Paris: procès en appel du squat du collectif Baras, le mercredi 20 juin 2018

Mercredi 20 juin à 14h (prévoir de venir en avance)

Palais de Justice de Paris
Pôle 1, chambre 2 Cour d’appel
10 boulevard du Palais
75001 Paris
Métro Cité

SOLIDARITÉ AVEC LE COLLECTIF BARAS !
PROCÈS EN APPEL DU SQUAT. Read More

Caen: ouverture d’un nouveau squat, rue du Marais

L’AG de Lutte Contre Toutes les expulsions de Caen a ouvert samedi 28 avril un immense squat. L’AG a décidé de réserver une partie de cet énorme bâtiment pour créer un espace de convergence des luttes, espace séparé des parties d’habitation qui accueillent des exilé-e-s à la rue. Cet espace de convergence est géré par une assemblée ouverte à tous et toutes.

Nous relayons le premier communiqué de cette assemblée, communiqué qui invite à venir participer à la vie de cet espace de convergence et appelle à la solidarité matérielle pour l’aménager. Read More

Briançon (05) : Occupation de l’ancienne école du Prorel : venez nombreux !

Cette nuit, une salle de l’ancienne école du Prorel a été réquisitionnée pour y accueillir des personnes exilées arrivant d’Italie. Ceci en réponse à l’expulsion de la gare du 10 avril, qui fut seulement une manière de rendre invisible la situation à Briançon en déplaçant le problème ailleurs. Il n’y a pas de réelles solutions proposées, tous les espaces d’accueil sont saturés. Actuellement, une soixantaine de personnes dorment au Refuge Solidaire, et à Clavière vingt à cinquante personnes arrivent quotidiennement.

Rappelons que les exilé-es arrivent pour la plupart de Libye, où l’esclavage et la torture sont omniprésent, avant de traverser la Méditerranée dans des embarcations « de fortune » puis de rejoindre les campos d’Italie souvent gérés par la mafia. En France, Collomb et Macron leur promettent l’invisibilité dans les PRAHDA (Programme d’Accueil et d’Hébergement des Demandeurs d’Asile) et l’enfermement dans des CRA (Centres de Rétention Administrative).

Read More

Marseille: expulsion du Raccoon, Place Thiers

Aujourd’hui, nous les habitants et habitantes du Raccoon (maison occupée située Place Thiers à Marseille) avons été violemment expulsés à partir de 6h30 du matin.
Ce squat, ouvert depuis 2014, a accueilli des dizaines de personnes sans logement sans distinction d’âge, d’origine, hommes ou femmes, avec ou sans papier. Il a été la maison d’une grande famille, accueillant ces derniers jours plus de 60 personnes. Par son intervention aujourd’hui,la préfecture nous a tous renvoyés à la rue ! La plupart d’entre nous sommes ce qu’on appelle des « demandeurs d’Asile » : nous avons fui nos pays en quête de liberté et de protection, et pour cela nous continuerons à garder la tête haute.
Nous dénonçons fermement le comportement violent et scandaleux de la police, lors de l’expulsion de notre maison, ponctuée de propos racistes tels que « Rentrez dans votre pays ! » ou « La France n’a pas besoin de vous ! ». Nous avons le même sang qui coule dans nos veines : mais aujourd’hui nous sommes en colère car nous n’avons pas été traités comme tels. Read More

Val de Suse (Italie) : Chez Jésus à Clavière, frontière franco-italienne

Des nouvelles de Clavières, à la frontière franco-italienne

Message émis par un habitant du squat de migrant·e·s Chez Marcel à Briançon, présent sur le squat de Clavières dès le premier jour.


Bonjour !

Depuis jeudi 22 mars, la salle paroissiale de l’église de Clavières est occupée au bénéfice des exilé·e·s qui veulent entrer en France. L’ouverture de la salle est d’abord une action directe de mise à l’abri de personnes arrivées par le bus de vingt heures, et qui ne pouvaient arriver en France la nuit même. C’est la cinquième ou sixième fois depuis cet hiver que des migrant·e·s sont ainsi mis à l’abri provisoirement, avec à chaque fois une fermeture de la salle par le curé de la paroisse. Cette fois, la salle est restée occupée et rebaptisée Chez Jésus : le mouvement de soutien aux exilé·e·s sort ainsi du strict humanitaire et dispose d’un lieu pour changer ses modes d’action et politiser sa lutte, mettre en accusation le système de la frontière et ceux qui contribuent et qui profitent de ce système inhumain, des passeurs aux politiques en passant par les entreprises de sécurité et les flics de tous poils, et ceux qui se taisent et s’enkystent dans l’humanitaire, collaborant par leur silence au système de la frontière. Read More

Val de Suse (Italie) : Communiqué-invitation du squat de l’église de Clavière

Mise à jour du samedi 31 mars 2018 à 1 heure :

Depuis l’ouverture jeudi dernier de la salle paroissiale, la situation n’a pas changé. Des dizaines de personnes cherchent chaque jour à passer la frontière. Depuis samedi, des renforts de carabiniers et de la PAF compliquent la situation. Les contrôles sont plus fréquents, intimidation, poursuite sur les pistes à bord de motoneiges et reconduite brutale à la frontière.

