Toulouse: Le CREA expulsé, et maintenant ?

Toulouse, expulsion du CSA/CREA, le 28 août 2012

Mardi 28 août 2012, à la demande des ministères concernés, le préfet de la Haute Garonne a fait procéder à 6h du matin à l’expulsion du bâtiment appartenant à l’État (AFPA) occupé par le CREA depuis avril 2011. Ce bâtiment accueillait de nombreuses familles en attente de solutions d’hébergement ou de logement.

Dès 6h du matin, une centaine de gendarmes et policiers ont bloqué le quartier pour pénétrer dans le bâtiment afin d’en chasser ses habitants, dont certains s’étaient réfugiés sur le toit. Arrestations violentes, coups de tazer (5 fois sur une même personne !), destruction de l’intérieur du bâtiment, ils n’ont pas chômé ! Read More

Forcalquier (04): Ouverture de « La Gendarme Rit »

la-gendarme-rit-nord

Infos reçues par mail:

Le 23 août 2012

Bonjour,

Nous avons ouvert depuis la mi-juillet dans les bâtiments abandonnés d’une ancienne gendarmerie à Forcalquier (04) un lieu d’habitation où nous souhaitons développer des activités et contester la politique de gentrification de cette petite ville rose. Nous sommes en train de raccorder l’électricité et l’eau et de nous y installer mais le propriétaire, le Conseil général (rose aussi), est en passe de porter l’affaire devant la justice en vue de nous expulser (pas encore reçu de courrier)… Read More

Toulouse: Expulsion du Créa en cours au 70 allée des demoiselles besoin de monde

Expulsion_CREA_Toulouse

C’est quoi ce raffut ? C’est le bruit des bottes qui viennent écraser les espaces de liberté qui suffoquaient déjà. C’est l’expulsion maintenant et manu militari par la justice et son bras armé, la police, du CREA-CSA au 70 allée des demoiselles. Pour 40 personnes, dont 15 gamins, c’est : « plus de maison, plus de toit, ce soir démerde toi ! ». Depuis avril 2011, on avait fait d’un bâtiment vide, un bâtiment vivant. Le 70 allée des demoiselles c’était un vrai lieu de vie, un centre social autogéré avec des activités, des ateliers, une piscine, un lieu de rencontres, de concerts, un lieu d’organisation, de solidarité et d’entraide. Dans cet espace libéré, on s’amusait, on se cultivait, bref on vivait bien sans que ça coûte walou à personne. Sauf que lorsque l’autogestion fonctionne et coûte que dalle, pour le grand capital, c’est mal! Et ses ardents défenseurs, les pouvoirs publics, sortent l’artillerie lourde pour nous dégager. Read More

Toulouse: Même pas peur! La ville est à nous!

CREA_Toulouse

Aujourd’hui, 20 aout 2012, la police française s’est encore ridiculisée.
Le flic Tisseyre (1), en civil, comme à chaque fois qu’il vient participer à l’expulsion de pauvres pour les remettre à la rue et laisser des bâtiments vides, s’est glissé comme un fourbe dans la commission « sécurité incendie » chargée de vérifier les extincteurs de la Maison Goudouli. Arrivé dans la cour partagée avec le Centre Social Autogéré, s’étant entendu avec un pompier mais sans se présenter, le petit flic tisseyre décide vaillament d’essayer d’entrer au Centre Social Autogéré « pour vérifier l’ouverture de la porte de l’intérieur », mais pas pour préparer l’expulsion du CSA bien-sûr, pour la sécurité des habitants en cas d’incendie… Si si, il a vraiment essayé de faire croire ça. Vous savez l’ »hygiène et la sécurité » si importantes pour la préfecture qu’elle cherche depuis un an et demi à renvoyer les habitant.e.s du CSA crever à la rue « pour leur bien » (40 personnes dont 15 gosses). Read More

Tags: ,

Milan: Risque d’évacuation à la Villa Vegan

villa_vegan_milano

À la mi-juillet 2012, des patrouilles de flics se sont présentées aux adresses de résidence de deux des habitants de la Villa Vegan occupée à Milan, ces derniers ont délivré des documents de fin d’enquête relative à l’occupation du lieu. Nous rappelons que la Villa est un espace anarchiste vegan, occupé depuis plus de 14 années, pendant lesquelles elle a toujours été un point de référence pour des initiatives, des concerts, des soirées de soutien, des mobilisations et débats sur de nombreux aspects de la lutte antiautoritaire contre la domination, refusant toujours quelconque type de rapport avec les institutions. Entre les luttes portées, il y a celles pour la libération animale et de la terre, contre la civilisation, les centres de rétentions et les prisons, la répression, le sexisme, le capitalisme, etc. De plus, à la Villa il y a aussi un atelier vélo, une salle de répét’ et d’enregistrement et un jardin potager, activités autogérées et hors de toute logique marchande. Read More

Toulouse: Expulsables et solidaires!

CSA/CREA, Toulouse (juillet 2012)

Ça y est c’est parti, la deadline c’est fini et l’expulsabilité c’est maintenant!

Alors au CREA, on continue comme on peut, entre défense, résistance et pieds dans l’eau de la piscine. Faut pas déconner, il fait chaud et la vie continue, la violence de l’État et de ses sbires ne nous arrêtera pas. Ils veulent mettre fin à un an et demi de projet, de centre social autogéré, nous on leur répond : c’est notre maison, on n’en bouge pas. Pas question qu’on nous dise là où on doit habiter.
Read More

Tags: ,

Paris: Expulsion du 64 rue des cascades, et interpellations lors de la marche contre l’expulsion du 260 rue des Pyrénées

Paris 20e, rue du retrait (juin 2012)

A Paris, l’été se veut répressif, sans surprise.

