Bordeaux: nouvelle ouverture de squat et prochains rendez-vous solidaires

De l’ouverture d’un nouveau squat à Bordeaux à la kermesse organisée à la Zone Libre de Cenon en passant par les besoins de L’Éclaircie à Gradignan, la solidarité avec les exilés ne faiblit pas.

« Ce bâtiment est un bâtiment du département qui devrait mettre tout en œuvre pour héberger ces jeunes. Donc si le département qui est propriétaire du lieu cherche à expulser ce lieu ce serait non seulement illégal comme on l’a dit mais en plus un peu honteux », prévient un membre du collectif informel, qui a organisé l’ouverture du squat.

Ni mineurs ni majeurs

Les 15 mineurs qui occupent ce squat ont été évalués majeurs par le SAEMNA (Service d’Accueil et d’Evaluation des Mineurs Non-Accompagnés). Le département, qui doit héberger les mineurs isolés, ne les prend donc plus en charge. Ils ont entamés une procédure de recours auprès du juge des enfants. Mais dans l’attente du jugement définitif, ils sont livrés à eux même. Read More

Lyon: Mairie verte ? Maintenant plus d’expulsion !

Récit d’un détournement de la conférence de presse d’EELV au soir du résultat du scrutin des élections municipales et métropolitaines pour exiger le prolongement de la trêve hivernale. Prochain rendez-vous le mercredi 1er juillet à 18h devant Grand Lyon Habitat

Dans le cadre de la campagne « Trêve Générale » lancée le 17 juin Place Guichard dans le but d’exiger au niveau métropolitain le prolongement de la trêve hivernale jusqu’en mars 2021 et au-delà, nous sommes une trentaine à avoir rendu visite, au tout juste élus Maire et Président de la Métropole, Gregory Doucet et Bruno Bernard.

Les revendications de cette campagne sont claires. Au vu de la situation actuelle, nous exigeons à Lyon comme partout en France la prolongation immédiate de la trêve hivernale, l’ouverture de places d’hébergement et l’arrêt des expulsions. Read More

Lyon: assemblée de lutte et d’action. Appel à mobilisations pour une prolongation de la trêve hivernale!

Dimanche 28 juin 2020, 18 heures à l’Espace Communal de la Guillotière, assemblée de lutte et d’action.

La lutte pour le droit au logement initiée en novembre dernier a une résonance toute particulière dans le contexte actuel. La nouvelle crise économique commence. L’explosion du nombre de chômeur·euses au mois de mars (+7%) et avril 2020 (+20% !) en est la preuve. Après plus de deux mois de confinement, la crise sanitaire est devenue crise économique, alimentaire et du logement. Et ce n’est que le début.

Aujourd’hui, nous, locataires ou petit·es propriétaires étranglé·es par les crédits, sommes coincé·es entre des ressources qui baissent et des dépenses qui montent. Sans emploi isolé·e pendant le confinement, au chômage tant qu’il existe encore, étudiant·e avec un boulot précaire, retraité·e dont le gouvernement grignote les pensions et les APL, nous serons 6 à 7 millions de personnes supplémentaires à ne pouvoir payer ni nos loyers ni nos factures dans les prochains mois. Le nombre de nos expulsions de logement et de coupures de gaz, d’eau ou d’électricité ira d’autant. Read More

Caen: expulsion du squat de l’ancien collège Guy Liar à Mondeville

Mercredi 24 juin, dès 6h du matin, la préfecture du Calvados a procédé à l’expulsion d’un squat à Mondeville, l’ancien collège Guy Liard rue Albert Bayet à la demande du propriétaire des lieux, le conseil départemental et avec l’accord de la mairie de Mondeville. Quatre familles étaient hébergées dans quatre anciens logements de fonctions, deux autres familles et des célibataires vivaient dans un ancien bâtiment administratif depuis le 4 janvier dernier. Au total, une quarantaine de personnes, dont une quinzaine d’enfants, a été expulsée ce matin. La préfecture a communiqué dès 6h15 sur les réseaux sociaux, elle propose une solution de relogement d’une semaine à l’hôtel après avoir étudié les situations individuelles, et elle « invitera les ressortissants étrangers en situation irrégulière à quitter le territoire national » ! C’est à dire que les familles seront soit assignées à résidence à l’hôtel (contrôle judiciaire quotidien au commissariat, obligation d’être présent à l’hôtel de 18h à 21h…), soit déportées au CRA (Centre de Rétention Administratif) de Oissel près de Rouen (celui de Rennes est fermé et rouvre le 30 juin prochain) en attente d’une hypothétique expulsion.

Dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, la trêve hivernale a été prolongée jusqu’au 10 juillet prochain, cette mesure s’applique à l’ensemble des squats qui sont de la compétence du Tribunal d’Instance (dix sur douze squats actuellement). Ce squat était expulsable depuis le 21 février dernier sur décision du Tribunal Administratif, par conséquent il ne pouvait pas bénéficier de la trêve hivernale d’un point de vue juridique. Néanmoins, vu les circonstances actuelles, il est parfaitement scandaleux de jeter des dizaines de personnes à la rue après une semaine de relogement à l’hôtel où d’envisager leur expulsion dans certains cas. Read More

Bordeaux: « Les familles craignent chaque jour de voir débarquer les forces de l’ordre ». La situation critique des squats

Avec le retour des beaux jours et le déconfinement, la préfecture n’hésite plus à ordonner l’expulsion de certains squats de la métropole. On fait le point avec Morgan Garcia, coordinateur de la mission squats à Médecins du monde Bordeaux.

Au squat de la Zone Libre, à Cenon, les habitants craignent l’expulsion. Un huissier, mandaté par Logévie – le propriétaire des lieux – s’est rendu sur place la semaine dernière pour leur ordonner de quitter les lieux.
« C’est ce que redoutent les familles qui vivent là-bas (..). La plupart d’entre elles ont connu un long parcours d’errance et craignent chaque jour de voir débarquer les forces de l’ordre » explique Morgan Garcia, coordinateur de la mission squats à Médecins du Monde.
Difficile de savoir où ces familles pourraient être relogées car la Zone Libre, qui compte 300 habitants dont 115 enfants, n’est pas le seul squat menacé d’expulsion. Celui de la Maison blanche, cours de la Marne à Bordeaux, se trouve dans la même situation.

A Gradignan, un nouveau lieu d’habitation a ouvert pour sauver ces familles de la rue. Mais, « il est malheureusement déjà plein » indique Brigitte Lopez, du Réseau éducation sans frontière (RESF 33). Read More

Zürich: Juch résiste! De nouvelles ouvertures

Ce soir 20 juin 2020, les bâtiments de la Grimselstrasse 18 et 20, de la Saumackerstrasse 67 et 69 ont été occupés. Les squatters* ont pris ces bâtiments en réponse à l’expulsion de Juch le 23 mai dernier.

Si vous expulsez un squat, nous* en ouvrirons un nouveau !

Il y a exactement un mois aujourd’hui, le département social de la ville de Zurich avait déposé une plainte et avait ensuite fait expulser le squat de Juch par un important contingent de la police municipale de Zurich. La seule raison en est que le chantier de construction du stade voisin de HRS Real Estate semble avoir besoin de plus d’espace pour la circulation de ses camions et ainsi étendre son empire le plus rapidement et le rentablement possible au nom de la ville. Marco Cortesi (porte-parole de la police de la ville de Zurich) a également souligné dans une interview devant le squat de Juch fraîchement expulsé que l’essentiel était maintenant de rendre immédiatement les bâtiments inhabitables et de les garder avec des forces de sécurité privées. Même les partis de gauche de la ville de Zurich se plaignent qu’il est extrêmement discutable et inapproprié de détruire des lieux d’habitations et culturels pour une installation de chantier, et écrivent dans un communiqué de presse publié conjointement : « Pour nous, c’est clair : la démolition des bâtiments pour l’utilisation du terrain comme lieu de stationnement est inacceptable. Bien qu’aucune utilisation significative n’ait été promise et qu’un accord douteux entre la ville de Zurich et HRS ait été conclu sans aucune transparence, les squatters* ont dû quitter le terrain. On ne le dira jamais assez : C’est scandaleux de la part de la ville de Zurich ! Nous avons la rage ! Read More

Oulx (Italie): quelques notes sur l’opération répressive du 10 juin 2020

Oui, nous avons occupé. Nous avons occupé le sous-sol de l’église de Claviere.
Et quand ils nous ont expulsés, nous sommes entrés dans l’ancienne Casa Cantoniera de Oulx.

Nous avons pris l’espace nécessaire pour nous rencontrer, nous parler, nous organiser. Contre les frontières. Contre les systèmes d’exploitation et de sélection qui les soutiennent. Pour porter une solidarité active à toutes ces personnes qui se trouvent discriminées, différenciées, constamment rackettées pour l’obtention d’un bout de papier, d’un État qui les massacre et du capital qui les exploite.

