Athènes (Grèce): Koukaki leur est tombé dessus

Depuis 2017, la communauté d’occupation de Koukaki (Matrozou 45, Panaitoliou 21, Arvali 3) a mis en place un exemple compétitif différent de vie communautaire dans le centre d’Athènes. Grâce à son organisation horizontale, au travail collectif et à la persévérance, elle a mis en place des projets ouverts et sociaux de logement communal, de bains publics et de lavomatic, de partage de vêtements, d’espaces pour des événements publics et une bibliothèque multilingue. Opérant dans une zone qui s’est transformée de quartier résidentiel en station touristique de première classe, la communauté des squats de Koukaki a levé un talus contre les politiques répressives et économiques de l’État et des patrons, contre le fascisme, le racisme et le patriarcat. Foyer vivant de la résistance, elle a également soutenu activement et s’est associée à d’autres luttes, projets politiques et assemblées publiques [1].

Une telle communauté active d’égalité et de solidarité ne pouvait pas passer inaperçue. Comme beaucoup d’autres squats et projets politiques à Athènes, les squats de Koukaki ont été pris pour cible à de multiples reprises par l’Etat, tant par les gouvernements syriza et nea dimokratia que par des attaques fascistes [2]. Face aux expulsions et à la répression, les camarades ont résisté et défendu leur communauté en reprenant les maisons et par des interventions dynamiques. Read More

Notre-Dame-des-Landes: arrêt sur image des conflits politiques entre membres, complices du CMDO et non-signataires sur la ZAD

Zoom sur le Rosier, de juillet 2019 à février 2020
Début d’analyse politique sur la prise de pouvoir du CMDO (ami-e-s, complices, intermédiaires et chef-fe-s (?))

Introduction

Ce texte est mon témoignage, celui d’une habitante sédentaire de la ZAD, sur les conflits internes entre habitant-e-s de la ZAD de NDDL depuis juillet 2019 et leur contexte factuel et politique antérieur à 2019.

Ce texte est une invitation à venir sur la ZAD pour nous aider à régler les conflits.

Ce texte est là pour relater une situation très difficile vécue sur zone, pour appeler à l’aide.

Ce texte, a lui seul, pourrait laisser penser qu’il ne se passe « que du négatif sur la ZAD » et ça n’est pas vrai. Depuis que j’y suis j’y ai appris à vivre autrement, dans le partage, dans l’amour (malgré tout!), avec celleux qui luttent pour préserver la terre, leurs modes de vie. Et tout cela m’épanouit beaucoup et me conforte dans l’idée de continuer à vivre un autre monde.

Ce texte est un espoir de pouvoir continuer à construire notre utopie de ZADs, de squats, de vie une fois débarrassé-e-s de ces pressions et conflits. Read More

Rubí (Catalogne): rassemblement contre le risque d’expulsion du jardin communautaire El Mirlo

Communiqué du jardin communautaire El Mirlo.

Samedi 15 février 2020 à midi, rassemblement devant la gare de Rubí.

Si le spéculateur persiste, El Mirlo résiste !

En mai 2016, nous avons occupé le terrain du 44 rue General Prim, en face de l’Athénée Libertaire la Hidra, appartenant à l’époque à Arrels CT Finsol, une société immobilière de la BBVA, afin de construire un jardin communautaire entre tou-te-s. Depuis lors, nous donnons vie à cet espace, en utilisant une terre abandonnée. El Mirlo (le Merle) et ses plantes n’ont pas cessé de pousser grâce à l’effort des toutes et de tous, jour après jour et à chacune des journées portes ouvertes aux voisin-es qui sont organisées tous les 15 jours. Nous cultivons des légumes, des plantes médicinales, des tubercules et nous le faisons pour apprendre ensemble et ainsi partager les connaissances. Le jardin est aussi un lieu de rencontre pour les personnes et les groupes, un coin protégé de la pollution asphyxiante et de l’asphalte de cette ville. Read More

Lyon: procès contre l’Espace Communal de la Guillotière, rassemblement devant le TGI

Depuis 2 mois, le bâtiment situé au 45 rue Béchevelin a été squatté afin de loger des personnes en demande d’asile délaissées par les services de la Métropole. A travers différentes initiatives portées par ses habitant.es et leurs soutiens, l’Espace Communal de la Guillotière est né, et est devenu un lieu de rencontres pour de nombreux.ses voisin.es.

Jeudi 6 Février, les services de la Ville de Lyon y ont déposé un arrêté interdisant l’accueil du public prétextant que le lieu ne serait pas aux normes ERP. La Mairie ne semble donc pas saisir la différence entre des « services » destinés à un « public » consommateur et passif, et des solidarités concrètes entre voisin.es favorisant l’intégration de ses habitant.es à la vie du quartier. A l’Espace Communal, c’est de la construction collective d’une entraide populaire dont il s’agit. Read More

Saragosse (Espagne): Communiqué de l’assemblée du CSO Kike Mur

Si le Kike Mur tombe, Saragosse se soulève.

