Espagne: la boîte de Pandore et le fourre-tout de l’antiterrorisme

La matinée du mardi 16 décembre nous a surpris par une vague de perquisitions et d’arrestations. Elle nous a surpris ? Nous ne mentirons pas. Reprenons depuis le début. Le matin du 16 décembre ne nous a pas surpris. La police autonome catalane, les Mossos d’Esquadra, la Guardia Civil et les agents judiciaires de l’Audienca Nacional* sont partis à l’assaut de plus de 10 domiciles et de quelques locaux anarchistes à Barcelone, Sabadell, Manresa et Madrid, avec leur lot de perquisitions, d’arrestations, de confiscation de matériel de propagande et informatique, en plus de profiter de l’occasion pour tout retourner et piller quelques choses aussi, en utilisant tout le corps anti-émeute de la Brigade Mobile des Mossos d’Esquadra, dans la vieille Kasa de la Muntanya, un espace occupé qui vient de fêter ses 25 ans. Read More

Barcelone : Can Vies, de l’autogestion à la reconstruction

Canvies_Barcelone

Le Centre Social Autogéré Can Vies, 17 ans de solidarité, d’autogestion et de culture (ou plutôt de contre-culture) durant lesquels se sont déroulés entre autre des centaines de débats, projections de films, représentations théâtrales, présentations de livres, ateliers de formations, concerts, dîners populaires. Entre autre…

C’est à Barcelone en 1997 dans le quartier populaire de Sants que naquit le projet de Centre Social Autogéré (CSA) Can Vies. L’aventure commence dans un bâtiment abandonné par l’entreprise gérant les transports publics de la ville (TMB). Bâtiment qui résume à lui seul l’histoire de Barcelone. Construit en 1879 comme entrepôt de matériel de construction, il est collectivisé en 1936 par la CNT pendant la guerre d’Espagne. Après la victoire de la dictature, il sera récupéré par le régime jusqu’à la mort de Franco. Read More

Barcelone : Émeutes suite à l’expulsion du centre social autogéré Can Vies

2014-05_Barcelone_expulsion_Can_Vies

Après d’importantes mobilisations et un gros soutien dans le quartier, c’était le 30 mai la cinquième journée d’émeute consécutive suite à l’expulsion du centre social autogéré Can Vies, occupé depuis 17 ans. Cela a provoqué la solidarité de nombreux voisins de tous les quartiers de Barcelone ainsi que des villes de Catalogne et d’Espagne, où il y a des manifestations de soutien. Les pompiers se sont aussi solidarisés et n’ont pas voulu intervenir dans le délogement… Vendredi [30 mai] des émeutes se sont étendues à toute la ville. Read More

Barcelone: Reconstruction de Can Vies et nouveaux affrontements

[Avant de lire cette synthèse datée du samedi 31 mai, on peut voir celle du lundi 26 au jeudi 29 ici, et du vendredi 30 mai .]

Mise à jour dimanche 1er juin 2014, 15h

La journée de samedi 31 a donc commencé à 10h à Sants avec le rassemblement pour reconstruire la partie démolie du squat. Près de 400 personnes ont effectué trois chaînes humaines, au milieu de bars de rue, de musique et d’aires de jeu pour enfants, pour commencer à évacuer les gravats. Une petite partie d’entre eux a fini devant les grilles du siège du district (équivalent de la mairie d’arrondissement), à 700 mètres de là. La plupart, ceux qui sont réutilisables, sont triés et ordonnés pour servir aux futurs murs. Read More

Barcelone: 4e nuit d’émeute suite à l’expulsion du squat Can Vies

Barcelone_Sants_Can_vies_emeutes_expulsion_1

Hier jeudi 29 mai, la police annonce avoir arrêté 38 personnes lors des émeutes. Ils sont en garde-à-vue au commissariat Les Corts des Mossos d’Esquadra. Le soir, deux mineurs et 12 majeurs étaient relâchés, et 18 autres avaient leur GaV prolongée.

Le soir du 29 mai, une nouvelle manif de 2000 personnes s’est rendue devant le comico de Les Corts, exigeant la libération des arrêtés (« Liberté pour les prisonniers, flics hors du quartier« ), avant de se disperser. Les premières vitrines sont alors tombées (dont une agence Banco Popular incendiée) et de nouveaux containers de poubelle ont brûlé. Des panneaux publicitaires ou des feux de circulation ont aussi été détruits. Il y a eu au moins 23 nouveaux arrêtés cette nuit. Comme les nuits précédentes, Barcelone est survolée par un hélicoptère de police doté d’une puissant phare. Certains tags à Sants disaient « No negociamos. Luchamos » (Ne négocions pas, luttons), ou « Sants, Gamonal, Atenas, Río« . Read More

Barcelone: 3 nuits d’émeute suite à l’expulsion du squat Can Vies

Barcelone_Can_vies_emeutes_expulsion_1

26 mai 2014Affrontements émeutiers suite à l’expulsion du Centre Social Occupé Can Vies à Barcelone

Le Centre Social Occupé et Autogéré Can Vies, propriété des Transportes Metropolitanos de Barcelona (TMB), situé dans le quartier de Sants à Barcelone, était un espace de rencontre autonome depuis 1997. Ce lieu a été expulsé hier, le 26 mai 2014, par les bataillons antiémeutes des mossos d’esquadra et les pompiers, malgré différentes stratégies mises en place par les occupants. A l’intérieur, certain-es s’étaient enchainé-es dans des tunnels pour empêcher la démolition immédiate du bâtiment et ainsi gagner du temps pour la réponse à l’extérieur. Read More