La fatigue des gens sur place face à cette situation qui dure et va sans doute s’amplifier amène à un certains nombres de besoins urgents :

- Besoin de relais humain sur place
- Besoin de vêtements chauds, chaussures, gants, bonnets.
- Besoin de nourriture

Et parlez-en autour de vous.


Les passages clandestins d’exilé·es sont de plus en plus difficiles au col de Montgenèvre, près de Briançon : les migrant·e·s venant d’Italie arrivent plus nombreu·ses que cet hiver, et ne peuvent passer rapidement la frontière française. Jeudi soir, onze d’entre elleux, dont quatre femmes et trois enfants, ont passé la nuit dans la salle paroissiale, sous l’église de Clavières, située à deux kilomètres de la frontière française. Read More

Nantes: ouverture d’un squat rue Maurice Sibille. Appel des occupations avec les exilé.e.s

Suite aux expulsions de Censive et du Château du Tertre hier matin, plus de 150 personnes se retrouvent, de nouveau, à la rue. Nouvelle Occupation: 9 rue Maurice Sibille. Déménagement des affaires, aménagement, organisation, n’hésitez pas à venir filer un coup de main ! Restons solidaires, sans vous nous sommes sans toit !

Occupation de l’ancien Ephad de Briat

Ce matin l’ancien EPHAD, 9 rue Maurice Sibille, bâtiment vide de 6 étages, a été investit par les exilé.e.s et leurs soutiens. Vers 12h les flics sont arrivés, ils ont repoussés les soutiens groupés autour du bâtiment, visant les personnes aux fenêtres avec leurs LBD (flashballs). Ils ont essayés de forcer les portes sans y parvenir, allant jusqu’à gazer par une ouverture. Des élus et syndicats étaient présents en soutien aux exilé.e.s à la rue. Après quelques heures de tension, les forces du désordre sont reparties, laissant place à une explosion de joie ! Tou.te.s ont pu visiter et investir ce nouveau bâtiment immense dans un bonheur euphorique. Le lieu est en effet en bon état avec eau et électricité et tout à fait approprié à l’habitation avec de nombreuses chambres, cuisines individuelles et sanitaires, de grands espaces collectifs, une cuisine professionnelle etc… Read More

Nantes: Expulsion des occupations à la Fac et remerciements chalereux aux expulseurs

L’alerte a été lancée vers 7h ce mercredi 7 mars: la police est intervenue pour expulser les personnes qui dormaient à la Fac de la Censive et au Château du Tertre. Une cinquantaine de personnes à la Fac de la Censive et une soixantaine au Château se retrouvent donc violemment à la rue, en plein trêve hivernale.
L’expulsion a été très rapide. Une personne est montée sur le toit du Château en protextation, à 10h elle y était toujours. Rapidement après l’alerte les soutiens se sont massés, désormais sur le parking entre le Château et l’école Audencia. Besoin de soutien, de chaleur, de boissons chaudes et de quoi manger sur le pouce aussi.
Les affaires sont déménagée par l’agence Demeco et pourraient être récupérées dans l’après-midi. Un bruit a courru que les matelas seraient jetés à la déchetterie, l’agence ne souhaite pas communiquer sur le sujet mais dément l’info : à suivre de près.
Les policiers entreprennent de barricader le Château de l’intérieur pour éviter toute nouvelle occupation.
L’occupation avait commencé le 22 novembre, suite à l’expulsion violente de l’ancienne Ecole des Beaux-Arts, qui a été murée dans la foulée (mais toujours chauffée!). Read More

Gap (05) : Mobilisation de soutien contre l’expulsion du Chum de Veynes

Depuis le 9 septembre 2017, le centre d’Hébergement d’Urgence de Mineurs Exilés (Chum) de Veynes a accueilli plus d’une centaine de jeunes arrivant de la frontière italienne, car ni le Conseil Départemental ni l’État n’ont eu la volonté de mettre en place des dispositifs d’hébergement suffisants, pourtant de leur responsabilité ! Face à ces lamentables moyens institutionnels, ce lieu occupé et autogéré veut montrer qu’un accueil digne et réactif est possible.

Le 13 mars aura lieu à Gap le procès d’expulsion du Chum (tract en pièce jointe) : ce lieu autogéré, organisé par des gens qui demandent à minima que les institutions respectent la loi, et qui proposent beaucoup mieux qu’elles. Ce procès, c’est la seule réponse officielle de l’État face à nos dénonciations, et l’on voit que pour protéger ses remparts, le rouage est huilé : huissiers, traitement des demandes d’expulsion, dans ce sens cela fonctionne bien ! Fait de briques et de brocs, le CHUM est un lieu de vie, de passage, d’échange, d’entraide qui répond à l’urgence constante et à un besoin criant d’humanité. Read More

Nantes: Opération maisons vides

Paul Fattal (représentant du président de l’Université de Nantes), après avoir refusé une rencontre avec le Collectif Sans Papiers de Nantes, s’être rétracté pour une rencontre avec les associations et collectifs et avoir affirmé qu’il était trop tard pour rencontrer les habitant.e.s de Censive et du Château, a accepté de recevoir l’intersyndicale le vendredi 2 mars.