Salutations à celles et ceux qui s’identifient aux valeurs de liberté, d’autogestion, d’antifascisme et au CSO Kike Mur. Tout d’abord, nous tenons à remercier tous les commentaires, communications et expressions de soutien qui nous parviennent de la part de collectifs et d’individu-es, ils transmettent beaucoup de force et réaffirment notre résistance, ce sont les gens qui donnent vraiment un sens et une vie à l’espace, qui ont réussi à faire de ce rêve une réalité. C’est grâce à tout cela que nous nous sentons fort-es, nous savons que nous avons le soutien et la solidarité des meilleurs habitant-es de cette ville et d’autres endroits, et c’est la meilleure arme dont nous disposons. Read More

Berlin: celui qui achète Köpi s’attire des ennuis…

Berlin est le numéro un national en ce qui concerne l’augmentation rapide de la valeur des biens immobiliers. C’est ce que révèle le dernier « Global Residential Cities Index ». Il n’est donc pas surprenant qu’après quelques années de paix relative, le Köpi soit redevenu désirable pour les investisseurs en raison de son énorme potentiel de profit. Cette fois-ci, le propriétaire « fait les choses en grand » et propose le Köpi et le parc à roulottes adjacent dans le cadre d’un ensemble immobilier lourd de près de 100 millions d’euros. En ces temps de capitalisme de casino et de politique de taux zéro, il n’est pas surprenant que plusieurs clients potentiels soient déjà intéressés par cette offre… Read More

Nantes: un Goliath de l’immobilier contre des exilés

Propriétaire du squat de la rue Moquechien : un Goliath de l’immobilier contre des exilés !

Les mandataires du propriétaires refusaient de donner son nom et faisaient planer le mystère mais le voile est levé: le propriétaire de la nouvelle occupation est Covivio. Ca ne vous dit rien ? Read More

Toulouse: communiqué commun concernant le recensement de la Mairie

La réponse de 4 collectifs d’occupations à la Mairie de Toulouse sur son recensement des personnes sans domicile fixe.

Récemment, la Mairie de Toulouse a contacté plusieurs collectifs dans le but d’effectuer un recensement le 7 février 2020. Il concernerait les personnes habitant dans les squats, les campements, dans la rue… et plus largement toutes les personnes sans domicile fixe sur Toulouse. Selon leurs termes, l’objectif serait « de rencontrer les personnes vivant dans ces différents lieux, de les orienter ou de les accompagner quand cela est possible ».

Nous, les Collectif Russell et Collectif Lascrosses, la Campagne de Réquisition d’Entraide et d’Autogestion, le Droit Au Logement 31, sommes des collectifs d’occupations. Nous occupons depuis parfois presque 10 ans des bâtiments vides, habité-es par des précaires, des personnes sans papiers, demandeu-ses-res d’asiles… Read More

Barcelone: sur la Cinétika, sur les espaces libres et autogérés

Notre solidarité, notre soutien mutuel et la reconnaissance du travail quotidien humble, cohérent, vivant et généreux que fait la Cinétika depuis une position anticapitaliste, féministe, libertaire et inclusive, ouverte à tous les voisins et à toutes les luttes du quartier et de la ville. Un travail de résistance et de construction d’alternatives à partir de l’action directe et de l’auto-organisation. Aussi de la culture critique, du débat constant. Il n’y a pas de meilleur discours que la pratique et c’est déjà quelques années d’avoir récupéré de l’argent, du marché un espace, en l’occupant, le rendant public sans qu’il soit institutionnel. Cela montre qu’il est possible de faire les choses en ordre sans autorité, que cela peut fonctionner sans subventions. Un espace de création, d’expérimentation libre.

Ils sont de plus en plus nombreux, et on peut les voir dans des expériences comme la Cinétika. Ils nous encouragent à savoir qu’ils existent, que nous pouvons les utiliser, que nous pouvons nous soutenir en créant des réseaux de personnes et de lieux où nous pouvons nous organiser. Ce n’est pas par hasard qu’à Barcelone et dans tant d’autres, tant d’argent gaspillé par les institutions, tant de bureaucratie et de professionnels du spectacle, naissent et se maintiennent face à la médiocrité culturelle et politique. Expériences de libre pensée, de contre-culture, de communautés libres. Essais sur le monde que nous voulons construire. Read More

Toulouse: incendie du squat Muret suivi de deux nouvelles ouvertures

Incendie au plus grand squat de Toulouse ou les conséquences du racisme d’État.

C’est en colère qu’on se réveille ce 5 février, le lendemain de l’incendie ayant eu lieu au 44 avenue de Muret, où vivent environ 600 personnes. Des réfugié-e-s en grande majorité, ayant déjà tout perdu, et risquant de tout perdre à nouveau, si ce n’est pas déjà le cas : une centaine de chambres auraient été touchées selon la préfecture, nécessitant l’intervention utile de 90 pompiers, et celle inutile, voire dangereuse, de 54 policiers. Nous y reviendrons.

On ne va pas s’attarder sur les faits : un accident dans un lieu vétuste entrainant un départ de flamme, mais dont les origines sont beaucoup plus profondes. Comment 600 personnes se retrouvent à squatter un ancien bâtiment appartenant à EDF ? Cette situation ne dure que depuis mai 2019 : avant, pendant un an, c’était des bureaux qui était occupés à Saint-Michel, au Squat Russell, par ces mêmes personnes, dont le nombre a augmenté entre temps. Read More

Pola de Lena (Asturies): la Guardia Civil expulse violemment le Palaciu de Ronzón

Nous nous sommes entretenus avec un membre du Collectif El Palaciu, qui occupe le Palaciu de Ronzón depuis neuf mois, violemment expulsé ce matin par la Guardia Civil.

Ce matin, des agents de la Guardia Civil ont violemment procédé à l’expulsion du Palaciu de Ronzón, un ancien manoir squatté à Lena (Asturies) qui appartenait à la puissante famille de la noblesse Bernaldo de Quirós. Lors de l’expulsion, deux militants ont été arrêtés et se trouvent toujours dans les locaux de la Garde civile. Au moins une des personnes arrêtées s’est cassé la cheville et a dû être transférée pour soins médicaux. En outre, de nombreuses identifications ont été faites et une autre personne a été détenue, bien qu’elle n’ait pas été arrêtée.

Depuis La Haine, nous avons pu parler avec Juan, un des membres du Colectivo El Palaciu qui occupait le bâtiment depuis 9 mois, alors qu’ils étaient rassemblés devant la caserne de Pola de Lena pour réclamer la liberté des personnes détenues. Read More

Bruxelles: occupation précaire et spéculation immobilière… vous reprendrez bien un peu de précarité ?

Alors que squatter est devenu un crime, les occupations précaires se multiplient et s’institutionnalisent. Rentables immédiatement, à travers des conventions qui font méchamment penser à un bail moins protecteur, ou sur un plus long terme par la revalorisation de l’image du quartier, ne sont-elles pas dans le fond un excellent outil de spéculation immobilière ?

Elles fleurissent partout en ville, elles s’affichent dans la presse, les occupations précaires ont la cote en ce moment. Occuper des espaces vacants paraît donc désormais normal, et même souhaitable [1], pourtant il y a de cela deux ans, le parlement belge votait calmement la loi dite « anti-squat », comment comprendre ce faux paradoxe ?

Retour sur le squat

Le squat est, juridiquement, une occupation sans titre ni droit d’un bâtiment ou d’un lieu. Les squatteur·euse·s dans leur grande majorité, repéraient des espaces vides, les occupaient, et s’en faisaient expulser plus ou moins vite, à la demande du propriétaire. Permettant de se loger sans payer et sans devoir montrer patte blanche aux propriétaires, le squat permet d’autres formes d’intégration, de rencontres et de résistances. Read More

Grenoble: contre les détournements de procédure et les expulsions immédiates, occupation d’une nouvelle maison et de la mairie !

Le 20 janvier à Grenoble, une nouvelle occupation de maison a été rendue visible. Simultanément, il y a eu un rassemblement devant la maison et une occupation bruyante de la mairie de Grenoble.

L’occupation de la mairie a duré de 10h à 16h30.
La maison a été expulsée vers 16h, le rassemblement devant s’est fait gazer et violemment repousser et matraquer. Les 2 personnes présentes dans la maison ont été emmenées en garde-à-vue et sont sorties le lendemain avec une convocation à un procès pour dégradation, refus d’ADN et refus de signalétique…

Ci-dessous, le texte distribué durant l’occupation de la mairie et devant la maison squattée: Read More

Athènes (Grèce): réoccupation de squats à Koukaki

Le 11 janvier 2020, à Athènes, nous avons réoccupé les bâtiments de Panaitoliou 21 et de Matrozou 45. Expulsés le 18 décembre dernier en même temps que celui d’Arvali 3, les trois bâtiments formaient la communauté de squats de Koukaki, occupés depuis mars 2017.
L’opération de réoccupation a été entreprise par les militant.es de Koukaki, associé.es à plusieurs camarades entré.es avec nous dans les bâtiments, soutenus par 150 camarades à l’extérieur.

A Panaitoliou 21, face aux camarades en soutien posés sur les versants de la colline Filopapou (à cinq minutes de l’Acropole), une bannière a été déployée depuis la terrasse, sur laquelle on pouvait lire : “Réoccupation de nos vies, communautés de lutte dans chaque quartier”. Celle des camarades à l’extérieur affichait sa “ Solidarité avec les squats”.

A Matrozou 45, le rassemblement de soutien se tenait au pied du bâtiment, en pleine rue et au coeur du quartier. Banderole contre les airbnb et les flics, distribution de flyer à l’athénienne (lancée dans les rues), textes lus publiquements et distribués aux passant.es et aux habitant.es, l’événement est accueilli par les voisin.es avec joie et applaudissements. Rappelons que Koukaki est un des quartiers en plus forte gentrification à cause du AirbnB et du tourisme de masse, rien n’était donc pourtant gagné. Depuis la terrasse de Matrozou 45, une grande bannière a là encore été déployée affirmant : “Nous abattons les murs menant vers la liberté”. Read More