Bruxelles: communiqué suite à la manif du 1er novembre contre la loi antisquat

Répression policière et solidarité de quartier

Hier soir [1er novembre], le gouvernement a marqué une nouvelle fois un tournant décisif dans la répression du mouvement squat. A mettre en relation avec les dernières expulsions expéditives de la nouvelle occupation du 123 Avenue Porte de Hal et de l’Orme ce mois-ci, pour ne citer qu’eux, ainsi que cette nouvelle loi votée le 5 octobre à la Chambre des Représentants criminalisant les squatteur-euses, le gouvernement avait donné une consigne simple à la police : empêchez-les de manifester ! Alors que la place du Jeu de Balle avait mis plus d’une heure à se remplir et où plus de 300 personnes ont finalement pris la direction de Porte de Hal à l’arrivée de la samba, nous avions à peine fait 100 mètres lorsque des robocops ont bloqué simultanément les deux entrées de la rue Blaes avec les manifestants au milieu. Read More

Bruxelles: compte-rendu de la manif contre la loi anti-squat

Ce mercredi 1er novembre 2017, avait lieu à Bruxelles une manifestation contre la loi anti-squat.

Annoncée à 17h, la manifestation a finalement quitté la place du Jeu de Balle vers 18h. À peine engagée dans la rue Blaes, des cordons de police anti-émeute ont encerclé la manifestation, qui rassemblait environ 250 personnes.

À 18h40, les manifestant.e.s étaient toujours nassé.e.s, la Samba continuait à jouer pour garder un peu d’ambiance. Read More

Bruxelles: appel à la manif du 1er novembre contre la loi anti-squat et toutes les expulsions!


Read More

Bruxelles: manifestation contre la loi anti-squat, le 13 octobre

La loi anti-squat a été votée ce 5 octobre à la chambre des « représentants ». Cette loi visant à criminaliser l’occupation d’immeubles ou d’habitations vides permettra des peines allant de 15 jours à 2 ans d’emprisonnement et une amende variant entre 26 et 300 euros. Elle supprime aussi l’inviolabilité du domicile de fait qui protégeait jusqu’alors les occupant.e.s du squat d’interventions arbitraires de la part des propriétaires ou des forces de (leur) ordre. Le nombre de personnes à la rue ou dans la précarité allant croissant, squatter quelques-uns des 80 000 logements vides représente souvent pour elles une ultime voire une unique solution. Le gouvernement a donc trouvé une solution à la « crise » du logement ; les pauvres n’auront qu’à aller dormir en prison !
Face à la répression, des squatteuses et squatteurs de Bruxelles et d’ailleurs sont déjà organisé.e.s pour tenir tête à la volonté ferme et acharnée de s’attaquer à nos lieux de vie. Plusieurs mobilisations, actions et interpellations ont déjà eu lieu. Par ailleurs, nous avons d’ores et déjà remis un avis d’expulsion au Ministère de la Justice, le palais royal et les Beaux-arts furent occupés ou perturbés, des manifs sauvages ont animé nos rues, des détournements de publicités et des évènements publics pour sensibiliser ou informer la population sur ce que le milieu squat et les humains qui le composent sont vraiment. Nous sommes bien loin des représentations médiatiques et judiciaires visant à nous faire passer pour la pire vermine. Read More

Bruxelles: récit de l’expulsion de l’Orme, rendez-vous contre la loi anti-squat

Suite à l’expulsion de L’Orme, 37 rue de l’Orme à Etterbeek

Rendez-vous demain jeudi 5 octobre à 18H au 123, pour une AG urgente pour la situation du mouvement squat à l’heure actuelle. Nous avons besoin dans ces moments là d’être fort-es, nombreuses et uni-es.

