Grenoble: Dégueuler en plein Conseil Municipal

Lundi 24 octobre 2005, trente à quarante personnes se sont pointées au Conseil Municipal de la Mairie de Grenoble (ce qui fait que c’était plein à craquer, vu que les places hors-élu-e-s sont limitées). En gros, pour gueuler suite aux expulsions qui se succèdent depuis début juillet (Résistor, la Boum, la Kanaille, les 400 Couverts, la Clé d’Or, le 10 rue des Bergers, le 106 rue des Alliés, sans parler des expulsé-e-s qui sont passé-e-s inaperçu-e-s – et il y en a). Les élu-e-s n’en ayant, comme de bien entendu, rien à foutre… quelques personnes se sont permis de dégueuler leur rage en plein Conseil Municipal. Read More

Bialystok (Pologne): Expulsion du squat DeCentrum

Pendant l’apres-midi du mardi 25 octobre 2005, la police est allée au squat DeCentrum (a Białystok – http://fr.wikipedia.org/wiki/Bialystok) accompagnée par des fonctionnaires municipaux et le propriétaire, munis d’un mandat judiciaire pour l’évacuation des lieux, ces invités n’ont pas sonné, et ils ont abimé la porte du squat. Lorsque l’un des squatters a refusé de partir en douceur, des gardiens de la ville l’ont enlevé vers le couloir, où deux gardiens le tenaient, il a été frappé au visage, il a reçu un coup de pied d’un troisième dans l’abdomen, et on l’a menacé de le jeter dans l’escalier. Read More

Dijon: Programme des activités des Tanneries de novembre-décembre 2005

:+:+:+:+:+:+:+:+:+:+:+:+:+:+:+:+:+:+:+:+:+:+:+:+:+:++:+:+:+:+:+:+:+:+:+:
Programme Concerts et Autres Régalades aux Tanneries
:+:+:+:+| Novembre x Décembre 05 |+:+:+:+:

————————————————————————
Samedi 05 Novembre [19h – 06h | PRIX LIBRE] :
————————————————————————

Nuit Zombie aux Tanneries!
Programmation surprise… Read More

Lille: White Wood menacé d’expulsion


  Lille: White Wood menacé d’expulsion


Tract diffusé par les squatters de White Wood, occupé depuis un an, dans le quartier de Bois Blancs, Lille, suite à la visite de l’huissier qui nous amène le 25 octobre 2005 un commandement de quitter les lieux daté du 20 octobre au tribunal.

Huissier à ta porte, riot !!

Depuis le 15 Novembre 2004, White Wood, un squat, lieu occupé « sans droit ni titre », a ouvert dans le quartier Bois Blancs. C’est un lieu d’habitation et d’activités. Depuis un an on y trouve une friperie gratuite, où on peut amener, échanger ou prendre des vêtements sans avoir recours à l’argent ; également une infoshop à prix libre (c’est à dire que tu donnes ce que tu veux) – journaux, tracts, affiches, livres, disques, etc. – et un atelier de sculpture. Régulièrement des groupes de personnes viennent s’exercer / pratiquer la musique, du théâtre, de la jonglerie ou des sports collectifs. S’y déroulent des concerts, des représentations de spectacle de rue, des projections de films, des débats ou des repas végétariens en soutien à des groupes militants, tout cela prix libre ou gratuit. Ce lieu, d’abord filature puis fabrique de volets roulants, vidé de ses ouvriers, abandonné à la spéculation immobilière, est occupé par un groupe de personnes qui y créent un lieu collectif de vie et de rencontre. Depuis le 20 Octobre 2005, sur requête du propriétaire – la Société Civile Immobilière Satellite – par voix d’huissier, nous commande de quitter les lieux…

« L’année 2004 est marquée à Lille par la culture qui a été mise à portée de tous, à travers une extraordinaire diversité et un accès direct. Mais c’est aussi un véritable rapprochement qui s’est opéré entre les Lillois pendant toute l’année à travers des événements qui ont mobilisé des personnes très différentes, des jeunes, des moins jeunes… Après cette année particulière, ne refermons pas les fenêtres, ne les laissons pas se refermer… Notre équipe a une grande ambition pour Lille. Un projet qui me tient particulièrement à cœur. J’ai un fait un rêve et on va le réaliser ! Faire de Lille LA ville de la solidarité »
Martine Aubry, conférence de presse de rentrée, 7 octobre 2004, quartier Bois Blancs

