Montreuil (93): ouverture d’un squat par l’Assemblée des mal-logé.es

🥁 Surprise ! Occupation d’un local au 5 rue de la République, à Montreuil. Une banderole « Contre la gentrification: occupation / local squatté » a été placée sur la façade.
La mairie fait mine de pas nous voir ! Eh bien nous voilà ! 🔥

💥🎉 Depuis plusieurs jours, l’Assemblée des mal-logé.es de Montreuil occupe un nouveau local au 5 rue de la République.

Voici le programme a venir : Read More

Ljubljana: communiqué de l’Initiative Anarchiste en soutien au nouveau centre social autonome PLAC

C’est avec une grande joie que nous accueillons l’établissement d’un nouvel espace autonome, PLAC, à Ljubljana qui a commencé aujourd’hui avec l’occupation politique du bâtiment vide, abandonné et appartenant à l’État dans la rue Linhart !

Nous voyons cette occupation comme une protestation contre l’ordre social existant et comme une réponse concrète à l’aggravation quotidienne des circonstances et des problèmes sociaux qu’un tel ordre crée.
L’occupation est un acte politique d’émancipation et d’action directe qui aborde des questions sociales importantes, concernant chacun.e d’entre nous et notre avenir collectif. La crise du logement, les loyers élevés et le manque d’espaces non commerciaux pour la créativité et l’action ne sont que quelques-uns de ces problèmes. Indirectement, elle aborde également la corruption rampante, l’inégalité sociale et la distribution des biens communs. Le bâtiment public nouvellement occupé, qui est géré par la DUTB (organisation de la « mauvaise banque ») représente littéralement l’argent que nous avons toustes payé pour le grand sauvetage des banques en 2012. À l’époque, le nom du jeu était un transfert éhonté de la richesse des pauvres vers les riches. Avec cette occupation, nous rendons une petite partie de cet argent volé au peuple pour un usage commun. Read More

Ljubljana: PLAC, nouvelle zone autonome squattée

Samedi dernier, une nouvelle zone autonome a été créée à Ljubljana, appelée Zone Autonome Participative de Ljubljana (PLAC). Le squat est situé au 43 rue Linhartova, derrière Bežigrad.

Vers 13 heures, le samedi 3 septembre, une centaine de personnes sont entrées dans le bâtiment abandonné de l’ancienne cantine de la compagnie des routes de Ljubljana, au 43 de la rue Linhartova, et ont déclaré le bâtiment occupé zone autonome. Iels ont écrit qu’iels avaient créé « un espace pour toustes celleux qui ont été mis.es à l’écart par l’ordre socio-politique et privé.es de l’infrastructure nécessaire à leur participation culturelle et politique et à la réalisation de leurs aspirations ». Dans les heures qui ont suivi l’occupation du bâtiment vide, les locaux et le terrain ont été nettoyés. Read More

Gentilly (94): un énorme squat ouvert la veille a été expulsé ce dimanche 4 septembre

Dans l’après-midi du dimanche 4 septembre, alors qu’un énorme squat était rendu public depuis la veille (voir communiqué ci-dessous), près de 400 personnes ont été expulsées par la police. Il restait alors une quinzaine de personnes sur le toit-terrasse, et une trentaine d’autres dans le hall de l’immeuble. Selon les flics (dont la parole est relayée ici), les dernières personnes seraient sorties du squat d’elles-mêmes en fin de journée. D’elles-mêmes, si l’on peut dire, car c’était bien sûr sous la pression de la police. Les flics tenaient en effet une sorte de siège autour de l’immeuble depuis la veille.

Plusieurs femmes avec enfants en bas âge ont été mises temporairement à l’abri dans des gymnases réquisitionnés par la préfecture du Val de Marne à Gentilly, Arcueil et Cachan, mais la grande majorité des personnes expulsées se retrouvent bien entendu à la rue…

Au moins une personne de l’association United Migrants a été placée en garde à vue. Read More

Montpellier: soutien aux personnes expulsées du squat de Saint-Clément-de-Rivière, nouveau campement au Mas des Brousses

L’association Collectif Ganges Solidarités s’associe à l’appel à soutien suite à l’expulsion d’une vingtaine de personnes du squat du Campus de Bissy de Saint-Clément-de-Rivière le mardi 25 août. Toutes les personnes sont restées libres, malgré la présentation négative faite par les représentants de la préfecture.
L’eau aurait été rétablie depuis le vendredi 2 septembre sur le nouveau site d’occupation, au Mas des Brousses à Port Marianne, mais la menace d’expulsion et les conditions très précaires nous incitent à maintenir les revendications de ce communiqué de l’association Solidarité Partagée: Read More

Den Bosch: après-midi de soutien à Krankenhause

Fin juillet, l’ancien presbytère de la Vlijmensweg à Den Bosch a été squatté.