Vers 14h30 une personne s’apprêtait à rentrer dans la maison occupée depuis 3 semaines quand une dizaine de policier.es le plaquèrent contre le mur pour le fouiller et lui prendre les clefs de la maison. La fille de la propriétaire ainsi que son mari, présents avec les policier.es, sont ainsi rentrés dans la propriété. Une personne se trouvait au rez-de-chaussée et une autre au 2eme étage, toutes les deux furent priées de donner leur identité ainsi que de plier bagage et de déguerpir immédiatement de la maison. Heureusement, beaucoup de soutiens arrivèrent rapidement et ils/elles purent sortir une partie des affaires . Dans l’heure qui suivait, les policiers galéraient à remettre une nouvelle serrure pour les propriétaire et tout le monde était toujours sur le trottoir avec les affaires sans pouvoir récupérer le reste pourtant réclamé pour le coup par leurs propriétaires. Apparemment la propriété privée défendue héroïquement par les agents ne sont légitimes que pour les bourgeois. Cette expulsion totalement illégale et arbitraire intervient à peine une demi-heure après une autre expulsion similaire, celui de la « Pelouse ». Read More

Bruxelles: réappropriation de l’espace publicitaire contre la loi anti-squat

Ce mercredi 27 septembre, un détournement de dizaines d’espaces publicitaires a été organisé en signe de protestation contre la loi anti-squat, visant à criminaliser l’occupation illégale d’un bâtiment, avec des peines d’amende et/ou de prison à la clé. Au travers des affiches réalisées, les participant.e.s dénoncent une justice à deux vitesses : si rapide quand il s’agit de protéger les riches propriétaires, mais si inapte quand il s’agit de faire respecter à la région bruxelloise ses engagements. En effet, à ce jour, seuls 1235 des 3500 logements sociaux promis en 2005 ont été construits.

Nous déplorons également l’instrumentalisation d’un fait divers, à savoir l’occupation d’un lieu habité, fait exceptionnel et que nous ne soutenons aucunement. Cette loi porte une grave atteinte au droit au logement et, dans un contexte de précarité croissante (un bruxellois.e sur trois a des revenus sous le seuil du risque de pauvreté), il s’agit d’une nouvelle attaque contre les plus vulnérables, déjà premières victimes des mesures d’austérité. Read More

Namur (Belgique): fin du squat des mendiant-e-s et sans-abris

Jeudi 14 septembre 2017, le squat ouvert cet été à Namur par des mendiant-e-s et des sans-abris a été fermé. Read More

Bruxelles: Rassemblement et semaine d’action contre la loi anti-squat

Non à la richocratie !

Il ne manquait plus que ça. On apprend que la bande à Michel s’apprête à faire voter en septembre une loi, d’ores et déjà approuvée en première lecture, selon laquelle les squatteurs-squatteuses seront désormais passibles de prison ferme.

Ainsi donc, après les expulsions massives du chômage, couplées à de nouveaux contrats d’emploi toujours plus précaires, après les coupes dans les aides aux associations de quartiers et dans les subventions aux soins de santé, après la répression de plus en plus violente de la contestation sociale , après l’intensification de la chasse aux personnes sans papiers, le gouvernement, de mèche avec les parasites privilégiés (spéculateurs immobiliers, big boss, lobbies), parachève en beauté sa criminalisation de la précarité en s’attaquant cyniquement à ceux qui occupent des bâtiments à l’abandon.

Autrement dit, c’est à l’heure même où les pires crapules, après avoir profité de leur mandat public pour puiser à la louche dans les caisses de la communauté, quittant la scène avec des indemnités de départ de 300 000 euros, qu’on décide de punir de peine de prison les sans-abris, à la recherche d’un toit, dans une Bruxelles constellées de logements vides (15 000 selon les dernières estimations). Read More

Bruxelles: occupation du Palais Royal !