Vendredi 10 août, 20e arrondissement:

Vers 8h du matin, le squat du 64 rue des cascades se fait expulser par de nombreux flics. Intervention assez speed, mais aucune arrestation à déplorer.

Dans l’après-midi, avait lieu une marche contre l’expulsion du 260 rue des Pyrénées:
Tout était calme, mais quatorze personnes ont été interpellées et embarquées par les flics, emmenées au commissariat du 11e arrondissement. Au départ arrêtées pour « manifestation illégale » alors qu’il s’agissait à ce moment-là d’une simple distribution de tracts au métro Ménilmontant…

Ventanilla (Pérou): Une violente expulsion de terres occupées par 2 000 personnes dégénère, les flics tuent un squatter

Ventanilla, Pérou (émeutes du 19 juillet 2012).

Le 19 juillet dernier au Pérou, à Ventanilla, dans la région de Callao, des affrontements violents ont opposé plusieurs centaines de personnes aux forces de l’ordre.

La police est venue expulser ces centaines de squatters qui, au fil des années, se sont construits leurs propres logements avec les moyens du bord. Au Pérou comme partout ailleurs, la propriété privée prime sur tout le reste. Plus de 2 000 personnes occupaient ces terres (et continuent de les occuper, pour une partie d’entre eux), abandonnées depuis une quarantaine d’années. Read More

Province du Guangdong (Chine): Emeute de paysans spoliés

Province du Guangdong, Chine, le 12 juillet 2012.

La police anti-émeute a affronté des villageois dans le district de Yangshan (province du Guangdong), le 12 juillet, pour protéger d’autres policiers et des responsables du parti « communiste » chinois et des autorités locales séquestrés par les villageois. Les villageois accusent ces responsables de les avoir forcés à accepter une expulsion, moyennant un dédommagement symbolique. Les mêmes autorités avaient ensuite loué ces terres au prix fort à un grand groupe minier. Les paysans ont résisté aux forces anti-émeutes au moyen de gourdins et de cocktails Molotov. Read More

Dijon: Expulsions illégales, les autorités locales récidivent !

Dijon, expulsion d'un squat de Rroms, le 10 août 2012.

Une cinquantaine de Rroms ont été expulsés vendredi 10 août aux alentours de 21h30 d’un bâtiment appartenant au Grand Dijon.

Communiqué de l’Espace Autogéré des Tanneries:

Il y a une semaine, les familles avaient élu domicile dans ce hangar désaffecté sur le site des anciens abattoirs, après avoir dû fuir leur ancien logement menacé d’expulsion. Ces locaux appartenant à la mairie de Dijon étaient vide depuis des années dans l’attente d’un projet d’urbanisme et le resteront sans nul doute pendant un certain temps encore. Read More

Grenoble: La mairie de La Tronche n’a jamais autant pué !

expulsion-la-tronche

Suite à l’expulsion récente du campement de Roms de La Tronche, des affiches ont été collées et des matières nauséabondes ont été déversées sur le perron de la mairie de cette commune. ci dessous le communiqué :

APRES LES DISCOURS NAUSEABONDS, LA PUANTEUR DE LA REPRESSION

Le 26 juillet, à 6 heures du matin, une centaine de policiers ont encerclé le campement de La Tronche, en Isère. Celui-ci était habité depuis deux ans, principalement par des Roms roumains. Les personnes qui vivaient là ont été sommées par les forces de « l’ordre » d’abandonner leurs cabanes ou leurs caravanes — immédiatement détruites par les pelles mécaniques, contraintes de n’emporter avec elles qu’un seul ballot d’affaires personnelles. De nombreuses OQTF (Obligation à Quitter le Territoire Français) ont été distribuées, pour la plupart illégales. Les personnes, avec de nombreux enfants et nourrissons, se sont retrouvées livrées à la rue, traquées et chassées par la police pour éviter qu’elles ne s’installent ailleurs. D’autres ont été incarcérées en centre de rétention. Read More

Paris: Vendredi 10 août, marche des habitant.e.s du 260

Bougez avec la Poste!

Marche des habitant.e.s du 260 rue des Pyrénées pour le maintien de l’occupation, contre le harcèlement permanent de la mairie du 20e et de la préfecture.

– Pour le maintien de l’occupation du 260
– Pour l’occupation des logements vides
– Contre la mairie qui tente par tous les moyens de nous expulser pendant l’été

Rendez-vous vendredi 10 août, à 13h, devant le 260 ! Read More

Paris: Communiqué des habitants du 260 rue des Pyrénées suite à l’opération de police du 3 août 2012

Se loger, s'organiser

Ce matin à 8 heures, des CRS et autres flics sont entrés au 260 rue des Pyrénées en forçant la porte. Ils ont ensuite défoncé l’intégralité des portes des chambres et ont insulté et brutalisé les habitants, les menaçant avec diverses armes (tasers, flash balls, etc.). Ils sont restés une heure dans le bâtiment, accompagnés d’un architecte venu vérifier s’il n’y avait pas de péril (c’est-à-dire si le bâtiment ne risque pas de s’effondrer ou de brûler) et s’il n’y avait pas de branchements sauvages, ainsi que d’un huissier venu recenser le nombre d’habitants.

Ils ont également pris les effets personnels de certains habitants, ont pris des photos et autres renseignements sur l’occupation des lieux, les convictions politiques des habitants, etc. Ils cherchent manifestement tous les prétextes pour nous expulser. Read More