Le mardi 9 août, nous organisons un après-midi de soutien au cours duquel nous fournirons des informations sur les avantages et les inconvénients du squat, entre autres. Notre objectif est de rapprocher des fonctionnaires et des jeunes. Comme on le sait, il y a une forte pénurie de logements, également à Den Bosch.

Nous souhaitons présenter un intérêt social et invitons donc les médias, les fonctionnaires et les habitants à être présents lors de cet après-midi de soutien au Vlijmenseweg 50 à Den Bosch. Vous êtes les bienvenu-es à partir de 14 heures et l’événement durera jusqu’à 18 heures environ. Read More

Amsterdam: ouverture de la Ceintuurbaan 39

Le collectif Radikale Anti Anti Kraak (R.A.A.K.) avait lancé un appel sur Radar à une manifestation contre la gentrification dans le quartier du Pijp à Amsterdam le samedi 9 juillet 2022.

En prévision de l’expulsion du rez-de-chaussée situé au 14 de la Ferdinand Boldstraat, un nouveau squat situé au rez-de-chaussée de la Ceintuurbaan 39 a été ouvert. Cet ancien magasin de vitamines était vide depuis 8 ans et se trouve à l’angle de la Ferdinand Bolstraat.
Le magasin gratuit déménagera de la Ferdinand Bolstraat pour ce nouveau squat et nous y organiserons des événements, également en collaboration avec le voisinage.
La nouvelle de cette ouverture a été faite pendant la manifestation contre la gentrification. Les participant.es à la manifestation ont transporté le magasin gratuit et une soupe a été distribuée gratuitement.

Le squat continue, tous les yuppies hors du Pijp ! Read More

Val de Suse: nouveau refuge squatté à Cesana-Torinese

Presqu’un an après la dernière expulsion de la Casa Cantoniera de Clavières, nous sommes resté.exs ici, dans cette vallée, sur cette frontière sanglante et raciste, près des personnes qui, chaque jour, la défient et la surmontent, bien qu’elles soient forcées de le faire “illégalement” : contrôlées, rejetées et violentées par l’État et ses forces armées.
Dans cette même vallée où, des milliers de “migrant.ex” avec de bons papiers, appelé.ex touristes, transitent sans être dérangé.ex. Dans la même vallée où, seulement en janvier de cette année, la frontière a tué deux personnes, Fatallah Belhafif et Ullah Rezwan.

A partir d’aujourd’hui, nous revenons nous organiser dans un lieu abandonné depuis des décennies, qui n’appartient plus à personne mais qui revit grâce à celleux qui l’habitent, le construisent et l’autogèrent, en opposition à un et tous les états et lois qui veulent voir disparaître toute forme d’autonomie collective et individuelle. Read More

Amsterdam (Pays-Bas): ouverture d’un squat au Ferdinand Bolstraat 14

Le 13 juin 2022, nous avons squatté un bâtiment sur Ferdinand Bolstraat 14, au rez-de-chaussée. Cette maison appartient à la municipalité d’Amsterdam et est vide depuis plus d’un an. Nous sommes un groupe de personnes qui avons besoin de logement, nous estimons que squatter est la seule solution pour vivre à Amsterdam. Les maisons restent vides pour la spéculation, les loyers augmentent, les logements sociaux sont vendus à des particuliers, et la classe ouvrière est chassée de la ville. Nous avons décidé de squatter dans le quartier De Pijp parce que c’est un exemple classique d’un beau quartier ruiné par la gentrification. Nous travaillons dans la ville pour le salaire minimum, comme beaucoup d’autres qui ne peuvent pas se permettre de vivre ici. On en a marre de l’exploitation, de se faire voler notre salaire alors qu’on survit à peine. On en a marre d’être poussés à la périphérie en devant retourner dans le quartier De Pijp pour servir de la nourriture aux yuppies dans un quartier où on n’a pas les moyens de vivre. Nous ne resterons pas silencieux, nous ne resterons pas cachés. Read More

L’Ile-Saint-Denis: le Théâtre Nout expulsé, communiqué du collectif

Le Théâtre Nout a été expulsé de manière inattendue le vendredi 27 mai aux alentours de 9h30 du matin. L’expulsion est advenue trois jours après avoir reçu le mail de notre avocate annonçant la volonté du propriétaire de se positionner sur un accord amiable : un départ volontaire le 30 juin, qui nous aurait permis de trouver calmement des solutions de relogement pour toustes les habitantes.

