Corinto (Colombie): la police anti-émeute et l’armée expulsent un terrain occupé et tuent deux indigènes Nasa

Mercredi 12 et jeudi 13 août 2020, à Corinto, dans le nord-est du Cauca, la police anti-émeute et l’armée sont intervenues pour expulser l’occupation d’un terrain privé [1] par des indigènes Nasa. Ces occupations de terrains font partie d’un combat continu de récupération de terres par les Nasa depuis 2014, reprenant une pratique ancestrale de lutte anticoloniale [2]. Read More

République Tchèque: ce qu’est Bublina et ce qu’elle n’est pas

Bublina est un squat, situé sur la planète Terre, quelque part sur la route entre les villes de Aš et Břeclav. Ces bâtiments avec une cour ont été inutilisés par le propriétaire et habités par de nombreuses personnes aux motivations très diverses au fil des ans. Certains sont partis, d’autres ont été expulsés par la police. Depuis août 2019, le squat est occupé par le premier membre d’un nouveau groupe de résidents et de supporters, et a été rebaptisé « Bublina » (la bulle).

Ce premier résident est confronté depuis un certain temps à une crise du logement et à un manque d’espace pour pouvoir simplement vivre. Au bout de quelques mois, deux autres personnes ont rejoint ce groupe qui se retrouve à la rue depuis que leur employeur les a privés de ressources financières. Ils ont déménagé juste avant l’apparition de la pandémie de covid-19, ce qui leur a permis de s’isoler en quarantaine ici et de survivre sans risque pour leur santé. Comme ils sont tous deux âgés, leur santé aurait pu être compromise autrement. Ces hommes âgés et anarchistes d’âge moyen se sont vite habitués à vivre ensemble. Ce n’est pas l’idéologie ni la lutte des générations qui les ont fait coopérer, mais leur volonté de résoudre leurs conditions matérielles et de satisfaire leurs autres besoins en squattant. Leur situation est très différente de celle de ceux, souvent issus de la classe moyenne, qui squattent pour des raisons idéalistes et squatter n’est pour eux qu’une aventure parmi d’autres. Les habitants de Bublina n’ont tout simplement pas les moyens d’acheter ou de louer des appartements et le squat est la seule issue. Une solution qui va au-delà des normes légales et conventionnelles, mais néanmoins légitime et efficace. Sans les activités de ces résidents, il n’y aurait plus qu’une épave d’immeuble sur place, avec un propriétaire qui n’en prendrait pas soin. Les squatters entretiennent cette maison et de cette cour. C’est leur maison maintenant, après tout. Read More

Cape Town (Afrique du Sud): la lutte continue à Kraaifontein

Depuis le 20 juillet, comme on l’a déjà écrit dans cet article, le quartier de Kraaifontein est sous occupation policière et en lutte contre les incursions des keufs qui cherchent à expulser des habitant⋅e⋅s et démolir leurs domiciles.

On savait que ça avait duré au moins jusqu’au 26 juillet, hé bien tout continue: démolitions de cabanes et autres habitats auto-construits continuent, arrestations d’habitant⋅e⋅s en lutte et résistance collective pour préserver les lieux de vie attaqués par les flics, comme on peut le voir sur ces deux vidéos, tournées les jeudi 6 et vendredi 7 août 2020: Read More

Donges (44): week-end festif de soutien à la lutte du Village du peuple

Les 22 et 23 août 2020, venez poser votre tente au Village du Peuple pour un week-end de rencontres, de chantiers et de fête!

47acdef145b445498e97190af3fd69ec-medium
Read More

Tags: ,

Montpellier: familles expulsées, bâtiments occupés!

Familles expulsées, bâtiments occupés!

Le 10 juillet, devant associations, collectifs, occupants de squats et syndicats, alors que le préfet se montrait rassurant quand à la situation des squats durant l’été, et ne parlait que de la situation «problématique» de l’ancien Institut Bouisson Bertrand, il préparait en realité des expulsions pour le 23. Expulsions qui ont touché deux bâtiments du centre-ville, mettant ainsi une cinquantaine de personnes et familles vulnérables à la rue, et d’autres en détention en CRA. La généreuse solution fournie : 3 nuits d’hôtel et retour à la violence de la tente dans la rue.

Connaissant le CV de l’actuel préfet de l’Hérault, Jacques Witkowski, nous n’avions pas eu foie en sa promesse du 10, et avons donc décider d’occuper depuis le 15 juillet ce bâtiment communal resté trop longtemps vide et muré, afin de reloger les personnes que Jacques a mis dehors en plein pic de chaleur, et durant la plus grosse crise sanitaire que nous ayons connu depuis le début du siècle, mettant ainsi en danger directement les personnes concernées et la population montpelliéraine. Read More

Forêt de Hambach (Allemagne): week-end contre le spécisme, du 24 au 27 septembre 2020

Rejoignez-nous à la Forêt de Hambach pour un week-end de discussions et d’ateliers révoltés contre le spécisme !

