Montreuil-Bobigny: demande de mise en liberté pour les copines incarcérées

Jeudi 16 novembre 2017, trois camarades ont été incarcérées à la prison des femmes de Fleury-Mérogis en attendant leur procès le 7 décembre pour « tentative de vol par effraction en réunion », provocation à s’armer contre l’État et « refus de signalétique ». Elles ont été arrêtées à Montreuil à proximité d’une maison inoccupée. Les copines ont fait des demandes de mise en liberté et elles passeront devant la 17e chambre du TGI de Bobigny ce jeudi 23 novembre. Read More

Montreuil (93): trois copines en prison, accusées de « tentative de vol par effraction en réunion »

Trois personnes ont été arrétées, déférées et incarcérées à la prison de Fleury Mérogis, accusées de « tentative de vol par effraction en réunion » pour avoir été vues à proximité d’une maison inoccupée. Un rassemblement est appelé samedi à 18h à Montreuil.

Dans la nuit du mardi 14 au mercredi 15 novembre, trois copines ont été contrôlées dans une rue de Montreuil et emmenées au commissariat. Un « voisin vigilant » les aurait vues à proximité d’une maison inoccupée et a appelé les flics. Elles ont alors été placées en garde-à-vue pour « tentative de vol par effraction en réunion ». Elles n’ont rien déclaré durant la GAV et ont refusé de donner leurs empreintes et photos, ce qui leur vaut d’être également poursuivies pour « refus de signalétique ». Read More

Bure (Meuse) : Appel à organiser le soutien décentralisé à Bure dès ce soir ou dans les jours à venir

Bonjour à tous-tes !

Ici en direct de Bure où une opération de perquisition d’ampleur cible différents lieux. Ils ont notamment saisi la quasi intégralité du bureau de la Maison de résistance – photocopieuse comprise (heureusement, ils n’ont pas touché à notre chatte Minette qui aime se blottir). Et du matos. Etc, etc. Vitres pétées, portes fracturées, camarade embarqué pour « rébellion », habitants intimidés, contrôles filtrants, domiciles privés éloignés de Bure perquisitionnés avec petites questions sur la vie familiale de la personne, etc.

Bref, tout ça nous rappelle de grandes et touchantes heures de coups de filet sur les mouvements de lutte, même s’ils ne feront pas l’erreur de sortir cette fois-ci la qualification terroriste.

Là, sur le moment, nous nous sentons fragiles, vulnérables, choqué-e-s. C’est un vrai coup – même si cela fait des mois que nous nous y attendions. Mais on ne s’attend jamais vraiment, même quand on vit avec les flics partout, à les voir débarquer au coeur de nos lieux de vies, nos intimités, fouiller nos chambres, nos caravanes, camions, bureau, tout déplacer, fouiner avec leurs mains de mort tout ce qui constitue nos vies.

Read More

Bruxelles: Rassemblement et semaine d’action contre la loi anti-squat

Non à la richocratie !

Il ne manquait plus que ça. On apprend que la bande à Michel s’apprête à faire voter en septembre une loi, d’ores et déjà approuvée en première lecture, selon laquelle les squatteurs-squatteuses seront désormais passibles de prison ferme.

Ainsi donc, après les expulsions massives du chômage, couplées à de nouveaux contrats d’emploi toujours plus précaires, après les coupes dans les aides aux associations de quartiers et dans les subventions aux soins de santé, après la répression de plus en plus violente de la contestation sociale , après l’intensification de la chasse aux personnes sans papiers, le gouvernement, de mèche avec les parasites privilégiés (spéculateurs immobiliers, big boss, lobbies), parachève en beauté sa criminalisation de la précarité en s’attaquant cyniquement à ceux qui occupent des bâtiments à l’abandon.

Autrement dit, c’est à l’heure même où les pires crapules, après avoir profité de leur mandat public pour puiser à la louche dans les caisses de la communauté, quittant la scène avec des indemnités de départ de 300 000 euros, qu’on décide de punir de peine de prison les sans-abris, à la recherche d’un toit, dans une Bruxelles constellées de logements vides (15 000 selon les dernières estimations). Read More

Saint-Denis (93): communiqué du collectif du 168 – Incendie et expulsion du squat du Cheval Blanc

25 août 2016, 25 août 2017. Même date, même catastrophe.

Il y a un an, nous avons été expulsé.e.s du 168 avenue Wilson. Nous avons campé devant, nous avons manifesté, nous avons rencontré la mairie et la préfecture, sans résultat. Puis la police a détruit notre campement. Après avoir été hébergé.e.s à droite à gauche, nous avons dû occuper un nouveau lieu vide, le 99 avenue Wilson (hôtel du Cheval Blanc), à partir du 25 décembre 2016, avec le soutien d’habitant.e.s du quartier, de collectifs, associations, organisations politiques et syndicales de Saint-Denis. En attente de jours meilleurs. Read More

Lyon: rassemblement en soutien à Barry, au TGI à 13h30 le 12 juillet

SOLIDAIRES ET EN COLÈRE ! SOLIDARITÉ AVEC BARRY !

Mamadou Barry, résidant depuis plusieurs années à Grenoble, s’est vu rejeter ses demandes de titre de séjour et s’est retrouvé, comme beaucoup, « sans-papiers ». Le 31 mai dernier, dans le cadre d’une lutte pour le logement avec des demandeurs d’asile, il a été arrêté et envoyé au Centre de Rétention Administrative de Lyon Saint-Exupéry. Par deux fois il a été conduit à l’aéroport et par deux fois il a refusé d’embarquer. Il passe maintenant en procès en comparution immédiate pour sa résistance. Read More

Paris 2024: pour tous sauf pour les mal-logés ?


