Amsterdam: tentative d’ouverture dans la Gravenstraat et brutalité policière

Aujourd’hui 12 septembre, il y a eu une tentative d’ouverture des maisons dans la Gravenstraat 26-28, le jour de la manifestation pour le logement. Des milliers de personnes étaient descendues dans la rue pour manifester contre ce qu’on appelle la crise du logement – la rareté et l’exploitation sur le marché du logement, la pénurie de logements abordables et la hausse disproportionnée des prix des loyers.

La police a utilisé une force excessive pour nous repousser de l’endroit qui allait devenir notre nouvelle maison. Dès notre arrivée à la manifestation, certain-e-s militant-e-s ont été excessivement surveillé-e-s par la police et même arrêté-e-s pour avoir porté un symbole antinazi. Dès le début, la police s’est voulue répressive, arrêtant les militant-e-s. La brutalité policière s’est intensifiée dès notre arrivée sur la place Dam. Nous avons été frappé-e-s, tiré-e-s hors de la foule par des flics en civil et certain-e-s d’entre nous ont même été battu-e-s jusqu’au sang sur le sol et piétinées par des policiers. La police a délibérément choisi l’escalade et nous les avons même entendus dire qu’ils avaient délibérément « mis le paquet ». Read More

Amsterdam: Joe’s Garage, seize ans et toujours la rage !

Joe’s Garage a été squatté il y a 16 ans. Le groupe de squatters de l’est d’Amsterdam est actif dans le quartier Transvaal depuis environ 20 ans, en commençant par le squat de la Pretoriussstraat 28 en 2001. Nous sommes ouvert-e-s au public toutes les semaines, avec le magasin gratuit, les permanences d’assistance au squat, les soirées cinéma et la cuisine populaire.
En plus de nos activités en tant que collectif avec d’autres squats comme le Blijvertje et le Valreep, nous avons également soutenu des initiatives dans l’Est d’Amsterdam comme Bajesdorp dans le quartier Amstel, le Nieuwland dans le quartier Dapper et bientôt le Nieuwe Meent sur l’Archimedesplantsoen, dans lesquelles des bâtiments ont été acquis en propriété collective et combinant des activités pour et avec le quartier.

Malgré tout, à Amsterdam Est et dans le quartier Transvaal, les logements sociaux et autres logements abordables subissent une forte pression due à la spéculation sur le marché du logement, et de plus en plus de personnes se retrouvent en difficulté financière. L’incertitude croissante sur le logement en raison de la précarité et des coûts rend les gens désespérés.

Un logement abordable et sûr n’est pas un produit de luxe, mais une nécessité pour tout le monde ! Read More

Uithuizen: la Villa Tocama squattée

Uithuizen, Pays-Bas – Depuis le week-end dernier, la Villa Tocama est à nouveau habitée ; des personnes concernées squattent le bâtiment classé monument historique, situé Dingeweg 3 à Uithuizen, ainsi que le terrain qui l’accompagne.

L’activiste Jan sur les raisons de l’occupation de la Villa Tocama:
La propriété a été achetée par la Stichting Woonbedrijf Aardbevingsgebied Groningen (SWAG). SWAG est détenue à 100 % par l’État néerlandais et est financée par le ministère de l’Intérieur et des Relations au sein du Royaume. Elle est utilisée comme instrument d’achat pour les différents programmes de rachat. Selon leur propre site web, ils agissent dans l’intérêt public et sans but lucratif, accordent une attention particulière à la qualité de vie dans le quartier et gèrent les locaux acquis afin d’éviter l’inoccupation, le délabrement, le squat et le vandalisme. Malheureusement, cette vision générale est tout ce qui reste, car la pratique montre une image très différente ».

