Lecce (Italie): la bibliothèque anarchiste occupée Disordine a été expulsée

Ce matin [15 mai 2019], la police, des vigiles, le propriétaire et l’entrepreneur en charge ont défoncé la porte et changé la serrure de la bibliothèque anarchiste Disordine. Dans les prochains jours, nous devrions réussir à récupérer tout ce qui se trouvait à l’intérieur malgré la demande du propriétaire à la même entreprise d’accumuler tout le matériel, de le livrer à un entrepôt et de murer l’appartement. Dans le même temps, ils ont tenté d’expulser le seul occupant de l’immeuble voisin en créant une brèche dans le mur et en pénétrant dans la maison, bien qu’il y habite depuis presque trente ans. Read More

Berne (Suisse): Expulsion de la Fabrikool

Dès les premières heures de la matinée, la Fabrikool, maison squattée dans le Länggass à Berne a été expulsée par les représentants du canton et les flics. Le bâtiment est fermé à grande échelle et entouré d’environ 25 robocops avec des chiens. Tous les arbres autour du bâtiment sont abattus, un échafaudage est érigé, toutes les fenêtres vissées de l’intérieur avec des planches et tout ce qui se trouve à l’extérieur, du four à pizza au trampoline en passant par la cuisine extérieure est démonté et enlevé. On voyait encore et encore des flics avec des coupe-boulons et des marteaux de forgeron, travaillant avec empressement sur leur travail destructeur dans l’immeuble. Le représentant cantonal Beat Keller, très motivé, est bien sûr personnellement sur place et n’est pas trop triste pour aider à faire le ménage.
De nombreuses personnes solidaires – également du voisinage – sont sur place et observent ce qui se passe. Tout au long de la matinée, plusieurs personnes ont été soumises à des contrôles, des fouilles, des interdictions de district ont été imposées et deux jeunes ont été arrêtés après avoir été fouillés et détenus par un groupe de robocops.
Ce n’est pas parce que les autorités pensent qu’elles peuvent se défouler dans notre maison que c’est fini ! Par conséquent: Gardez les yeux et les oreilles ouverts, d’autres informations suivront. Read More

Tizi Ouzou (Kabylie): une vague d’ouverture de squats est confrontée à une répression immédiate

Au moins depuis le jeudi 4 avril, à Drâa Ben Khedda (à 10 km à l’ouest de la ville de Tizi Ouzou, en Kabylie), de nombreuses personnes ont simultanément squatté des logements sociaux vides et non encore achevés.

Deux jours après, les forces de l’ordre sont intervenues pour expulser l’ensemble des appartements occupés, provoquant des affrontements avec les squatteur-euse-s et leurs soutiens. Read More

Montreuil (93): expulsion de l’Écharde en cours, venez ! Puis, rassemblement ce soir à 19h

Message reçu à 7h25 le mercredi 27 mars 2019:

Expulsion en cours à l’Écharde, 19 rue Garibaldi à Montreuil (métro Robespierre). Venez maintenant pour soutenir les habitant·e·s !

Rassemblement contre toutes les expulsions ce soir à 19h, au bout de l’avenue de la Résistance, à Montreuil (métro Croix-de-Chavaux). Read More

Notre-Dame-des-Landes: invitation à nous rejoindre

Pour un jour ou pour toujours, sur la ZAD de Notre Dame des Landes !

Ce mardi 12 mars 2019 vers 7h, les milices du capital sont revenues à plusieurs centaines sur la ZAD NDDL pour démolir les reconstructions de Lama Traqué (anciennement fâché puis sacré) et de Youpi II. L’hélico de la gendarmerie est revenu pendant la nuit comme lors des dernières expulsions, pour mettre la pression, et ce matin du mercredi 13 mars, c’est avec un bateau qu’ils sont venus expulser et détruire le Port et la Cabane sur l’eau. Read More

France: des nouvelles des cabanes des Gilets jaunes

Les infos qui suivent ne sont évidemment pas exhaustives, mais montrent la vitalité du mouvement des Gilets jaunes et des occupations de ronds-points avec cabanes, etc. tout autant que l’acharnement de la part de l’État pour écraser ce mouvement (en l’occurrence par la démolition des cabanes par la police, ou par des incendies anonymes…).