Catalogne: Une expulsion repoussée par le Tribunal Européen des Droits de l’Homme

Ce mercredi 16 octobre a été empêchée l’expulsion du bloc occupé par la PAH de Salt, une petite ville de la banlieue de Girona en Catalogne. Depuis deux ans, ce bâtiment est réquisitionné par un des multiples collectifs locaux de la PAH (plus de 150 sur tout le territoire espagnol), la Plateforme d’Affecté-e-s par les Hypothèques, cette structure d’auto-organisation des personnes directement touchées par la crise du logement. En 2012, plus de 100.000 foyers ont été expulsés dans tout l’État espagnol. Read More

Girona (Catalogne): Le Mas Castelló expulsé

Aujourd’hui mercredi 16 octobre, à 6h30 du matin, alors que la police tentait d’enfoncer la porte principale de la maison, des agents sont entrés à l’intérieur de la salle à manger par une échelle en brisant une fenêtre. Ils nous ont ensuite retenu dans une chambre et ont procédé à la fouille de toute la maison. La police a saisi du matériel (fanzines, un ordinateur, téléphones portables, outils…) Une personne a été frappée à la tête alors qu’elle essayait de protéger son chien de la police. Nous avons compté plus de 10 fourgons de police anti-émeutes.

Six personnes ont été citées à comparaître à Figuères le 11 novembre, accusées selon les documents du tribunal d’occupation illégale et possiblement de sedition. Read More

Barcelone: Découverte d’un dispositif policier de surveillance devant le centre social Kasa de la Muntanya

La Kasa de la Muntanya, un centre social et d’habitation du quartier de Gràcia à Barcelone [occupé depuis 1989] a rendu public le mardi 8 octobre un dispositif sophistiqué de contrôle policier qui, depuis des mois, espionnait et enregistrait les communications qui entraient sur ou à via le bâtiment. Read More

Girona (Catalogne): Des anti-MAT résistent à une tentative d’expulsion

Dans le cadre d’un camp de fin d’été contre la MAT (ligne électrique à très haute tension) à Fellines, à proximité de la ville de Gérone, des militants ont squatté un mas près d’Orriols, afin de maintenir les activités liées au camp de résistance. Le bâtiment a été occupé à la fin août, et a finalement été ouvert au public le 1er septembre 2013.

Ce même après-midi, les flics anti-émeute de la police catalane sont arrivés sur les lieux et ont commencé à enlever les barricades érigées dans les environs de la ferme. Les flics ont jeté des pierres sur les gens qui résistaient derrière les barricades. Dans le même temps, d’autres résistaient depuis le toit du squat. Read More

Monars (Catalogne): Compte-rendu des rencontres de (pré)occupation rurale

Août 2010

Les rencontres d’occupation rurale ont eu lieu cette année début juillet à Monars, village occupé depuis 28 ans dans la haute Garrotxa, Pyrénées catalanes, côté espagnol.
Chaque année elles rassemblent une centaine de personnes, venant pour la plupart de squatt ruraux, autour des thématiques propres à l’occupation et à la vie rurale : organisation collective, autonomie matérielle, « éducation », santé, luttes autour de la terre, etc. Cela s’articule autour d’ateliers, de discussions et de débats, qui ponctuent la journée, le but de ces rencontres étant avant tout de voir les copines et les copains, d’approfondir les relations et de passer un bon moment ensemble. Read More

Monars (Catalogne): Rencontres autour des squats ruraux du 1er au 4 juillet 2010

Salut la Famille!

Un ptit mail de masse pour vous parler des prochaines « Rencontres d’Occupation (squat) Rurale » qui auront lieu à Monars (La garrotxa, Pyrénées catalanes, côté espagnol) du 1er au 4 juillet 2010.

Elles ont lieu chaque année dans un lieu différent, où se réunissent des gens de toute la péninsule ibérique et d’autres pays, pour parler, débattre, échanger sur des thèmes tels le squat, la vie en collectif, l’auto-organisation, l’autosuffisance, « l’éducation », la santé, etc. Read More

Montseny (Catalogne): Une forêt occupée… et menacée d’expulsion

Jeudi 7 janvier 2010

C’est à quelques heures de Barcelone, dans le Montseny, petit massif montagneux au nord, et plus particulièrement au lieu-dit « Les Guilleries » que depuis le 15 octobre, différentes personnes ont squatté les arbres contre la MAT (Molt Alta Tensió/Ligne de Très Haute Tension). Read More

Viladecans, Barcelone: Expulsion de l’Athénée libertaire de Viladecans

Hier matin [13 juin 2005] les forces de l’ordre ont mis fin a une expérience d’autogestion de plus de 10 ans en expulsant l’ateneu libertaire de Viladecans, ville périphérique de Barcelone.

Ils sont entrés par l’école d’à côté, en faisant un trou dans le mur mitoyen sans permis de la direction de l’école. Ils n’ont détenu personne et ont muré les fenêtres et la porte. Read More

Barcelone: Des nouvelles en cascade…

Expulsions dans le quartier de Sant Andreu des maisons de la rue Virgili. La nuit avant l’expulsion, des habitantEs d’une des maisons ont brûlé tous les meubles dans la rue, brûlant les cables électriques de la rue et la porte du voisin. Le lendemain, la maison était expulsée.
L’assemblée d’okupas de Sant Andreu a pris ses distances avec les habitantEs de cette maison, assurant n’avoir aucun contact avec elleux. Read More