24-27 septembre 2020

Après des mois de bizarreries dystopiques et de répression étatique sous prétexte de lutte contre le coronavirus, les frontières se rouvrent peu à peu et la rage explose à travers le monde.
Mais, en réalisant qu’il n’y aurait potentiellement aucun rassemblement antispé radical en Europe cet été pour contribuer à la conflictualité, on a ressenti le besoin de créer un point de ralliement ! Read More

Berlin: Syndikat expulsé, manifestation ce soir

Désolé-e pour notre sortie abrupte de tout à l’heure. Mais l’expulsion, aussi prévisible qu’elle ait pu être, nous a tout-es touché profondément au moment de l’exécution. J’espère que certains d’entre vous se trouvent actuellement à la Herrfurthplatz, pour la manifestation de quartier qui suivra notre expulsion.

Quoi qu’il en soit, c’est aujourd’hui le jour J, ce qui signifie que la manifestation de l’Interkiezionale aura lieu à 21 heures à Richardplatz. Nous ferons le bilan des derniers jours et nous reviendrons vers vous dès que nous aurons fait face aux efforts de la dernière fois.

Demain nous publierons toutes les informations sur notre structure anti-répression, car malheureusement la stratégie d’escalade des flics a conduit à de nombreuses arrestations et accusations. Mais nous les traitons de la même manière que nous traitons notre combat : ensemble, en solidarité et nous ne laissons personne seul-e ! Indépendamment de nous, le soutien d’EA et de Gesa continuera à fonctionner jusqu’à ce que tout le monde soit sorti. Un grand merci de notre part à celles et ceux qui font cela.

Nous voulons juste vous remercier après ces jours et ces semaines incroyablement intenses ! Merci à vous tout-es qui nous avoir soutenu-es de multiples manières jusqu’à ce jour et qui avez fait en sorte que nous puissions vivre cette journée. Merci à tous les encouragements, le temps, les nerfs, le savoir-faire, les capacités et notre propre intégrité. Read More

Berlin: semaine d’actions pour Liebig34, 07-13.09.20

Appel international pour la défense de Liebig34

Liebig 34 est menacée d’expulsion. Si l’État, la police et le propriétaire veulent l’expulsion, ils n’auront que le désastre sur les bras.
En tant que projet de maison anarcho-queer-féministe auto-organisée sans cis-men, directement sur la place Dorfplatz de Friedrichshain, la Liebig 34 est un lieu où des actions de résistance et des moments collectifs sont décidés et organisés. Un lieu où l’autogestion devient un mot dangereux, où un projet devient le point de départ des luttes et non pas seulement un espace de réflexion et de divertissement alternatif. Le projet lui-même a participé à la planification de nombreuses manifestations, a publié de nombreux appels et textes et a mené diverses actions radicales. Mais c’est aussi un symbole de radicalisation et d’autonomisation pour la scène antagoniste à Berlin et en Allemagne, car il montre comment différentes formes de résistance peuvent être combattues.
Liebig34 est un collectif qui se concentre sur le dépassement des structures de plus en plus intériorisées du capitalisme et du patriarcat. Dans un monde où le patriarcat est l’un des principaux piliers du système capitaliste, les groupes et collectifs féministes militants qui font clairement savoir que la résistance et la riposte ne sont pas un privilège des hommes forts sont plus que nécessaires. Dans un monde patriarcal, où le patriarcat et le capitalisme sont entremêlés, il est plus que nécessaire de lutter réellement contre le patriarcat et de ne pas le laisser devenir une attraction secondaire d’un discours. Ne nous laissons pas diviser par l’oppression et luttons ensemble pour une société libérée. Read More

Paris: évacuation du camp de mineurs installé dans le square Jules Ferry

Le campement qui abritait plus de 70 jeunes considérés par plusieurs associations comme des mineurs étrangers, dans le square Jules Ferry, dans le centre de Paris, a été évacué mardi matin. Les jeunes ont été dirigés vers un gymnase et des hôtels.

Après plus d’un mois à camper dans le square Jules Ferry, dans le centre de Paris, quelque 70 jeunes migrants qui affirment être mineurs ont été évacués mardi 4 août.
L’évacuation, qui s’est déroulée dans le calme, s’est terminée vers 8h30. Masques sur le visage, les jeunes ont été accompagnés dans des bus par des agents de la préfecture d’Ile-de-France et de la mairie de Paris, sous le regard de quelques policiers en retrait. Un arrêté d’évacuation avait été affiché par la police dimanche soir dans le campement.
Quarante-huit jeunes ont été conduits vers le gymnase Japy, dans le XIe arrondissement. Trente autres, plus vulnérables en raison de pathologies médicales – dont sept jeunes filles – ont été logés en hôtels sociaux.
Evalués majeurs par plusieurs départements, les jeunes hommes présents sur le campement sont actuellement dans l’attente du recours qu’ils ont déposé contre cette évaluation. En attendant, aucun dispositif d’hébergement n’est prévu pour eux. Read More

