Testet (81): Barrage de Sivens, appel à la mobilisation

Testet_sauvegardezonehumide

Une Zad est installée depuis plusieurs semaines au Testet, dans le Tarn, afin d’empêcher la  construction d’un barrage destructeur de biodiversité et inutile. Elle est en cours d’expulsion depuis ce matin (28 Février).
Selon le témoignage d’un occupant du collectif Tant qu’il y aura des bouilles, recueilli à 10h35 au téléphone, l’expulsion a commencé à 8h25, conduites par environ cent gendarmes mobiles. Les routes d’accès sont bloquées. La cabane principale a été démolie et le chapiteau démonté. La parcelle occupée couvre environ un demi hectare.
Les occupants ont pu se réfugier sur une parcelle voisine, appartenant à l’ONF (Office naturel des forêts) et non expulsable. Ils ont pu emporter le gros de leurs affaires. Ils sont une dizaine, qui dormaient dans la cabane, le chapiteau, et des véhicules. Une trentaine de personnes sont arrivées en renfort depuis, en passant par les chemins. Selon l’avocate qui suit le dossier, la procédure n’est pas respectée. Read More

Testet (81): Expulsion de la ZAD des Bouilles, photos reportage

Testet_Non_au_barrage_de_Sivens

Jeudi 27 février, la préfecture a expulsé les opposants au barrage de Sivens, dans le Tarn, de la parcelle du Conseil Général qu’ils occupaient depuis un mois. Ce barrage financé sur fonds publics devrait permettre à quelques gros agriculteurs de pouvoir irriguer davantage et inonderait une partie de la zone humide du Testet. Peu avant 8h30, les gendarmes mobiles investissent le terrain et encerclent le campement où une dizaine de personnes dormaient sur place. « Vous avez un quart d’heure pour récupérer vos affaires personnelles » lance le gradé. L’huissier signifie l’expulsion. Read More

Lausanne: Perquisition musclée et portes forcées derrière l’espace autogéré

Espace_Autogere_Cesar_Roux_30_Lausanne

Le mardi 11 février 2014, une intervention de la police judiciaire a ébranlé les pentes du bosquet situé sous le parc de la Solitude, sur l’avenue César-Roux à Lausanne, derrière l’espace autogéré. Des dizaines de flics en tenue d’intervention et plusieurs véhicules pour une perquisition qui visait les quelques personnes qui trouvent refuge dans un abri de fortune derrière le bâtiment depuis environ un mois. Un énième contrôle musclé de la police lausannoise s’inscrivant dans le contexte répressif et discriminant actuel sous couvert de chasse aux trafiquants et hors-la-lois, de préférence étrangers et sans-papiers. La suite des descentes spectaculaires orchestrées à travers la ville depuis que Junod trône sur le dicastère de la police et de la sécurité publique. Vraiment pas de quoi rassurer… Read More

Lausanne: communiqué du collectif TurboMongol

Lausanne_Turbo_Mongol_avenue_Louis_Ruchonnet_36

Cela va faire deux mois que le feu collectif TurboMongol a quitté la maison de l’Avenue Ruchonnet, maison que nous avons occupée et dans laquelle nous avons vécu durant plus de deux ans, maison que peut-être vous avez connu. Nous avons cru bon de pouvoir faire confiance à une bande de propriétaires véreux; nous sommes donc parti.es de notre plein gré et avons libéré la maison le 6 janvier 2014, date à laquelle les-dits propriétaires étaient censés commencer des travaux de désamiantage, puis par la suite, démolir la maison afin d’y construire de soit-disant logements ( parce que oui, tu vois, c’est la crise, la crise du logement, tout ça, alors qu’il n’y a point d’autre crise que la nature même du système économique qui régit nos existences quotidiennes, là où les “dirigeants” s’adonnent à une gestion chaotique du chaos, gestion qui évidemment n’a rien de démocratique, qu’on se le dise ). Read More

Calais: Salut ô toit! Communiqué suite à l’occupation de plusieurs bâtiments

Nous sommes un ensemble de personnes venues de différents pays et d’horizons politiques divers qui luttons pour le droit au logement pour toutes et tous, quelles que soit leurs origines. Nous occupons actuellement, depuis plus de 48 heures, des bâtiments publics vides dans différents quartiers de la ville de Calais.

