Toulouse: Roland expulsé de sa maison par des squatteurs ? Histoire d’une fake news à la française

Une pièce en 10 actes présentée par le Comité Marcel Langer – Vigilance Antifasciste

Début février à Toulouse (du 7 au 14 février 2021), la Dépêche, la mairie de Toulouse, des groupes et individus notoires de l’extrême droite radicale ont construit une fake news dans le but de manipuler des toulousain.e.s et de s’en servir pour atteindre leurs objectifs politiques.

Agressions, mensonges médiatiques, manipulation par l’extrême droite et le pouvoir local, haine anti-pauvres : tous les ingrédients d’une bonne fake news sont réunis ! Plus grave esncore, les conséquences de cette histoire de manipulation s’orientent vers des activités miliciennes et fascisantes : les anti-squatteurs ont émis des menaces contre un local associatif (qui réunit une bibliothèque féministe, un local syndical, un lieu d’entraide, de rencontre et de solidarité populaire), d’autres squats d’habitation précaires, et aussi des réseaux citoyens de gauche, et des personnes nominativement ciblées pour leur engagement dans les luttes sociales.

Les néo-fascistes n’ont certes plus de parti de masse, mais ils savent parfaitement utiliser les médias de masse pour diffuser leurs intox et leur haine dans la population. Read More

Bruxelles: récupération politique avec la convention d’occupation du squat rue de Koninck

Le groupe qui squattait depuis mars 2020 une ancienne imprimerie au 44 rue Honoré Longtin à Jette était menacé suite à l’ordonnance d’expulsion d’octobre dernier. Depuis décembre, une campagne d’occupation a permis d’ouvrir plusieurs squats (L’Hospitalière à Saint-Gilles, le bâtiment de Citydev, la Belle au Bois Dormant et le Garage Opel à Molenbeek ) et de reloger les habitant.es du squat de Jette dans ces nouveaux squats.

Communiqué de la Campagne de Réquisition Solidaire du 25 février 2021:

Une réquisition médiatique, politique et associative de notre action !!
Incroyable communiqué mensonger de la commune de Jette (et repris dans plusieurs médias) !

Alors que pendant de longs mois, les pouvoirs publics ont été incapables de trouver une réponse à la situation et n’ont rien fait, ils se félicitent aujourd’hui d’avoir trouvé une solution « définitive » (faux : la convention est signée pour un an) et se réapproprient la réponse solidaire et auto-organisée de notre Campagne : la réquisition d’un bâtiment public vide. Read More

Toulouse: l’histoire de gens qui cherchent une maison

C’est l’histoire de personnes qui n’ont pas de maison. Elles en trouvent une, vide depuis au moins deux ans. La maison est belle et grande. Alors elles emménagent histoire d’en avoir une, de maison. Des maisons vides, il y en a plein. Des gens sans maison, tout autant. Alors autant en profiter !

C’est aussi l’histoire de Roland. Propriétaire. Il est à l’aise dans la vie parce que le brave Roland ne vit pas dans sa maison, il se paye en plus un appart. Un jour, Roland apprend que SA Propriété, SON « Chez lui » (où il ne vit pas) est occupé par des gens. Roland voit rouge car la propriété privée, c’est sacré. Il traine les gens en justice et apprend qu’il doit attendre quelques mois avant de récupérer sa maison, trêve hivernale oblige. Mais Roland ne veut pas attendre. Il contacte ses anciens collègues de la dépêche et nous raconte une histoire à faire pleurer dans les chaumières. Roland n’a plus accès à ses chaussettes, il vit quasiment à la rue. Les squatteurs l’empêchent de rejoindre sa chère et tendre en ehpad car la vente de sa maison en serait bloquée… Une version de la réalité qui ne parle pas de l’absurdité de posséder des résidences secondaires quand d’autres sont à la rue. En tous cas, les dés sont jetés, tous les opportunistes peuvent entrer en scène. Read More

