Leipzig (Allemagne): revendication de l’incendie d’une bagnole de flics lors du week-end émeutier contre la ville de riches

Bagnole de flics incendiée – Solidarité avec les prisonniers suite aux émeutes post-expulsion

Le 5 septembre, nous avons rendu inutilisable par le feu un véhicule de patrouille de police. Pendant qu’à Connewitz des personnes étaient en train d’attaquer les flics et des immeubles de luxe, nous sommes passés à l’acte à l’ouest de Leipzig sur la zone du centre logistique de la police. Les flics se mettent toujours entre les logements vides et ceux qui en ont besoin et sont donc vraiment une cible légitime pour nos attaques! Read More

Leipzig: la violence fait partie du problème – et le problème est le système

Jeudi dernier, il y a eu des affrontements avec la police autour de la Eisenbahnstraße et les jours suivants à Connewitz. Les événements de jeudi sont directement liés à la manifestation du jour J+1 qui a suivi l’expulsion de la Luwi71. Nous considérons les violences qui ont suivi à Connewitz également comme une réaction de solidarité à cette occupation et à d’autres. Nous aimerions donc contribuer en quelques lignes au débat sur la violence politiquement motivée à Leipzig.
Comme action directe, nous avons occupé pacifiquement la maison de la Ludwigstraße 71 pendant une semaine et demie. En quelques jours, la Luwi71 est devenue un lieu de rencontre dans le quartier. Les discussions sur le logement et les espaces ouverts autogérés sont à nouveau devenues un sujet de conversation dans différents horizons politiques.
Dès le début, nous avons fait part de notre volonté de négocier avec la ville et le propriétaire, nous avons étudié les utilisations possibles et proposé des pourparlers. Nous avons été heureu-ses que des représentants des autorités publiques et des partis politiques soient disposés à dialoguer avec nous, à exprimer leur solidarité avec nos préoccupations ou à formuler de sérieuses critiques. Read More

Leipzig: qui sème le vent, récolte la tempête

Nous revenons sur un long week-end rempli d’actions contre les expulsions, contre la gentrification et l’insupportable siège policier de nos quartiers. Après que deux maisons occupées aient été expulsées en très peu de temps, la colère à Leipzig a atteint son paroxysme une fois de plus.

Après l’expulsion du squat Luwi71 le mercredi, une manifestation du jour J+1 a été organisée le jeudi. Plusieurs centaines de personnes se sont jointes à la manifestation et ont exprimé leur colère face à l’expulsion du futur centre social près de la Eisenbahnstraße. Les flics ont été attaqués, des barricades ont été érigées et incendiées. Les affrontements ont duré plusieurs heures, au cours desquelles même une tentative de réouverture de la Luwi71 était engagée. Les flics tentèrent encore et encore de disperser les masses, mais au lieu de cela, de nombreuses petites manifestations se formèrent, qui firent progresser les affrontements. De nombreux personnes se joignirent aux masses qui furent dispersées à plusieurs reprises et pourtant se retrouvèrent. La colère contre le bureau de police et la criminalisation de la Eisenbahnstrasse, y compris la zone sans arme, était clairement palpable. Au cours des affrontements et après plusieurs tentatives infructueuses des policiers, ceux-ci ont commencé à tirer au hasard des gaz lacrymogènes dans la foule. Des munitions interdites par la loi ont été utilisées, également contre des journalistes, cela ne surprendra personne connaissant la police saxonne. Read More

Leipzig: communiqué sur la manifestation « Unissons nos luttes, pour un quartier solidaire ! »

Dans la soirée du 5 septembre, nous avons organisé la manifestation « Unissons nos luttes – Pour un quartier solidaire » avec comme point de départ le Hildebrandpark à Connewitz.

Dans nos discours, nous avons parlé des expulsions à Connewitz et à Leipzig. Nous avons critiqué les nouveaux projets de construction, car ils ne sont plus abordables pour de nombreuses personnes ici et l’espace de vie se raréfie et devient plus cher. En conséquence, de nombreuses personnes qui vivent ici depuis des années doivent quitter le quartier. Les réseaux sociaux, les structures qui se sont développées au fil des ans et les cercles d’ami-es sont détruits.

Nous avons déclaré notre solidarité avec les squatters des dernières semaines à Leipzig, à la Ludwigstraße 71 et à la Bornaische Straße 34, et nous avons lu un message de solidarité pour les squatters de la LuWi qui ont été expulsé-es. Un discours a exprimé notre solidarité avec le mouvement Black Lives Matter dans les soi-disant États-Unis. Nous nous joignons à la campagne Free Them All, qui exige la libération de tou-tes les prisonnièr-es de la rébellion de George Floyd. Read More

Leipzig: Luwi71 expulsée

Vous pouvez nous prendre la Luwi, mais pas nos rêves.