Italie: dernières infos à propos de l’opération répressive Bialystok

Le 12 juin 2020 a eu lieu une énième opération répressive anti-anarchiste menée par l’Etat italien, cette fois-ci appelée Opération « Bialystok » et orchestrée par le proc’ Michele Prestipino du Parquet de Rome. Cinq personnes ont été arrêtées et transférées en prison, trois sur le territoire italien et deux à l’étranger (France et Espagne), tandis que deux autres ont été assignées à résidence ; plusieurs habitations ont été perquisitionnées dont un espace anarchiste occupé à Rome, et du papier et du matériel informatique ont été saisis. Lors de l’audience de réexamen pour les personnes se trouvant sur le territoire italien, les inculpations ont été confirmées, sauf pour Paska qui a été libéré de son assignation à résidence. Read More

Grenoble: incendie du Squat Solidaire

DAL 38 dénonce une mise à l’abri “à la va-vite” par la ville.

Suite à l’incendie hier, dimanche 2 août, du Squat Solidaire, 12 rue des Trembles à Grenoble, les habitants on été mis à l’abri par la ville ” à la va-vite “ , pour le week-end au Gymnase grenoblois de la Houille Blanche. Ce matin ils se trouvent sans aucune information quant à la suite, et craignent d’être remis à la rue. Pas de blessés mais de nombreuses pertes matérielles pour les dizaines d’habitants qui vivaient là vaille que vaille. La mise à l’abri dans ce gymnase est temporaire, jusqu’à aujourd’hui. Et après ?
Rendons-nous nombreux sur place, au Gymnase de la Houille Blanche (quartier mistral) pour les soutenir et dire NON aux expulsions ! Read More

Berlin: manifestation réussie malgré les violences policières

Communiqué de presse de l’Interkiezionale
Berlin, le 3 août 2020

Le samedi 1er août, une manifestation furieuse et puissante a eu lieu avec le slogan « Sortez de la défensive ». La manifestation était dirigée contre les expulsions annoncées de projets de gauche, tels que Syndikat, Meuterie, Potse et Liebig34 . Elle voulait également envoyer un signal contre le glissement vers la droite et l’État de plus en plus autoritaire [1]. La manifestation de 3 000 personnes (comptage de 20:18) a été attaquée et dispersée par la police après un quart du parcours. Plus tard, une manifestation spontanée a traversé Prenzlauer Berg, montrant que la police ne pouvait pas arrêter les protestations.

Le collectif anti-autoritaire Interkiezionale regroupant les projets menacés et leurs sympathisant-es considère la manifestation comme un succès. Fidèle au slogan « Sortez de la défensive », la participation active de nombreux militant-es a permis de donner à la manifestation une expression de résistance et de ne pas laisser les attaques policières envahir la rue. Au lieu de cela, la manifestation a attiré l’attention sur les lieux de répression et a fait descendre dans les rues leur colère contre la violence structurelle quotidienne de la police et de l’Etat. Des lieux tels que l’agence pour l’emploi, le bureau du SPD ou le nouveau bâtiment de luxe de la Flughafenstraße ont été pris pour cible. Read More

Cape Town (Afrique du Sud): jours de résistance aux expulsions à Kraaifontein

Depuis le 20 juillet 2020, plusieurs bâtiments d’habitation, pour la plupart auto-construits par leurs habitant⋅e⋅s, ont été démolis par les autorités sud-africaines, à Kraaifontein, en banlieue de Cape Town.

Des manifs, des émeutes et des rassemblements ont lieu régulièrement depuis près de deux semaines pour protester contre ces expulsions. Le dimanche 26 juillet, des affrontements ont eu lieu entre des habitant⋅e⋅s et les forces de l’ordre. Les flics ont été caillassés, des véhicules ont été incendiés (dont au moins un véhicule de la police). Des pneus ont été brûlés en différents endroits de la ville pour bloquer les routes principales R300 et Tygerberg Raceway. Les flics ont fait usage de flashballs et de grenades assourdissantes pour disperser les émeutier⋅e⋅s, au nombre d’au moins un millier selon la presse sud-africaine. Read More

Saint-Etienne: arrestation de Carla, recherchée dans le cadre de l’opération Scintilla

Carla, introuvable depuis le déclenchement de l’opération Scintilla et l’expulsion de l’Asilo Occupato du 7 février 2019 [à Turin] a malheureusement été arrêtée. Elle était recherchée dans cette affaire et un mandat d’arrêt européen avait été émis à son encontre.

Près de Saint-Etienne, dimanche 26 juillet vers 19h, dans la rue, une dizaine de policiers armés de la BRI (Brigade de Recherche et d’Intervention) et de la DGSI (Direction Générale de la Sécurité Intérieure) surgissent de tous les côtés, arrêtent Carla et braquent les autres personnes présentes avec des fusils d’assaut. Menottée au sol, elle est ensuite embarquée dans une des voitures pour être emmenée au commissariat de Saint-Etienne où arrivera la SDAT (Sous-Direction Anti-Terroriste) de Paris quelques heures plus tard. Le reste des personnes n’a pas été contrôlé. Read More