Amsterdam: Mokum Kraakt lance une campagne de collecte de fonds pour les détenu-es de l’expulsion de l’hôtel Mokum !

Nous sommes Mokum Krrraakt, un collectif de squatters regroupant Hotel Mokum, Kinderen van Mokum, et d’autres squatters.

Nous sommes actuellement installé-es au squat Nicole (Kinkerstraat 304). Nous hébergeons des personnes et organisons des événements culturels et politiques à but non lucratif, ouverts et gratuits, afin de lutter contre la monoculture croissante de la ville. Nous squattons pour protester contre les politiques de logement et de planification urbaine visiblement incompétentes, contre la gentrification et contre le caractère inabordable de la ville.

Le 26 novembre 2021, l’hôtel Mokum, situé dans la Marnixstraat, a été expulsé. Pendant l’expulsion, plusieurs personnes ont été arrêtées, certaines violemment, pour avoir manifesté pacifiquement. Pour leur solidarité avec l’Hôtel Mokum et le mouvement des squats, elles ont été violemment arrêtées et menacées d’amendes et de poursuites judiciaires.

Nous voulons soutenir ces personnes en couvrant leurs frais de justice. Mais nous ne pouvons pas le faire seul-es. Le peu de revenus que nous générons va au nettoyage et à la reconstruction de Nicole, où nous organisons des événements gratuits. C’est pourquoi nous organisons cette collecte de fonds, et nous avons besoin de votre aide ! Read More

Amsterdam: après-midi cinéma sur la lutte pour le logement à Amsterdam-Est

Après-midi cinéma sur la lutte pour le logement à Amsterdam-Est à Joe’s Garage de 16h à 18h le 20 juillet 2022.

À l’aide d’images d’actions menées par le groupe de squatters d’Amsterdam-Est (Kraakgroep Oost) et l’association de locataires de l’Est (Huurdersvereniging Oost), nous discuterons des nombreuses années de résistance à cette attaque toujours en cours contre les logements bon marché.
Le programme comprend également un nouveau film sur Frans Ondunk, président de l’association des locataires d’Amsterdam-Est, mais aussi connu sous le nom du shérif de l’Est, qui tirait quotidiennement sur les propriétaires.
Tout au long de l’histoire d’Amsterdam-Est, le mouvement des squatters et l’association locale des locataires ont sans cesse envoyé le même message. Les propriétaires dont les biens sont squattés sont souvent les mêmes que ceux qui terrorisent les locataires. Read More

Amsterdam: ouverture de la Ceintuurbaan 39

Le collectif Radikale Anti Anti Kraak (R.A.A.K.) avait lancé un appel sur Radar à une manifestation contre la gentrification dans le quartier du Pijp à Amsterdam le samedi 9 juillet 2022.

En prévision de l’expulsion du rez-de-chaussée situé au 14 de la Ferdinand Boldstraat, un nouveau squat situé au rez-de-chaussée de la Ceintuurbaan 39 a été ouvert. Cet ancien magasin de vitamines était vide depuis 8 ans et se trouve à l’angle de la Ferdinand Bolstraat.
Le magasin gratuit déménagera de la Ferdinand Bolstraat pour ce nouveau squat et nous y organiserons des événements, également en collaboration avec le voisinage.
La nouvelle de cette ouverture a été faite pendant la manifestation contre la gentrification. Les participant.es à la manifestation ont transporté le magasin gratuit et une soupe a été distribuée gratuitement.

Le squat continue, tous les yuppies hors du Pijp ! Read More

Amsterdam (Pays-Bas): manif contre la gentrification, le samedi 9 juillet 2022

La gentrification ne se produit pas comme ça, par hasard. C’est le résultat direct des politiques de l’État et du système dans lequel nous vivons: les grandes entreprises voient dans un quartier un potentiel pour se faire de l’argent, et l’État leur crée un espace pour le faire. Les logements sociaux sont vendus et deviennent des logements privés, des magasins plus chers sont ouverts, et bientôt les résidents d’origine se rendent compte qu’ils n’ont plus les moyens de vivre dans leur quartier. De plus en plus de personnes à faible revenu, en particulier les personnes de couleur et les migrant.es, sont forcées de se déplacer à la périphérie de la ville, et les plus riches prennent leur place. Les espaces publics ne sont plus publics, mais seulement abordables pour les personnes à revenu élevé. La gentrification ne résout pas la pauvreté, mais la crée, tout en la déplaçant hors de la vue des plus riches et des touristes. Read More

