Val de Suse: douane occupée, frontière cassée

A partir d’aujourd’hui, 31 juillet 2021, nous occupons la Dogana, l’ancienne douane italienne à Clavières. Ce bâtiment représente à la fois les contrôles, la répression à la frontière et la libre circulation des marchandises et des touristes : il devient aujourd’hui un refuge autogéré, un espace d’organisation politique de solidarité directe et un lieu libre et ouvert à tous·tes·x.
Si nous décidons d’occuper de nouveau ici, c’est pour maintenir une présence sur cette frontière et pour montrer notre détermination face aux expulsions qui ont déjà eu lieu dans cette zone, Chez Jésus à Clavières en Octobre 2018 et la Casa Cantoniera à Oulx en mars 2021.
Suite à la dernière expulsion, nous sommes revenu·es·x à Clavières en bricolant un camp que nous occupons de manière permanente car c’est ici que les personnes exilées se font refouler par les dispositifs de répression mis en place par les états français et italiens.
Malgré ces refoulements continus à la frontière par la PAF (Police Aux Frontières), les personnes continuent d’arriver. Depuis plus d’un an, nous avons été témoins d’une collaboration grandissante entre la police française et italienne, les flics italiens identifient maintenant les personnes refoulées dans les locaux français de la PAF. Read More

Uithuizen: la Villa Tocama squattée

Uithuizen, Pays-Bas – Depuis le week-end dernier, la Villa Tocama est à nouveau habitée ; des personnes concernées squattent le bâtiment classé monument historique, situé Dingeweg 3 à Uithuizen, ainsi que le terrain qui l’accompagne.

L’activiste Jan sur les raisons de l’occupation de la Villa Tocama:
La propriété a été achetée par la Stichting Woonbedrijf Aardbevingsgebied Groningen (SWAG). SWAG est détenue à 100 % par l’État néerlandais et est financée par le ministère de l’Intérieur et des Relations au sein du Royaume. Elle est utilisée comme instrument d’achat pour les différents programmes de rachat. Selon leur propre site web, ils agissent dans l’intérêt public et sans but lucratif, accordent une attention particulière à la qualité de vie dans le quartier et gèrent les locaux acquis afin d’éviter l’inoccupation, le délabrement, le squat et le vandalisme. Malheureusement, cette vision générale est tout ce qui reste, car la pratique montre une image très différente ».

À l’heure actuelle, la fondation possède 35 propriétés. Parmi ces propriétés, 3 sont utilisées comme logement temporaire et 8 sont utilisées par le biais de la gestion des vacances. Sur les 24 propriétés restantes, aucune utilisation, finalité ou vision future ne figure dans les aperçus de la fondation. Read More

Val de Suse: considérations à propos du camping Passamontagna contre les frontières

Après deux jours de réncontres et de discussions à Clavières (Italie), une longue marche a eu lieu samedi, au cours de laquelle plus de 400 personnes ont marché sur les mêmes chemins frontaliers que les personnes qui voyagent vers le reste de l’Europe utilisent chaque jour et chaque nuit.

Dix kilomètres de sentiers, traversant cette frontière qui, depuis la naissance même des états, continue à séparer et à tenter de limiter la liberté des personnes. Mais malgré le déploiement inutile de flics et de véhicules, et un hélicoptère qui tournait sans cesse au-dessus de nos têtes, nous sommes tout.es arrivé.es sain.es et sau.ves en France, à Les Alberts, où le camping s’est poursuivi samedi soir. L’état fait souvent étalage d’un contrôle social qu’en fait, heureusement, il n’y a pas. En particulier dans les montagnes, où les frontières tracées arbitrairement par l’état sont encore plus poreuses et insubstantielles. Read More

Londres: le collectif Serious Annoyance continue d’occuper le commissariat de Camberwell malgré le verdict

Le journal Freedom a reçu le communiqué suivant de la part des squatters qui occupent l’ancien commissariat de Camberwell, dans le sud de Londres. Le collectif, connu sous le nom de Serious Annoyance, a perdu la bataille juridique pour rester en possession des lieux le mardi 20 juillet, mais continue l’occupation au mépris de l’octroi d’un ordre de possession provisoire (IPO). Ce jugement de la Haute Cour criminalise toute personne restant dans les lieux à partir de 14h30 mercredi, ce qui signifie que les occupant-es risquent d’être arrêté-es et potentiellement emprisonné-es pendant six mois s’iels ne quittent pas les lieux. Iels occupent les lieux depuis le 9 juillet, date à laquelle iels ont publié leur communiqué initial, et appellent les gens à les soutenir en partageant leur histoire et en étant présent-es dans la rue en attendant la menace d’expulsion.