Nous avons occupé. Nous l’avons fait et nous le revendiquons. Read More

Bordeaux: squats, bidonvilles, entre 2 500 et 3 000 mal-logés sur la métropole « et ça continue d’augmenter »

Plusieurs milliers de migrants vivent dans des squats ou des bidonvilles de la métropole bordelaise avec un accès restreint à l’eau malgré la crise sanitaire. Une situation qui inquiète d’autant plus les exilés et militants que de nouvelles arrivées se profilent avec la réouverture des frontières européennes.

La crise sanitaire n’y a rien changé : entre 2 500 et 3 000 personnes, principalement des étrangers, vivent dans des squats ou des bidonvilles de la métropole bordelaise, dans le sud-ouest de la France, selon un décompte effectué par Médecins du Monde. Une première moitié est constituée de Roms sédentarisés dans des bidonvilles. L’autre moitié est disséminée sur au moins une centaine de squats. Il peut s’agir à la fois de migrants, de sans-papiers, de déboutés mais aussi des mineurs non-accompagnés, des demandeurs d’asile et même des réfugiés statutaires sans solution d’hébergement. Tous vivent dans des conditions extrêmement précaires avec, en particulier, un manque d’accès à l’eau et à l’hygiène. Read More

Bordeaux: la Préfète s’apprête-t-elle à mettre à la rue 350 personnes dont 110 enfants ?

Après trois mois de confinement, alors que les services publics étaient fermés empêchant toute avancée de dossiers (régularisation, logement, santé), alors que l’arrêt de l’activité économique a privé de ressources de nombreuses personnes, mardi 10 juin, un huissier de justice est venu remettre aux habitants de l’ancienne RPA Ramadier un commandement de quitter les lieux dans un délai de 48h.

Parmi les personnes menacées d’expulsion se trouvent des hommes, des femmes, des enfants, parfois très jeunes. La majorité de ces personnes a trouvé abri entre ces murs au mois de novembre 2019 après un long parcours d’errance, faute de logement ou de places suffisantes dans les dispositifs d’hébergement.

Envisager une expulsion sans aucune proposition de relogement serait une aberration sanitaire, juridique, sociale, économique et humaine. Read More

Lyon: procès du squat de Feyzin, appel à soutien

Face aux menaces d’expulsions qui risquent de s’enchaîner dès la fin de la trêve hivernale, organisons la solidarité !
Les squats et autres logements informels font partie des endroits les plus exposés au risques liés à la crise sanitaire. Alors que pendant le confinement, l’Etat et la Métropole n’ont quasiment apporté aucune aide dans ces lieux d’habitation déjà précaires, les procédures d’expulsion repartent de plus belles, et menacent de mettre à la rue plus d’un millier de personnes sur Lyon dès la fin de la trêve hivernale (10 juillet).
Le 16 juin, c’est au tour de l’ancienne école Georges Brassens de Feyzin, appartenant désormais à Total, de passer en procès. Abritant à peu près 70 personnes, l’école, aménagée et rendue vivable, représente aujourd’hui un lieu de vie pour ses habitant.es. Venons donc les soutenir face aux menaces d’expulsion afin d’exiger un logement décent pour tous.tes et de dénoncer les politiques répressives et discriminatoires de ce gouvernement.
Rendez-vous mardi 16 juin à 9h devant le tribunal d’instance de Villeurbanne au 3 Rue Docteur Fleury Pierre Papillon pour un petit-déjeuner de soutien. Read More

Lyon: appel à dons. Aidez les habitant-es du Maria!

Depuis quelques mois, un nouveau squat d’habitation a été ouvert dans le quartier de la Guillotière à Lyon. Les habitant-es qu’il accueille sont à la fois des mères célibataires, des personnes seules et des familles. Les situations personnelles sont diverses, mais se rassemblent autour du même besoin : avoir un toit, ce que la métropole et les pouvoirs publiques ne sont apparement pas capables de fournir. Sur Lyon, le nombre de personnes à la rue est estimé à environ 3000 personnes, dont 310 enfants et 700 jeunes mineurs isolés. Ce qui se passe au Maria est une chance, mais aussi le fruit de la persévérance de chacun-e, l’espoir en bannière, la solidarité comme arme !

Aidez les habitant-es du Maria!

