Le Percy (38): Fermeture de la Colo…

Lundi 29 Janvier 2007, à 11h00 du matin, nous, habitants de la Colo, squat du Percy (sud Isère) ouvert en Juin 2006, [avons] définitivement quitté les lieux.

Le lieu était expulsable depuis le 27 janvier. Nous avons tactiquement préféré ne pas résister, les lieux étant trop isolés d’un quelconque soutien. Read More

Tags:

Genève: Soirée sur l’autonomie italienne à l’infokiosk de la Tour, samedi 3 février 2007

Un p’tit message pour annoncer une soirée sur l’autonomie italienne le samedi 3 février à l’infokiosque (4 rue de la Tour, Genève) ; ça commence à 17h30 avec une conférence théâtrale à plusieurs voix, puis un repas à 20h, et ensuite une discussion vers 21h.

Le lendemain dimanche 4 février au théâtre de l’Usine il y aura une version plus courte (et ciblée sur un dialogue au sujet des Brigades Rouges) de cette conférence à plusieurs voix à 21h. Read More

Barcelone: Expulsion d’un squat à Sants l’Esbarzer

Suite de l’info publié sur http://squat.net/fr/news/barcelone300107.html

Ce matin, la police est intervenue « pour de vrai ». Ils ont agi un peu avant 6 heures, camouflés dans une camionette civile pour essayer de prendre par surprise les squatters qui avait construit un échafaudage de 12m de haut sur le toit de la maison. J’ai pas bien compris si ils ont réussi a grimper mais à s’enchainer oui, dont un dans un bidon rempli de ciment…

Alors ça a pris du temps et puis ça a permis aux soutiens de se rassembler, de couper le boulevard avec une banderole, bref de faire du bruit…

Plus d’infos sur http://barcelona.indymedia.org/

Une expulsion = une ouverture

aaa

Barcelone: Quelques nouvelles des squats…

– Le squatteur barcelonais détenu le mercredi 17 janvier 2007 au petit matin, puis envoyé en préventive a la prison Model a finalement été relaché le jeudi 25 janvier vers 18h.

Son arrestation faisait suite a une longue enquête des Mossos d’Esquadra après une manifestation ayant eu lieu le 5 octobre dernier, en défense d’un parc autogéré en plein coeur de Barcelone. Cette manifestation s’était close par une action symbolique devant le musée d’art contemporain, le Macba : des personnes avaient lancé des ampoules de peinture contre la façade. La police avait tenté d’arrêter ces personnes, ce qui avait provoqué des jets de divers objets contre elle, notamment de feux de bengale introduits dans un tube Pvc. Le lendemain, la presse parlera de « bazooka maison ». Read More

Palaiseau (91): Expulsion d’un campement rom

Publié sur Indymedia-Paris le mercredi 24 janvier 2007 à 04h06:

Expulsion d’un campement rom à Palaiseau

Les autorités de Palaiseau viennent de mettre leurs menaces à exécution : ils ont osé expulser 200 Roumains, femmes, enfants, personnes âgées, le jour de la mort de l’Abbé Pierre, symbole de la résistance des mal-logés, le jour où le froid s’installe, où la Roumanie intègre l’Union Européenne et où une loi va être voté pour le droit au logement opposable après la récente mobilisation des mal-logés. Read More

Paris: Communiqué de « Food not bombs » sur la distribution de bouffe, Quai de Jemmapes, le 14 janvier 2007

Communiqué FOOD NOT BOMBS : Distribution de bouffe Quai de Jemmapes le 14/01/07

Une fois terminée la distribution habituelle à la Gare du Nord et considérant qu’il restait encore de la nourriture, le collectif FNB a pensé à rendre visite aux habitantEs du camp des Enfants de Don Quichotte, installé au niveau du quai de Jemmapes.

Les tables furent installées sur le trottoir contre le mur, et les gamelles de légumes (tendrement cuisinés) y furent déposées. Cela s’avèrera poser problème pour des raisons complètement obscures au départ. Nous avons commencé à distribuer ces repas chauds aux SDF.

Très rapidement, un dénommé Jean-Baptiste (qui se présentera tout d’abord comme « le frère d’Augustin », pour ensuite se déclarer « chef » ou encore « responsable de tout ce bordel ») est venu interpeller certains d’entre nous, cherchant vainement le « responsable » du FNB. C’était perdu d’avance… Au fur et à mesure que le temps passait et que les discussions avançaient – et que nous continuions en même temps la distribution, le ton changea. Il était clair que ledit Jean-Baptiste était loin d’être content de notre présence, ce qui au regard de notre action sur place peut surprendre. Il nous reprochera d’abord de ne pas avoir demandé son autorisation, pour finalement s’énerver au nom de la défense des riverains. On bloquait la voie, parait-il.

