Berlin: appel de Syndikat. Sortez de la défensive !

Manifestation, 1er août – 20 heures – Herrfurthplatz, Berlin-Neukölln

Les temps sont durs, et pas seulement depuis le coronavirus. La fascisation de la société progresse. Le danger du socialisme et la haine de tout ce qui reste sont évoqués comme un moulin à prière. La théorie du fer à cheval jouit d’une grande popularité. Sous le couvert de théories totalitaires et loin de tout fait, on poursuit une équation constante de deux extrêmes supposés égaux contre un « milieu » bourgeois hystérique. Cette équation libérale-bourgeoise du socialisme et du fascisme a une certaine tradition en Allemagne, tout comme la collaboration de ce « milieu » bourgeois avec le fascisme afin d’agir contre le socialisme, ou contre tout ce qu’ils perçoivent comme un danger socialiste. C’est également le cas de leur anti-féminisme, autre interface entre le « milieu bourgeois-conservateur » et les fascistes, qui vise à maintenir les idées conservatrices de leur système de gouvernement en conservant l’ordre binaire des sexes et, à cette fin, tente de faire reculer les acquis des mouvements féministes.

Les attaques terroristes fascistes à Hanau et Halle, les réseaux de droite qui s’organisent et s’arment, les fascistes armés dans l’appareil d’État qui préparent une guerre civile, les services secrets et l’implication de l’État dans la NSU qui sont gardés sous clé. Cette liste pourrait facilement être étendue. Le danger fasciste est réel. Read More

Berlin: appel à manifester le 1er août à Neukölln

La nouvelle phase des expulsions a commencé. Non pas, comme prévu, avec l’expulsion annoncée du Kiezkneipe (bar de quartier) Syndikat, mais avec une attaque des flics.
Une attaque qui a été masquée comme une descente de police, avec le projet de la transformer en une expulsion de parties de notre maison. Elle a été coordonnée avec des figures dégoûtantes représentant le soi-disant propriétaire, afin de prendre le contrôle d’un espace qui est une épine dans le pied d’une métropole européenne pacifiée. Le 9 juillet et les jours suivants, nous nous sommes défendu-es et avons réduit en cendres leurs plans foireux : reprendre l’appartement expulsé, chasser les flics et les bureaucrates et reprendre le contrôle de notre maison.

Cela n’aurait pas été possible sans la lutte commune et la solidarité qui va bien au-delà de notre petit quartier rebelle. De nombreuses personnes ont participé aux rassemblements spontanés devant la maison et aux manifestations nocturnes dans les quartiers les plus riches de Berlin. Tandis que certain-es cuisinaient pour tout le monde, d’autres participaient aux équipes qui se relayaient 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 autour de la maison. Beaucoup de choses détruites par les flics ont été reconstruites presque immédiatement et différents groupes ont revendiqué des actions de solidarité avec Rigaer94. Montrant une fois de plus que la solidarité sous toutes ses formes est notre arme la plus puissante contre les attaques coordonnées de l’État contre le mouvement et ses prochaines tentatives d’expulsion de nos espaces à Berlin. Read More

Berlin (Allemagne): la solidarité c’est l’attaque – aucune expulsion sans réponse

Aujourd’hui (10 juillet 2020), comme première réponse à la descente policière et aux expulsions qui ont eu lieu dans le bâtiment de devant du squat Rigaer94, nous avons attaqué avec des pierres une succursale de la Berliner Sparkasse, dans le quartier de Lichtenberg, et en avons détruit les vitrines.

La descente policière et l’expulsion sont le début de l’élimination de divers projets d’habitation, prévue pour les mois à venir. En plus de l’attaque d’un de nos espaces, le raid d’hier concernait l’extension du siège policier de la partie nord du quartier de Friedrichshain et la tentative de préparer le cadre de l’expulsion de Liebig34. Cela ne restera pas sans conséquences. Read More

Berlin: Rigaer94, nouvelle tentative d’expulsion

Aujourd’hui à 7 heures du matin, une centaine de flics anti-émeutes sont passés sur les bicyclettes de la cour de la Rigaerstrasse 93 pour franchir la clôture et entrer un par un dans notre cour. En même temps, ils ont occupé les toits de notre bloc. Les flics, ainsi que les LKA 5 et 6, ont ensuite accédé aux appartements du 3ème étage du bâtiment principal sous le prétexte d’une recherche de falsification de documents. Selon la presse, ils ont également fouillé un appartement sur la Karl-Marx-Allee.