Pourquoi ici et pourquoi maintenant ? Plus de 4 000 bâtiments sont vides à Calais, ce qui représente 9% des logements (500 d’entre eux sont d’ailleurs la propriété de l’OPH, le bailleur social majoritaire de la ville…). En contrepartie, plus de 500 personnes sont à la rue sans qu’aucune solution digne de ce nom n’ait été proposée par les autorités. Pour répondre à cette situation, ils ont transformé Calais en ville fantôme. Read More

Pantin: Récit d’occupation rue du Général Compans, RDV lundi 3 mars à 19h

Pantin_6_Rue_du_Général_Compans‎

Nous avons occupé quelques jours le 6-8 rue du Général Compans (en face des Moulins de Pantin). Un immeuble de sept étages avec un très vaste terrain, deux niveaux de bureaux et cinq niveaux d’habitation.
Ce bâtiment appartenant à la mairie de Pantin est abandonné depuis 5 ans! Cependant sa salubrité est bonne, car il vient d’être utilisé quelques mois pour accueillir l’espace de pause des ouvriers du chantier voisin.
Nous étions euphoriques car nous allions pouvoir réaliser la zone d’activités associatives rêvée par tous. Cet immeuble devrait être vendu à 3F pour être réhabiliter d’ici environ deux ans. Nous allions avoir le temps de développer notre « Base Vie ». Read More

Lille: Prolo dégage, la mairie aménage !

Lille_l'insoumise

La campagne municipale est lancée, martine aubry vient présenter son projet pour Wazemmes ce jeudi, comme elle l’a fait ou le fera pour chacun des quartiers de sa ville. A quoi pourrait-on s’attendre qu’on ne sait pas déjà ? Vivre ici nous en dit certainement plus long qu’une heure de communication politique.Lille se réinvente, nous dit-on. Ah bon ? Nous, nous voyons encore et toujours la même chose : une ville qui s’adapte aux volontés des dirigeants, aux avidités des investisseurs et au diktat de la consommation. Ici comme dans les autres quartiers populaires de Lille, la population la plus pauvre est progressivement évincée et virée de plus en plus loin en périphérie pour que s’installe une classe moyenne plus convoitée. On appelle ça la gentrification. Read More

Dijon: Le quartier des Lentillères s’invite au consortium pour la réunion publique de François Rebsamen

Dijon_Potager_Collectif_des_Lentilleres

Habitant-e-s et jardinier-e-s du quartier des Lentillères, nous nous sommes rendus à l’une des 28 réunions publiques de Francois Rebsamen ce mecredi 26 février. Pendant une heure et demi, nous avons patiemment écouté le discours d’autosatisfaction du candidat sortant. S’en est suivi le temps des questions de la salle, au cours duquel nous avions l’intention d’interpeller Mr Rebsamen au sujet des jardins et fermes occupés des Lentillères.

Avant notre tour de parole, nous avons été précédé par une citoyenne dijonnaise qui a questionné le maire, non pas sur les projets d’attractivité et de rayonnement de la ville qui lui sont chers, mais sur les difficultés concrètes de sa vie de tous les jours. Nous avons été surpris par la manière dont il a ridiculisé cette dijonnaise, l’accusant d’être « mal-intentionnée » et de « mauvaise foi », mettant ainsi les rieurs de son coté. Read More

Nantes/Notre-Dame-des-Landes: Dans le bocage, comme ailleurs, résistance et sabotage (+ vidéos)

Dans le bocage, comme ailleurs, résistance et sabotage

Le 16 octobre 2012, premier jour de la tentative infructueuse d’expulsion pompeusement nommée «opération César», le préfet de Loire-Atlantique Christian de Lavernée déclarait aux médias dominants «si la république ne peut reprendre la zone, alors il faut s’inquiéter pour la république». Qu’elle s’inquiète et qu’elle en crève !

Un an et demi plus tard, nous sommes toujours là. Notre rage et détermination restent intactes car cette farce soit-disant démocratique, toute acquise à la cause des grandes entreprises et du système financier ne nous représentera jamais. Elle est à l’opposé de ce à quoi nous aspirons, l’émancipation totale du carcan capitaliste dans lequel l’État veut nous enfermer. Read More

Rennes: Fermeture du squat de la rue de l’Étang du Diable… ouverture d’un autre à Maurepas

Le squat rue de l’Étang du Diable fermé et dévasté

Ouvert depuis le 13 mai 2013, le squat de la rue de l’Étang du Diable à Saint-Grégoire abritait depuis cette date plusieurs familles. Sous le coup d’une expulsion imminente les occupants ont choisi de quitter les lieux et de chercher un autre refuge.