***

Depuis fin novembre 2018, les Gilets jaunes de Commercy (55) avaient installé leur «cabane de la solidarité» sur la place Charles de Gaulle, en plein cœur de la ville.

Place forte du mouvement des Gilets jaunes, ils/elles y avaient lancé notamment deux appels, d’abord à former des assemblées partout en France, puis un deuxième appel à toutes les assemblées de Gilets jaunes à se retrouver à Commercy les 26 et 27 janvier pour «l’Assemblée des assemblées». Read More

Notre-Dame-des-Landes: destruction par les keufs de trois des lieux reconstruits, le matin du 12 mars 2019

Les engins de destruction accompagnés par une trentaine de fourgons de gendarmerie sont de retour sur la Zad de NDDL ce matin [12 mars 2019] pour la destruction de trois des lieux reconstruits ou en cours de reconstruction (Lama traquée, Youpi youpi 2, et une plate-forme située en centre-zone) après l’opération de destruction/négociation de 2018. Read More

Toulouse: Communiqué de la CREA

A Toulouse, depuis près de 8 ans, nous, membres de la Campagne de Réquisition d’Entraide et d’Autogestion (CREA), nous organisons pour ouvrir des maisons (des bâtiments vides privés ou publiques) pour y loger avec nos propres moyens et selon nos propres besoins.
Nous sommes des pères, des mères, des enfants, des familles, des personnes seul-es, avec des situations administratives et personnelles particulières, ne rentrant pas dans les cases prédéfinis pour obtenir un hébergement, des papiers, un travail ou tout simplement une vie digne.

Chaque année, et malgré l’émergence de plusieurs autres collectifs (Collectif Lascrosses, AutonoMIE, CEDIS, DAL, Collectif Russel, Quai St-Pierre, Vestrepain…), la situation sur Toulouse ne fait qu’empirer. Plusieurs dizaines de familles sont toujours à la rue et cela même en pleine trêve hivernale. Le 115, les services d’hébergement d’urgence de l’Etat sont noyés sous les sollicitations, les campements se multiplient, le nombres d’ouvertures explosent. Au moment même où Macron fait ironiquement de Toulouse le laboratoire de son plan « Logement d’abord ». Read More

Paris: la cabane des Gilets jaunes de place des Fêtes a été détruite par la mairie

Dimanche 3 mars, la cabane des Gilets jaunes de la place des Fêtes a été inaugurée, à l’occasion d’un repas convivial dans une ambiance extraordinaire avec des habitants du quartier, des sans abris, des associatifs, …

Mais deux jours plus tard, la mairie a fait détruire la cabane, durant la nuit du 5 au 6 mars. Read More

Ratoma (Guinée-Conakry): un quartier squatté a été entièrement démoli par l’État

Début février 2019, à Ratoma (une des cinq communes constituant la ville de Conakry), Ibrahima Kourouma, le ministre de la Ville et de l’Aménagement du Territoire a annoncé son intention de faire « nettoyer » le site du centre directionnel de Koloma, c’est-à-dire détruire tout un quartier squatté où vivent des dizaines de personnes pauvres.

L’expulsion-destruction de ce quartier (« déguerpissement » est l’expression utilisée localement), connu sous le nom de Kaporo rail, a débuté le mardi 19 février. Le ministre de la Ville et de l’Aménagement du Territoire s’est cette fois déployé avec des chefs de la Gendarmerie nationale et de la Justice militaire ainsi que tout un paquet de soldats en armes et des machines du génie militaire, pour démanteler les engins et voitures qui se trouvaient dans le quartier. Read More

Nantes: échec d’une ouverture de lieu par les Gilets jaunes

ACTE XVI – 2 MARS À NANTES – LA TEMPÊTE QUI S’ANNONCE
5000 manifestants. Très forte répression. Une « maison du peuple » expulsée immédiatement.