Le 2 septembre 2020, la Luwi71 a été expulsée. Vers six heures du matin, les flics ont essayé de s’introduire dans la maison. Grâce à de solides barricades, cela n’était pas possible avec le bélier. Seules les tronçonneuses ont donné accès aux autorités de l’État. Après environ trois heures, la police a annoncé la fin de l’opération. La Luwi était donc à nouveau vide et les rêves d’espaces ouverts non commerciaux et de logements abordables étaient en ruines comme la porte d’entrée.
Grâce à la solidarité et à la vigilance des habitant-es et à un système de surveillance qui épiait les mouvements des flics dans le quartier, les habitant-es de la maison ont tou-tes pu fuir la police à temps. Néanmoins, quatre personnes ont été embarquées près de la maison et leur identité a été établie. Trois personnes ont alors été conduites en garde à vue à Dimitroff. Deux personnes sont soupçonnées d’avoir commis une infraction. Iels sont accusé-es d’être des squatters. Pour la troisième personne, c’est un mandat d’arrêt, dû à une amende impayée en raison de la saisie erronée d’un timbre fiscal pour un chien. Une fois l’argent versé, cette personne est sortie.
Les deux autres ont également pu quitter le bureau de police vers dix heures et demie, mais d’après leurs propres déclarations, iels n’ont pas pu partir avant que l’on leur prélève leur ADN et que l’on mesure leurs oreilles.
Ainsi les profits et le capital sont supérieurs aux besoins des habitant-es de la ville. La propriété privée, en tant que valeur la plus sacrée de ce système, a une fois de plus gagné. Une fois de plus, l’État ne parvient pas à fournir un logement à tou-tes. Les besoins de la population sont secondaires dans ce système. Read More

Leipzig: Luwi71, les négociations au point mort

Aujourd’hui, les squatters ont parlé avec l’Office pour le logement et la rénovation urbaine. Le patron, M. Dr. -Ing. Frank Amey, est en contact direct avec le propriétaire et a annoncé que ce dernier a annulé les négociations prévues. Les spéculations du bureau sont que le propriétaire voulait démolir la maison et en construire une nouvelle. Cela n’est pas possible en raison de la loi pour la protection du bâtiment existant. Aujourd’hui, les intérêts du capital du ou des propriétaires se déplacent vers l’achat ou la location par les occupant-es.
Kaya, porte parole de Leipzig Besetzen, a expliqué : « Nous sommes en colère parce qu’il n’est pas possible de parler en tête-à-tête. Il nous est donc difficile de prendre au sérieux l’offre existante de discussions avec le propriétaire du bureau.
Sasha ajoute : « Si le propriétaire décide de venir à Leipzig, il sait où nous sommes et où nous allons séjourner. Au cours de la conversation, il est apparu que les forces de l’ordre pouvaient construire une situation de menace. Cela résulterait d’une éventuelle dégradation de la structure du bâtiment et des dommages sanitaires qui en résulteraient. Read More

Berlin, Leipzig, Karlsruhe (Allemagne): série d’incendies et d’attaques contre les expulsions

Berlin, 9 août 2020 : incendie d’un bâtisseur de la ville des riches

(Traduit de l’allemand de Chronik, 9 août)

Dans la nuit du 9 août, nous avons foutu le feu à un Pick-Up (1) appartenant au constructeur STRABAG (2) garé dans la Wadowstraße. Après l’expulsion de Syndikat et des attaques des flics contre plusieurs de nos manifs, nous avons tenu notre promesse de rembourser ces attaques en causant des dégâts matériels.
Prolongeons le jour X ! Read More

Leipzig: occupation de la Ludwigstraße 71

Communiqué de presse, occupation Ludwigstraße 71, 22 août 2020.

L’occupation de la Ludwigstraße 71 a survécu à la première nuit. Les militant-es sont toujours dans l’immeuble. Selon la LVZ, le propriétaire devrait venir à Leipzig mercredi et être prêt à parler aux militant-es. En attendant, la maison est sous surveillance policière.

« Nous serions heureu-ses que le propriétaire nous contacte aussi directement », déclare Kaya de Leipzig Besetzen. Depuis le début de l’occupation, le groupe a souligné sa volonté de mener des négociations sur un pied d’égalité et a présenté un concept d’utilisation.

« Nous attendons de la police qu’elle fasse preuve de retenue », convient Sasha, également de Leipzig Besetzen. La veille, la présence policière avait été renforcée dans les rues avoisinantes. Pendant ce temps, les policiers ont tenté d’accéder au bâtiment par la Mariannenstraße. Pour ce faire, la police a bloqué les portes d’entrée des immeubles résidentiels adjacents lorsque les résidents les quittaient. En outre, il y a eu des harcèlements de passant-es par des policiers. Read More

Leipzig (Allemagne): émeutes contre la gentrification du quartier de Connewitz

Dans le quartier de Connewitz à Leipzig, un projet immobilier vise à gentrifier une partie du quartier en augmentant les prix des loyers. [L’emplacement du] chantier de construction entre Wiedebachplatz et Ecksteinstraße empêche cependant la police de patrouiller et de contrôler une grande partie de la Bornaische Strasse. Ce chantier de construction est souvent attaqué par des personnes déclenchant des incendies volontaires. Le samedi 9 mai, entre 150 et 200 personnes, réparties en petits groupes (afin d’éviter une propagation du Coronavirus) étaient présentes sur le chantier lorsqu’un important incendie a été déclenché. Read More