À l’heure actuelle, la fondation possède 35 propriétés. Parmi ces propriétés, 3 sont utilisées comme logement temporaire et 8 sont utilisées par le biais de la gestion des vacances. Sur les 24 propriétés restantes, aucune utilisation, finalité ou vision future ne figure dans les aperçus de la fondation. Read More

Rotterdam: immeuble squatté à Delfshaven

Un certain nombre de personnes ont squatté un bâtiment à Delfshaven. Iels veulent faire une déclaration s’adressant au conseil municipal. Rotterdam pousse les gens au salaire minimum hors de la ville depuis des années. Les militant-es tracent maintenant une ligne et veulent un salaire minimum plus élevé et des logements abordables.
L’inégalité à Rotterdam est de plus en plus visible. Partout dans la ville, les logements sociaux sont mal entretenus et démolis pour faire place à des logements coûteux. Le prix des loyers continue d’augmenter dans notre ville et les revenus des Rotterdamois-es qui touchent le salaire minimum ou l’aide sociale sont à la traîne. Il y a également moins de place pour leurs activités et initiatives sociales. Iels sont poussées hors de notre ville. Il semble qu’il n’y ait plus de place pour elleux.
Nous n’acceptons pas cela. C’est pourquoi nous soutenons les Rotterdamois-es qui ont emménagé dans le bâtiment du Havenstraat 231 et qui réclament un morceau de Rotterdam pour attirer l’attention sur la lutte de ses habitant-es. Avec elleux, nous voulons que les richesses et l’espace de notre ville soient répartis plus équitablement. Ce n’est qu’alors que chaque Rotterdamois-e peut participer et avoir une place. Cela peut être réalisé en portant le salaire minimum à 14 euros de l’heure en 2022 et en entretenant et en rénovant correctement les logements sociaux.
Notre conseil municipal n’a pas voulu écouter avant. Une fois de plus, nous leur demandons de veiller à ce que chaque habitant-e de Rotterdam puisse vivre avec un loyer abordable et disposer d’un revenu décent. Nous appelons la ville de Rotterdam à choisir pour nous.
Nous voulons une ville prospère et colorée dans laquelle chacun-e puisse vivre et s’épanouir au lieu de survivre. Read More

Pays-Bas: 10 ans après ! Actions contre l’interdiction de squatter

Aujourd’hui, 1er octobre 2020, nous fêtons les 10 ans de la criminalisation des squats aux Pays-Bas. Même avec cette loi, des squats existent encore et d’autres s’ouvrent .
La loi a été créée pour mettre fin à la fois aux ouvertures de squats et pour empêcher que des bâtiments soient vides. Elle a échoué des deux côtés. Des bâtiments sont toujours vides et pour beaucoup de gens, squatter reste une nécessité. Après tout, ce n’est pas l’existence de bâtiments vides qui conduit au squat, mais plutôt le manque de logements accessibles.
Que vous squattiez, louiez ou cherchiez à acheter une maison, trouver un logement disponible (et abordable) est une véritable gageure. Read More

Wassenaar: Villa Ivicke, des nouvelles des six derniers mois

Plan de zonage, travaux de construction, procédures judiciaires.

Beaucoup de choses se sont passées au cours des six derniers mois. En avril, le propriétaire a entamé un procès pour nous expulser. Et en mai, la municipalité de Wassenaar a imposé une ordonnance administrative au propriétaire, Ronnie van de Putte, et à nous en tant que résidents. Avec cette ordonnance administrative, la municipalité veut faire pression sur le propriétaire pour qu’il effectue des travaux de construction, et sur nous pour que nous quittions les lieux sous prétexte que le plan de zonage de la Villa Ivicke n’est pas un « logement » mais un « bureau ».

En tant qu’habitant-es d’Ivicke, nous avons déposé un recours contre l’application du plan de zonage, l’audience était censée avoir lieu le 16 septembre. Cependant, l’affaire a été renvoyée devant le tribunal, ce qui a entraîné l’annulation de l’audience. Nous attendons maintenant une date pour cette audience. Dans l’ordonnance administrative, la municipalité a marqué le 19 novembre comme date de départ. Quoi qu’il en soit, il est déjà clair qu’il n’y aura pas de décision dans cette affaire avant cette date, mais cela ne signifie pas que la municipalité ne peut pas nous expulser. C’est pourquoi nous avons demandé à la municipalité de suspendre l’exécution de l’ordonnance administrative jusqu’à ce que le tribunal ait statué sur la légalité de cette exécution. Read More

Amsterdam: Keizersgracht 318 reoccupé

Depuis jeudi (9 juillet), un bâtiment a été squatté à Amsterdam, au numéro 318 du Keizersgracht. Ce dimanche après-midi, les squatters ont fait connaître leur présence. Une déclaration des squatters :

