Gonesse (95): expulsion de la ZAD du Triangle de Gonesse

Ce matin, mardi 23 février 2021, dès 6h, la police a envahi en grand nombre la ZAD de Gonesse, pour expulser ses occupant·e·s et démolir ses habitations et autres lieux d’activité.

Au moins 25 personnes ont été arrêtées, dont la quasi-totalité sont actuellement détenues en garde-à-vue au commissariat de Cergy, devant lequel un rassemblement est en cours. Read More

Douala (Cameroun): résistance aux expulsions dans le cadre de l’agrandissement de l’aéroport

Samedi 9 janvier 2021, des émeutes ont éclaté du côté de l’aéroport international de Douala. Des milliers de personnes vivent là dans un énorme bidonville, pour certaines depuis les années 1990. Pourtant, l’État a décidé d’y envoyer sa police pour expulser les gens et détruire leurs logements. Comme ailleurs, le profit capitaliste des plus riches passe avant le bien-être des habitant·es les plus pauvres. Read More

Squat!net héberge vos vidéos

Ces dernières années, squat!net a renouvelé une partie de son infrastructure technique et a installé depuis deux ans sa propre instance Peertube.

https://videos.squat.net/

Ainsi, il sera maintenant plus aisé de diffuser des vidéos qui ont pour sujet les squats sur internet, et ce sans passer par des groupes comme Youtube/Google ou Vimeo, tout en améliorant la visibilité des vidéos par rapport à ce que proposait jusqu’à maintenant l’ancien blog https://video.squat.net/ (qui redirige maintenant vers le nouveau site), qui disposait d’un bon catalogue de vidéos, mais pas forcément bien référencées, ni facilement visionnables ou téléchargeables. Read More

Portland (USA): lors d’une tentative d’expulsion, la police recule face à la foule en colère

Le mardi 8 décembre, sur Mississippi Avenue, dans les quartiers nord de Portland, une maison nommée la Red House, habitée depuis des années par une famille aux origines amérindiennes et noires, vivant là depuis plus de 60 ans, était sérieusement menacée, les adjoints du shérif du comté de Multnomah et la police de Portland étant présents en nombre pour procéder à l’expulsion. Mais les habitant·e·s et leurs soutiens (soit environ une centaine de personnes) ont exprimé leur rage au point de faire reculer les flics. Les flics ont reçu des projectiles, quelques coups et ont même été aspergés de poudre d’extincteur… Certains de leurs véhicules ont eu leurs pneus crevés et leurs vitres brisées. Des barricades avaient été dressées autour de la maison menacée d’expulsion, vue comme partie prenante du mouvement de « zone autonome » né des suites des récents mouvements anti-police / Black Lives Matter, notamment dans le quartier Capitol Hill à Seattle. Read More

France: « Mauvaise foi », petite histoire d’un article anti-squat, août-octobre 2020

Vidéo réalisée par des squatteureuses amiénois·es, à propos de la loi ASAP:

Read More

Cape Town (Afrique du Sud): la lutte continue à Kraaifontein

Depuis le 20 juillet, comme on l’a déjà écrit dans cet article, le quartier de Kraaifontein est sous occupation policière et en lutte contre les incursions des keufs qui cherchent à expulser des habitant⋅e⋅s et démolir leurs domiciles.

On savait que ça avait duré au moins jusqu’au 26 juillet, hé bien tout continue: démolitions de cabanes et autres habitats auto-construits continuent, arrestations d’habitant⋅e⋅s en lutte et résistance collective pour préserver les lieux de vie attaqués par les flics, comme on peut le voir sur ces deux vidéos, tournées les jeudi 6 et vendredi 7 août 2020: Read More

Madrid: la Haute Cour de justice juge que l’expulsion de l’Ingobernable était illégale

La Haute Cour de justice de Madrid (TSJM) s’est prononcée sur deux recours déposés par le centre social en juin et novembre 2019, confirmant que la mairie de Madrid n’avait pas la légitimité pour procéder à l’expulsion mais affirmant que « les dommages ne sont pas irréparables ».

Une victoire amère pour les voisines de Madrid. La justice est d’accord avec La Ingobernable et montre à quel point les intérêts partisans sont au-dessus de la légalité et du bien commun. La TSJM s’est prononcée en faveur du centre social La Ingobernable, arguant que « la mairie de Madrid manque de légitimité » concernant l’expulsion qui a eu lieu le 13 novembre 2019 dans la Calle Gobernador 39.

La Ingobernable a dénoncé que « le conseil municipal n’avait pas la légitimité pour initier et traiter le processus d’expulsion parce qu’il y avait une affectation en cours à la Fondation Ambasz et qu’en tout cas ils auraient dû initier la procédure par le droit pénal » explique Naomi Abad, avocate de Red Jurídica qui a déposé le recours auprès du TSJM en juin 2019. « L’administration était parfaitement consciente qu’elle n’avait pas la légitimité pour le faire et pourtant elle a ordonné la procédure d’expulsion. Read More

Nairobi (Kenya): expulsion = émeute

Le vendredi 8 mai 2020, à Nairobi, des centaines de manifestant·e·s ont envahi les rues, incendiant des voitures et érigeant des barricades en mettant le feu à des pneus, notamment pour bloquer une des routes principales de la capitale. Pourquoi ? Parce que le gouvernement a commencé depuis lundi à procéder à l’expulsion d’un bidonville gigantesque, dans le quartier de Kariobangi, qui abrite plus de 7 000 personnes, en démolissant un bon nombre d’habitations et de boutiques autoconstruites (la veille, le marché Korogocho avait été fermé par le gouvernement à cause de son aspect « informel » et illégal, mettant dans la merde un paquet de gens, jusqu’à 100 000, qui dépendent de ce marché pour leur vie quotidienne).

