Montreuil (93): la riposte du Marbré

Suite à l’opération policière au squat le Marbré du samedi 27 février qui a abouti à son expulsion, l’emmurement d’un des deux accès au bâtiment et sa surveillance par un vigile, un appel avait été lancé pour se retrouver le lendemain à 13h, l’heure habituelle de l’assemblée du Marbré, sur la place de la mairie à Montreuil. Le temps de préparer quelques banderoles comme « Contre toutes les expulsions, solidarité avec le Marbré », « Demain s’ouvre au pied de biche », « On rentre toujours en lutte par effraction » et de rappeler que les troupes de la préfecture étaient venues la veille mettre fin à une cantine organisée en solidarité avec les inculpés après la révolte dans le CRA du Mesnil-Amelot le 20 janvier dernier, durant laquelle deux bâtiments avaient été mis en feu et détruits, le cortège d’une centaine de personnes vénères et solidaires a entamé son périple dans la ville. Read More

Valencia: le quartier de Benimaclet paralyse la tentative d’expulsion du CSOA l’Horta

Tôt le matin, la police nationale a changé les serrures et installé des portes anti-occupation au CSOA l’Horta à Benimaclet (Valence), un fait auquel le quartier a répondu en se rassemblant contre l’action dictée par le Sareb, selon le collectif de défense du CSOA, qui a réussi à faire échouer l’opération de police et à réoccuper le centre social.

Les téléphones portables de plusieurs personnes se sont réveillés ce matin avec un message important : « Expulsion illégale au CSOA l’Horta. La police entoure l’espace à l’extérieur et à l’intérieur. Ils ont mis en place trois portes anti-occupation, et ils transportent des meuleuses. » L’opération de police, selon les témoins, consistait en environ huit fourgons de police. Par le biais des mêmes canaux de diffusion, le collectif d’activistes a appelé le quartier à se rendre immédiatement dans les environs du centre. En à peine une heure, des dizaines de personnes de Benimaclet et d’autres quartiers de Valence se sont rassemblées et s’opposent à l’action policière que le collectif prétend illégale. Read More

Thessalonique: déclaration politique du squat Terra Incognita. Appel à la solidarité internationale

Le matin du lundi 17 août 2020 le squat Terra Incognita a été expulsé par les forces répressives du néolibéralisme, mais que TEMPORAIREMENT ! Les forces de l’ordre de la « démocratie » ont envahi le bâtiment et durant plusieurs heures ils ont effectué des enquêtes, en confisquant du matériel. Quelques jours plus tard, le squat reste toujours ouvert et malgré les célébrations des flics, qui pensent qu’ils peuvent encore envahir notre territoire libre.

Depuis plus de 16 ans le squat Terra Incognita constitue le point de lutte et de rencontre de centaines des militants-es de la base sociale. A travers plusieurs actions, interventions, débats, manifestations et affrontements contre les violences d’État, le squat se trouve toujours présent dans les luttes contre les intérêts du capitalisme monopoliste, contre le fascisme et le patriarcat, contre toutes les formes de discriminations et de spécisme. Dans l’espace du squat et dans ces structures autogérées, basées sur la solidarité et l’aide mutuelle, ils se sont rencontrés et ils se rencontrent encore des centaines des manifestants-es et combattants-es de la liberté. Dans l’espace du squat, des rapports et relation libertaires ont été construits. Des plans, des opérations subversives et des rêves trouvent jusqu’a aujourd’hui de support éthique et espace libre du squat pour se réaliser. Le squat pour plus de 16 ans constitue une partie vivante du corps de la lutte contre toutes formes de pouvoir et de répression toujours, sans divisant les moyens qui contribuent à la propagation des idées libertaires et l’organisation de la contre-attaque de notre classe. Parce que pour nous c’est ça la libération par la société capitaliste. Read More

Athènes: réoccupation de squats à Koukaki

Le 11 janvier 2020, à Athènes, nous avons réoccupé les bâtiments de Panaitoliou 21 et de Matrozou 45. Expulsés le 18 décembre dernier en même temps que celui d’Arvali 3, les trois bâtiments formaient la communauté de squats de Koukaki, occupés depuis mars 2017.
L’opération de réoccupation a été entreprise par les militant.es de Koukaki, associé.es à plusieurs camarades entré.es avec nous dans les bâtiments, soutenus par 150 camarades à l’extérieur.

A Panaitoliou 21, face aux camarades en soutien posés sur les versants de la colline Filopapou (à cinq minutes de l’Acropole), une bannière a été déployée depuis la terrasse, sur laquelle on pouvait lire : “Réoccupation de nos vies, communautés de lutte dans chaque quartier”. Celle des camarades à l’extérieur affichait sa “ Solidarité avec les squats”.