Est-ce que nos différends valaient l’intervention des gros bras musclés et particulièrement haineux du dénommé « service d’ordre » -certains munis de barres en fer ? Outre les remarques homophobes, insultes et menaces, on nous a qualifié de « sales gauchistes ». Un SDF qui nous soutenait ouvertement, s’est fait menacé de mort à plusieurs reprises par ce même service d’ordre, soi-disant chargé de la sécurité des gens du campement.

Durant les deux heures de présence, une soixantaine de repas furent servis et beaucoup d’échanges sympathiques avec les SDF. Eux semblaient plutôt contents de nous voir, de manger un repas chaud (végétalien et plein de vitamines) en plein mois de Janvier, alors que la Chorba ne peut venir que le soir, et que beaucoup avaient faim.

Derrière nos échanges houleux avec le « responsable » des Enfants de Don Quichotte et son service d’ordre, sont posées des questions politiques. Le « camp » des Enfants de Don Quichotte est géré par des leaders désignés (la famille LEGRAND), appuyés par des vigiles : à moitié SDF, à moitié issus d’entreprises privées.

Cette autorité est renforcée par des traitements différents entre les habitants du campement et l’impossibilité pour certains d’exprimer leur désaccord avec les choix imposés.

Notre idée de l’organisation est toute autre. Notre collectif est basé sur la participation de touTEs aux décisions ainsi qu’à la pratique. C’est pourquoi nous ne reviendrons pas, malgré l’invitation polie finalement exprimée par « Jean-Baptiste ». En effet, leur idée de la gestion est clairement aux antipodes de notre vision de l’autogestion et de l’autonomie d’une lutte.

Food Not Bombs Paris

Tags:

Toulouse: Les fantômes du Clandé ont réinvesti le Mayflower…

Et les vivantEs, que deviennent-ils/elles ?

L’ Infokiosk est accueilli par l’asso du com’ des fêtes, à la maison des associations d’Arnaud Bernard, au 8 rue Escoussières. Nous reprendrons les permanences à partir de mi-février, les mer et ven de 18h à 20h. Zines, bouquins, musique, infos, thé, café, convecteur électrique et canapé, tout ce qui faut pour se retrouver au chaud. Read More

Bordeaux: Occupation d’un immeuble du centre-ville

A Bordeaux, les campeurs qui s’étaient installés pendant le mouvement médiatique « Don Quichotte » le long des allées de Tourny occupent depuis mardi soir (23 janvier 2007) un grand immeuble municipal du centre-ville, l’ancien local de Gaz de Bordeaux.

K.F.

Paris: Don Quichotte, le retour du Jedi

Article sur le problème du logement soulevé par l’association Les enfants de Don Quichotte pendant les mois de décembre 2006 et janvier 2007.
[in « Le Monde libertaire » n°1461 du 18 au 24 janvier 2007.]

Don Quichotte, le retour du Jedi

C’est parti, on entre dans l’année des élections. Les promesses électorales affluent déjà dans les voeux de nouvelle année. L’action médiatique qui consiste à rassembler des SDF quai Jemmapes en y ajoutant quelques personnes médiatiques et quelques bourgeois a fonctionné. Devrions-nous nous réjouir ? Bien sûr que non. Ce qui a marché c’est le tsunami médiatique, l’hypocrisie et le foutage de gueule.

Le jeu de loi

La charte des enfants de Don Quichotte à fait l’unanimité. Tout l’échiquier politique est unanime, il faut loger les SDF. Rappeler la loi n’est pas dans nos habitudes, pourtant nous sommes forcés de constater que des lois existent déjà et que si les politiques voulaient s’intéresser aux sans-abri, ils pourraient commencer par les appliquer. D’une part il y a la loi SRU qui consiste à imposer aux communes 20 % de logements sociaux. Problème : les maires de villes riches préfèrent payer des amendes plutôt que voir débouler des pauvres dans leurs rues : communautarisme de classe… Read More

Tags:

Nancy: Ouverture du squat l’Aquarium

Après l’expulsion du Cambouis fin septembre 2006, squat qui n’avait tenu que trois semaines, la « justice » bourgeoise ayant engagé une procédure anonyme et le référé engagé par les résident-e-s leur ayant été refusé, il n’y avait plus de lieu autogéré à Nancy.

