Grenoble: contre les détournements de procédure et les expulsions immédiates, occupation d’une nouvelle maison et de la mairie !

Le 20 janvier à Grenoble, une nouvelle occupation de maison a été rendue visible. Simultanément, il y a eu un rassemblement devant la maison et une occupation bruyante de la mairie de Grenoble.

L’occupation de la mairie a duré de 10h à 16h30.
La maison a été expulsée vers 16h, le rassemblement devant s’est fait gazer et violemment repousser et matraquer. Les 2 personnes présentes dans la maison ont été emmenées en garde-à-vue et sont sorties le lendemain avec une convocation à un procès pour dégradation, refus d’ADN et refus de signalétique…

Ci-dessous, le texte distribué durant l’occupation de la mairie et devant la maison squattée: Read More

Athènes (Grèce): réoccupation de squats à Koukaki

Le 11 janvier 2020, à Athènes, nous avons réoccupé les bâtiments de Panaitoliou 21 et de Matrozou 45. Expulsés le 18 décembre dernier en même temps que celui d’Arvali 3, les trois bâtiments formaient la communauté de squats de Koukaki, occupés depuis mars 2017.
L’opération de réoccupation a été entreprise par les militant.es de Koukaki, associé.es à plusieurs camarades entré.es avec nous dans les bâtiments, soutenus par 150 camarades à l’extérieur.

A Panaitoliou 21, face aux camarades en soutien posés sur les versants de la colline Filopapou (à cinq minutes de l’Acropole), une bannière a été déployée depuis la terrasse, sur laquelle on pouvait lire : “Réoccupation de nos vies, communautés de lutte dans chaque quartier”. Celle des camarades à l’extérieur affichait sa “ Solidarité avec les squats”.

A Matrozou 45, le rassemblement de soutien se tenait au pied du bâtiment, en pleine rue et au coeur du quartier. Banderole contre les airbnb et les flics, distribution de flyer à l’athénienne (lancée dans les rues), textes lus publiquements et distribués aux passant.es et aux habitant.es, l’événement est accueilli par les voisin.es avec joie et applaudissements. Rappelons que Koukaki est un des quartiers en plus forte gentrification à cause du AirbnB et du tourisme de masse, rien n’était donc pourtant gagné. Depuis la terrasse de Matrozou 45, une grande bannière a là encore été déployée affirmant : “Nous abattons les murs menant vers la liberté”. Read More

Notre-Dame-des-Landes: renouer avec la confrontation plutôt que de festoyer avec les bouffons de la légalisation

Le soir du vendredi 17 janvier 2020, le Mouvement de la ZAD, qui s’est vendu à l’Etat, entendait festoyer et célébrer le deuxième anniversaire de l’abandon du projet d’aéroport par un « banquet et un fest-noz organisés à la ferme de Bellevue ».

Cela n’a bien sûr pas été du goût de certain.e.s, qui, écoeuré.e.s à l’idée de laisser ces zadistes fêter ces deux années de tractation politicienne et de collaboration avec l’Etat, ont fait une contre-soirée sur la « Route des Chicanes », la RD281, histoire de raviver quelques flammes de la confrontation (toujours pas) passée. Read More

Grèce: Merry Crisis and Happy New Fear

Répression et résistance en Grèce, décembre 2019.

Poursuivant notre couverture de la lutte en Grèce entre le nouveau gouvernement répressif de Nouvelle Démocratie et le mouvement anarchiste historique, nous présentons le texte suivant, en nous appuyant sur des témoignages de mobilisations de rue et de défense de plusieurs squats. L’Etat grec continue mettre tout son poids dans un assaut contre les réfugiés, les anarchistes et les mouvements étudiants, encourageant la brutalité policière aveugle contre les êtres humains et leurs compagnons animaux tout en cherchant à disculper les meurtriers de droite, dont les membres du parti néo-nazi Aube Dorée pourtant accusés de conspiration dans le meurtre de Pavlos Fyssas et le policier qui a assassiné, il y a 11 ans ce mois-ci, l’anarchiste Alexis Grigoropoulos, âgé de 15 ans.