Toulouse: Roland, les squatteurs et les médias

L’emballement des médias autour du squat d’une des propriétés de monsieur Roland commence il y a 10 jours. La Dépêche du Midi raconte que Roland venait « une fois par semaine » dans cette propriété depuis plusieurs mois, pour se « reposer et entretenir la maison ». En septembre l’aide-ménagère (ou l’agence censée vendre la maison selon l’une ou l’autre des deux versions relatées dans les médias) remarque que des précaires s’y sont installés. Le propriétaire lance une procédure d’expulsion. Quelques semaines plus tard, le 23 octobre le jugement tombe : l’expulsion aura lieu à la fin de la trêve hivernale. Mais le lundi 1er février, l’annonce de la prolongation de la trêve hivernale par la ministre du logement pousse Roland et sa famille à médiatiser l’affaire et à agiter les réseaux sociaux afin d’obtenir une expulsion hors cadre légal. En effet, Roland veut vendre sa maison, et doit attendre deux mois de plus. Il ne le supporte pas. L’affaire est rapidement reprise par l’extrême droite locale et les réactionnaires de tous bords qui n’ont pas hésité à semer la confusion en reprenant une version fallacieuse et à attirer une compassion nationale sur une version tronquée de l’histoire. Le relais médiatique de Roland s’organise, et dès le mardi, plusieurs rassemblements de soutien se succèdent jusqu’à ce que les occupants décident de quitter les lieux jeudi soir. Read More

Toulouse: variation de mise sous pression

En septembre, une maison inhabitée du quartier des Minimes à Toulouse est squattée et suite à la procédure judiciaire, les occupant.es bénéficient de la trêve hivernale (récemment prolongée du 31mars au 1er juin dans le cadre de la crise sanitaire). Ces deux seuls mois de prolongation déclenchent une réactualisation de la vague médiatique et politique anti-squat de ces derniers mois.

Le 7 février, le journal La Dépêche, publie un article misérabiliste sur la « soit-disante » situation de Roland, ancien salarié de ce même journal… L’affaire envahit les réseaux sociaux et médias dans les jours qui suivent, entraînant la massive présence des journalistes, toujours là pour défendre proprios, possédants et autres dominants. Read More

Toulouse: à propos du squat route de Fronton et de l’affaire «Roland», solidarité de classe contre toutes les expulsions !

Depuis deux jours, La Dépêche, puis RTL, France 3, etc. nous racontent la même histoire à faire pleurer dans les chaumières: Roland, 88 ans, «expulsé de sa maison» de Toulouse par de méchants squatteurs.

Sauf que ces médias ne disent pas la vérité: le propriétaire n’y habite pas depuis longtemps et, quand les squatteurs y sont entrés, la maison était délaissée. Si sa maison a été occupée par des squatteurs, c’est bien parce qu’elle était vide depuis des années! Read More

France: « Mauvaise foi », petite histoire d’un article anti-squat, août-octobre 2020

Vidéo réalisée par des squatteureuses amiénois·es, à propos de la loi ASAP:

Read More

Théoule-sur-Mer (06): nouveau fait-divers permettant la confluence des droites

Toujours plus d’ordre, être intraitable avec les « indésirables »… ces mots polis de l’information couvent des représentations souvent racistes, masquées par des débats aseptisés (ici : la violation du droit de propriété et ses conséquences).

On le sait : depuis quelques temps, la thématique sécuritaire est revenue en force dans le débat public. La société serait plus violente, les chiffres seraient sans appel, ce serait même un « ensauvagement » général auquel on ferait face.

Dans un pays à feu et à sang, il faudrait de l’Ordre : il en va de notre cohésion nationale. Cet été encore, l’on a vu des chauffeurs de bus se faire agresser, des interpellations violentes, des policiers conspués : « tout laisse à penser que l’on court à la catastrophe » explique-t-on sur certains plateaux, et dans certaines salles de rédaction. Read More

Montpellier: appel des résidents du CSA Bonnard après une descente de police

Mercredi 19 juin, dans le cadre d’une gigantesque opération, des dizaines de gendarmes et policiers surarmés sont entrés dans le centre social autogéré du 14 rue Bonnard où vivent 160 personnes dont plus de 40 enfants, tous scolarisés (pour les plus de 3 ans).
Nous, habitantes et habitants de ce lieu, souhaitons réagir à cette opération et au traitement médiatique qui en a été fait, car cela a constitué un véritable traumatisme : nous avons été mis en joue et traités comme de dangereux délinquants. La police est venue en cherchant des criminels, elle a trouvé beaucoup de jeunes enfants paniqués par ce déploiement digne d’une opération de guerre. Les enfants en pleurs ont tenté de se cacher derrière les portes. Après plusieurs jours ils ont toujours des difficultés à dormir, ils vivent dans la crainte d’une nouvelle intervention et certains se précipitent sous les lits lorsqu’ils entendent la sirène des pompiers.
Au terme d’une journée d’angoisse, il s’est avéré qu’un habitant suspecté de participation à des délits a été arrêté. Deux autres personnes, ont été arrêtés (puis relâchées) sans être accusés d’activités délictueuses. Il s’agit de pères de famille, en attente de régularisation.
Nous déclarons que nous sommes évidemment d’accord pour que la police lutte contre les trafics. En revanche nous déplorons ce déploiement de force terrifiant et disproportionné. Nous regrettons également le traitement médiatique associé qui a globalement consisté à pointer indistinctement du doigt la communauté albanaise, de plus en plus souvent présentée comme une immense mafia. Read More