Depuis quelque temps, nous vivons dans le bâtiment du Keizersgracht numéro 318. Aujourd’hui, nous faisons connaître notre présence. Le bâtiment est vacant depuis des années. En 2015, il a également été squatté. À l’époque, il a été expulsé assez rapidement, parce que le propriétaire prétendait encore l’utiliser. En regardant l’état du bâtiment, ce n’était pas très apparent. Plus tard, en 2017, le propriétaire a été pris en train de démolir illégalement l’intérieur classé monument de ce bâtiment. La municipalité a décidé de mettre un terme à toute construction du bâtiment. Il était interdit au propriétaire de faire quoi que ce soit avec le bâtiment, avant que l’intérieur monumental ne soit reconstruit dans son état d’origine.
Aujourd’hui, trois ans plus tard, rien n’a changé. Le bâtiment est toujours vide, rien n’a été restauré, et la dégradation continue.
Tout cela alors que le nombre de sans-abri à Amsterdam augmente, que les loyers s’envolent, que les listes d’attente pour un logement social approchent les 20 ans et que l’on construit hôtel après hôtel.
Pour nous, une raison suffisante pour commencer à utiliser ce bâtiment, nous voulons avoir une maison ! Read More

La Haye: Journées d’Action pour le Logement, appel à participation !

Pendant le week-end du 31 juillet – 1er août 2020, les Journées d’Action pour le Logement se dérouleront à La Haye. Le thème du vendredi est le logement social et les modes de logement précaires, et le thème du samedi est le bradage de la ville et la gentrification. Pendant ces deux nournées, nous allons faire un poing collectif contre la précarité et la pénurie de logements.

Ces deux dernières années, la ville est devenue le théâtre d’une lutte sociale. La capital contrôle de plus en plus le logement et les espaces publics. La ville est transformée en un modèle pour générer du fric, un nouvel appareil permettant à un groupe choisi d’accumuler des richesses. Cela a des conséquences dramatiques pour beaucoup d’entre nous. Les listes d’attente pour les logements sociaux ne cessent de s’allonger, les loyers sont déjà beaucoup trop chers et la volonté politique de s’attaquer à ces problèmes est étouffante. Dans les centres-villes, les quartiers sont renovés les uns après les autres et seuls des logements coûteux du secteur privé sont construits. Les cafés branchés et leurs terrasses se répandent comme une marée noire. Nous ne voulons pas d’une ville uniquement pour la consommation, mais une ville dans laquelle nous pouvons vivre !

Parallèlement à la gentrification, le filet de l’État pour contrôler les espaces publics se resserre. En même temps que nous sommes obligés de payer des loyers de plus en plus élevés pour des espaces de plus en plus petits, nous sommes dépossédés des rues : traîner dans la rue est perçu comme suspect et vous fera encourir des poursuites pour rassemblement. Les seuls endroits où vous pouvez encore vous rassembler en public sont les parcs ou les terrains de sport – mais jamais sans la surveillance de caméras. Nos espaces de vie se réduisent, nous ne supporterons plus cette merde ! Read More

La Haye: procès du squat du Waldeck Pyrmontkade 872

Lundi 25 mai, le procès contre les occupants du Waldeck Pyrmontkade 872 à La Haye a eu lieu. Le propriétaire des locaux, RE:BORN real-estate, avait entamé une procédure en référé pour expulser habitant-es. Ils ont également réclamé des dommages et intérêts de 100 000 euros. Nous avions donc décidé de ne pas abandonner et d’aller au procès.

L’histoire de RE:BORN a été mise en doute tout au long de l’audience. Bien que l’affaire ait semblé impressionnante, en y regardant de plus près, elle s’est avérée être essentiellement creuse. Les plans de construction, les contrats avec les entrepreneurs et les futurs locataires et les autres accords d’intention avaient, dans la plupart des cas, déjà été établis et signés il y a deux ans (dans certains cas, une signature nécessaire faisait encore défaut). « Le plan était là, mais il était probablement sur une étagère depuis 2 ans. Comme le dit RE:BORN lui-même dans un article publié par Den Haag Centraal, « nous avons déjà mis quelques projets en attente » (23-04-2019). Avec les éléments du dossier, il ne semblait pas y avoir d’urgence. Il n’a pas non plus été indiqué quand la rénovation allait commencer. Seules les dates des deux dernières semaines ont été mentionnées, pour essayer de montrer que « les squatters font échouer le projet » et pour légitimer une demande de 100 000 euros. Read More

Amsterdam: la poursuite de la politique d’éradication des espaces libres

Nouvelles du groupe du Slibvelden, 24 mai 2020.