L’occupation du commissariat s’inscrit dans le cadre de la résurgence d’un mouvement militant de squat, issu d’un mélange d’anarchistes, de manifestants écologistes et de travellers, contre les nouvelles lois anti-squat proposées par le gouvernement britannique. Ces nouvelles lois sont considérées comme une attaque en règle contre les personnes issues de cultures nomades, ainsi que contre le mouvement de protestation anti-HS2 en plein essor. Un ancien commissariat a été occupé plus tôt cette année en réponse au meurtre de Sarah Everard, ainsi que l’année dernière à Paddington Green, et précédemment en 2014. Read More

Karachi (Pakistan): une vingtaine d’habitations détruites dans le quartier Chanesar Halt

Le vendredi 25 juin 2021, des affrontements ont opposé la police et les services de sécurité de la Ville de Karachi à des habitants expulsés (ou en voie de l’être) dans le quartier Chanesar Halt, près des voies ferrées.

Une vingtaine d’habitations ont été démolies, toutes étaient auto-construites par les habitants sur un terrain squatté. Comme les expulsions ont été suivies immédiatement par les démolitions, bien souvent les maisons s’écroulaient avec beaucoup d’affaires personnelles à l’intérieur.

Des émeutes ont éclaté, des habitants du quartier caillassant la police et tirant des coups de feu en l’air. Des policiers et des vigiles des services de sécurité ont notamment jeté des pierres sur les habitants expulsés qui se révoltaient. Des renforts de police sont arrivés pour surveiller la zone où les expulsions et démolitions ont eu lieu, et pour empêcher que les émeutes se répandent.

Les médias font mention de quatre ou cinq flics blessés dans les affrontements. Aucune précision concernant les habitants du quartier.

[Sources: Samaa | The News | UrduPoint.]

Mazaugues (83): une ZAD souterraine contre l’extension d’une carrière


« Il n’y a pas à se demander si on va gagner, c’est non ça ne se fera pas ici. »

A Mazaugues, dans le Var, une ZAD souterraine est née contre l’extension d’une carrière. Reportage vidéo et éléments de contexte. Read More

Limoges: expulsion du squat de l’avenue de la Révolution

Mercredi 7 juillet 2021 a eu lieu l’expulsion du squat du 4bis avenue de la Révolution à Limoges, lieu de vie, d’activité et de culture pour les quelques 115 personnes exilé·e·s qui y vivent depuis plus de deux ans.

Cette décision, prononcée le lendemain de la fin de l’année scolaire, n’était aucunement une « fermeture » censée être plus digne qu’une expulsion et ce malgré les diverses annonces des autorités préfectorales qui feignent de privilégier cette option depuis que s’annonce la fin de la trêve des expulsions qui accompagnait l’état d’urgence sanitaire. Seymour Morsy, préfet du département avait pourtant déclaré lors des entretiens qu’il avait accordés aux collectifs (cultivant en cela la posture d’homme de dialogue qu’il cherche à s’inventer) qu’il avait retenu les leçons de l’expulsion du précédent squat et était ouvert aux propositions alternatives qui pourraient être faites. Parole de flic. Read More

Berlin (Allemagne): les expulsions locatives peuvent tuer, Mme Scharlach!

Le 31 mai 2021, peu avant son expulsion de chez lui, Peter H. s’est ôté la vie, dans son appartement de la Adalbertstraße 74. La raison de la mort de Peter réside sans doute dans le système capitaliste et dans une jurisprudence pour laquelle la propriété privée compte plus que le besoin des gens d’avoir un toit sur la tête. Dans ce cas particulier, cependant, le responsable n’est pas un bureaucrate anonyme au sein une entreprise ou d’une société-écran, mais sa voisine de longue date, Christine Scharlach, qui l’a poursuivi en justice pour ses fins personnelles. Même en connaissant la situation de vie difficile de cet homme, elle a insisté pour son prétendu droit et a intenté une procédure d’expulsion. Quelle inhumanité et quelle froideur peuvent avoir certaines personnes? Read More

Heraklion (Grèce): les flics attaqués en solidarité avec le squat Rigaer94

Ces derniers temps, sur la place de la Canée, différents types de forces de police (MAT, OPKE, DIAS, etc.) « occupent » l’espace public le soir, avec l’excuse la dissuasion des « fêtes Covid ». Les personnes qui fréquentent cet endroit et y vont pour boire une bière, se relaxer, pour discuter et échanger des points de vue avec d’autres personnes, sont confrontées à ces voyous professionnels, les flics. Il y a quelques jours, les flics ont lancé des grenades assourdissantes contre des personnes qui traînaient sur la place après le couvre-feu, ils les ont poursuivies et frappées, les blessant. Read More

Londres (Angleterre): des squatters occupent le vieux comico de Camberwell

« The Serious Annoyance » est de retour pour occuper le commissariat vide de Camberwell, Camberwell Church St SE5, alors que nous poursuivons notre lutte #killthebill et soulignons le rôle destructeur de la police.