Nous espérons inspirer des actions de solidarité internationale avec le mouvement en Grèce et équiper les lecteurs pour l’action et l’analyse dans d’autres contextes, à une époque où la violence d’État et la résistance de masse s’intensifient dans le monde entier. La lutte se poursuit. Read More

Athènes: Villa Kouvelou réoccupée

Aujourd’hui 22 décembre, la Villa Kouvelou a été resquattée avec beaucoup de monde. Nous sommes parti-e-s organisé-e-s, nous avons décidé de faire une manifestation dans les rues et au centre commercial de Marousi. Après la manifestation, les flics de l’OPKE et les flics anti-émeutes du MAT ont attaqué sans raison. Ils ont lancé des gaz lacrymogènes sur les gens qui faisaient leurs courses au centre commercial. La plupart des gens sont partis tous ensemble mais il n’y a pas d’image ni de photo de ce moment.
D’autres nouvelles suivront avec une traduction complète de ce communiqué.

L’incendie que nous avons déclenché ne s’arrêtera jamais
La Villa Kouvelou reste squattée
Read More

Athènes (Grèce): quelques réponses aux expulsions

No pasaran ! Des anarchistes donnent une réponse à l’expulsion du squat Kouvelou

Le gouvernement grec est entré en guerre contre les anarchistes et les anti-autoritaires, après l’expiration de l’ultimatum de 15 jours donné par le Ministère de « l’Ordre public » aux dizaines de squats politiques et d’habitation de réfugié.e.s, dans toute la Grèce (certains d’entre eux ont plus de 30 ans), les menaçant d’expulsion violente par la police anti-émeute et les forces spéciales de la police, s’ils ne quittaient pas le lieu avant la date donnée. Le délai est expiré dans la nuit de jeudi 5 décembre 2019 [la veille de l’anniversaire de l’assassinat d’Alexis Grigoropoulos par un flic, le 6 décembre 2008 ; NdAtt.], une décision politique de l’État grec visant à stresser et à créer une « atmosphère explosive ».

Après la première vague d’attaques et d’expulsions, pendant l’automne, dirigée principalement contre des squats abritant des réfugié.e.s, la deuxième vague d’attaques vient de commencer, cette fois contre les squats politiques et les centres sociaux. En concomitance avec l’arrestation d’antifascistes et la proposition d’acquittement des leaders néo-nazis, dans le procès d’Aube Dorée, mardi 17 décembre le gouvernement de droite et son ministre soi-disant socialiste de l’Ordre public ont procédé à l’expulsion du squat « Kouvelou » à Maroussi, un quartier d’Athènes ; trois autres squats ont été expulsés aujourd’hui, 18 décembre, dans le quartier de Koukaki, à Athènes, avec une opération policière d’envergure : leur brutalité policière a terrorisé tout un quartier, avec des attaques contre des personnes vivant dans des maisons voisines, qui ne sont pas des squats. Dans les médias ont circulé des images horribles : des policiers des forces spéciales avec leurs bottes sur la tête de personnes au sol et une mère menottée au sol sur sa terrasse, avec une capuche sur la tête, rappelant les images des tortures d’Abou Ghraib. Read More

Madrid: La Emboscada menacée d’expulsion

Vendredi 20 décembre
Salut,
Nous vous écrivons ce communiqué de la Emboscada (Tetuán, Madrid), pour vous informer que le 17 décembre dernier, un juge a ordonné notre expulsion préventive sur la base d’une plainte déposée par l’un des propriétaires de notre espace occupé anarchiste La Emboscada.
Selon ce rapport, l’expulsion peut être très proche, dans moins de 20 jours. Compte tenu de ces informations, nous avons décidé de nous battre de toutes nos forces pour empêcher cette expulsion. Nous avons donc appelé à un rassemblement le soir du jour de l’expulsion, à 20h, et nous comptons sur votre soutien. Le lieu du rassemblement ne sera publié qu’au dernier moment, nous vous encourageons donc à être attenti-ve-s.
Nous avons décidé de ne pas rester silencieu-ses alors que nous assistons à des dizaines et des dizaines d’expulsions dans des logements et des centres sociaux.
Nous avons décidé de ne pas abandonner ni de négocier avec ceux qui veulent surtout défendre leur propriété privée, car nous savons que la propriété privée ne cherche que le bénéfice individuel d’une minoritée et nous savons que l’État défend et soutient ces vieux ennemis de classe déjà connus.
Nous savons que ce cas n’est pas un cas isolé (tous les faits précédents se sont produits l’année dernière) mais il répond à un fonctionnement et une structure capitaliste. Nous savons que le propriétaire n’est pas un démon qui échappe à la norme ou au bon sens, accepté par la plupart des citoyens. Nous avons donc décidé de l’aborder comme un conflit de plus à affronter et avec toute la volonté et le soutien mutuel qui est donné entre tou-te-s celleux qui comprennent et sont solidaires de cette lutte contre le Capital, les lois, et l’Etat lui-même. Read More

Athènes: déclaration du collectif d’occupation de Koukaki

Nous sommes peut-être tombé.es, mais nous sommes tombé.es sur leurs têtes.