Mercredi matin, nous avons eu une réunion avec les fonctionnaires concernés au sujet du Slibvelden et de la date limite du 1er novembre qui nous a été imposée. Nous avons entamé la conversation avec l’espoir qu’Erna Berends (Stadtsdeelvoorzitt Amsterdam noord, SP) puisse se prononcer sur notre demande de prolongation de notre séjour au Slibvelden. Nous avons quitté cette réunion virtuelle en tremblant à la reconfirmation que malgré tous les beaux slogans et les discussions en cours, Amsterdam est coincée dans sa politique d’éradication des Espaces Libres.

Après l’expulsion de l’ADM en janvier 2019, on nous a proposé une autre place. Nous voici donc au Slibvelden, ancienne station d’épuration des eaux à Amsterdam Noord. L’accord prévoyait que nous pourrions rester ici pendant deux ans et qu’entre-temps, la municipalité et nous chercherions une solution durable. En un an et demi, nous avons pansé nos blessures et la communauté elle-meme s’en remet juste. Nous avons assez bien réussi à utiliser le terrain pour ce qu’il est. Il y a un jardin, une cuisine, un atelier, un espace pour les concerts. Et il y a quelques petits spectacles et des activités communautaires. Read More

Amsterdam: nouvelle politique de la mairie, pas d’expulsion pour du vide…

En tant que squatteur à Amsterdam, il est douloureux de faire le bilan de l’année écoulée. L’année 2019 a porté un coup dur à un mouvement qui ne semblait pas capable de faire mieux que de prendre la raclée. La ville a perdu ses plus grands squats et malgré de nombreuses ouvertures, presque aucun nouveau squat n’a survécu à la fin de l’année. De plus, les politicienn-e-s ont essayé d’introduire une loi au niveau national pour criminaliser davantage les squatters, tandis que les médias ont rapporté à maintes reprises comment les propriétaires affligés sont trompés à répétition par les squatters. Pour couronner le tout, le maire conclut l’année avec un rapport sur une nouvelle politique visant à mettre en place une approche plus rigide sur les squats.
Il ne reste pas grand-chose à dire au-delà de 2019, année plutôt sombre, ce qui rend difficile de brosser un tableau optimiste des squats à Amsterdam en 2020.

Nous nous souvenons d’une année au cours de laquelle nous avons beaucoup perdu. Read More

La Haye: Short Stay? No Way! Résumé de la première semaine d’occupation

Voici un petit résumé de la première semaine de la campagne et de l’occupation « Short Stay? No Way! » au Waldeck Pyrmontkade 872 à La Haye. L’objectif est de donné un aperçu de ce que nous avons fait et pourquoi, et de noter nos victoires et les projets à venir.

Vendredi 1er mai
Les premières mesures sont prises pour sécuriser le bâtiment. Il n’y a pas de meilleur jour !

Lundi 4 mai
Avant que notre lutte contre les appartements location de courte durée puisse commencer, nous avons dû occuper et conserver avec succès le bâtiment du Waldeck Pyrmontkade. Des préparatifs ont été faits pour éviter une expulsion immédiate par la police, ce qui est souvent le cas à La Haye, et une éventuelle réaction du propriétaire.
À 9 heures, des sympathisant.es, avec lesquels nous avions forgé des plans, ont appelé le policier en charge du quartier pour signaler l’occupation. Il n’était pas disponible, l’annonce a été reportée d’un jour. Read More

La Haye: Détruire les puissances économiques ! Contre la revente de la ville !

Contre la location de courte durée!

Récemment, nous avons occupé le bâtiment de Waldeck Pyrmontkade 872 à Den Haag-Zeeheldenkwartier. La crise actuelle du coronavirus a non seulement révélé mais aussi exacerbé la pénurie de logements et la faiblesse financière. Les conséquences de la crise sont certainement ressenties par nous, les jeunes adultes.
Les seules choses dont nous disposons sont les contrats flexibles et les loyers temporaires, qui sont source d’incertitude et de stress et n’offrent aucune sécurité.