Contrairement à leur procédure habituelle, ils se sont abstenus d’utiliser un hélicoptère et n’ont jusqu’à présent pas tenté de pénétrer dans le bâtiment arrière. Entre-temps, ils ont ramené le pire avocat en activité en ville, Markus Bernau, autour du bâtiment principal, probablement dans l’intention de le soutenir dans des actions en justice contre les appartements qui y sont occupés. Torsten Luschnat, qui pense être notre nouveau gestionnaire immobilier, a également eu accès à ces appartements. La soi-disante société propriétaire a déjà prouvé à plusieurs reprises devant les tribunaux qu’elle ne peut rien prouver, pas même sa légalité à nous poursuivre en justice. Les précédents arrêts de la Cour ont rejeté toutes les demandes. Read More

Berlin: 30 ans de la Liebig 34 – On ne s’arrête jamais !

La Liebig 34 fêtera son 30e anniversaire début juillet. Les menaces d’expulsion, le battage médiatique et les flics emmerdeurs ne peuvent plus rien gâcher de ce moment. Viva la Liebig !
Venez le 4 et 5 juillet au Liebig34 pour un programme intéressant. De plus amples informations suivront prochainement.
Il y a trente ans, après la chute du mur, des personnes d’origines diverses ont convergé à Berlin-Est pour profiter de l’opportunité offerte par la succession des événements et l’indicible taux de vacance. Des rues entières et des blocs de maisons ont été occupés, redessinés et remplis d’idées et de créativité. Les rues de Friedrichshain étaient pleines de vie et de solidarité concrète. À un coin de rue, il y avait une discussion publique, dans le cinéma en plein air suivant, et on y préparait de la nourriture pour toute la rue.
C’est également à ces heures que se situe l’origine de notre collectif, qui est entré dans les locaux de la Liebigstraße 34 en juillet 1990 et a ainsi donné naissance à ce projet. Dans les années suivantes, beaucoup de choses ont changé : la rénovation est devenue un projet de maison féministe sans hommes cis. Grâce à un travail acharné et des années de lutte, on a essayé de créer un refuge et d’offrir une alternative au quotidien cis-sexiste.
Aujourd’hui, 30 ans plus tard, le projet doit-il prendre fin ? Read More

Berlin: Exproprions tout !

À Berlin, socialiser la propriété pour lutter contre la gentrification.

Le 23 février dernier, pour freiner la flambée du prix du logement provoquée par la gentrification de Berlin, les loyers de la capitale allemande ont été gelés pour une durée de cinq ans. Mais cette mesure cache mal le moteur principal de la gentrification, c’est-à-dire la place grandissante de l’immobilier dans la stratégie de croissance mondiale du capital. Représentant aujourd’hui 60 % des actifs mondiaux, l’immobilier façonne désormais l’espace urbain dans une seule optique : engendrer toujours plus de profit. Face à cette déferlante, les militant·es berlinois·es du logement luttent pour l’expropriation des propriétaires immobiliers. Pour sortir définitivement le logement de sa logique marchande et se réapproprier nos villes comme nos vies.

C’est un samedi exceptionnellement chaud à Berlin – si cela a encore du sens de qualifier une météo d’« exceptionnelle ». Je me réveille tôt, lis un peu, réponds à mes mails, change quelques couches-culottes, puis je sors retrouver des ami·es au café avant la grande manifestation. La manif « contre l’indécence des loyers » ou Mietenwahnsinn est un rassemblement annuel de dizaines de milliers de Berlinois·es à Alexanderplatz pour dénoncer la hausse prétendument inéluctable des loyers dans la capitale allemande. Et comme dans toutes les grosses manifs ici, on se croirait à une fête. Read More

Berlin: Liebig34 vous invite à son procès. Le chaos plutôt que l’expulsion !

Le 3 juin 2020, l’expulsion de Liebig34 sera probablement annoncée au tribunal ultra sécurisé de Tiergarten. On suppose qu’après deux tentatives infructueuses, le verdict sera finalement prononcé, ce qui rendra plus probable l’expulsion du projet féministe anarcho-queer. Cependant, le collectif ne veut pas l’accepter et continuera à résister. Parce que : Les maisons, celles et ceux qui en ont besoin !
Dans le passé, il y a eu de nombreuses tentatives de condamner et de criminaliser devant les tribunaux notre protestation contre les expulsions des projets menacés. Ils essaient de nous garder en petit nombre par la répression et la surveillance. On le voit, par exemple, dans la nouvelle classification du collectif Liebig34 comme « extrémiste de gauche » par la saleté constitutionnelle et le comportement agressif et provocateur des flics du BPE jour après jour dans les quartiers dangereux de cette ville.
Les tribunaux décident constamment POUR les gagnant-es et CONTRE les marginaux et les opprimé-es dans ce système patriarcal, raciste et capitaliste. Nous n’avons aucune confiance dans cet État injuste, qui protège les auteurs et les actes fascistes et qui décide en fonction des intérêts du capital. Nous nous opposons à ce système et ne céderons jamais.
C’est pourquoi nous créons notre propre version du verdict et de ces farces de procès d’expulsion et n’allons pas à Moabit au tribunal. Nous nous prononçons contre une expulsion et cela seul compte.
Venez devant le numéro 34 de la Liebigstraße le 3 juin à partir de 9 heures. Il y aura d’abord des spectacles, puis un brunch.
Participez également aux actions du 2 juin et montrez votre solidarité avec les projets menacés d’expulsion : décentralisé-es et chaotiques ! Read More

