Belgique: Une nouvelle législation anti-squat. Un éloignement encore plus flagrant pour l’obtention d’un chez soi

Holstraat_GentA Gand, une maison qui était habitée, selon ses propriétaires, a été cambriolée. Suite à cela, elle a été clandestinement sous-louée à une famille sans abri. Les médias et les politiciens ont tout de suite sauté sur cette occasion pour essayer de décrédibiliser le mouvement des squats sous toutes ses facettes. Ils s’échinent d’ailleurs depuis à trouver des moyens pour criminaliser ce mouvement, alors que de nombreuses législations et procédures sont déjà en vigueur et pourraient permettre de réagir dans le présent cas de figure.

En effet, celui-ci n’est pas un squat. Squatter veut dire « occuper un logement qui est vide pour une longue durée ». Les squatteurs, qui occupent ce genre de logement, peuvent être des personnes sans-abris, des gens en difficulté financière ou des individus qui cherchent à dénoncer la crise du logement actuelle et les nombreux logements vides. Read More

Belgique: instrumentalisation médiatique et loi anti-squat

dragonballexasp

Les médias mainstream et les pouvoirs politiques sont en train d’instrumentaliser l’histoire d’un couple qui a vu sa maison, à Gand, occupée par une famille Rrom alors qu’ils étaient partis depuis 2 mois au Vietnam. La famille s’est fait avoir par une personne peu scrupuleuse qui a ouvert puis leur a loué la maison en question.

S’en est suivi tant sur les réseaux sociaux que dans les commentaires sur les médias en ligne, un déferlement de haine très souvent raciste allant de l’appel à venir les déloger à coup de batte jusqu’à des appels à abattre « les nuisibles » à coup de fusil de chasse. Les racistes décomplexé.e.s sont de sortie. Read More

Gand: Nous sommes mal partis…

Publié dans le numéro 12 du journal anarchiste bruxellois « Hors service »:
http://journalhorsservice.blogspot.com/2011/01/nous-sommes-mal-partis-sur-un-certain.html

Télécharger le n°12 (début janvier 2011) du journal « Hors service »:
http://horsservice.wikidot.com/local–files/start/horsservice12.pdf

Tous les numéros:
http://journalhorsservice.blogspot.com/p/archive.html

Nous sommes mal partis… (sur un certain débat à Gand)

Read More

Tags: ,

Gand: le squat « Coupure Acerechts » gagne en appel contre l’éducation belge


  Gand (Belgique): le squat « Coupure Acerechts » gagne en appel contre l’éducation belge


Aujourd’hui, 11 juin (2010), nous, squatteu-Rs-Ses de l’ancienne faculté de vétérinaires de l’univ de Gand, avons eu connaissance du verdict, concernant notre expulsion. L’éducation Belge, propriétaire, a demandé une requête unilatérale au juge (procédure dans laquelle « LE DEFENSEUR », c’est-à-dire les occupant-E-s, est jugé sans être présent au tribunal).

Le motif de l’expulsion est qu’on empêcherait des travaux, dans ce batiment vide depuis 1995. Cette procédure est illégale, car elle convient seulement en cas d’anonymat volontaire et/ou de requête impossible d’identité. Or, nous n’étions pas anonymes. Une personne vivant là, appelons-la « W », a donné son identité aux policiers, lors de l’ouverture, courant février…

Ce jugement a eu lieu en avril, et, à la fin du mois de mai, un huissier de justice est passé pour donner l’avis d’expulsion, et aussi pour grappiller quelques noms et du fric, pour sa « commission ».

Situation tendue.

Nous avons donc, dès lors, fait appel, pour contester cette décision de justice (qui ne concernait d’ailleurs que « W ») et le paradoxe de cette procédure…

Comment l’education belge peut employer une procédure unilatérale pour anonymat contre « W », qui a donné son nom ?? C’est le serpent qui se mord la queue !!

Aujourd’hui, et contre toute attente, notre avocate nous a contacté, pour signaler qu’on avait gagné notre proces en appel :)

Coupure Averechts est un squat, en pleine ville de Gand, où chacun-E est bienvenu-E…
Que ce soit pour visiter, filer un coup de main, manger lors d’une cuisine populaire le lundi soir (19h), ou se fringuer dans le freeshop ou s’informer dans l’infokiosque le mercredi après-midi, nous voulons en faire un espace où chacun-E peut se sentir à l’aise, avec des activités, des fêtes, des projections, pour les jeunes et les plus agé-E-s, pour les noir-Es ou les blanc-he-s, pour les trans, les lesbiennes, les gays, les sans papiers, les prolos et autres étudiant-E-s, où la solidarité et l’ouverture d’esprit remplacent l’oppresion et la compétition de cette société qui ne fait que se soucier du porte-monnaie des « géants » de ce monde, sans trouver de solution concrète pour lutter contre la misère, la tristesse, et la déchéance humaine…
Nous vous invitons à y passer faire un tour !!

