Vincennes (94): expulsion de la Jarry

Avis de décès.

L’âme de la Cité Industrielle de Vincennes a définitivement quitté son corps ce matin [jeudi 20 juillet 2017]. Sous la contrainte d’un appareil administratif qui n’a pas su voir, reconnaître ni protéger l’expérience alternative de 300 personnes, reflets d’une société mixte avec une forte concentration d’artistes, ce corps gigantesque s’est éteint ce matin dans le silence.

Cette nuit, Imagina a peint ce cri qui devient l’ultime message de la Cité à la face du monde. Read More

Durban (Afrique du Sud): le mouvement Abahlali subit la répression et les expulsions

Dans un communiqué daté du 7 juillet 2017, le mouvement Abahlali baseMjondolo explique qu’il continue sa lutte contre les expulsions malgré la répression qui s’oppose systématiquement à ses initiatives. Read More

Amiens : expulsion de la Maison Cozette

Le mercredi 5 juillet 2017, le squat de la Maison Cozette a été expulsé dans la matinée. Une dizaine de personnes étaient à l’intérieur à ce moment-là. Huit cars de CRS sont intervenus vers 6h. Flem, une squatteuse expulsée de la Maison Cozette, a déclaré sur France Bleu Picardie: [En me réveillant] « ma première image c’est le chef des flics, des CRS, devant moi (…). On m’a réveillée dans ma chambre, je ne savais pas comment ça se passait en bas (…), je savais très bien qu’ils allaient pas faire ça en douceur et dire ‘excusez-nous’, ils allaient pas nous offrir le p’tit déj’ (…). Dans les prochaines heures ? Je ne sais pas, on a prévu de faire un Scrabble, voir où je m’installe, voir comment je rassemble mes affaires aussi, après voilà on peut ouvrir d’autres squats ».

Le squat de la Maison Cozette, situé place Vogel à Amiens, avait été ouvert en septembre 2016 par le collectif La Brèche, un collectif de précaires, chômeurs et étudiants. La mairie, propriétaire du bâtiment, avait mené une procédure judiciaire dans le but d’expulser le squat, et souhaiterait en faire une résidence étudiante (blablabla…).

Bagnolet (93): expulsion du squat du collectif Baras, rue René Alazard

200 Baras expulsés manu militari à Bagnolet

Ce matin les CRS ont expulsé les 200 travailleurs sans papiers du Collectif des Baras qui squattaient depuis 4 ans depuis près de 3 ans [le 72 rue René Alazard était occupé par le collectif Baras depuis début août 2014] un bâtiment inoccupé de Bagnolet en attendant que les tractations aboutissent entre le nouveau propriétaire (Natixis lui avait vendu entre temps), la Mairie, les associations comme RESF et la Ligue des Droits de l’Homme et ceux que l’armée française a chassés de Libye suite à la guerre contre Khadafi. La plupart de ces Africains sont maliens, mais sept autres pays d’Afrique centrale sont représentés. Read More

Durban (Afrique du Sud): un squatteur tué par balles lors d’une opération de démolition d’un bidonville

Mardi 13 juin 2017, à Mariannhill (banlieue ouest de Durban), en Afrique du Sud, le bidonville Mansenseni a été attaqué par la Land Invasion Unit d’eThekwini (sorte de brigade anti-squat locale).

Alors que les travailleurs de cette unité de démolition commençaient à détruire des logements, les habitant-e-s se sont révolté-e-s et se sont physiquement opposé-e-s au sale taf de cette unité. Des affrontrements ont eu lieu, la Land Invasion Unit cherchant à disperser la foule, et un homme de 29 ans, Samuel Hloele, a été tué par balles par des vigiles de l’unité. Plusieurs personnes ont été blessées, notamment par des tirs de flashball dans le dos. Read More

Rangoun (Birmanie/Myanmar): le pouvoir « démocratique » pas forcément mieux que la junte militaire sur la question du logement…

Lundi 12 juin 2017, à Hlegu, dans la banlieue nord de Rangoun, la plus grande ville de Birmanie, les forces de l’ordre ont commencé à démanteler un gigantesque bidonville (qui est constitué d’environ 4 000 habitations), dans le but de laisser place aux investisseurs capitalistes et à des constructions d’immeubles auxquels les squatteur-euse-s n’auront jamais accès…

Plusieurs centaines d’employés de chantier envoyés par les autorités locales étaient munis de bâtons en bambou, et bien sûr ils étaient escortés par des flics armés (environ 200). Read More

Lyon: expulsion du squat du GUD

L’immeuble squatté par les fachos de merde du GUD, situé rue du Port-du-Temple, dans le 2e arrondissement, a été expulsé par la police dans l’après-midi du mardi 13 juin 2017.