Nous lançons une cagnotte afin de subvenir aux besoins primaires des habitant-es :
– faire des achats de denrées alimentaires non périssables en grandes quantités et de produits d’hygiène,
– payer les frais de santé de celles et ceux qui peuvent pas bénéficier de la sécu,
– acquérir des jeux et du matériel pédagogique pour les enfants.
Afin de garantir de bonnes conditions de vie aux habitant-es du Maria, nous devons également poursuivre les travaux qui on été entamé pour assurer la salubrité des appartements. Cependant, nous manquons d’argent pour acheter les matériaux et outils nécessaires. Quand tout cela sera réglé, les habitant-es souhaitent aussi organiser des évènements culturels. Read More

Grèce : répression et résistance pendant la pandémie

En coordination avec le collectif de médias anarchistes Radio Fragmata, nous présentons le compte-rendu suivant venu de Grèce. Ce dernier décrit les actions entreprises actuellement par le gouvernement grec, ainsi que par les propriétaires d’entreprises, la police et les fascistes, pour tirer profit de la pandémie de COVID-19 dans le but d’intensifier la répression – mais également celles que les anarchistes, les migrant·e·s, les prisonnier·ère·s, les travailleur·euse·s rebelles et les autres mettent en place pour riposter et ouvrir des espaces de liberté.

Ces mises à jour sont adaptées de la contribution mensuelle de Radio Fragmata au podcast « Bad News Report » sur la situation actuelle en Grèce. Nous espérons sensibiliser les gens à cette situation et amener davantage d’auditeur·rice·s à écouter ce podcast ; nous recommandons d’écouter « Bad News Report » ainsi que le réseau radio anarchiste/antiautoritaire dans son ensemble. Read More

Amsterdam: nouvelle politique de la mairie, pas d’expulsion pour du vide…

En tant que squatteur à Amsterdam, il est douloureux de faire le bilan de l’année écoulée. L’année 2019 a porté un coup dur à un mouvement qui ne semblait pas capable de faire mieux que de prendre la raclée. La ville a perdu ses plus grands squats et malgré de nombreuses ouvertures, presque aucun nouveau squat n’a survécu à la fin de l’année. De plus, les politicienn-e-s ont essayé d’introduire une loi au niveau national pour criminaliser davantage les squatters, tandis que les médias ont rapporté à maintes reprises comment les propriétaires affligés sont trompés à répétition par les squatters. Pour couronner le tout, le maire conclut l’année avec un rapport sur une nouvelle politique visant à mettre en place une approche plus rigide sur les squats.
Il ne reste pas grand-chose à dire au-delà de 2019, année plutôt sombre, ce qui rend difficile de brosser un tableau optimiste des squats à Amsterdam en 2020.

Nous nous souvenons d’une année au cours de laquelle nous avons beaucoup perdu. Read More

Strasbourg: virus global, misère locale

La pandémie et la rue à Strasbourg, par Justine Partout.

« Restez chez vous ! » Deux mois que le mot d’ordre est asséné par les médias à destination des foules prétendument irresponsables. Mais comment faire quand de chez soi, justement, on n’en a pas, ou quand il ne permet pas de mettre en œuvre les gestes barrières les plus élémentaires ? À Strasbourg comme ailleurs, les sans-abri et les habitant·es de squats sont rendu·es encore plus vulnérables par les mesures de confinement, qui les privent d’accès au droit, à l’eau, à l’hygiène la plus élémentaire. Dépassées, incapables de penser des solutions à long terme pour les plus fragiles, les municipalités laissent le virus creuser des inégalités pourtant déjà criantes. Read More

Lyon: communiqué de l’intersquats sur la situation en cette période de crise sanitaire

Point sur la situation des squats en période de crise sanitaire.

Depuis des années des squats sont ouverts pour faire face à des situations inhumaines. Nous, habitant.e.s des squats et militant.e.s-soutiens, revendiquons le fait de mettre actuellement à l’abri plus de 1 000 personnes à Lyon et dans ses environs.

Le gouvernement a annoncé la réquisition de 2 000 chambres d’hôtel pour toute la France alors qu’à Lyon seulement, 9000 places seraient nécessaires pour loger les sans-abri.

Dès les premières alertes gouvernementales concernant l’épidémie, les squats ont réagi : diffusions d’informations, explications et affichage des gestes barrières, diffusion des attestations, achat et installation des produits d’hygiène nécessaires à la lutte contre propagation du virus. Ensemble, nous avons organisé leur approvisionnement en denrées alimentaires. Tout cela grâce à la convergence des solidarités. Encore actuellement, la santé des habitants repose essentiellement sur la veille collective des habitants. Read More