Lettre de Blanche Gardin à Emmanuel Macron

Publiée le mercredi 3 avril 2019 sur Facebook, citée partiellement par de nombreux médias (par exemple, Le Monde), nous rendons disponible en intégralité la lettre de Blanche Gardin au président de la République française dans laquelle elle explique les raisons de son refus d’être décorée de l’ordre des Arts et des Lettres. Pour celles et ceux qui n’utilisent pas Facebook, et qui ont bien raison: Read More

Tags: ,

Notre-Dame-des-Landes: la « reconquête » de la ZAD par la légalisation

NDDL, la reconquête (2018, Thibault Férié feat. le CMDO, le POMPS, N. Klein, S. Lecornu)

Suite au chapitre « ZAD » du road-movie Messa Guerrillera [2017, Florent Tillon feat. Parti Imaginaire], j’ai encore la honte -d’autrui- de vous présenter maintenant « Notre-Dame-des-Landes, la reconquête », un documentaire qui pourrait bien s’appeler « Behind the scenes: Légalisation de la ZAD », et qui a fait parler avant sa sortie – grâce à la meilleure décision des institutions, ne pas financer une merde pareille avec des acteurs aussi nuls et malhonnêtes avant que l’histoire soit finie. Read More

Grenoble: à propos de nuisances sonores et de l’annulation de la soirée de l’Engrenage le 15 décembre au 38

Bataille du trône des Verts : spin-off
#Leslieuxfermentetlavilledevientdeplusenpluschiante

Nous ne sommes pas sans savoir que le 38-Centre Social Tchoukar est accusé d’un certain nombre de nuisances sonores et autres troubles.

Plusieurs fois ces derniers temps nous avons été contactés par divers médias pour parler de ce que l’on peut appeler des soucis de voisinages. Toujours nous avons répondu. Avec sincérité, la ligne défendue était de re-situer le contexte. Read More

Paris: perturbation du colloque du grand pari des expulseurs

Mardi 4 décembre, l’Écharde était assignée à feu le tribunal d’instance de Montreuil par l’Etablissement Public Foncier d’Ile-de-France (Epfif) dans une procédure d’expulsion. Le rendu aura lieu le 4 janvier 2019.
Ce même 4 décembre, l’Epfif organisait chez les journaleux du Monde, une petite sauterie pour décerner des prix aux maires bêtonneurs. Read More

Dijon: quand la préfecture passe en force. Retour sur l’expulsion du 41 av. de Stalingrad et décryptage d’une rhétorique

« Le droit n’est que la continuation de la politique par d’autres moyens. »
Mumia Abu Jamal

# RETOUR SUR LES ÉVÉNEMENTS

À Dijon, depuis 2011, plusieurs squats abritant des groupes d’exilé·es se sont succédé. Procédures après procédures, les expulsions se sont enchainées elles aussi. Le 11 juillet dernier, le XXL, ancien hôtel squatté offrant un toit à plus de 80 personnes depuis deux ans est expulsé. Des échanges avec les propriétaires en vue de l’achat du bâtiment par des soutiens associatifs étaient pourtant en cours. Peu importe. L’armada policière se déploie au petit matin. Le dispositif mis en place est renforcé, pour la première fois, par la présence de la police aux frontières qui fera sa sale besogne : trier, ficher et enfermer. Read More

Saint-Jean-du-Gard (30) : La Borie est expulsable (presse mainstream, mais pas que)

Pour mémoire, La Borie est un lieu rural occupé depuis près de trente ans, à la suite des luttes anti-barrages de la toute fin des années 1980. Pareil, les projets ont été abandonnés à l’époque, mais les occupations, de leur plein gré ou autrement, n’ont pas survécu à la logique de propriété et à la hargne aussi des notables locaux qui avaient vu passer sous leur nez leur rêve d’aménagements et de loisirs commerciaux. Read More