Pour la première fois depuis le début du mouvement des Gilets Jaunes, la ville de Nantes accueillait une manifestation « inter-régionale », dans le sillage d’autres mobilisations à Angers, Rennes ou La Roche-sur-Yon. L’État en avait profité pour annoncer une déploiement policier « inédit ». Alors que Nantes est déjà militarisée chaque samedi, que les blessés et les arrêtés ne se comptent plus, comment cela pouvait-il être encore pire ? C’était pire. Récit d’une grosse manifestation fortement réprimée. Read More

Medellín (Colombie): expulsion de terrains occupés et émeutes dans le quartier La Aurora

Le lundi 25 février 2019, une grande opération d’expulsion de terrains occupés a eu lieu dans un quartier de La Aurora, à l’ouest de Medellín (comuna 7). De 300 à 500 personnes sans logement s’étaient installées là depuis au moins quinze jours. Tôt dans la matinée, la police est arrivée pour faire dégager les gens et détruire leurs habitations.

Selon Jaime Ortiz, un habitant du quartier:

“Vers 7h du matin, les policiers ont envoyé une première grenade de gaz lacrymogène. C’est à partir de ce moment-là que les émeutes ont commencé. Les gens ont caillassé l’Esmad [1] avec des bouteilles, des pierres, des bâtons, des jantes et tout ce qu’ils pouvaient trouver”. Read More

Madrid (Espagne): action contre la spéculation immobilière et les expulsions de squats

Le 13 février dernier, le trafic a été interrompu dans la calle de la Oca, au niveau de la station de métro Vista Alegre. Deux banderoles ont été accrochées, sur lesquelles on pouvait lire « Aucune expulsion sans réponse » et « Contre la gentrification et la spéculation capitaliste: action directe », plusieurs feux d’artifice ont été allumés et une agence immobilière a été repeinte. Des tracts ont également été distribués pour informer de l’expulsion de la calle Postal*, arrêtée la semaine dernière mais exécutée ce mercredi 13 février. Après cela, nous nous sommes dispersés. Personne n’a été contrôlé et lorsque la police est arrivée, il n’y avait plus personne. Read More

Prague: Appel à la solidarité de Klinika

En janvier 2019, le seul squat politique de Prague, Klinika, a été évacué par un huissier et une service de sécurité privés. Pendant 4 ans, ce centre social autogéré était un espace de rencontres pour les mouvements sociaux d’émancipation, les voisins et la culture indépendante. Alors que Klinika constituait un des premiers centres tchèques d’aide aux réfugiés, le squat a été attaqué par les néo-nazis et devint la cible de pressions permanentes pour les hommes politiques de droite.
Après l’évacuation de la maison, l’huissier de justice demande 62000 euros au collectif de Klinika comme le coût de l’intervention. De plus, il a bloqué le compte bancaire personnel d’un des membres du collectif signataire d’un contrat, datant de 2015, qui a permis la légalisation du squat pour une année. Par conséquent, cette personne ne peut plus faire usage de son compte bancaire et son salaire est directement versé à l’huissier. Également, sa propriété personnelle est actuellement en danger de la saisie. Le collectif de Klinika le comprend comme une volonté ferme de donner une punition exemplaire aux activistes, pour des motifs politiques. Read More

Avranches (50): expulsion express d’un squat ouvert par des Gilets jaunes

Mercredi 13 février 2019, les Gilets jaunes d’Avranches (Manche) ont squatté une maison abandonnée de Saint-Senier-sous-Avranches, propriété de l’Etat, pour en faire un lieu d’auto-organisation. Read More