Cette semaine, le projet de loi draconien du PCSC (Police Crime Sentencing and Courts Bill) a franchi l’étape de la troisième lecture à la Chambre des communes alors que l’État continue d’appliquer l’élargissement des pouvoirs policiers, ce qui ne fait qu’accroître la capacité de la classe dirigeante à nous réprimer. Nous savons que les flics ne nous protègent pas – leurs ressources ne sont pas concentrées sur la capture de soi-disant « criminels », mais sur la protection de la richesse et du pouvoir de la classe capitaliste. Nous savons aussi qu’il ne suffit pas d’exiger la fin du financement de la police – les salauds de Conservateurs baissent déjà les financements de la police depuis des années ! Tous ces commissariats vides le prouvent… Au lieu de cela, nous devons construire un monde qui abolit la police, en organisant nos quartiers et en rendant les flics complètement inutiles. Read More

Montreuil (93): fermeture estivale forcée pour les partenaires des JO !

Cette première semaine de juillet a réservé une sacrée surprise aux paysagistes de l’Atelier Georges: des personnes très bien intentionnées ont saboté la serrure de leur rideau de fer et laissé un joli messages derrière elles : « Non aux JO ».

L’été commence mal pour les partenaires des Jeux Olympiques Paris 2024 ! En effet, l’Atelier Georges participe au projet du Village Olympique. Le Village Olympique, c’est ce coin de luxe qui sera amménagé pour les athlètes entre Saint-Denis, l’île Saint Denis et Saint-Ouen, soit des coins déjà ravagés par la gentrification et l’urbanisation à coups d’expulsions et de bétonisation – mais on peut toujours faire pire !

La construction de ce « Village » donnera un coup d’accélération aux expulsions des personnes qui habitent déjà sur place ou dans les alentours, détruira le peu d’espaces verts du 93, fera emménager des populations plus riches avec leur pseudo « écologie » d’oppresseurs, leurs digicodes et leur mépris de classe. Read More

Amiens: propriétaire violent, appel à soutien du Collectif la Brèche (la suite)

Salut à toutes et tous !

Suite à notre appel à soutien, afin de faire nombre et de dissuader par notre présence les tentatives d’expulsion illégale par notre propriétaire, de nombreuses personnes sont venues nous soutenir. Ça a fait chaud au cœur, et on remercie toutes les personnes qui sont passées dormir, discuter, amener à manger ou proposer et participer aux activités organisées.
Le proprio a de nouveau fait des siennes, et on se dit qu’on a bien fait d’être vigilant.es.

Voici un petit résumé des faits, un peu plus complet que dans notre premier communiqué, rédigé dans une grande urgence : Read More

Bobigny (93): rassemblement pour l’arrêt immédiat des expulsions de logements, mercredi 7 juillet 2021 à 16h devant la Préfecture

Dès le 1er juin, malgré la crise sanitaire et sociale, les expulsions manu militari ont repris de plus belle dans la Seine-Saint-Denis et le département détient aujourd’hui le triste record du nombre d’expulsions.
Parmi les résidences dites « sociales » fournissant du « logement accompagné » aux travailleurs isolés, le plus souvent travailleurs immigrés ayant laissé leur famille au pays, les résidences Adoma de Pierrefitte issues de l’ancien foyer avenue Lénine détiennent le triste record du nombre d’expulsions. Read More

Amiens: appel à soutiens ! Le squat du Collectif la Brèche menacé violemment par un proprio

Communiqué du collectif la Brèche

Salut à tous.tes

Voilà 2 ans que le collectif la Brèche occupe un lieu à Rivery (périphérie d’Amiens). Le bâtiment était abandonné depuis de nombreuses années, et était dans un bien triste état quand nous l’avons investi. Son proprio, qui habite à Nice, possède en outre de nombreuses autres propriétés, dans toute la Picardie et probablement ailleurs. Son refus de vendre et d’entretenir ses bâtiments vides lui a d’ailleurs valu plusieurs arrêtés d’abandon par des municipalités picardes, et des conflits avec de nombreux voisins.

Il remonte de temps en temps à Amiens, pour s’occuper de son petit domaine foncier, accompagné d’hommes de main et de chauffeurs. Ce multipropriétaire nous a menacés plusieurs fois de venir nous expulser illégalement, d’employer une milice armée, affirmant qu’il remplacerait notre drapeau noir par un drapeau bleu-blanc-rouge, ou encore qu’il préférerait voir sa maison brûlée plutôt qu’être occupée par des « gens comme nous ». Il se plaît à raconter qu’on sous-louerait des chambres, ou qu’on aurait cambriolé une de ses nombreuses maisons vides. Ce qui est évidemment totalement faux, et aurait été complètement stupide de notre part. Read More