Amsterdam (Pays-Bas): ouverture d’un squat au Ferdinand Bolstraat 14

Le 13 juin 2022, nous avons squatté un bâtiment sur Ferdinand Bolstraat 14, au rez-de-chaussée. Cette maison appartient à la municipalité d’Amsterdam et est vide depuis plus d’un an. Nous sommes un groupe de personnes qui avons besoin de logement, nous estimons que squatter est la seule solution pour vivre à Amsterdam. Les maisons restent vides pour la spéculation, les loyers augmentent, les logements sociaux sont vendus à des particuliers, et la classe ouvrière est chassée de la ville. Nous avons décidé de squatter dans le quartier De Pijp parce que c’est un exemple classique d’un beau quartier ruiné par la gentrification. Nous travaillons dans la ville pour le salaire minimum, comme beaucoup d’autres qui ne peuvent pas se permettre de vivre ici. On en a marre de l’exploitation, de se faire voler notre salaire alors qu’on survit à peine. On en a marre d’être poussés à la périphérie en devant retourner dans le quartier De Pijp pour servir de la nourriture aux yuppies dans un quartier où on n’a pas les moyens de vivre. Nous ne resterons pas silencieux, nous ne resterons pas cachés. Read More

Amsterdam: Mokum Kraakt ouvre un squat dans la Kinkerstraat

Communiqué de Mokum Kraakt du 13 mars 2022 lors de l’ouverture du rez-de-chaussée de la Kinkerstraat 304.

Nous sommes le collectif Mokum Kraakt. Nous sommes un regroupement de l’Hôtel Mokum, des Kinderen van Mokum et d’autres squatters : jeunes et moins jeunes, expérimenté.es ou pas, mais toustes en colère, pleins d’amour pour Amsterdam et prêt.es à se battre pour leur ville. Depuis le 10 mars, nous sommes installé.es dans la Kinkerstraat, dans l’un des nombreux locaux commerciaux vides d’Amsterdam. Après tout, Amsterdam appartient à ses habitant.es, pas aux grandes entreprises. Nous exigeons un changement radical. Nous exigeons des logements accessibles, vivables et abordables. Nous exigeons une ville libre et équitable.

Sous les rues lisses et bien rangées, la ville repose sur des échasses qui grincent. Il est presque impossible de voir que sous une couche de monoculture, les fondations d’une ville vivante commencent à se fissurer. Dans les fissures du Mokum Kraakt, des espaces se forment pour la contre-culture. Des espaces pour expérimenter, se rencontrer et vivre. Read More

Amsterdam: la municipalité veut expulser les résident-es du LVV, le tribunal rend un verdict impitoyable

Mardi 30 novembre, les premiers jugements ont été rendus dans le cadre d’une série de procédures en référé engagées par la municipalité d’Amsterdam. Les poursuites visaient à légitimer l’expulsion des personnes bénéficiaires de la Prestation Nationale pour les Ressortissants Étrangers (Landelijke Vreemdelingen Voorziening, LVV). Des verdicts ont maintenant été rendus dans deux cas, et dans les deux cas, le tribunal a fait droit à la demande d’expulsion. Cela signifie que la municipalité peut procéder à l’expulsion dès ce week-end, laissant les résident-es du LVV concerné-es dans la rue. Ceci alors que le parti responsable du LVV, Groenlinks, déclare dans son programme pour 2022 que personne à Amsterdam ne dort dans les rues. Read More

Amsterdam: l’Hôtel Mokum est mort, vive l’Hôtel Mokum

Chers ami-es,

Commençons par un mot de remerciement. Le soutien et la solidarité que nous avons reçus au cours des six dernières semaines, mais surtout ce week-end, ont été extraordinaires. Samedi, nous avons été expulsé-es par la brutalité policière et une démonstration de force. Nous en reparlerons plus tard, mais pour l’instant, de la tendresse pour celles et ceux qui étaient là avec nous. Et j’en ai aussi surtout pour les personnes qui se sont volontairement exposées à la violence de l’État, aux poursuites et à la violence physique flagrante de la police. Un grand merci à Extinction Rebellion et à la Twingo sans qui l’expulsion aurait été beaucoup plus facile pour la police. Merci à celles et ceux qui nous ont aidés à faire en sorte que l’Hôtel Mokum ne soit pas tranquillement balayé. Mais merci également à celles et ceux qui nous ont soutenu-es de quelque manière que ce soit, ce week-end et au cours des six dernières semaines. Vous êtes toustes si incroyables et si acharné-es et nous n’aurions pas pu faire ça sans vous. Read More

