Thane (Inde): émeute paysanne contre la saisie de terres par le Ministère de la Défense

Jeudi 22 juin 2017, des paysan-ne-s ont manifesté contre l’appropriation par le Ministère de la Défense d’un terrain gigantesque à Nevali (situé près de Thane, à environ 50km de Bombay), où l’armée compte construire un lieu de stockage d’armement et des résidences militaires. L’armée a déjà commencé à ériger un mur de délimitation… Des affrontements avec la police ont eu lieu (plus d’une vingtaine de blessés, dont douze policiers), des voitures ont été brûlées (dont une camionnette de police), et l’autoroute Thane-Badlapur a été bloquée par des pneus enflammés et des gros morceaux de bois. Read More

Rangoun (Birmanie/Myanmar): le pouvoir « démocratique » pas forcément mieux que la junte militaire sur la question du logement…

Lundi 12 juin 2017, à Hlegu, dans la banlieue nord de Rangoun, la plus grande ville de Birmanie, les forces de l’ordre ont commencé à démanteler un gigantesque bidonville (qui est constitué d’environ 4 000 habitations), dans le but de laisser place aux investisseurs capitalistes et à des constructions d’immeubles auxquels les squatteur-euse-s n’auront jamais accès…

Plusieurs centaines d’employés de chantier envoyés par les autorités locales étaient munis de bâtons en bambou, et bien sûr ils étaient escortés par des flics armés (environ 200). Read More

Gurgaon/Gurugram (Inde): un village en révolte contre la dépossession de ses terres

Le mardi 7 juin 2017, dans le village de Ramgarh situé à côté de Badshahpur, en banlieue de Gurugram/Gurgaon, dans le nord de l’Inde, plus d’une centaine d’habitant-e-s ont affronté la police de Gurugram.

En cause, le projet de construction de la société immobilière indienne Ansal qui vise à s’approprier une bonne partie du territoire de ce village.

Lors des affrontements, plus d’une douzaine d’officiers de police ont été blessés, dont le commissaire Rajendra Yadav qui a été touché à la tête par une brique (et cinq ou six autres emmenés à l’hôpital). L’ordre capitaliste a été restauré après plusieurs heures d’émeutes.
Au moins deux villageois-es ont été blessé-e-s au point d’être emmené-e-s à l’hôpital. Trois autres ont été arrêté-e-s et placé-e-s en gardav.

Selon les villageois-es révolté-e-s, la société Ansal leur avait promis des compensations financières conséquentes pour l’appropriation de leurs terrains, mais ces compensations sont bien en-dessous de ce qui a été promis. Donc quand illes ont vu des employés installer des grilles et des murs de délimitation de chantier, les esprits se sont vite échauffés et les travaux n’ont pas pu réellement commencer. Assez vite, les flics ont ramené leurs sales faces, et la foule les a accueillis à coups de pierres. Read More

Chengdu (Chine): un rassemblement pour des logements est attaqué par la police

En cette fin mai 2017, à Chengdu, dans la province du Sichuan, plus de 500 personnes, expulsées ces dernières années des quartiers Huacheng Yili, Huilong et Shizi, se sont rassemblées devant le siège social de la société immobilière responsable de leur situation (un bon nombre d’entre elles devaient bénéficier d’un relogement en appartement trois ou quatre ans après l’expulsion mais sont toujours dans la galère sept ans après…). Read More

Dong Tam (Vietnam): des villageois-es en lutte se barricadent et retiennent des flics en otage

Le mois dernier, le dimanche 16 avril 2017, dans le village de Dong Tam, à proximité de Hanoï, des affrontements violents ont opposé des habitant-e-s aux policiers, les jets de pierres forçant ces derniers à reculer… Dans la foulée de ces émeutes, environ une quarantaine de policiers ont été retenus en otage dans un gymnase par des villageois-es en colère qui protestaient contre la confiscation de leurs terres par l’armée. Read More

Province de Kratie (Cambodge): l’armée tente d’exproprier des villageois-es

Le vendredi 7 avril 2017, dans le district de Sambor, situé dans la province de Kratie, des villageois-es impliqué-es dans un conflit de longue durée avec les autorités à propos du terrain qu’ils occupent ont empêché des militaires d’installer une clôture qui servirait à délimiter un terrain que l’armée compte utiliser pour des entraînements de snipers…

Depuis deux ans, le conflit entre les villageois-es et l’armée porte sur un terrain de 20 hectares sur la commune de O’Krieng. Ce vendredi 7 avril, une dizaine de soldats du régiment 42-Ngor de l’armée cambodgienne (l’un d’entre eux étant clairement équipé d’un fusil…) se sont opposés aux villageois-es, qui cultivent ces terrains depuis 1997. Read More

Phnom Penh (Cambodge): bref récit de la manif du World Habitat Day

Lundi 10 octobre 2016, une manifestation s’est tenue à Phnom Penh dans le cadre du World Habitat Day.

La revendication principale était simple: que le gouvernement cambodgien cesse d’expulser les gens de leurs logements et de leurs terres.

Dans le pays ces dernières années, des dizaines de milliers de personnes ont été expulsées pour laisser place à des projets capitalistes. Read More

Dacca (Bangladesh): la destruction d’un bidonville est interrompue par une émeute !

Dans la matinée du jeudi 21 janvier 2016, l’expulsion d’un bidonville du quartier de Kalyanpur, à Dacca, a donné lieu à des affrontements entre squatters et policiers.

L’expulsion était coordonnée de manière à ce que la destruction du bidonville soit effectuée dans la foulée de l’expulsion.