POUR L’AUTODETERMINATION DE NOS VIES NON AUX EXPULSIONS !!
DES SQUATTTERS EN COLERE !!
WHITE WOOD, 7 RUE DE LAVENTIE, LILLE F(RANCE)

tract diffusé dans le quartier Bois Blancs à Lille suite au commandement de quitter les lieux…

ps : soirée pizza en soutien à VIVE LES MUTINS le 8 novembre 2005

WW


Tags:

Cette-Eygun (Vallée d’Aspe): Expulsion de la Goutte d’Eau


  Cette-Eygun (Vallée d’Aspe): Expulsion de la Goutte d’Eau


En ce moment [mardi 25 octobre 2005], est expulsée l’ancienne gare de Cette-Eygun occupée depuis 20 ans, en Vallée d’Aspe (Pyrénées, France). Cette occupation était le centre de la résistance au projet de tunnel du Somport (projet détruisant la Vallée), qui a pris des formes multiples, avec des périodes de luttes intenses. Le projet de tunnel et de route à 4 voies a quand même été réalisé mais l’occupation de la gare s’est maintenue.

Aujourd’hui mardi 25 octobre, une vingtaine de gendarmes a expulsé les actuels occupants et a détruit portes et fenêtres en attendant sans doute de murer pour éviter une ré-occupation. Les gens présents sur le lieu vont probablement continuer à occuper le terrain autour de la maison.

Pour l’instant, en attendant plus d’infos par rapport à l’occupation du terrain, vous pouvez surcharger le fax ou téléphone du propriétaire, à savoir l’établissement public Réseau Ferré de France (site accessible sur internet avec les contacts des directions régionales):
région Aquitaine (pour la Vallée d’Aspe)
directeur régional M. Alain Prat
téléphone: 05.56.93.54.00

lumaya at no-log point org


Yverdon (Suisse): Les occupant-e-s de la Bergerie en procès le 25 octobre 2005

Yverdon, le 23 octobre 05
Communiqué de presse
:

Venez le Mardi 25 octobre à 9h00 au procès contre les occupants de la Bergerie. Nous avons déjà été condamné par un juge d’’instruction à deux semaines de prison avec deux ans de sursis. Nous avons fait recours contre ce jugement que nous trouvons disproportionné par rapport à notre situation et qui condamne toutes les personnes présentes le jour du contrôle d’’identité sans distinction entre visiteurs et personnes impliquées. Read More

Barcelone: Deux expulsions à Guinardo et Clot

Jeudi matin [20 octobre 2005] vers 9h, plusieurs véhicules de la Police Nationale se sont arrêtés devant la Gatada pour procéder à son expulsion. Ce squat, dans le quartier de Guinardó, existait depuis plus de 7 ans. Le 7 octobre dernier, une trentaine de personnes avaient réussi à repousser l’expulsion. Malheureusement, l’avocat d’office n’a pas voulu continuer la lutte et les habitantEs n’ont pu savoir la nouvelle date. La seule personne présente dans les lieux a été détenue pour une peine-amende non payée. Après avoir réglé la facture de 450 euros, elle a pu sortir le jour même. La maison a été détruite le jour même. Read More

Grenoble : La mairie de Grenoble et la préfecture de l’Isère expulsent illégalement

Communiqué de presse de squatteur-euse-s grenoblois-es du 21 octobre 2005.

Cet après-midi, la section d’intervention de la préfecture de l’Isère, des équipes de la BAC, assistées de la police municipale, ont expulsé un squat ouvert en début de semaine situé dans une maison appartenant à la Mairie (socialiste) de Grenoble, au 106 de la rue des alliés. Cette expulsion s’est deroulée sans procédure légale, les policiers ont pénétré dans le jardin en enjambant la palissade, faisant fi du rappel à la loi affiché sur la porte. Ils sont entrés dans la maison par une échelle (empruntée sur un chantier voisin), fusil à pompe et flashball au poing. Leur « superieur » (ne portant aucun signe de reconnaissance) n’a pas daigné répondre aux demandes d’explications des squatteur-euse-s. Ceux-ci sont sortis après un contrôle d’identité, et ont rejoint le petit rassemblement de soutien devant la maison. Read More

Budapest: Un nouveau squat, soyez solidaires !