Amsterdam: Reprenons Mokum ! L’hôtel Marnix squatté pendant ADEV

Lors de la manifestation ADEV (Amsterdam Danst Ergens Voor) du 16 octobre 2021, l’ancien Hôtel Marnix a été squatté sur la Marnixstraat 382. Déclaration du groupe d’action Pak Mokum Terug:

Amsterdam est en crise. Le logement est inabordable. Les personnes à faibles et moyens revenus sont chassées de la ville. Il n’y a pas de place pour les jeunes. La commercialisation du centre-ville a attiré des masses de touristes qui rendent la ville invivable, tandis que les propriétaires, les investisseurs et les grandes entreprises s’enrichissent sans cesse. Il n’y a pas de place pour la culture alternative. Amsterdam perd son âme.

Nous, le collectif Pak Mokum Terug! (Reprenons Mokum!), sommes de jeunes Amstellodamois-es qui en ont assez. Nous ne voulons plus accepter la tendance selon laquelle notre ville n’est habitable que par les riches. Que les intérêts économiques et commerciaux sont primordiaux. Que nous ne pouvons pas façonner notre ville, sa culture, la façon dont nous vivons, nous-mêmes. Par conséquent, nous revendiquons la ville, nous revendiquons l’espace pour les habitant-es d’Amsterdam, nous reprenons Mokum. Read More

Amsterdam: tentative d’ouverture dans la Gravenstraat et brutalité policière

Aujourd’hui 12 septembre, il y a eu une tentative d’ouverture des maisons dans la Gravenstraat 26-28, le jour de la manifestation pour le logement. Des milliers de personnes étaient descendues dans la rue pour manifester contre ce qu’on appelle la crise du logement – la rareté et l’exploitation sur le marché du logement, la pénurie de logements abordables et la hausse disproportionnée des prix des loyers.

La police a utilisé une force excessive pour nous repousser de l’endroit qui allait devenir notre nouvelle maison. Dès notre arrivée à la manifestation, certain-e-s militant-e-s ont été excessivement surveillé-e-s par la police et même arrêté-e-s pour avoir porté un symbole antinazi. Dès le début, la police s’est voulue répressive, arrêtant les militant-e-s. La brutalité policière s’est intensifiée dès notre arrivée sur la place Dam. Nous avons été frappé-e-s, tiré-e-s hors de la foule par des flics en civil et certain-e-s d’entre nous ont même été battu-e-s jusqu’au sang sur le sol et piétinées par des policiers. La police a délibérément choisi l’escalade et nous les avons même entendus dire qu’ils avaient délibérément « mis le paquet ». Read More

Pays-Bas: 10 ans après ! Actions contre l’interdiction de squatter

Aujourd’hui, 1er octobre 2020, nous fêtons les 10 ans de la criminalisation des squats aux Pays-Bas. Même avec cette loi, des squats existent encore et d’autres s’ouvrent .
La loi a été créée pour mettre fin à la fois aux ouvertures de squats et pour empêcher que des bâtiments soient vides. Elle a échoué des deux côtés. Des bâtiments sont toujours vides et pour beaucoup de gens, squatter reste une nécessité. Après tout, ce n’est pas l’existence de bâtiments vides qui conduit au squat, mais plutôt le manque de logements accessibles.
Que vous squattiez, louiez ou cherchiez à acheter une maison, trouver un logement disponible (et abordable) est une véritable gageure. Read More

Amsterdam: Keizersgracht 318 reoccupé

Depuis jeudi (9 juillet), un bâtiment a été squatté à Amsterdam, au numéro 318 du Keizersgracht. Ce dimanche après-midi, les squatters ont fait connaître leur présence. Une déclaration des squatters :