Évidemment, cette rencontre ne pouvait se faire sans nous : nous nous sommes donc invité.e.s. devant les bureaux de la présidence… qui aura gardé ses portes fermées. Ainsi, face au manque d’hospitalité, il a fallu se contenter d’une occupation des trottoirs. Mais nous le rappelons une fois de plus : les trottoirs ne sont pas des dortoirs, et ne doivent pas le devenir.

L’information nous a été confirmée dissipant les doutes et les incertitudes : le dossier « Faculté occupée » est entre les mains de la préfète, Nicole Klein, depuis le 15 février. Les destins passent d’une institution à une autre. De l’Université à la Pref’, on déshumanise les individus derrière les portes des occupations et on se prépare à anéantir le calme et la relative sérénité qui depuis trois mois ont permis à des personnes de souffler. Trois mois qui ne sont, en fait, qu’une seconde à l’échelle d’un long et rude parcours. Désormais, tout cela s’effondre pour laisser place à un climat d’insécurité permanent. Read More

Nantes: Unissons-nous pour repousser l’expulsion !

28 Février 2018 : Unissons-nous pour repousser l’expulsion !

Tandis que le flou règne, il est sans doute temps d’éclaircir la situation sur le futur des occupations de l’Université de Nantes, où habitent depuis fin novembre plus d’une centaine d’exilé·e·s. Alors même que beaucoup de personnes croient que le statut quo tient toujours et que la trêve hivernale protège les habitant·e·s, il s’agit donc ici d’expliciter les menaces qui pèse sur ces lieux de vie.

Il nous faut d’abord rappeler la décision du Tribunal administratif de Nantes du 05 décembre 2017 qui a accordé à la Présidence de l’Université de Nantes un permis d’expulser, c’est à dire de faire appel à la Préfecture -lorsque bon leur semble- pour intervenir sur la fac, la trêve hivernal étant donc rendu inopérante. Read More

Fresnes (94): libération d’Alfidel !

Alfidel, incarcéré depuis octobre dernier, initialement condamné à un an de prison ferme pour une tentative de squat assimilée par la justice à une tentative de cambriolage, passait appel le 15 février au TGI de Paris. Read More

Les Lilas (93): soirée de soutien au collectif Baras le 24 février 2018

À partir de 19h:
MUSIQUE, DJ SET, CUISINE TRADITIONNELLE (végétarienne ou non).

au 42 rue des Bruyères
93260 Les Lilas
Métro Mairie des Lilas Read More

Nantes: Communiqué des étudiant.e.s en lutte, soutiens des exilé.e.s

Nous, étudiant.e.s et personnes solidaires des exilé.e.s, réaffirmons notre soutien inconditionnel à l’ensemble des exilé.e.s qui vivent dans le château du Tertre et une aile du bâtiment Censive.
Parlons de faits. Depuis novembre dernier, les occupations n’ont pas entravé la tenue des cours. Si ces derniers ont pu être perturbés, c’est en lien avec les récentes mobilisations alertant sur le projet de réforme de l’université. Réunir ces combats via leurs potentiels désagréments auprès de la communauté étudiante est calculateur : la présidence vise clairement à criminaliser l’ensemble des actions de mobilisation.
Parlons de fond. Ces deux luttes convergent et entretiennent des liens. Nous avons tous.tes vocation à participer (de gré ou de force) à une sélection, à partir du moment où nous consentons à être mis.e.s en concurrence. Cette gestion du flux des étudiants résonne en écho avec la maîtrise des flux migratoires. Read More

Fontaine (38) : Infos du squat du 32 rue maréchal Joffre à la suite de l’expulsion

Bonjour,

Nous vous écrivons aujourd’hui pour vous informer de la situation alarmante du squat du 32 rue Maréchal Joffre à Fontaine ouvert fin novembre et expulsé le 25 janvier, où des personnes sans logement, notamment demandeuses d’asiles habitaient.

Une procédure d’expulsion avait été engagée par la SDH (bailleur social, principal propriétaire du bâtiment) et la mairie de Fontaine. Ce procès devait se tenir le 22 janvier, mais l’avocate a obtenu un report pour le 26 février. En parallèle, la SDH a lancé deux autres procédures dont une très particulière, appelée ordonnance sur requête, qui est une procédure non contradictoire (c’est à dire qu’on ne connaît pas la date du procès et où on ne peut pas se défendre ; on est uniquement averti·e·s du rendu). C’est une utilisation largement abusive de ce genre de procédure, dont un des motifs était la non-identification des habitants (les occupants avaient leur nom sur leur boîte aux lettres et le rendu de cette ordonnance sur requête était nominatif !). De plus, le juge a accordé l’expulsion de ce squat sans aucun délai, y compris la trêve d’hiver, car il n’y a pas eu de défense au procès. Read More