À l’heure actuelle, il est particulièrement important que chacun.e ait un domicile sûr. Les femmes et les jeunes LHBT+ en particulier, qui sont la cible d’une oppression patriarcale et qui, par conséquent, ont souvent des revenus plus faibles et des emplois précaires, devraient avoir accès à une situation de vie sûre et stable. Même les jeunes qui n’ont pas d’autre choix que d’accepter des contrats « zéro heure » peinent aujourd’hui dans les supermarchés et les services de livraison alors que leur situation de vie est aussi précaire que leurs revenus. C’est pourquoi nous avons pris des mesures.

Le bâtiment est utilisé depuis des années par des organisations de soutien contre la violence domestique et pour l’aide à la jeunesse. Ces organisations ont déménagé en raison du loyer élevé. La propriété a maintenant été achetée par le fonds d’investissement d’Amsterdam RE:BORN real-estate. RE:BORN veut transformer cet ancien immeuble de bureaux en 30 appartements de luxe, avec une formule de location de « courte durée ». De tels appartements sont des maisons où un locataire peut séjourner pendant six mois au maximum. Ces appartements sont donc entièrement destinés aux expatrié.es qui séjournent à La Haye pour une courte période. Eils travaillent souvent dans les multinationales et les organisations internationales établies dans la ville, telles que Shell, KLM, Total, Siemens, ICC, Europol et les nombreuses ambassades. Read More

Rotterdam: expulsion de 6 squats à Tweebos

Au petit matin du 6 mars, les habitant.es du quartier de Tweebos à Rotterdam ont eu un réveil brutal. Enorme spectacle policier, tout le quartier a été bouclé pour une expulsion militarisée de 6 squats. 6 maisons dont les résident.es ont été mis.es à la rue avec leur droit au logement.
Outre ces maisons symboliques, qui ont redonné un peu de vie dans un quartier vidé, tou.tes les habitant.es du Tweebos sont visé.es. Depuis quelques mois, la vie du quartier s’était à nouveau transformée en une réalité plus joyeuse, dans laquelle la résignation des habitant.es face à la démolition de leur quartier s’est lentement infiltrée. Les autorités ont donc décidé de détruire ces étincelles d’espoir : pas de squats, pas de solidarité, pas de joie, pas d’espoir.
Mais qu’ils sachent que la destruction de nos espaces de vie ne supprimera pas notre désir de liberté.
Des ouvertures de squats suivront. Read More

Rotterdam (Pays-Bas): appel à la solidarité depuis le quartier Tweebos

On vous écrit de Tweebosbuurt. Aujourd’hui, un nouveau squat s’est fait expulser de maniére illégale une fois de plus. La police a procédé à 3 arrestations des opposant-es présent-es dans le lieu. Ceci montre une fois de plus la capacité de la police à ne pas respecter les lois. En effet, cette expulsion est illégale car les personnes étaient présentes depuis 8 jours, donc en accord avec la loi qui prévoit 48 heures. Le tout argumenté par un dossier complet de preuves datées et tamponnées par le tribunal de Rotterdam. La seule infraction commise est que Vestia n’a pas mentionné l’existence de ces dossiers quand la police est rentrée à coups de bélier dans la porte. Vestia, épaulé par la police, est hors la loi.
Dans quelques jours, le 4 mars précisément, 6 squats vont se faire expulser, 6 maisons où vivent des gens depuis quelques mois, répondant à l’appel à venir occuper le quartier contre la gentrification et les expulsions. 6 maisons ouvertes pour contrer le rouleau compresseur que représente Vestia, vont voir leur porte détruite. Cette date du 4 mars est décisive, tant pour la sauvegarde de ces lieux de vies que la pérennité de la lutte, ici même, à Tweebosbuurt.
Nous lançons donc un grand appel à venir occuper, défendre et habiter le quartier, avant et après les expulsions. Pour ne plus laisser place aux grandes entreprises, comme Vestia et tant d’autres, détruire les quartiers populaires. Pour ne plus laisser place à la police servant de chien de garde à Vestia, qui manipule impunément les lois, faisant de la misère leur business. Read More