Depuis quelque temps, nous vivons dans le bâtiment du Keizersgracht numéro 318. Aujourd’hui, nous faisons connaître notre présence. Le bâtiment est vacant depuis des années. En 2015, il a également été squatté. À l’époque, il a été expulsé assez rapidement, parce que le propriétaire prétendait encore l’utiliser. En regardant l’état du bâtiment, ce n’était pas très apparent. Plus tard, en 2017, le propriétaire a été pris en train de démolir illégalement l’intérieur classé monument de ce bâtiment. La municipalité a décidé de mettre un terme à toute construction du bâtiment. Il était interdit au propriétaire de faire quoi que ce soit avec le bâtiment, avant que l’intérieur monumental ne soit reconstruit dans son état d’origine.
Aujourd’hui, trois ans plus tard, rien n’a changé. Le bâtiment est toujours vide, rien n’a été restauré, et la dégradation continue.
Tout cela alors que le nombre de sans-abri à Amsterdam augmente, que les loyers s’envolent, que les listes d’attente pour un logement social approchent les 20 ans et que l’on construit hôtel après hôtel.
Pour nous, une raison suffisante pour commencer à utiliser ce bâtiment, nous voulons avoir une maison ! Read More

Amsterdam: la poursuite de la politique d’éradication des Espaces Libres

Nouvelles du groupe du Slibvelden, 24 mai 2020.

Mercredi matin, nous avons eu une réunion avec les fonctionnaires concernés au sujet du Slibvelden et de la date limite du 1er novembre qui nous a été imposée. Nous avons entamé la conversation avec l’espoir qu’Erna Berends (Stadtsdeelvoorzitt Amsterdam noord, SP) puisse se prononcer sur notre demande de prolongation de notre séjour au Slibvelden. Nous avons quitté cette réunion virtuelle en tremblant à la reconfirmation que malgré tous les beaux slogans et les discussions en cours, Amsterdam est coincée dans sa politique d’éradication des Espaces Libres.

Après l’expulsion de l’ADM en janvier 2019, on nous a proposé une autre place. Nous voici donc au Slibvelden, ancienne station d’épuration des eaux à Amsterdam Noord. L’accord prévoyait que nous pourrions rester ici pendant deux ans et qu’entre-temps, la municipalité et nous chercherions une solution durable. En un an et demi, nous avons pansé nos blessures et la communauté elle-meme s’en remet juste. Nous avons assez bien réussi à utiliser le terrain pour ce qu’il est. Il y a un jardin, une cuisine, un atelier, un espace pour les concerts. Et il y a quelques petits spectacles et des activités communautaires. Read More

Amsterdam: nouvelle politique de la mairie, pas d’expulsion pour du vide…

En tant que squatteur à Amsterdam, il est douloureux de faire le bilan de l’année écoulée. L’année 2019 a porté un coup dur à un mouvement qui ne semblait pas capable de faire mieux que de prendre la raclée. La ville a perdu ses plus grands squats et malgré de nombreuses ouvertures, presque aucun nouveau squat n’a survécu à la fin de l’année. De plus, les politicienn-e-s ont essayé d’introduire une loi au niveau national pour criminaliser davantage les squatters, tandis que les médias ont rapporté à maintes reprises comment les propriétaires affligés sont trompés à répétition par les squatters. Pour couronner le tout, le maire conclut l’année avec un rapport sur une nouvelle politique visant à mettre en place une approche plus rigide sur les squats.
Il ne reste pas grand-chose à dire au-delà de 2019, année plutôt sombre, ce qui rend difficile de brosser un tableau optimiste des squats à Amsterdam en 2020.

Nous nous souvenons d’une année au cours de laquelle nous avons beaucoup perdu. Read More

Amsterdam : ouverture de deux nouveaux squats par le collectif Wij Zijn Hier

Dimanche 18 septembre, le collectif de réfugié-e-s « Wij Zijn Hier » (Nous sommes ici) a squatté deux nouveaux bâtiments au n°70 de Burgemeester Roelstraat (pour des femmes) et au n°2 de Rijswijkstraat (pour des hommes).

Ci-dessous, une traduction partielle de leur communiqué:

« Nous avons squatté ces bâtiments parce que le squat Vluchtgemeente, où beaucoup d’entre nous vivaient, devrait être expulsé ce lundi.

Alors que la ville d’Amsterdam a l’habitude d’être confrontée à ce genre de problèmes, nous ne sommes toujours pas considérés comme des résident-e-s de la ville. Nous nous retrouvons à la rue pour une énième fois. Nous n’avons pas accès au logement, à l’éducation, à l’emploi et à la santé. Nous sommes des réfugié-e-s, nous sommes ici et nous voulons une vie normale. Read More