Le lieu en lui même est un batîment de l’université de Gand, implanté dans un complexe scolaire. C’est grand, très grand, et même « unique ». C’était auparavant une faculté de vétérinaires. Construit en 1823, ça a servi en gros de prison pédagogique pour animaux. Il y’a même des cellules pour humains.

Cette victoire en justice est aussi et surtout une victoire pour l’intersquat gantois. Quand on connait la situation plus que répressive des espaces occupés ici, notamment une société « anti-squat », engagée par la ville, qui est là garder les batîments vides.

v


Tags: ,

Gand: Choisir entre squatter et camper

Décembre 2006

Voici une traduction d’un article du journal anarchiste flamand « De nar ».
Contact: info at denar.be

Choisir entre squatter et camper
Péripéties urbaines autour d’occupations à Gand

Après une longue pause presque étouffante, ce mois-ci il y a des nouvelles des squats de Gand. Nous commençons notre récit avec le projet de démolition de, entre autres, deux vieilles maisons ouvrières dans le quartier gantois du Brugse Poort.

Dans le cadre de la revalorisation de ce quartier, les habitants de ces cités avaient été expropriés, ensuite leurs maisons devaient être démolies pour céder la place à des logements sociaux et un parc. Après avoir été vides pendant quelques jours les maisons sont squattées par des familles de Roms et des gens qui ne voient pas d’un bon oeil les projets d’urbanisme de la ville. De la coopération entre ces deux groupes résultèrent entre autre une cuisine de quartier, une friperie et des efforts communs afin de maintenir les rues dans un état viable. Mais, en fin de compte, les efforts et les protestations impétueuses n’aboutiront pas. La démolition eut lieu et de nombreuses personnes ont dû partir à la recherche d’un nouveau toit. Bon nombre des familles Roms trouvèrent un coin à elles dans le quartier Rabot, où la ville mettait en place des projets semblables et avait déjà exproprié un grand nombre de maisons. L’entreprise de développement urbain (l’ignoble SOB, une entreprise privée corrompue, présidée à peu près par l’entièreté du conseil communal de Gand) réagit en verrouillant l’ensemble des habitations. Les habitations en meilleur état sont surveillées par des gardes anti-squat (de l’entreprise Lancelot des Pays-Bas) où temporairement louées pour 250 euros par mois. Cependant cela ne dura pas longtemps et même les habitations verrouillées étaient occupées par des familles de Roms. Read More

Tags: ,

Gand (Belgique): Cinquante réfugié-e-s squattent un «paradis fiscal»


  Gand (Belgique): Cinquante réfugié-e-s squattent un «paradis fiscal»


Cinquante réfugiés squattent un «paradis fiscal» à Gand !

À Gand, l’ancien bâtiment des impôts sur le Poel est squatté. Il a été rebaptisé «Belastingparadijs», paradis fiscal. Un paradis non pour le capital mais pour des personnes en fuite.

Les nouveaux habitants sont principalement des familles qui avaient besoin de toute urgence d’un toit. En effet, l’évacuation du quartier de la Biervlietstraat, à l’ombre du nouveau palais de justice de Gand, est prévue aujourd’hui. Ces derniers mois, des familles roms s’étaient installées dans ce quartier qui avait été exproprié dans le cadre du projet de rénovation urbaine Bruggen naar Rabot.

Il y a des années que des personnes vivent dans des conditions inhumaines dans la marginalité de la ville, des personnes qui veulent faire quelque chose de leur vie mais qui n’ont pratiquement aucun accès au travail et au logement. Ces personnes se donnent aujourd’hui un visage en s’installant dans ce bâtiment dans le centre de Gand.

Par cette action, les occupants s’insèrent dans la logique des occupations d’église qui se sont répandues dans tout le pays au printemps. Cette action donne elle aussi un toit à des gens. Elle est en même temps un plaidoyer en faveur de papiers pour les personnes au statut incertain en matière de séjour.

La migration est un phénomène qui existe depuis toujours. Si les flux de capitaux circulent librement, on ne peut pas interdire aux gens de faire de même. Après l’amnistie fiscale, le moment est venu pour une régularisation humaine.

C.R.E.R. – Bruxelles : INFO – http://regularisation.canalblog.com/
Tél : 0496 40 33 09 – 0473 62 87 33

Manifestation du 1 mai : http://1maimanif.canalblog.com/

Soutien a la CRER au N° Triodos : 523 – 0801898 – 74

CRER


Gand: Journée d’expulsion et d’occupation au Brugsepoort

Ce mercredi après-midi [1er décembre 2004], la Brunelstraat et la Sikkelstraat à Gand ont été portées symboliquement en terre, mais symboliquement seulement. Le quartier est encore occupé mais la journée a été mouvementée.

Depuis quelques jours, le quartier occupé du Brugsepoort à Gand était sous la menace d’une expulsion ce 1er décembre. Les barricades ont été mises en place, les squatteurs se sont retranchés dans les maisons et sur les toits et la police est intervenue.

Read More