Le bâtiment était occupé depuis fin mai avec le prétendu objectif tout à fait charmant d’héberger des «Français de souche» en difficulté, «pour aider les nôtres avant les autres» (on notera le «avant» qui signifie en réalité «plutôt que»), comme si la solidarité pouvait être sélective, précédée d’un contrôle d’identité (nationalité et «race» en plus ?). Read More

Barcelone: expulsion de la Rimaia

Ce matin, mercredi 14 juin 2017, les Mossos d’Esquadra (police de Catalogne) ont expulsé le squat de la Rimaia, situé au 12 Ronda de Sant Pau. Entre 25 et 30 personnes ont été expulsées de ce bâtiment qui est vide depuis sa construction en 1993, à l’exception donc des périodes où il a été squatté. La dernière fois qu’il a été occupé, c’était du 20 avril 2016 jusqu’à ce matin… Read More

Bruxelles: expulsion du nouveau Centre social anarchiste

Le nouveau centre social anarchiste (220 rue de Haerne) à été expulsé en début d’après midi [ce jeudi 8 juin 2017]. La commune n’a plus l’air d’avoir envie d’annoncer le délai d’évacuation. Les keufs sont rentrés par une fenêtre et ces grosses merdes peuvent être fiers d’avoir à nouveau rendu un bâtiment de plus vide et inutile. Read More

Saint-Jacques-de-Compostelle (Espagne): affrontements entre squatters et flics suite à l’expulsion du Centro Social Ocupado Autoxestionado Escarnio e Maldizer


Santiago de Compostela, 30 mai 2017 Read More

Saint-Martin-le-Vinoux (38) : Occupation et expulsion, et rassemblement en solidarité à notre camarade bambimBarry

Le 31 mai, la police a expulsé un squat ouvert depuis plusieurs jours par les anciens habitant·e·s du squat du VO et leurs soutiens. Le lieu appartient à la mairie de St-Martin-le-Vinoux et est vide depuis plusieurs années. Il y a deux ans déjà RESF avait protesté devant ce bâtiment vide pour dénoncer le refus des autorités publiques de mettre à disposition les lieux vacants pour les personnes mal-logées.

Quand la police a été prévenue de l’occupation, le bâtiment a été expulsé manu-militari et 11 personnes ont été conduites au commissariat. À l’oral, certains flics ont prétexté des dégradations quand d’autres disaient que l’expulsion était liée au fait que les occupant·e·s étaient là depuis moins de quarante-huit heures. Balivernes ! Le lieu était resté ouvert et les habitant·e·s avaient de nombreuses preuves justifiant leur présence depuis plusieurs jours. Read More

Toulouse: quand ton squat se fait expulser à la dépanneuse…

Porte fracturée au bras hydraulique, volet forcé, crâne ouvert… Mi-mai dans le quartier Canal du Midi, un propriétaire garagiste de métier a délogé des squatteur-euses à l’aide de sa dépanneuse. Lui et son fils ont défoncé les fenêtres et volets à coup de masse et ont tenté de trouer les habitant-es avec une perceuse… Le tout sous l’œil bienveillant des flics qui ont laissé faire. Brève interview avec un des habitant-es.

On a ouvert à Canal du Midi, ça faisait dix ans que la maison était vide et ça faisait trois semaines qu’on était à l’intérieur, avec des preuves (lettres, securibox, témoignages de voisin).

Un jour je sortais et je croise un petit vieux qui fait le tour de la maison avec des clefs, me suis dit « c’est bon c’est le proprio ». Vu que j’avais le cadastre j’arrive je lui demande si c’est bien lui, « oui », je lui dis « écoutez je suis un des occupants de la maison, ça fait trois semaines qu’on est là », il me fait « non mais en fait vous sortez ». Read More

Grenoble : Agression au camp Valmy, et pétition de soutien à ses occupants

Mise à jour du 24 mai 2017 à 22 heures 30 : Aujourd’hui, aux alentours de quatorze heures, le camp Valmy a été évacué par la police, sur ordre du préfet pour « risque de trouble à l’ordre public » suite aux agressions subies par les habitants lors des deux jours précédents. Encore un moyen de punir les victimes, en somme.


Ce samedi 20 mai dernier se tenaient simultanément à Grenoble et à Saint-Martin-d’Hères une réunion avec Louis Aliot, vice-président du Front National, et un meeting avec Alexandre Gabriac, qui se présente aux prochaines élections législatives sous l’étendard de Civitas.

Ces rassemblements, accueillis avec la bienveillance des municipalités Vert/Parti de Gauche et communistes, bénéficiaient tous les deux d’une belle protection policière.Lors de la nuit suivante, dans ce climat à mettre en confiance le plus timoré des raciste, une bande de motards est passée au camp installé parc Valmy, et ce pour les terroriser en tournant autour d’eux, en leur proférant des menaces et des insultes racistes, le tout armé de bâtons ou de barres de fers. Read More

Bruxelles: le Centre Social Anarchiste a été expulsé

Vendredi 19 mai 2017, le CSA de Bruxelles a été expulsé. Il y a eu 28 arrestations. Tout le monde a été relaché entre 22h le soir-même et le lendemain matin. Plus d’infos sur Indymedia-Bruxelles.

Grenoble : deuxième expulsion illégale du 1-3 rue Aristide Bergès

La répression policière visant les ex-habitant·e·s du village olympique et les personnes en soutien continue.

Aujourd’hui mercredi 10 mai vers 14h30, la police, avec la collaboration des pompiers (intervention avec leur nacelle pour une entrée par une fenêtre du premier étage) ont expulsé le bâtiment réoccupé du 1-3 rue Aristide Bergès. Read More