Mais les affrontements ont poussé les autorités locales à suspendre l’opération d’expulsion-destruction, laissant trois mois supplémentaires aux occupant-e-s pour dégager… Read More

Jakarta (Indonésie): des émeutes contre l’expulsion d’un bidonville

Jeudi 20 août dernier, à Kampung Pulo, dans la kota de Jakarta-Est, la police indonésienne a attaqué un bidonville pour y expulser ses habitant-e-s et détruire ses habitations.

Les habitant-e-s ne se sont pas laissé faire et une foule imposante s’est opposée aux forces de l’ordre. La police anti-émeute a tenté de repousser la foule avec des gaz lacrymogènes et un canon à eau, tandis que les habitant-e-s lançaient des pierres et des cocktails Molotov sur les flics. Pendant les affrontements, au moins une pelleteuse servant à démolir le bidonville a été incendiée par un cocktail Molotov, et les flics n’ont pas seulement fait usage d’un canon à eau et de lacrymos, ils ont aussi et surtout riposté eux aussi en caillassant les émeutier-e-s ! Read More

Islamabad (Pakistan): la destruction de nombreuses habitations d’un bidonville par les autorités provoque des émeutes

Ce jeudi 30 juillet 2015, les autorités pakistanaises (Capital Development Authority – CDA) ont envoyé de nombreux employés détruire des centaines d’habitations du plus grand bidonville de la capitale, Afghan Basti, situé dans le secteur I-11 d’Islamabad.

La plupart des habitant-e-s (dont beaucoup d’Afghan-e-s) ne les ont pas laissé faire, ce qui a rapidement fait venir sur place environ 1 500 flics ! Des émeutes ont alors éclaté, à base du classique pierres vs lacrymos et matraques.

Malgré les ralentissements évidents de l’opération de démolition (qui a dû être complètement arrêtée à plusieurs reprises), en une journée, environ 20% des plus de 1 000 habitations auraient été détruites… Read More

Gurgaon (Inde): une opération d’expulsion massive provoque de violents affrontements

En avril dernier, à Gurgaon, l’HUDA (Autorité de développement urbain de l’État de l’Haryana) et la police de Gurgaon avaient en partie détruit plus de 200 maisons dans le secteur 47, sans réussir à expulser ses habitant-e-s, qui étaient resté-e-s sur place, déterminé-e-s à ne pas quitter leur quartier. Certain-e-s habitant-e-s affirment vivre là génération après génération depuis plus de 100 ans.

Vendredi 15 mai, les mêmes autorités locales sont retournées sur place pour forcer les habitant-e-s expulsé-e-s à dégager du vaste terrain qu’elles convoitent. Plus de 400 flics ont commencé, dans la matinée, à installer une clôture pour délimiter le terrain (et démolir les habitations restantes), mais ont directement fait face à une résistance acharnée. Les habitant-e-s du quartier ont repoussé les flics en leur lançant des pierres et en mettant le feu en divers endroits du terrain. Read More

Naypyidaw (Birmanie/Myanmar): deux squatteuses de plus de 80 ans condamnées à de la prison !

Tin Hlaing a 88 ans ; elle vit dans le township Lewe de la capitale birmane Naypyidaw. Daw Nyo a 82 ans ; elle vit dans le village de Shansu. Toutes deux ont été condamnées à un mois de prison pour occupation illégale, et forcées de détruire leur propre logement (sections 26 et 27).

Daw Nyo a été condamnée il y a un an, tandis que Tin Hlaing l’a été la semaine dernière. Selon le résultat du procès, elle devrait être incarcérée dans la prison de Yamethin. Read More

Dongguan (Chine): affrontements contre la construction d’un nouveau complexe résidentiel

Le 21 janvier 2015, à Dongguan (dans la province du Guangdong), des habitant-e-s d’un quartier de la ville ont affronté des employés d’un chantier de construction.

Dans le cadre de la construction d’un nouveau complexe résidentiel, les autorités avaient promis aux habitant-e-s du quartier que tout le monde bénéficierait de ces nouvelles installations, mais des murs de séparation empêchent l’accès de ce nouveau complexe résidentiel aux gens du quartier, obligeant les habitant-e-s du quartier à un détour important là où il leur suffisait auparavant de traverser une rue… Read More

Nanyang (Chine): des promoteurs immobiliers prêts à tout pour arriver à leurs fins…

À Nanyang, dans la province chinoise du Henan, une opération d’expulsion inhabituelle a eu lieu en cette fin de mois de décembre 2014: un promoteur immobilier a envoyé des hommes de main terroriser les habitant-e-s pour pouvoir les expulser, comme cela arrive trop souvent à travers le monde, en employant la force classique (tirs au lance-pierre dans les vitres des appartements ciblés, éclats de pétards aux alentours des habitations) ainsi qu’une « équipe sida de démolition » ! Read More

Chine: série d’émeutes du logement en octobre, contre les expulsions et la restructuration urbaine

En ce mois d’octobre 2014, des émeutes du logement ont eu lieu en différents endroits de la Chine.

À Zhumadian (province du Henan), suite à des expulsions de logements, lundi 13 octobre, des manifestant-e-s s’en sont pris aux policiers qui protégeaient un terrain (cf. photo ci-contre), mais la police a finalement pris le dessus, faisant plusieurs blessé-e-s côté manifestant-e-s.

C’est à Kunming (capitale de la province du Yunnan) que la révolte et la répression ont été les plus intenses: mardi 14 octobre, faisant face à un projet de développement urbain, des habitant-e-s d’un quartier rural de la ville, expulsé-e-s ou menacé-e-s d’expulsion, ont pris les rues de Yunnan pour exprimer leur colère. Read More