Depuis le 13 janvier 2007, l’Aquarium, situé 63, rue de Malzéville, entre le canal et la Meurthe, est ouvert. Read More

Europe: Actions de solidarité avec Ungdomshuset

Depuis quelques semaines, des actions de solidarité avec Ungdomshuset (Copenhague) ont eu lieu un peu partout en Europe, comme dernièrement à Barcelone:
http://squat.net/fr/news/bcn180107.html

Athènes: Le 20 décembre 2006, des graffitis en faveur d’Ungdomshuset et des tâches de peinture rouges et noires ont décoré la façade de l’institut du Danemark.
http://indymedia.dk/article/767
Read More

Bordeaux: Présentation d’un squat ouvert depuis décembre 2006

Depuis le mois de décembre 2006, nous avons réquisitionné un appartement dans lequel nous logeons plusieurs sans abri.

Grâce aux pressions excercées sur la Mairie de Bordeaux, propriétaire des lieux, deux des copains sans logis ont été relogés.

Aujourd’hui, 3 (4 demain) sdf sont dans les lieux et malgrè la menace de référé, la venue d’un huissier, nous ne cédons pas.

Depuis deux jours, nous avons constitué « Le collectif pour l’application de la loi de réquisition ». Read More

Barcelone: Expulsions, résistance, manifs et arrestations…

Vendredi soir, 12 janvier 2007, près de 500 personnes se sont rassemblées pour soutenir la Mambo, squat féministe non mixte expulsé le lundi 8 janvier. La manifestation a débuté dans une ambiance festive, avec un orchestre, des pétards, des graffs. Un premier arrêt eut lieu devant le Macba (musée d’arts contemporrains) ou fut donné un spectacle. Ensuite devant la mairie de quartier sous la surveillance de Upas. Enfin devant le squat muré ou diverses personnes ont peint une porte ouverte tandis que d’autres depuis le toit tiraient des feux d’artifice. Read More

Bruxelles: Les squatteur-euse-s de l’hôtel Tagawa condamné-e-s à quitter les lieux avant fin janvier 2007


  Bruxelles: Les squatteur-euse-s de l’hôtel Tagawa condamné-e-s à quitter les lieux avant fin janvier 2007


Conférence de presse organisée par l’asbl 321 logements

Le mercredi 17 janvier 2007 à 9h30 : conférence de presse à l’Hôtel Tagawa.

Les habitants de l’ancien hôtel Tagawa sont victimes d’une justice expéditive qui expulse en hiver, consacre le droit immédiat à la spéculation et trouve raisonnable de détourner les maigres économies communes des 35 habitants vers le compte du propriétaire, déjà multimilliardaire, le fils de Rifaat Al Assad.
http://www.medea.be/index.html?page=2&lang=fr&doc=405

Le 2 janvier 2007, les habitants de l’hôtel Tagawa ont été condamnés, d’une part à quitter, pour le 31 janvier au plus tard, les lieux où ils résident depuis près de quatre ans, et d’autre part à payer la somme de 18591,23 euros au propriétaire de l’immeuble à titre de dédommagements divers.

Cette décision risque fort de marquer la fin d’un projet social créatif, d’un lieu de vie autogéré et, surtout, d’un logement décent pour 35 personnes (isolés, familles et enfants).

Depuis le 1er février 2003, date de son arrivée à l’hôtel Tagawa, l’asbl « 321 Logements », active dans la gestion du lieu, a fourni un logement transitoire à près de 200 personnes précarisées. Elle n’a eu aussi de cesse de participer à la vie associative bruxelloise (RBDH, Réseau Citoyen, Plein Open Air, …), d’organiser des débats, des expositions, des concerts, des tables d’hôtes, …

En quatre ans, l’Hôtel Tagawa a été reconnu à maintes reprises comme un projet social innovant et a vu sa réputation s’étendre au sein du monde associatif européen.

La condamnation intervient alors que la société anonyme Europort Belgium, propriétaire du bien auparavant laissé à l’abandon, n’a encore introduit aucun projet visant à rénover et à réaffecter l’immeuble. Europort Belgium, dont le capital est détenu par des membres de la famille présidentielle syrienne Al Assad, a même pendant plus de trois ans consenti à l’occupation du bâtiment.

(…)

http://www.321logements.be/

321 Logements ASBL


Barcelone: Solidarité avec Ungdomshuset (Copenhague)

Traduit de l’anglais depuis Indymedia Danemark
http://indymedia.dk/article/796

—– 8< —–

Le 12 janvier 2007, un groupe de personnes solidaires d’Ungdomshuset s’est rassemblé, pour brièvement occuper le consulat danois de Barcelone. Cinq personnes sont entrées dans le bâtiment pour faire suivre leur message à l’ambassade de Madrid, laissant derrière elles une déclaration de solidarité avec Ungdomshuset, adressé aux autorités danoises. Au passage, les portraits de la reine du Danemark et de son mari se virent offrir un nouveau visage, et arborent désormais hardiment la tête de mort d’Ungdomshuset. Read More