Déclaration des squatteur.euses et camarades qui ont défendu Matrouzou 45 et ont échappé à la répression des forces de police de la MAT, de l’OPKE et de l’EKAM. Alors que nous faisions face à un raid de la police, nous avons été informé.es du sort des autres maisons squattées de notre quartier.

Nous avons immédiatement barricadé la maison et sommes entré.es en conflit avec les forces de répression. Les meubles, les appareils électriques, les chaudières, la peinture, les extincteurs, tout et n’importe quoi dans la maison leur est tombé sur la tête. Ils ont répondu en tirant et en nous blessant avec des balles en plastique ainsi qu’avec des grenades paralysantes lancées directement dans notre maison. Nous avons crié « Ici nous vivons, ici c’est notre maison, ici nous allons mourir ! » – « Nique votre développement et Airbnb. » Read More

Nantes: ouverture d’un QG des luttes

Ce mardi soir [10 déc. 2019], un QG des luttes rappelant les Bourses du Travail à été ouvert à Nantes. 300 personnes s’y sont retrouvées en Assemblée Générale et ont décidé de faire de ce lieu le lieu de rendez-vous des luttes en cours.

Vous pouvez dès à présent nous rejoindre au 4, Boulevard de la Prairie au Duc, pour une première soirée de fête, avec repas, boissons et musique au programme ! Faites tourner ! Read More

Grenoble: sur quoi exactement la police enquête-t-elle dans le cadre de l’instruction qui a motivé les perquisitions du 26 novembre

La commission rogatoire obtenue lors des perquisitions récentes nous permet d’avoir une idée de quelles affaires pourraient être liées a l’instruction (dans laquelle personne n’est pour l’instant inculpé). L’instruction se base sur une « information suivie contre X » qui couvre les hypothétiques faits de participation à une « association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un crime » sur la période du 21 mars 2017 au 7 novembre 2019 sur Grenoble et son agglomeration, ainsi qu’une liste de crimes et délits qui auraient eu lieu pendant cette période. La quasi-totalité de ces faits sont catégorisés par cette instruction comme des « crimes », ce qui permet de demander des peines de 15 à 20 ans de reclusion criminelle. Devant de tels enjeux, nous pensons important de s’informer au mieux sur les avancées de l’instruction pour se prémunir de ses conséquences possibles. Ces informations sont hypothétiques, elles se basent sur un recoupement des dates figurant sur la CR avec l’actualité locale. Read More

Grèce: Nouvelle Démocratie, le nouveau visage de la violence étatique

Un point de vue d’Exarchia à l’approche de l’épreuve de force. Interview d’un anarchiste d’Athènes sur la situation actuelle.

Le quartier d’Exarcheia à Athènes, en Grèce, est connu dans le monde entier comme un épicentre de l’anarchisme combatif. Pendant de nombreuses années, les anarchistes et les réfugiés ont travaillé ensemble pour occuper des bâtiments, créant des collectifs de logement et des centres sociaux qui fournissent une variété de services hors du contrôle de l’État. Dès le mois d’août, le nouveau gouvernement a mené une série de raids massifs ciblant les immigrants, les anarchistes et autres rebelles, tout en révoquant l’autonomie précédemment accordée aux universités et en introduisant un large éventail de nouvelles mesures et technologies répressives. Aujourd’hui, le gouvernement a donné deux semaines à toutes les occupations restantes en Grèce pour conclure des contrats de bail avec les propriétaires, sous peine de subir le même sort. Cette date limite coïncide avec le 6 décembre, jour que les anarchistes observent depuis dix ans comme l’anniversaire de l’assassinat policier d’Alexis Grigoropoulos, 15 ans, et du soulèvement qui a suivi.