Cette opération d’expulsion s’est déroulée dans un soi-disant calme comme le dit la mairie dans son communiqué, obligeant les habitant.es à sortir du lieu en y laissant une partie de leurs affaires personnelles. Alors que le propriétaire affirmait vouloir réhabiliter le lieu pour offrir l’espace à des associations et artistes, c’est dans le chaos que les habitantes ont du se faufiler, 30 minutes durant, pour tenter de sauver quelques affaires. Read More

L’Ile-Saint-Denis (93): ouverture d’un nouveau squat au 62 avenue Jean-Jaurès

Eymoutiers: soutien à l’occupation du 29 rue de la République

Illégal ?

Depuis le début avril, nous occupons un immeuble situé au 29 rue de la république, à Eymoutiers.

Il s’agit d’un immeuble appartenant à l’ODHAC 87, un organisme public « à vocation sociale », laissé vacant depuis plus de six ans. Nous avons trouvé cet immeuble ouvert. Nous avons découvert, derrière ses portes, onze appartements en parfait état. Depuis, on nous oppose des questions liées au droit.Seulement deux jours après une première tentative de négociation, nous avons été assignés en justice par l’ODHAC.

Cette question du droit nous interroge. On peut invoquer toutes les lois que l’on veut, pour nous, la situation est simple. Des personnes, des familles, sont à la rue. En parallèle,ces appartements sont vides. Toute loi qui prétendrait que cela est normal est une loi injuste. Toute loi qui ferait passer les droits d’un organisme public « à vocation sociale » avant les droits de personnes ayant besoin d’un toit est une loi injuste. Tout organisme « à vocation sociale » qui laisserait onze logements vacants durant six ans alors que des personnes ont besoin d’un toit, échoue dans sa vocation sociale. Read More

Ile de Groix: ouverture du Tiers Fort

Communiqué aux populations de la ville de Colombes, de l’île de Groix & d’au delà à propos du Fort Surville (56590)

Depuis l’infirmerie du Tiers Fort le mardi 10 Mai 2022
Vu le soit disant «bug» de la mise en vente «accidentelle» de Fort Surville début Mai…
Vu les dégradations volontaires et involontaires constatées, dues à l’inoccupation du fort…
Vu l ‘ambiguïté de la municipalité de Colombes quand à l’avenir des lieux…
Vu la gentrification rampante sur l’île de Groix…
Vu que ces bâtiments sont fermés depuis 2018…
Vu que plusieurs collectifs et individu-e-s de l’île se rencontrent depuis plusieurs mois sur ces questions en suspend…
Enfin, vu qu’à la suite de la réunion publique du samedi 7 mai, des personnes présentes ont décidé de fonder le collectif «Tiers Fort» afin d’occuper le lieu collectivement, avec toutes celles et ceux de Colombes, Groix et d’ailleurs qui le souhaitent… Read More

Bourg-en-Bresse: officialisation d’un nouveau squat

Communiqué du Collectif Solidarité Migrants de Bourg en Bresse

La crise sanitaire a démontré s’il le fallait, en tout cas dans l’Ain, que les pouvoirs publics étaient en capacité de mettre presque tout le monde à l’abri, par l’augmentation en nombre et en durée des places d’hébergement sur cette période. 2022 renoue avec le rituel des expulsions de squats après la trêve hivernale, et celui de la mise à la rue de nombreuses personnes (notamment des familles) hébergées sur des crédits hivernaux ainsi que des mineurs isolés devenus majeurs. Read More

Quimper: communiqué des occupant·es de La R.A.D.E.

Un nouveau lieu autogéré à Quimper

Il y a maintenant deux mois que nous occupons un entrepôt appartenant à l’entreprise CAPIC à Quimper.
Si nous avons décidé de réquisitionner occuper ce lieu, c’est parce qu’en ces temps où les écarts de richesses ne cessent de se creuser (10 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté, les milliardaires ne se sont jamais aussi bien porté·es, plus de 3 millions de logements vides, plus de 300 000 personnes dorment sans un toit, …). De plus en plus de personnes connaissent la précarité.
Read More