A Matrozou 45, le rassemblement de soutien se tenait au pied du bâtiment, en pleine rue et au coeur du quartier. Banderole contre les airbnb et les flics, distribution de flyer à l’athénienne (lancée dans les rues), textes lus publiquements et distribués aux passant.es et aux habitant.es, l’événement est accueilli par les voisin.es avec joie et applaudissements. Rappelons que Koukaki est un des quartiers en plus forte gentrification à cause du AirbnB et du tourisme de masse, rien n’était donc pourtant gagné. Depuis la terrasse de Matrozou 45, une grande bannière a là encore été déployée affirmant : “Nous abattons les murs menant vers la liberté”. Read More

Athènes (Grèce): nouvelle expulsion des squats Matrozou 45 et Panetoliou 21

Communiqué de solidarité de Pola Roupa et Nikos Maziotis avec la communauté squat de Koukaki

SOLIDARITÉ AVEC LES CAMARADES DE LA COMMUNAUTÉ SQUAT DE KOUKAKI

Depuis la fin août 2019, l’État a lancé une opération de répression à grande échelle contre les structures auto-organisées, les espaces antiautoritaires et les squats, notamment ceux qui hébergent des réfugié-e-s et des migrant-e-s, principalement des familles avec enfants. Le gouvernement actuel, ND (Νέα Δημοκρατία / Nouvelle Démocratie) tente de mettre à niveau tout ce qui restait du gouvernement précédent (Syriza), qui avait fait des progrès plus sélectifs, dans le but d’expulser des squats de migrant-e-s ou des espaces de lutte auto-organisés.

La communauté squat de Koukaki est l’une de ces structures auto-organisées de lutte, qui avait été expulsée il y a quelques temps, mais deux squats ont été réoccupés hier [Note de Squat!net: le 11 janvier 2020], ce qui a mené à une seconde intervention de la police, qui a arrêté et tabassé les camarades qui occupaient les lieux ainsi que des personnes venues à l’extérieur en solidarité. Read More

Athènes (Grèce): réoccupation des squats Matrozou 45 et Panetoliou 21

Nous abattons des murs pour la liberté

La réoccupation des bâtiments Matrozou 45 et Panetoliou 21 est une action contre la peur imposée par la répression étatique. C’est un signal de résistance et un cri de ralliement pour intensifier la lutte. Ne laissons pas que le développement pille nos quartiers et la nature. N’acceptons pas le déplacement de nos vies. Gardons les parcs, les places et les collines libres. Opposons-nous aux mercenaires de l’État. Intensifions les luttes contre l’exploitation par le travail. Poursuivons la lutte pour la survie et la liberté. La lutte n’est ni légale ni illégale. Read More

Athènes (Grèce): des nouvelles d’Exarcheia

Des actions directes de solidarité, des expulsions, une réoccupation de squat, … La lutte continue au coeur de la capitale grecque !

– Grèce: attaques en série contre les responsables des expulsions à Exarchia – du 12 au 16 septembre 2019

Athènes: attaques simultanées de banques et de bureaux de ‘Nouvelle Démocratie’ – 16 septembre 2019

Des attaques contre les agences bancaires et des bureaux du parti ‘Nouvelle Démocratie’ se sont déroulées simultanément à l’aube du lundi 16 septembre à Glyfada, Alimos, Kypseli et Kesariani, localités d’Athènes. Jusqu’à présent, aucun groupe n’a revendiqué les attaques.

Au total, trois banques et cinq bureaux du parti ‘Nouvelle Démocratie’ au pouvoir ont eu leurs vitres fracassées. Read More

Barcelone: Nous avons réoccupé Ca La Trava

Nous sommes retourné-e-s à Ca La Trava, maintenant une parcelle vide, et nous n’avons pas l’intention de partir. Cet espace, jusqu’à présent fermé, sera à nouveau ouvert au quartier, et nous le défendrons comme nous avons défendu nos maisons. Nous voulons que ce soit à nouveau une tranchée pour résister à l’assaut des spéculateurs et se battre contre tous ceux qui détruisent notre quartier. Si Ca La Trava deviendra un appartement de luxe, nous perdons tou-te-s, et nous ne pouvons pas le permettre.

Nous vivons des temps de phrases creuses, d’euphémismes, de symbolismes sans contenu et de politiciens qui contredisent chaque nouvelle déclaration. C’est pourquoi nous tenons à préciser que lorsque nous disons « Ca La Trava ne sera jamais un appartement de luxe », nous le disons aussi sérieusement que possible. La lutte de Ca La Trava n’est pas une lutte perdue, et la reconquête n’est pas une décision improvisée ou le fruit du sentimentalisme. Notre objectif est de gagner et nous sommes convaincu-e-s que nous le ferons. Read More

Bure (Meuse): réoccupation et expulsion du bois Lejuc

Publié le 18 juillet 2019 sur bureburebure.info:

Près de Bure, le bois Lejuc est réoccupé depuis le 18 juillet à 14h. De nombreuses personnes ont réinvesti ce lieu au sol comme dans les arbres pour réaffirmer leur opposition au projet de centre d’enfouissement de déchets radioactifs Cigéo, au nucléaire et à son monde, industriel, colonial, militaire. Les forces policières qui occupaient jusque là ce lieu stratégique et protégeaient les intérêts de l’Andra ont été contraintes de quitter les lieux. Nous appelons dès maintenant à converger dans le bois Lejuc ainsi que dans les villages de Bure et Mandres-en-Barrois, situés à deux kilomètres de la forêt. Read More

Bahia (Brésil): occupations de terres et révolte contre une agence de sécurité privée

Suite à l’expulsion de dizaines de familles qui occupaient une grande propriété le 27 juin dernier, près de Eunápolis, au  sud de l’État de Bahia, une partie des occupant.e.s expulsé.e.s avaient  décidé de monter un campement aux abords du terrain. La propriété en question appartient à l’entreprise Veracel, une des plus grandes productrices de cellulose du monde. Cette multinationale possède un grand nombre de terres dans cette région du Brésil, où elles pratique la monoculture servant de base à sa production et installe ses usines, bien gardées par des groupes de sécurité privée.

Read More

Bagnolet (93): occupation de l’ex-Transfo par un collectif de jeunes tchadiens

UPDATE, 2 JUIN À 12h10: Les flics sont entrés dans le bâtiment. Venez en solidarité !
12h30: L’expulsion se prépare malgré les preuves d’occupation depuis plus de 48 heures !
12h50: Nous sommes une quarantaine dehors face à une quinzaine de condés attendant des renforts. On a besoin de monde !
14h10: Statu quo. Les Tchadiens sont sur le toit. Les flics ne semblent pas vouloir entrer dans le lieu pour l’instant. Vous pouvez passer y a des places à l’ombre pour les soutiens ;)

Depuis ce matin, dimanche 2 juin 2019, l’occupation de l’ex-Transfo par un collectif de jeunes tchadiens a été rendue publique.

Situé au 57 avenue de la République à Bagnolet, le Transfo avait été squatté entre novembre 2012 et octobre 2014. Depuis près de cinq ans, il est resté vide et inoccupé.

Ce matin, un peu avant 6h30, des vigiles de sécurité privée ont tenté d’intervenir et ont appelé la police pour mettre fin à cette nouvelle occupation. Read More

Montpellier: De la réouverture du Royal Occupé à la Maison du Peuple

Le bâtiment du Royal vient de réouvrir grâce à la volonté et la coordination des gilets jaunes. Il devient la Maison du Peuple de Montpellier et la première réunion de fondation (assemblée générale gilets jaunes) a eu lieu dimanche 28 avril 2019. Le Royal Occupé avait été occupé une première fois en mai 2016 et expulsé le 11 mai 2017: https://squ.at/r/2fm4

La Maison du Peuple, 13 rue Boussairolles, 34000 Montpellier https://squ.at/r/72t7 Read More

France: des nouvelles des cabanes des Gilets jaunes

Les infos qui suivent ne sont évidemment pas exhaustives, mais montrent la vitalité du mouvement des Gilets jaunes et des occupations de ronds-points avec cabanes, etc. tout autant que l’acharnement de la part de l’État pour écraser ce mouvement (en l’occurrence par la démolition des cabanes par la police, ou par des incendies anonymes…).

***

Depuis fin novembre 2018, les Gilets jaunes de Commercy (55) avaient installé leur «cabane de la solidarité» sur la place Charles de Gaulle, en plein cœur de la ville.

Place forte du mouvement des Gilets jaunes, ils/elles y avaient lancé notamment deux appels, d’abord à former des assemblées partout en France, puis un deuxième appel à toutes les assemblées de Gilets jaunes à se retrouver à Commercy les 26 et 27 janvier pour «l’Assemblée des assemblées». Read More

Guyane: les « habitats informels » en danger, notamment à cause du projet de loi ELAN

Le projet de loi ELAN créé des remous jusque de l’autre côté de l’océan Atlantique ! Précisément, en Guyane.

Le 21 juin dernier, un blocage de la route des plages à Rémire-Montjoly a eu lieu contre l’article 57 bis de la loi ELAN, un article spécifique aux territoires de Guyane et de Mayotte, qui confèrerait aux Préfets la possibilité d’ordonner l’évacuation et la démolition d’habitats informels, sans passer par une étape judiciaire, menaçant de fait les nombreux bidonvilles et autres types d’habitats auto-construits de ces deux DROM. Read More

Notre-Dame-des-Landes: de la cabane sur l’eau, contre Nicole Klein et son monde… Résistances et sabotages !

Communiqué du mercredi 22 août 2018.
(En PDF ici, 9 pages A4, avec plus de photos…)

Vous connaissiez probablement « Ker Stank », la cabane sur l’eau, appelée aussi « la cabane flottante ».

Elle fut construite à proximité du Port, sur l’étang des Noues Pourries pendant l’hiver 2012-2013 par des camarades bretons, à partir d’une structure composée de tonnes à eau et de palettes dont quelques-unes reposent sur des souches d’aulnes quand d’autres flottent.
Read More