Chèr-e-s Camarades du Monde Entier !

L’an dernier (2004) nous avons squatté un ancien centre commercial des « pionniers socialistes » (ndt: sorte de scouts du parti communiste), et nous l’avons réorganisé en centre culturel pour le mouvement autonome. C’était notre première action en groupe, et le premier squat bien organisé depuis des années. Nous avons été expulsé-e-s au bout de deux semaines. Après quoi nous nous sommes replié-e-s sur un petit sous-sol d’un riche ami que quelques autres ami-e-s utilisent, et qui a été nommé AK57. Mais nous voulions nous donner une nouvelle chance et squatter un nouveau bâtiment. Read More

Lyon: Ouverture de la Scierie


  Lyon: Ouverture de la Scierie


Salut à touTEs,

pour infos :

« La scierie » squat d’habitation, d’activités et donc politique vient de voir le jour. Voici le texte du tract de présentation et d’annonce du premier concert :

Lyon 2005. Constat. Pas de lieux de concerts alternatifs.
Répression.
Aseptisation. Villes propres. Bâtiments abandonnés.
Réaction.
Création de collectif libertaire. Installation. Réhabilitation.
La Scierie. Zone autogérée. Autonomie. Ruptures. Enclave. Autres relations. Autres fonctionnements. Autres pratiques. Expériences collectives. DIY. Habitations. DIY. Concerts. DIY. Fanzinothèque. DIY. Infoshop. DIY. Ouverture aux collectifs d’organisation de concerts.
Toutes les musiques. Tous les arts.
Rencontre. JeudiS après-midi. 13h-19h.
4, rue Pascal. Villeurbanne.
lascierie(arobase)no-log.org.

Réappropriation. Résistance. Offensive.
Le monde a fait de moi une putain, je ferai de ce monde un bordel.

Concert d’ouverture dimanche 23 octobre 2005, 19h pétantes avec Arrash (punk HxC Toulouse) Bad Bourvils (Punk HxC toulouse) Ken Park (oldschool st-etienne)

La Scierie


Fédération Anarchiste: La propriété, c’est le vol !

Près de 50 morts, plusieurs dizaines de blessés, des centaines de familles rejetées à la rue, la succession d’événements tragiques depuis le mois d’avril a remis la question du mal-logement à l’ordre du jour.
Pourtant la crise du logement ne date pas d’hier, mais la spirale de la spéculation immobilière ainsi que la chasse aux pauvres et aux immigrés ont considérablement aggravé pour des millions d’individus une situation déjà intolérable et scandaleuse. Cependant, de plus en plus de gens se rendent compte que cette situation est insupportable et même absurde. En effet, comment admettre qu’un nombre croissant de personnes – parfois salariés comme en témoigne le phénomène des « working poors » ou quand un salaire d’emploi à plein temps ne permet même plus de payer un loyer – se retrouvent à la rue ou sont logées dans des conditions désastreuses, alors qu’il y a tant de logements vides, logements qui sont principalement des moyens pour spéculer.
La crise du logement que l’on connaît actuellement n’a rien à voir avec celle que l’on a connue dans les années 50. A cette époque, il y a avait effectivement une insuffisance de logements due aux destructions engendrées par la guerre et à une carence de construction de logements dans l’entre-deux-guerres. Aujourd’hui, le problème est tout autre : Read More

Tags:

Grenoble: Récit de l’expulsion du 10 rue des Bergers

Le lundi 10 octobre 2005, le collectif de la Jugulaire, habitant 10 rue des Bergers, a été expulsé « manu militari ».
On vous propose un récit de cette expulsion, qui a pris une tournure bien étrange dans le contexte grenoblois…