La plupart des personnes expulsées depuis lundi, plusieurs milliers, dorment dans la rue, sous la pluie et dans l’isolement dû aux restrictions de mouvements liées à la pandémie de Covid-19.

Le gouvernement affirme que le territoire du bidonville lui appartient, et l’expulsion-démolition a eu lieu malgré une décision du tribunal qui avait statué quelques jours auparavant en faveur des habitant·e·s pour arrêter les démolitions… Et certain·e·s des habitant·e·s expulsé·e·s avaient en leur possession des permis d’habiter sur les lieux depuis 2008. Read More

Bogotá (Colombie): expulsion de plus de 300 squatteureuses dans le quartier de Ciudad Bolívar

Samedi 2 mai 2020, tôt dans la matinée, alors que tout devait se passer pacifiquement, selon les pouvoirs locaux colombiens, la « dialogue » engagé par les autorités avec environ 300 personnes qui squattaient près du parc Altos de la Estancia, dans le quartier Ciudad Bolivar, au sud de la capitale colombienne, s’est transformé en émeute quand les gens ont compris que la conversation « pacifique » était en réalité un ordre d’expulsion… Read More

Zurich: mobilisation et appel à la solidarité

Alors que la ville est bombardée par le slogan « Restez chez vous. Je vous en prie. Tout le monde  » la mairie appelle les gens à se retrancher dans leur propre maison, elle donne aux squatters de Juch un ultimatum de 4 jours jusqu’à ce qu’eils quittent les lieux.

Ainsi, dans l’ombre de la crise du Coronavirus, les gen.tes sont chassé.es de chez elles et de chez eux et la liberté culturelle est détruite. Cela se passe sans qu’il soit nécessaire de donner des raisons, d’annoncer les plans ou de montrer un permis de construire. Les dernières semaines ont probablement provoqué quelques rêves humides parmi les autoritées et il n’est donc pas vraiment surprenant qu’un vent violent souffle contre nous en ce moment. Néanmoins, nous restons sans voix face à l’impudence du gouvernement de la ville, qui d’un côté se moque de la solidarité et en même temps impose des mesures répressives complètement contre productives à l’encontre d’un projet de gauche. Samedi dernier, le prétexte du Coronavirus a été utilisé pour tenter de tuer dans l’œuf la manifestation « La sécurité pour tous les réfugiés« , à l’épreuve des pandémies. Bien que toutes les mesures de précaution recommandées par la Confédération soient mises en œuvre, il n’est pas possible dans cette ville de descendre dans la rue pendant une manifestation. Cependant, il semble justifié que le Département social mette les habitant.es d’un squat à la rue sans donner de raison ? Read More

Douarnenez (29): la reconquête des luttes passe aussi par là !

Lors du festival du film de Douarnenez était projeté «Notre-Dame-des-Landes, la reconquête» film documentaire de Thibault Férié, suivi d’un débat avec un habitant de la zad visible dans le film et signataire de convention d’occupation précaire avec l’État.

Plusieurs personnes, ancien-nes occupant-es et soutiens de la zad, se sont invitées au débat afin de rétablir quelques vérités. Read More

Rio Grande do Sul (Brésil): deux vidéos à propos de la résistance Kaingang

[Deux vidéos réalisées en 2018 par le collectif Catarse. Activez les sous-titres !]

Read More

Jérusalem (Israël-Palestine): émeutes du logement le vendredi 26 juillet

Vendredi 26 juillet 2019, dans le quartier Wadi al-Hummus de Jérusalem-Est, des dizaines de Palestinien·ne·s ont participé aux mobilisations hebdomadaires du vendredi, cette fois pour protester en particulier contre les démolitions de logements qui ont lieu de façon intensive ces dernières semaines à Jérusalem-Est, généralement près du « mur de l’apartheid ». Read More

Bahia (Brésil): occupations de terres et révolte contre une agence de sécurité privée

Suite à l’expulsion de dizaines de familles qui occupaient une grande propriété le 27 juin dernier, près de Eunápolis, au  sud de l’État de Bahia, une partie des occupant.e.s expulsé.e.s avaient  décidé de monter un campement aux abords du terrain. La propriété en question appartient à l’entreprise Veracel, une des plus grandes productrices de cellulose du monde. Cette multinationale possède un grand nombre de terres dans cette région du Brésil, où elles pratique la monoculture servant de base à sa production et installe ses usines, bien gardées par des groupes de sécurité privée.

Read More

Marseille: Maison du peuple #1, de l’individu à la lutte collective


Vidéo de Primitivi (juin 2019).