveillance des municipalités Vert/Parti de Gauche et communistes, bénéficiaient tous les deux d’une belle protection policière.Lors de la nuit suivante, dans ce climat à mettre en confiance le plus timoré des raciste, une bande de motards est passée au camp installé parc Valmy, et ce pour les terroriser en tournant autour d’eux, en leur proférant des menaces et des insultes racistes, le tout armé de bâtons ou de barres de fers. Read More

Grenoble : petit déj’ contre les expulsions

Ce Lundi 22 mai au tribunal d’instance de Grenoble, 3 maisons occupées passeront en procès pour « occupations sans droit ni titre ».

Ce mois de mai est une hécatombe pour les groupes et les personnes qui squattent des maisons et des immeubles dans l’agglo : trois expulsions pour le réseau du 22, le procès pour le camp Valmy, le Roxy Cooper expulsé, le camp derrière Cémoi menacé, des actions militantes asphyxiées (CHU, CCAS), GEG qui court derrière rue Jay et bien d’autres expulsions dont nous ne savons rien (expulsions locatives notamment). Read More

Grenoble : deuxième expulsion illégale du 1-3 rue Aristide Bergès

La répression policière visant les ex-habitant·e·s du village olympique et les personnes en soutien continue.

Aujourd’hui mercredi 10 mai vers 14h30, la police, avec la collaboration des pompiers (intervention avec leur nacelle pour une entrée par une fenêtre du premier étage) ont expulsé le bâtiment réoccupé du 1-3 rue Aristide Bergès. Read More

Grenoble : Appel à soutien pour les exilés du village olympique sans logement (9 mai 2017)

Mise à jour du mardi 9 mai 2017 à treize heures : L’occupation de la direction du CHU a été évacuée par la police. Nouveau regroupement prévu maintenant, de nouveau au bâtiment 1-3 rue Aristide Bergès.


Mise à jour du mardi 9 mai 2017 à midi : On nous signale une réoccupation massive du bâtiment rue Aristide Bergès par les soutiens des expulsés du 3 mai (expulsion réalisée en toute illégalité), et toujours dans le but d’héberger les anciens habitants du village olympique. On nous parle aussi d’une occupation de la direction du CHU, et un appel à les rejoindre en soutien.


À la suite de l’incendie du squat du Village Olympique le 15 mars 2017, les habitant·e·s, exilé·e·s de plusieurs pays d’Afrique venus en France pour demander l’asile, ont dû quitter leur logement. La ville de Grenoble a proposé des solutions de mise à l’abri temporaires. D’abord parqué·e·s dans un gymnase puis dispersé·e·s dans des hôtels, ces exilé·e·s seront remis à la rue le 12 mai.

L’État ne prenant pas ses responsabilités en laissant des demandeurs d’asile à la rue, ces exilé·e·s, soutenu·e·s par des collectifs et des associations, ont décidé d’occuper un nouveau logement. Deux bâtiments, vacants depuis plusieurs années, ont été réquisitionnés ces dernières semaines. Le premier début avril, situé au 1-3 rue Auguste Gaché, appartient à une société de spéculation immobilière défiscalisée (SSCPI Renovalys, groupe dépendant d’Eiffage). Le second, occupé fin avril, situé au 1-3 rue Aristide Bergès, appartient au CHU de Grenoble. Read More