Berlin: réouvrir et se réapproprier l’espace collectif de lutte

Un bref appel à la réouverture de nos structures.

Maintenant que les artères du système capitaliste vibrent à nouveau au rythme de la production et de la consommation, nous trouvons la réouverture de Kadterschmiede et d’autres espaces communs des projets aussi importants que ceux mentionnés dans notre texte précédent. [1]
Pendant la fermeture « officieuse », les gens étaient poussés à continuer à travailler ou les entreprises trouvaient la solution alternative du bureau à domicile pour éviter une panne. Depuis près d’un mois maintenant, le secteur de l’éducation est à nouveau ouvert. Dans le même temps, les espaces publics sont constamment attaqués pour empêcher les interactions politiques et sociales.

À une époque où ce sont surtout les fascistes qui récupèrent les sphères publiques et où les flics essaient de contrôler tous les coins de la ville, nos espaces ne peuvent plus être maintenus fermés. Read More

Berlin: sur la fermeture de la Kadterschmiede et notre approche des espaces ouverts

Mercredi 25 mars

Nous recevons un appel de notre avocat, qui nous transmet une menace téléphonique de la part des flics. Le contenu de la menace était qu’ils entreront dans le Rigaer94 si la Kadterschmiede n’est pas officiellement fermée. Nous avons alors annoncé, après une courte discussion forcée, via Twitter et sur notre site web, que nous n’ouvririons pas ce jour-là.

Déjà à environ 20 heures, il y avait une dizaine de voitures de flics dans les environs et à la Wedekindwache (commissariat dans le district sud de Friedrichshain), l’équipement lourd de l’unité technique était prêt. Pendant la majeure partie de la soirée, la zone située entre la Rigaerstrasse, la Zellestrasse et la place du quartier a été occupée par les flics et sans le moindre mouvement possible. Devant notre porte se trouvait à nouveau l’unité BP (Brennpunkt- und Präsenzeinheit [1] ). Les médias et les principaux magazines à sensation attendaient également dans la rue dès le début de la soirée.

Quelques jours plus tôt, nous avions publié un texte intitulé « L’auto-organisation en cas d’état d’urgence – Pourquoi nous considérons que les espaces sociaux ouverts sont importants » [2] et nous avions posé des affiches dans les rues. Même si nous sommes toujours politiquement d’accord avec cette affiche, c’était un peu vague à deux égards. Nous n’avions pas non plus pris en compte la réaction de notre ennemi sous la forme de l’État, ni levé toutes les incertitudes concernant les mesures d’hygiène. Ainsi, en l’absence d’une discussion et d’une analyse plus approfondies sur l’ouverture de nos espaces, nous n’étions pas préparé.es à la répression qui allait commencer mercredi. Nous sommes donc tombé.es directement dans notre propre piège car nous n’étions pas en mesure de défendre collectivement une décision que nous aurions pu prendre. Read More

Berlin: « nous continuerons à occuper…

…jusqu’à ce que nous n’ayons plus à le faire », écrivions-nous toujours. En cas de « catastrophe », cette formulation peut être complétée par un appel : « Vous devez participer !

Covid-19 envahit de plus en plus de régions du monde et il devient évident que la soi-disant catastrophe est la règle. Car là où les gens sont appelés par le soi-disant nécessaire et strict État père à « rester à la maison », tout le monde n’a pas de foyer. Comme si cela ne suffisait pas, l’État lui-même a longtemps fait augmenter le nombre de sans-abri en les expulsant. Dans le même temps, il ferme ses centres d’accueil de jour, dont les sans-abri ont besoin pour le pain de miséricorde, d’un peu d’eau et de savon. Dans son double standard effronté, il nous exhorte ensuite de façon patriarcale : « Attention à l’hygiène! »

« Évitez les contacts sociaux », nous demandent les gouvernements. Mais où les sans-papiers devraient-ils se replier lorsqu’ils sont entassés dans des camps et des prisons de déportation aux frontières extérieures de l’Europe et dans la périphérie allemande ? Avec les droits de l’homme – tels que l’asile, la liberté de mouvement et le logement – ils ont également été privés de la possibilité de se protéger efficacement contre le Covid-19. Read More

Berlin & Leipzig (Allemagne): quelques coups dans les vitrines de la gentrification

Berlin : Déclarons la guerre à Engel&Völkers – 5 mars 2020

Le nombre de sans-abri n’a jamais été aussi élevé que depuis les années 2000. Il augmente de façon constante depuis des années.