Le nouveau parti au pouvoir en Grèce, appelé à juste titre Nouvelle Démocratie, est décrit par certains médias comme de « centre droit », par opposition aux partis fascistes purs et durs comme Aube Dorée ; en fait, Nouvelle Démocratie a puisé une grande partie de son programme répressif et xénophobe directement de la droite fasciste, tout en poursuivant un programme néolibéral en faveur du capital financier international. Le Premier ministre Kyriakos Mytsotakis, représentant héréditaire de la classe capitaliste dont le père était également Premier ministre, est un exemple de la caste politique qui cherche à détruire les dernières garanties protégeant les travailleurs et les pauvres tout en faisant de ceux qui résistent les boucs émissaires. Read More

Brême (Allemagne): série d’attaques contre les spéculateurs du logement

Les attaques contre les entreprises immobilières s’enchaînent à Brême. Il y a eu trois attaques en l’espace de cinq jours.

Tôt dimanche 3 novembre, un bureau de l’agence immobilière „Hansestadt Bremen Immobilien“ du quartier ‘Ostertor’ a été pris pour cible à la poubelle enflammée. Des inconnus ont bourré une poubelle de sacs et de vieux papiers qu’ils ont placée devant l’entrée de l’agence, avant d’y mettre le feu. Même si les pompiers sont rapidement intervenus, les flammes ont eu le temps de faire quelques dégâts matériels sur la porte. Read More

Athènes (Grèce): lendemain du 17 novembre, un goût de sang dans la bouche

Très dure nuit pour qui aime Exarcheia et la lutte révolutionnaire en Grèce.

Beaucoup de nos compagnons ont passé la nuit entre quatre murs, après des passages à tabac systématiques. D’autres ont été blessés, dont trois à la tête, transférés en ambulance à l’hôpital. D’autres encore ont dû se terrer durant une bonne partie de la soirée, voire toute la nuit, pour ne pas se faire rafler et tabasser par des policiers qui semblaient très excités, comme en plein jeu vidéo de guerre dans tout le quartier.

Au total, plus de 5000 policiers, un hélicoptère et des drones transmettant en permanence la position des insurgés résistant depuis les toits. Des policiers anti-terroristes, des policiers anti-émeutes, des policiers en civil, des voltigeurs, des blindés munis de canons à eaux… L’armada en uniforme qui a convergé vers Exarcheia, pendant les deux manifs successives (1), était beaucoup trop nombreuse et suréquipée pour les irréductibles du quartier rebelle et solidaire.

Exarcheia n’a pas tenu longtemps. Déjà en partie occupée depuis des semaines, elle a rapidement basculé sous le contrôle de la soldatesque prétendument gardienne de la paix. Rares sont les lieux en son sein qui sont encore à l’abri. Ce matin, alors que le soleil n’est pas encore revenu, Notara 26 est encore debout, de même que le K*Vox ou encore la structure autogérée de santé d’Exarcheia (ADYE). Mais ces lieux et quelques autres font figures de derniers bastions dans un quartier hors norme minutieusement dévasté par l’État grec au fil des semaines, dans le but de faire disparaître l’une des sources d’inspiration du mouvement social dans le monde entier. Read More

Marseille: on va les chercher chez eux !

Lancement d’un grand jeu automnal contre les acteurs du banditisme immobilier marseillais.

Le 5 novembre 2018, pendant un automne particulièrement pluvieux, après des semaines d’agitation autour du chantier de la Plaine, deux immeubles s’effondraient rue d’Aubagne coûtant la vie à 8 personnes.

Bien sûr ce n’était pas la pluie, mais la mise à nu dans le désastre de la gestion mafieuse de la ville par les élus et les promoteurs propriétaires de taudis.

Très vite, une marche de la colère, puis les Gilets Jaunes, l’assassinat de Zineb Redouane, les expéditions punitives de la police du samedi, l’incendie de Maison Blanche, et puis Francois de Rugy, et puis son homard.

L’indécence des politiques face à nous confine au ridicule. Read More

Paris: solidarité avec Exarcheia, au-delà des frontières

La nuit du 21 octobre, un SUV avec plaque diplomatique a brûlé, rue Dumont d’Urville, derrière l’ambassade de Grèce à Paris.

Avec cette petite action, nous voulons envoyer un signe de solidarité aux anarchistes de Grèce qui luttent contre l’État et le capital (légal ou illégal) et pour défendre des squats. Read More