Read More

Bagnolet / Les Lilas (93): solidarité avec le collectif Baras !

Rassemblement ce vendredi soir 30 juin, à 19h, devant la mairie de Bagnolet (métro Gallieni) en soutien au collectif Baras expulsé hier. Besoin de monde pour faire pression et permettre aux membres du collectif d’intervenir au Conseil municipal.

Et manifestation, dimanche 2 juillet, à 14h, départ de la mairie des Lilas [finalement annulée]. Read More

Paris: rassemblement de solidarité avec les migrants de Porte de la Chapelle

Le collectif solidarité migrants Wilson distribue chaque matin entre 400 et 1 000 petits déjeuners aux migrants de Porte de la Chapelle. Il appelle à un rassemblement ce samedi 1er juillet entre 17h00 et 21h00.

Il y a urgence ! Read More

Gap (05) : rassemblement de soutien à la Maison Cézanne, le 20 juin 2017

Avril 2016: une famille à la rue à Gap. Face à cela, le collectif « Un toit, un droit ! » a réquisitionné [Note de Squat!net : en réalité, la Maison Cézanne a été occupée, car la réquisition est un « ordre que donne l’autorité publique de mettre à sa disposition des personnes ou des choses »…] un appartement de la ville de Gap, vacant depuis dix ans.

Par cet acte, nous vous interpellons sur les violations des droits fondamentaux. Nous réclamons des solutions immédiates d’hébergement, quelles que soient l’origine et la situation administrative des personnes : chaque personne a le droit de vivre sans être inquiétée.

Des familles sont en détresse alors que de nombreux logements sont vacants sur notre territoire. Pourtant, notre action ne peut être que transitoire, c’est aux pouvoirs publics de prendre leurs responsabilités.

Cette maison n’est pas qu’un simple dortoir, c’est aussi une cuisine, un lieu de ressource, un endroit pour rencontrer d’autres personnes et échanger sur nos situations. Read More

Saint-Martin-le-Vinoux (38) : Occupation et expulsion, et rassemblement en solidarité à notre camarade bambimBarry

Le 31 mai, la police a expulsé un squat ouvert depuis plusieurs jours par les anciens habitant·e·s du squat du VO et leurs soutiens. Le lieu appartient à la mairie de St-Martin-le-Vinoux et est vide depuis plusieurs années. Il y a deux ans déjà RESF avait protesté devant ce bâtiment vide pour dénoncer le refus des autorités publiques de mettre à disposition les lieux vacants pour les personnes mal-logées.

Quand la police a été prévenue de l’occupation, le bâtiment a été expulsé manu-militari et 11 personnes ont été conduites au commissariat. À l’oral, certains flics ont prétexté des dégradations quand d’autres disaient que l’expulsion était liée au fait que les occupant·e·s étaient là depuis moins de quarante-huit heures. Balivernes ! Le lieu était resté ouvert et les habitant·e·s avaient de nombreuses preuves justifiant leur présence depuis plusieurs jours. Read More

Chengdu (Chine): un rassemblement pour des logements est attaqué par la police

En cette fin mai 2017, à Chengdu, dans la province du Sichuan, plus de 500 personnes, expulsées ces dernières années des quartiers Huacheng Yili, Huilong et Shizi, se sont rassemblées devant le siège social de la société immobilière responsable de leur situation (un bon nombre d’entre elles devaient bénéficier d’un relogement en appartement trois ou quatre ans après l’expulsion mais sont toujours dans la galère sept ans après…). Read More

Paris : rassemblement le 2 juin porte de la Chapelle

Pas plus que les précédentes, l’expulsion le 9 mai dernier des campements de la porte de la Chapelle à Paris, près du camp « humanitaire » (voir ici et ) mis en place par la mairie et l’État, n’a réglé quoi que ce soit. Les capacités d’accueil sont insuffisantes, la volonté d’accueil n’est pas au rendez-vous (voir ici, ici et ). Les droits des personnes ne sont pas respectés, et dès le soir de l’expulsion des exilé-e-s dormaient dans les mêmes parages dans des conditions encore plus précaires. Read More

Grenoble : petit déj’ contre les expulsions

Ce Lundi 22 mai au tribunal d’instance de Grenoble, 3 maisons occupées passeront en procès pour « occupations sans droit ni titre ».

Ce mois de mai est une hécatombe pour les groupes et les personnes qui squattent des maisons et des immeubles dans l’agglo : trois expulsions pour le réseau du 22, le procès pour le camp Valmy, le Roxy Cooper expulsé, le camp derrière Cémoi menacé, des actions militantes asphyxiées (CHU, CCAS), GEG qui court derrière rue Jay et bien d’autres expulsions dont nous ne savons rien (expulsions locatives notamment). Read More

Montpellier: expulsion du Royal après plus d’un an d’existence

Le Royal Occupé, lieu d’habitation et d’activités politiques emblématique de la culture alternative montpelliéraine depuis un peu moins d’un an, a fermé ses portes ce jeudi 11 mai 2017 à 5h50 du matin.

Le squat du Royal, dont l’occupation avait débuté le 30 mars 2016 durant le mouvement contre la loi Travail, a vu ses occupants expulsés ce jeudi 11 mai. Une vingtaine de personnes ont ainsi perdu leur toit, et Montpellier est en deuil d’un lieu de culture alternative et anticapitaliste. Read More