Le mercredi 5 octobre, six personnes ont élu domicile dans une maison de Grenoble, vide depuis 33 ans, appartenant à l’une des plus grosses sociétés de Grenoble : la SCI d’Alembert, groupe de cliniques, qui mène depuis une dizaine d’années parmi les plus gros projets immobiliers de la cuvette. Le samedi, nous avons informé le voisinage et les employé-e-s de la clinique attenante de notre présence. Tout le week-end, des voisines et des infirmières sont venues nous rencontrer pour nous dire qu’elles étaient ravies de voir cette maison vide enfin habitée ! Un vigile et une infirmière sont passé-e-s pour s’assurer que nous ne faisions pas de feu (en plein été indien) : on leur a confirmé que nous ne comptions pas nous faire griller, et qu’on ramonerait les cheminées si nous voulions un jour nous en servir. Read More

Montreuil: Expulsions et violences policières au passage du gazomètre

Dans la matinée du mardi 11 octobre [2005], les forces répressives de l’’Etat ont mené une expulsion manu militari contre une dizaine de familles qui étaient contraintes, faute d’’alternative, de squatter un logement à haut risque de saturnisme.

Face aux maigres propositions de la maire communiste de Montreuil (relogement proposé à seulement une des familles), celles-ci décident alors d’’occuper la salle Lounes Matoub, propriété de la Mairie. Dans la soirée, celle-ci fait appel aux forces de l’’ordre pour évacuer la salle, une fois de plus de manière brutale et hors de tout cadre juridique (la procédure judiciaire obligatoire au préalable n’’est pas encore respectée).

Cette seconde évacuation contre les familles et leurs soutiens sera extrêmement violente ; un militant de 70 ans se retrouvera à l’’hôpital avec le nez cassé, plusieurs plaies à la tête et des côtes fêlées ; plusieurs autres personnes seront plus légèrement touchées. De nombreux parents seront violentés devant leurs enfants. Read More

Nancy: Le 4.6, c’est déjà fini !

[11 oct. 2005]

Le jugement du procès pour occupation illégale de bâtiment qui avait eu lieu le 27 septembre a été rendu mardi 11 octobre.[1]

La juge a choisi l’expulsion sans délais, mettant à la rue les habitant-e-s des « 4.6 » à l’approche de l’hiver. Elle n’a admis leur situation de précarité qu’en ne leur imposant pas le paiement des frais de l’avocat de la partie adverse. Pour la question du droit à vivre sous un toit, celle justement pour laquelle elle devait émettre un jugement, ça ne lui a pas suffi. Read More

Tags: ,

Paris: Appel à la manifestation unitaire du samedi 15 octobre, 14h à République


  Paris: Appel à la manifestation unitaire du samedi 15 octobre, 14h à République


En réponse aux incendies meurtriers dans les taudis parisiens qui ont fait 50 victimes, Sarkozy fait expulser les mal-logés. Régulièrement au petit matin, le scénario des expulsions spectacles se répète, les CRS débarquent par dizaines et jettent à la rue les habitants d’immeubles insalubres. De son coté Villepin prépare la mise en place de 5000 logements d’urgence gérés par la SONACOTRA, c’est le retour aux cités de transit, installées dans des zones de relégations.

Non expulsions, non aux baraquements provisoires !

C’est la crise du logement pour les précaires, les immigrés, les jeunes, les salariés modestes, les bidonvilles réapparaissent, et la précarité du logement s’étend. Les loyers et l’immobilier continuent de flamber et les bailleurs et spéculateurs engrangent des profits juteux et inespérés. Plutôt que d’expulser, de soutenir et alimenter la spéculation, plutôt que démolir, vendre ou déréguler des HLM, le gouvernement doit réquisitionner. Il n’y a jamais eu autant de logements vides dans les grandes villes.

Nous exigeons la réquisition des logements vides, mais aussi le gel des expulsions, des loyers, de la spéculation et de la marchandisation du logement social.

La Fédération Anarchiste appelle ses militants et ses sympathisants à manifester aux cotés des associations de mal logés.

Pour le droit au logement pour tous sans discrimination
manifestation unitaire samedi 15 oct. 2005, 14h à République

Fédération anarchiste
145 rue Amelot 75011 Paris
relations-exterieures(a)federation-anarchiste.org

Fédération anarchiste