Leipzig: communiqué sur les occupations fictives du 1er mai

Les occupations du 1er mai dans la Ludwigstraße et dans le Großzschocher étaient des occupations fictives. En raison de la crise du Corona, il fallait s’attendre à une répression policière et à l’interdiction des grandes manifestations de solidarité. Les militant.es ont donc décidé de choisir cette forme d’action symbolique pour attirer l’attention sur le début de leur campagne et pour libérer les forces et les énergies correspondantes. Une chose est claire : les formes d’action symboliques ne resteront pas, le but de la campagne est la création effective d’espaces autogérés et non commerciaux par l’occupation.

L’occupation est nécessaire parce que les gens sont tellement exclu.es de la codécision urbaine que leurs besoins ne sont pas entendus dans la politique urbaine. Tout aussi radicalement que l’industrie immobilière s’empare de la ville, les gens vont reprendre leur vie en ville. Dans chaque métier, les décideurs de la ville et la police sont ouverts à la prise en compte des intérêts des populations ou à leur expulsion directe, se faisant ainsi l’organe exécutif d’une politique de répression de la ville. Read More

Berlin & Leipzig (Allemagne): quelques coups dans les vitrines de la gentrification

Berlin : Déclarons la guerre à Engel&Völkers – 5 mars 2020

Le nombre de sans-abri n’a jamais été aussi élevé que depuis les années 2000. Il augmente de façon constante depuis des années.

Les gens sont de plus en plus contraints à payer des loyers hors-de-prix et dans un premier temps sont poussés dans le rouge financièrement, puis à être sans abri. L’augmentation des loyers, le manque de logements sociaux et les logements vides renforcent ce symptôme de gentrification.

Read More

Hambourg et Leipzig (Allemagne): actions directes contre la gentrification

Hambourg: attaque contre deux agences immobilières de la Elbchaussee

Ça a de nouveau pété sur le célèbre boulevard !

Dans la nuit du 28 au 29 mars 2019 à Hambourg, les vitres de deux agences immobilières de la principale rue d’émeute qu’est la Elbchaussee ont été détruites.

Contre la ville des riches !

Cela nous a réjoui de constater que, lors de cette même nuit, d’autres enragés ont attaqué le tribunal de Barmbeck. Read More

Forêt d’Hambach (Allemagne): la solidarité face à l’expulsion, c’est l’attaque !

Voici un aperçu des attaques nocturnes (dans la région rhénane et ailleurs en Allemagne), alors que l’expulsion avec son lot de violence et de répression étatiques se poursuit dans la forêt de Hambach. Si les raisons d’agir restent la solidarité active avec la lutte contre le projet minier de RWE à Hambach, la plupart des attaques ciblent principalement les entreprises qui ont participé de près à l’expulsion des occupant.e.s de la forêt. Cela nous rapelle forcément, dans une moindre mesure, les attaques enflammées dans la région nantaise au moment de la vague d’expulsion de la ZAD de Notre-Dame des Landes l’an dernier (par exemple, voir ici et ). Read More

Allemagne: attaques contre la propriété et ses défenseurs

Berlin, 17 octobre: visite destructrice aux bureaux de la société de construction DEGEWO.
« 5 500 expulsions par la force ont eu lieu entre 2008 et 2012 par les entreprises de logement de la ville. La plupart des raisons pour mettre les gens à la rue sont: les impayés de loyers, la sous-location illégale, les nuisances sonores ou négligence de l’appartement. En l’espace de 6 ans, la société de construction de logement „Gesobau“ arrive en tête avec 1 902 expulsions. Suit Dewego avec 1 223 expulsions puis la Gewobag avec 804 expulsions. […] Les expulsions forcées sont l’ultime moyen de restructuration à Berlin, encadrées par la violence de la police dans les zones de danger et par le renforcement de la surveillance et du contrôle dans les espaces de la ville et de nos vies quotidiennes, allant jusqu’au travail forcé. Read More

Leipzig (Allemagne): le commissariat de police du sud-ouest attaqué + solidarité avec le Black Triangle

Dans la nuit de lundi, nous avons attaqué le poste de police du sud-ouest de la Weißenfelser Straße. Les agents n’étaient pas dans le bâtiment à ce moment-là. Nous avons endommagé les fenêtres en verre securit, une enseigne de police et l’interphone, et avons pulvérisé le bâtiment d’une « substance noire ».

Par cette action, nous montrons notre opposition à l’État, aux flics et à la répression. Nous nous montrons solidaires avec tou.te.s nos ami.e.s qui ont été harcelé.e.s, blessé.e.s ou enfermé.es dans le cadre du sommet du G20, ou concerné.e.s d’une autre manière par la répression : vous n’êtes pas seul.es et soyez sûr.e.s que notre solidarité s’adresse à vous ! Read More