Samedi 2 septembre 2017: Opération « Palais royal occupé – Tout pour tous-tes ! »

Parce que la bande à Michel veut pénaliser le squat.
Parce qu’il y a des palais vides et tellement de gens qui vivent dans la rue.
Parce qu’alors que 87 millions d’euros ont été réclamés à des allocataires sociaux pour fraude l’année dernière, seuls 8 millions sur les 3,5 milliards d’euros qui disparaissent annuellement dans les paradis fiscaux, ont été réclamés.
Parce que la précarité explose comme les profits des ultras riches, parce que nous voulons reprendre nos vies trop longtemps laissées aux mains des ploutocrates… Read More

Namur (Belgique): la lutte des mendiant.e.s et sans-abris contre la répression bourgeoise d’État

La ville de Namur essaye depuis plusieurs années de cacher et de réprimer les pauvres présents dans ses rues. Première tentative en 2014 avec une loi anti-mendicité, interdisant la mendicité dans le centre de Namur et réservant le droit à la Police de confisquer les sous récoltés par les mendiant.e.s si celleux-ci se retrouvaient à tout de même faire la manche. Cette loi fût suspendue par le conseil d’Etat en 2015.

1er juillet 2017, même rengaine, la ville remet cette loi sur le tapis pour une durée de trois mois, c’est-à-dire la durée touristique. Il faut savoir que Namur, capitale de la Wallonie, ne compte scandaleusement qu’un seul abri de nuit avec 33 misérables places qui ferme ses portes annuellement du 22 juillet au 21 août. Il n’y a aucun abri de jour et très peu d’aide mise en place pour les sans-abris. Read More

Bruxelles (Belgique): réquisition d’un batiment par une des communes de la capitale au profit d’un collectif de sans papiers

Le bourgmestre Vincent De Wolf et le Collège d’Etterbeek réquisitionnent un immeuble pour donner un logement à 65 personnes sans-papiers.

C’est grâce à la combativité de toutes et tous et principalement de Vsp-Bruxelles que le bourgmestre a appliqué l’article 23 de la Constitution qui dispose que « chacun a le droit de mener une vie conforme à la dignité humaine », que ce droit comporte notamment « le droit à un logement décent », que ce droit est manifestement reconnu à toute personne présente sur le territoire, en ce compris les personnes ne disposant pas d’un titre de séjour légal (voir l’arrêté du bourgmestre concernant la réquisition du bâtiment). Read More

Bruxelles: expulsion du nouveau Centre social anarchiste

Le nouveau centre social anarchiste (220 rue de Haerne) à été expulsé en début d’après midi [ce jeudi 8 juin 2017]. La commune n’a plus l’air d’avoir envie d’annoncer le délai d’évacuation. Les keufs sont rentrés par une fenêtre et ces grosses merdes peuvent être fiers d’avoir à nouveau rendu un bâtiment de plus vide et inutile. Read More

Bruxelles: ouverture du nouveau Centre Social Anarchiste !

Vous pensiez que c’était fini ? Hé bien non !

Malgré l’expulsion et les arrestations violentes de la semaine passée, le Centre Social Anarchiste ne s’est pas épuisé et réouvre dans un tout nouveau lieu, tout neuf, tout propre ! Read More

Bruxelles: le Centre Social Anarchiste a été expulsé

Vendredi 19 mai 2017, le CSA de Bruxelles a été expulsé. Il y a eu 28 arrestations. Tout le monde a été relaché entre 22h le soir-même et le lendemain matin. Plus d’infos sur Indymedia-Bruxelles.

Bruxelles: menaces d’expulsion au CSA… une police politique à la manœuvre

Alors que les activités du centre social anarchiste tournent à plein régime et que des groupes se forment ou s’installent et créent des liens ensemble afin de mener à bien des projets communs, des informations inquiétantes nous parviennent. Selon des sources fiables, une procédure expresse et unilatérale en première instance aurait été introduite par les propriétaires, grandes sociétés privées de biens immobiliers. Pourtant, il y a peu, les propriétaires étaient disposés à nous laisser occuper les différents bâtiments de la rue Godecharle jusqu’à leur mise en vente, avec permis de démolition, c’est-à-dire au moins jusqu’à la fin juillet.

C’était sans compter sur l’intervention acharnée des renseignements généraux de l’État belge qui sont allés trouver les propriétaires ainsi que, un peu plus tard, leurs avocats pour leur mettre la pression et raconter des calomnies sur le centre social et ses occupant-es. Read More