Toulouse: Pour un débat public au sujet de la destruction des logements sociaux

Lettre Ouverte à Monsieur le Maire de Toulouse et à Monsieur le Président du Conseil Général:

Messieurs,
Depuis plusieurs mois de nombreux logements sociaux en bon état sont détruits sur la commune de Toulouse. Cela a comme conséquences : la disparition de grands appartements pouvant accueillir des familles ; l’accentuation de ce qui est appelé couramment la « crise du logement » ; le délogement et le déplacement de personnes qui n’ont jamais demandé un tel traitement.
Quelles que soient les raisons que vous invoquez, ces destructions sont aujourd’hui de plus en plus perçues par de nombreux habitants des quartiers concernés et du reste de la ville comme une aberration, une injustice et un mépris à leur encontre et cela à plusieurs titres :

1) L’énorme gaspillage que représente la destruction d’appartements spacieux et modernes, alors que tous les jours des mesures économiques très dures sont prises par le gouvernement sous couvert de la nécessité incontournable de « faire des économies » et de « faire face à la crise ». Il est d’ailleurs significatif que ni vos services, ni les élus, ni les architectes, ni les sociétés d’HLM n’aient voulu dévoiler le coût financier de ces destructions.

2) La négation de l’existence des grandes familles à faibles revenus à Toulouse : en détruisant ces grands appartements ou en les divisant en 2 ou 3 appartements plus petits, vous signifiez clairement qu’à vos yeux ces familles modestes n’ont plus leur place à Toulouse intra-muros.

3) Aucune personne ayant le souci des autres et de l’intérêt général ne peut comprendre votre politique de destruction de ces logements sociaux alors que des gens sont à la rue et que d’autres attendent des années pour accéder à un logement social.

4) Les destructions se font avec de l’argent public, nos impôts, alors que les constructions nouvelles vont générer des profits pour des sociétés totalement ou en partie privées.

Pour justifier cette politique de destruction de logements sociaux, vous expliquez dans la presse, sur des plaquettes publicitaires, ou dans des réunions, que Toulouse respecte l’obligation des 20% de logements sociaux. Là dessus, nous ne vous contredirons pas, mais de quel type de logements sociaux nouveaux s’agit-il ? Ce sont des logements plus chers et plus petits, qui ne sont plus accessibles à la population aux revenus les plus modestes, ceux à qui devraient être destinés en priorité les logements sociaux. Les nouveaux logements construits à Toulouse n’ont plus de social que le nom.

Dans tous les cas, une bonne politique sur le logement ne se mesure pas au respect ou non des 20% exigés par la loi, mais au nombre restant de personnes mal logées ou à la rue sur une commune !

En ce début d’année nous avons donc une question : Allez-vous continuer coûte que coûte cette politique de destruction de vrais logements sociaux ou allez-vous accepter de mettre en place un moratoire sur ces destructions, au moins le temps d’instaurer un vrai débat public sur cette question du maintien et du renforcement des logements sociaux à Toulouse ?

Débat public que nous vous demandons instamment de mettre en oeuvre le plus tôt possible.

Dans cette attente, nous vous adressons nos salutations.

« NOUS NE SOMMES PAS DE LA POUSSIERE »

[Publié le 29 janvier 2014 sur IAATA]

Tags: