Dijon: procès des jardins de l’Engrenage, rassemblement de soutien

Les jardins de l’Engrenage sont à nouveau en procès, petit déjeuner résistant et solidaire pour les soutenir devant le tribunal de Dijon !
Début novembre 2020, un premier jugement a ordonné l’expulsion des terrains et donc la destruction des potagers, mais nous sommes restés et aucune tentative d’expulsion n’a encore eu lieu (depuis celle ratée du 23 juillet). Vendredi 15 janvier, c’est au tour de la maison de l’Engrenage et de ses occupants d’être menacés, sur requête de la Ville de Dijon. Malgré la trêve hivernale et la situation de crise sanitaire, l’expulsion des habitants de la maison pourrait être ordonnée par la justice, comme elle a ordonné récemment l’expulsion de la Maison du Colonel rue de Mirande, mise à exécution par le Préfet.
Un rassemblement de soutien se tiendra devant le tribunal à partir de 8H45 et toute la matinée. Nous invitons les dijonnais.es qui veulent des arbres et des jardins plutôt que du béton, à nous soutenir sur place. Plus nombreux nous serons, plus sûrement nous gagnerons !! Read More

Saint-Nazaire: rassemblement de soutien suite aux expulsions de Géronimo

Lundi 11 janvier 2021 à 16:00, rassemblement sur la place François Blancho, devant la mairie de Saint-Nazaire, suite à l’expulsion jeudi 7 janvier à 9h des logements occupés depuis septembre 2020 au 33 rue Émile Littré. Les 10 habitant.e.s restant.e.s de la Maison Géronimo se sont retrouvées à la rue sans que des solutions d’hébergement d’urgence ne leurs aient été proposées sur Saint-Nazaire.

Le jour même, dans l’après-midi, un premier campement d’urgence a été monté à Herbins le long du chemin de fer. Il a été expulsé à 17h par les forces de l’ordre sur demande de la SNCF. Au cours de cette expulsion, l’autorité de police nationale a contacté les services du SIAO pour demander une solution d’hébergement d’urgence pour les personnes à la rue. Il lui a été répondu qu’ils ne pouvaient proposer de solutions d’hébergement. Read More

Barcelone (Espagne): récit de l’expulsion de la Engorilada

Mercredi [18 novembre ; NdAtt.] un petit groupe de personnes a répondu par de la casse à l’expulsion de la Engorilada, un bâtiment récemment libéré.


Read More

Paris: communiqué sur l’affaire de la place Ste-Marthe, contre la gentrification, pour la défense collective

Lundi 28 septembre, deux jours après le début de l’occupation « implantons la résistance », contre la gentrification du quartier de la place Sainte Marthe et pour une écologie radicale à Paris, cinq personnes se sont fait arrêter.

L’occupation de la place Sainte Marthe avait pour objectif d’instaurer un nouveau rapport de force en faveur de la lutte contre la gentrification qui a lieu dans le quartier, déjà impulsée par des habitant.es organisé.es depuis plusieurs années. Read More

Grenoble: la mairie en guerre contre l’occupation de l’Abbaye

Occupation de l’Abbaye : la mairie de Grenoble coupe le courant et jette un froid sur les négociations

La cinquantaine de personnes dont des femmes seules et des enfants de 3 ans qui occupent le 7, place Laurent Bonnevay pour dénoncer l’absence de toute réponse à leur demande de logement et le maintien de 250 logements sociaux vides depuis 4 ans vont-ils passer Noël dans le noir, et bientôt dans le froid ? Read More

Bordeaux: mobilisation pour la Zone libre

Vendredi, la police annonçait une expulsion du squat situé à Cenon pour ce lundi. Après un week-end de mobilisation festive, les soutiens de la Zone Libre sont allés mettre la pression à Logévie, propriétaire du terrain.

On écoute dans ce Point Chaud André Rosevègue, qui appelait les auditeurs à rejoindre le rassemblement devant le siège de Logévie (propriétaire du terrain occupé).

Une délégation de membres du collectif la Zone Libre était reçue par Logévie, dont Raymond Blet, avocat honoraire, qui résume le résultat de la négociation au micro de Sylvie.
Si l’expulsion ne semble plus à l’ordre du jour, la menace continue de planer explique-t-il: Read More

Paris (Xe): des nouvelles suite à l’agression policière dans le quartier Ste-Marthe lundi dernier

Lundi 28 septembre, cinq compas ont été interpellé⋅e⋅s par la BAC lors d’une discussion du côté de la place Ste-Marthe, qui venait de connaître un week-end d’occupation et d’ateliers contre la gentrification.

Les principaux acteurs de la gentrification du quartier sont les sociétés immobilières Edmond-Coignet et Nexity, actionnaires majoritaires de la Société Immobilière de Normandie (SIN), qui possède 80 locaux en rez-de-chaussée et 40 appartements dans les alentours de la place Sainte-Marthe. Un local de la SIN est occupé depuis plusieurs jours (et n’a finalement pas été expulsé lundi dernier) et deux prétendus représentants d’Edmond Coignet étaient présents lors des interpellations de lundi. Read More

Angers: retour sur la manifestation de soutien à la Grande Ourse et son procès

Mardi 1er septembre, la Grande Ourse et ses habitant·es étaient convoqué·es au tribunal judiciaire par le propriétaire qui réclame leur expulsion immédiate. Le collectif ayant appelé à un rassemblement à 13h devant le bâtiment et à une marche de soutien, l’après midi fut chargée et animée. Retour rapide sur la mobilisation et l’audience elle-même.

Une petite centaine de personnes se sont finalement réunies devant la Grande Ourse. Le temps de boire un café et le départ est lancé par la batukada. Toutes et tous habillé·es de rose, les percussionistes ouvrent gaiement la marche. Dès que le pont est passé, la flicaille encadre le petit cortège. Trois camionettes et une voiture rien que pour nous, la pref nous a gâtés ! Les flics, reconnaissant certaines personnes, se permettent des mises en garde inutiles et certaines remarques stupides sur leur physique. Ils ne changent décidément pas… La manif traverse alors le centre ville animée par des chants, préparés à la hâte le matin même (et ça se voit), des tambours ou des slogans sur le droit au logement. Malgré notre nombre réduit, on fait du bruit et les passants nous regardent avec curiosité. Les nombreuses banderoles attirent alors leurs regards. On peut y lire : “- de bourgeois, + de toits” ; “nik son maire les expulsions” ou encore “c’est pas la trêve hivernale qu’on veut, c’est la trêve tout court”. Read More

Madrid (Espagne): menace d’expulsion imminente de l’Ateneo Libertario de Vallekas

Fin août, nous avons reçu une jolie petite notification de la part du tribunal, nous informant que le 16 septembre police et serrurier viendront pour nous expulser. Depuis deux ans, notre espace sert de lieu d’activités, de débats, d’assemblées, de salle de sport, ainsi que de point de rencontre et d’inspiration pour différentes initiatives libertaires. C’est comme ça que nous nous situons dans Vallekas, un quartier de la ville de Madrid qui est un terrain propice à la spéculation capitaliste, pilotée par les conseils municipaux successifs, indépendamment de leur couleur politique ; le quartier est la proie d’agences immobilières, de banques, de fonds d’investissement qui sont autant de requins, de grands propriétaires, de journalistes et d’autres citoyens soumis. Vallekas traverse des processus spéculatifs tels que la gentrification, qui ont déjà dévasté le centre ville et qui, il y a quelques années, ont atteint les quartiers populaires de la périphérie. L’idée est simple : transformer le quartier en un immense centre commercial où la seule relation possible est celle qui s’articule autour de la consommation, qui expulse et poursuit la pauvreté, la criminalisant, au profit d’un nouveau profil d’habitant, au pouvoir d’achat plus élevé. Read More

Angers: procès de la Grande Ourse, rassemblement de soutien le 1er septembre

Appel à mobilisation contre les expulsions et pour le droit au logement. Rendez-vous à 13h devant la Grande Ourse pour une déambulation, puis à 16h devant le tribunal d’instance au bvd Pierre de Coubertin pour un rassemblement-goûter.

Alors que la crise de l’accès au logement se dégrade encore sur Angers, qui frappe encore plus fort les étudiant-e-s en cette rentrée, que le 115 continue de refuser chaque soir des hommes, femmes et enfants, que les CADA demeurent saturés, que plusieurs lieux de vie sont toujours menacés d’expulsion… C’est au tour de la Grande Ourse de passer en procès et de se retrouver, elle aussi, menacée d’expulsion en pleine crise sanitaire.

Depuis le début de l’été, ce ne sont pas moins de trois squats qui se trouvent sous le coup d’une expulsabilité. Cela fait bientôt deux mois que des hommes, des familles et des mineur-e-s isolé-e-s vivent dans l’angoisse d’une expulsion qui peut arriver chaque matin dès 6h. Le 1er septembre à 16h, au tribunal d’instance bvd Pierre de Coubertin, la Grande Ourse passe en procès. Read More

Angers: procès de la Grande Ourse, rassemblement de soutien

Rassemblement le 6 août 2020 à 9h30 devant la Palais de Justice, pour soutenir les habitant.e.s de la Grande Ourse.

Enfants à la rue, expulsions illégales… un an de la politique du préfet Bidal. Depuis douze ans, entre 50 et 200 personnes logent chaque année dans des bâtiments vides et inoccupés à Angers. Enfants en bas-âges, femmes enceintes, personnes âgées ou malades…

La liste des personnes vulnérables qui trouvent refuge dans ces « réquisitions citoyennes » est longue, plus de trente-cinq ont ainsi été ouvertes puis fermées depuis 2008. Malgré la volonté des collectifs de citoyens qui soutiennent et perpétuent cette pratique, les institutions n’ont jamais levé le petit doigt pour qu’elle ne soit plus nécessaire. Le 115 est toujours saturé, les demandeurs d’asile livrés à eux-mêmes dans les rues de la ville et les seules mesures prises concernant les SDF sont les interdictions de mendicité.
Depuis peu, la pratique du « squat » et les réactions policières vis-à-vis de celle-ci ont évolué. La nomination de Mr Bidal au poste de préfet est un véritable danger pour les personnes à la rue. Read More

Grenoble: fin de trêve hivernale, retour des expulsions

Bonjour,

La fin de la trêve hivernale s’annonce mouvementée en Isère et en France [Note de Squat!net: en 2020, la fin de la trêve hivernale est repoussée au 10 juillet 2020 inclus]:

En effet, l’ex ministre du logement a donné instruction aux préfets d’éviter les expulsions sans relogement et les remises à la rue sèche.
Le DAL 38 a saisi le préfet de l’Isère pour savoir quelles dispositions seraient prises dans ce cadre.

Afin de maintenir la pression, le samedi 11 juillet aura lieu un rassemblement de protestation place Notre Dame, à Grenoble à partir de 14h. Read More

Nantes: retour sur le rassemblement du 4 juillet contre les expulsions et pour des logements décents

L’inter-collectif Personne à la rue ! a réuni environ 200 personnes hier, samedi 4 juillet, Place royale dans une ambiance chaleureuse malgré la pluie. L’heure était aux retrouvailles après des mois de confinement et de réunions virtuelles pour les militantEs, mais le rassemblement c’était aussi des exiléEs, des sans-abri, et des NantaisES solidaires rassembléEs pour l’occasion. Read More

Lyon: procès du Duracuire, appel à soutien !

L’hôpital du Vinatier, propriétaire de l’ancien centre médico-psychologique de Caluire, occupé depuis le 9 décembre 2019, demande l’expulsion de ses habitants-demandeurs d’asile !

Rassemblement en soutien au Duracuire : vendredi 6 mars au TGI de Lyon à 9 heures, 67 rue Servient.

Suite aux expulsions répétées (dont celle de l’amphi Z, le 11 septembre 2019) plusieurs personnes se retrouvent à la rue sans solution de logement proposée. En conséquence plusieurs lieux vacants ont été occupés : le quai Arloing, Lafayette, le Duracuire (ancien centre médico-psychologique du Vinatier à Caluire).
Les locaux du Duracuire sont actuellement occupés par une cinquantaine de personnes demandeurs et demandeuses d’asile d’origines diverses. Ces habitants sont de jeunes adultes, des familles avec enfants scolarisés, des femmes enceintes et des mineurs isolés.
Depuis des années dans l’agglomération lyonnaises, des enseignants et des parents sont contraints de faire dormir les enfants à l’école, des collectifs solidaires ouvrent des lieux inutilisés pour mettre à l’abri celles et ceux qui n’ont pas de toit. Read More

Rubí (Catalogne): rassemblement contre le risque d’expulsion du jardin communautaire El Mirlo

Communiqué du jardin communautaire El Mirlo.

Samedi 15 février 2020 à midi, rassemblement devant la gare de Rubí.

Si le spéculateur persiste, El Mirlo résiste !

En mai 2016, nous avons occupé le terrain du 44 rue General Prim, en face de l’Athénée Libertaire la Hidra, appartenant à l’époque à Arrels CT Finsol, une société immobilière de la BBVA, afin de construire un jardin communautaire entre tou-te-s. Depuis lors, nous donnons vie à cet espace, en utilisant une terre abandonnée. El Mirlo (le Merle) et ses plantes n’ont pas cessé de pousser grâce à l’effort des toutes et de tous, jour après jour et à chacune des journées portes ouvertes aux voisin-es qui sont organisées tous les 15 jours. Nous cultivons des légumes, des plantes médicinales, des tubercules et nous le faisons pour apprendre ensemble et ainsi partager les connaissances. Le jardin est aussi un lieu de rencontre pour les personnes et les groupes, un coin protégé de la pollution asphyxiante et de l’asphalte de cette ville. Read More