Chose faite depuis le 14 février et leur implantation dans un bâtiment de la Ville de Rennes à Maurepas.
La Ville de Rennes a fait constaté par huissier l’occupation et engagé une nouvelle procédure d’expulsion. Read More

Lyon: Tentative de réquisition de logement à Saint-Just

Hier après midi, la merveilleuse collusion entre la justice et la mafia immobilière lyonnaise a fait naitre un nouveau monstre : l’huissier-baceux. C’est dire que la tentative de réquisition avait mal commencé, le propriétaire en porsche cayenne et ses fils faisaient jouer de la batte pour impressionner les dangereux squatteurs. Non sans insulter un copain de « salopard de sdf ». Les flics du 5e quant à elleux ont découvert la loi sur le droit au logement au moment ou illes nous ont fait sortir, et nous on réintroduit illico dans le lieu sur ordre de l’OPJ en nous proposant de lancer une procédure sous les yeux ébahis du proprio. Read More

Bussigny (Suisse): Communiqué du Porno Diesel, squat de la rue de l’Industrie

Porno_Diesel_Industrie_46_Bussigny

Pour la justice, la question est tranchée. Les habitants du squat de la rue de l’industrie vont devoir s’en aller. Cette décision nous semble être en telle opposition avec le bon sens que nous choisissons de prendre position contre elle et de rester en ces lieux. Voici, brièvement, les raisons de ce choix.

Le bâtiment dans lequel nous vivons depuis le mois de juillet de l’année passée, était innoccupé depuis 6 ans. Nous l’avons investi et y avons développé, en plus et autour de notre vie quotidienne, plusieurs activités redonnant une utilité à cet espace; notamment un skatepark, un magasin gratuit et une salle permettant d’acceuillir concerts et spectacles. Read More

Calais: Le préfet et l’extrême-droite. Rassemblement pour la tolérance samedi 1er Mars

2014-02-21_Fascists_gathering_122_rue_Émile_Dumont_Coulogne_Calais

Pendant une semaine entière à Coulogne, à côté de Calais, des militants d’extrême-droite ont manifesté jour et nuit devant un squat, ont injurié, menacé de viol et de mort les habitants et les personnes venues en soutien, sur place et sur internet, ont caillassé la maison et parfois les personnes se trouvant dans la court, ont lancé des cocktails molotov, ont essayé de forcer la porte pendant la nuit.

Tout cela sous les yeux de policiers qui laissaient faire, et qui répondaient si on les interpelait sur ce point qu’il n’y avait pas de trouble à l’ordre public. Read More

Liège: TALP, appel à la mobilisation

TALP_Place_de_l’Yser_Liège

Depuis le 6 Septembre, le théâtre de la place est occupé par un collectif protéiforme d’artistes, de militants, de citoyens l’ayant rebaptisé Théâtre À La Place – TALP

Depuis bientôt 6 mois, ce collectif expérimente une organisation horizontale pour toutes les prises de décisions, une autogestion au quotidien du lieu, une autonomie de création à chaque étape du processus créatif, et surtout une ouverture totale à toutes les propositions artistiques émanant aussi bien d’amateurs que de professionnels du quartier d’Outremeuse ou d’ailleurs. Ce collectif oeuvre quotidiennement à l’élaboration d’un nouvel art de vivre et de créer de manière totalement bénévole et gratuite. Read More

Quezon City (Philippines): Expulsion violente de squatters et destruction d’un bidonville

Lundi 27 janvier 2014, pendant sept heures, des affrontements ont opposé des habitant-e-s d’un bidonville du quartier Sitio San Roque (à Quezon City) et les flics et travailleurs venus expulser et détruire leurs logements.

Face à la violence de l’intervention des flics et des « démolisseurs », les habitant-e-s et autres militant-e-s ont riposté à coups de bouteilles en verre, de pierres, de bouts de bois et d’engins incendiaires.

Près d’une trentaine de personnes ont été blessées (vingt-trois habitant-e-s ou militant-e-s, trois flics et trois travailleurs de l’entreprise de démolition) et au moins neuf personnes ont été arrêtées par la police. Read More