Les gens sont de plus en plus contraints à payer des loyers hors-de-prix et dans un premier temps sont poussés dans le rouge financièrement, puis à être sans abri. L’augmentation des loyers, le manque de logements sociaux et les logements vides renforcent ce symptôme de gentrification.

Read More

Berlin: celui qui achète Köpi s’attire des ennuis…

Berlin est le numéro un national en ce qui concerne l’augmentation rapide de la valeur des biens immobiliers. C’est ce que révèle le dernier « Global Residential Cities Index ». Il n’est donc pas surprenant qu’après quelques années de paix relative, le Köpi soit redevenu désirable pour les investisseurs en raison de son énorme potentiel de profit. Cette fois-ci, le propriétaire « fait les choses en grand » et propose le Köpi et le parc à roulottes adjacent dans le cadre d’un ensemble immobilier lourd de près de 100 millions d’euros. En ces temps de capitalisme de casino et de politique de taux zéro, il n’est pas surprenant que plusieurs clients potentiels soient déjà intéressés par cette offre… Read More

Berlin: Tu Mal Wat! La VilLA54 squattée

Pendant les journées d’action Tu-Mal-Wat, nous avons squatté l’ancienne brasserie de la Lansberger Allee 54. Là où les anciennes maisons berlinoises de l’Est rencontrent des logements de luxe neufs et stériles, se trouve ce beau bâtiment, qui est déjà vide depuis sept ans. Au lieu de disposer d’un espace de quartier non hiérarchique et auto-organisé, la vacance spéculative était jusqu’à présent dépassée.

Cette époque est révolue. Alors que le conseil municipal pour la construction, Florian Schmidt, souhaite laisser 10% de ce complexe pour un usage non commercial, nous n’attendrons pas que les politiciens agissent et prennent l’affaire en main. Nous ne nous intéressons pas à la logique du profit des grandes entreprises, mais à un lieu libre de tout pouvoir, où tous ceux qui veulent participer sont les bienvenus. Les voisins de la météo, les personnes marginalisées ou marginalisées par la société, les initiatives et les groupes qui cherchent des chambres et aussi les personnes curieuses. Read More

Berlin: raid de la police au Liebig34

Samedi 20 juillet, les flics ont attaqué le Liebig34, lieu anarcho-queer-féministe situé à Berlin, en Allemagne, et ont échantillonné mégots de cigarette, tasses et bouteilles vides. Appel à actions face à la répression étatique et à la criminalisation des modes de vie alternative.

Il est probable que la raison qui a motivé le raid soit les pavés jetés de la maison au cours des dernières semaines. Ainsi, après avoir ramassé des pierres sur la Dorfplatz (nom donné au croisement entre la Liebigstraße et la Rigaerstraße) vers 2h30 du matin, les flics ont obtenu une ordonnance du tribunal et un mandat de perquisition pour fouiller une partie de notre maison et sont revenus vers 6h30. Ils sont passés par l’arrière-cour et la porte d’entrée, ont scié les portes et défoncé les barricades et ont ensuite pu rentrer de force chez nous. Read More

Berlin (Allemagne): incendie de trois voitures du vautour de l’immobilier «Deutsche Wohnen»

Le 27 mars 2019, des « groupes autonomes » ont revendiqué l’incendie de trois voitures de la société immobilière Deutsche Wohnen à Berlin. Les incendiaires ont tenu entre autres à dédier « ce feu ardent ‘contre la ville des riches’ aux compagnon-ne-s en lutte, qu’ils/elles soient en taule ou en cavale ». Voici des extraits du communiqué:

Parc automobile de Deutsche Wohnen décimé. Journées d’action contre la folie des loyers inaugurées.

Cher-e-s voisin-e-s, locataires, expulsé-e-s, SDF et camarades/compagnon.ne.s,

Pendant que votre loyer augmente en continu et que vous êtes évincé-e-s ou expulsé-e-s par la force, votre propriétaire a pu augmenter son bénéfice annuel de 2018 de 11% en atteignant 480 millions d’euros, leurs actionnaires enregistrent des bénéfices d’1,9 milliard d’euros et leurs patrons gagnent 6 500 euros par jour. Read More