Nantes: du « déménagement » de Bréa à la libération des enfermés

Récit de jeudi 4 octobre 2018 au samedi 6, reprenant les éléments suivants :

– « déménagement » expulsion et rafle à l’ex-Ehpad Bréa, occupée suite à l’expulsion de l’université (Censive et Château du Tertre) puis devenue « centre d’hébergement » géré par France Horizon courant mars : https://nantes.indymedia.org/articles/42894

– manifestation de soutien aux exilé.e.s en réaction : https://nantes.indymedia.org/articles/42919

– enfarinage de Johanna Rolland, en réaction : https://nantes.indymedia.org/articles/42921

– libération des 4 camarades sans papiers enfermés au CRA (centre de rétention administrative) de Rennes Read More

Nantes: chantier et festival aux Ronces!

Dimanche prochain, 23 septembre, à partir de 14h: on prépare le jardin pour les saisons froides! Au programme, chantier paillage et semis d’engrais verts. En fin d’aprem’, on allume le four à pain pour une petite soirée pizza! Read More

Paris: rassemblement contre la loi ELAN, mercredi 19 septembre devant le Sénat

Dans son ELAN, la République (en) marche sur la gueule des pauvres

Le projet de loi ELAN (Évolution du logement et aménagement numérique) vise à réformer le droit immobilier. Il a été présenté au Conseil des ministres en avril 2018, discuté à l’Assemblée nationale et au Sénat depuis.

Il présente plusieurs mesures anti-pauvres, dont une est particulièrement horrible: l’article 58 ter.

Cet amendement a été ajouté par la droite LR (Les Républicains), il est spécifiquement anti-squat et vise, en termes juridiques, à mettre au même niveau l’occupation de logements vides (laissés à l’abandon depuis plusieurs mois, parfois depuis des années) et la violation de domicile (c’est-à-dire l’introduction dans un logement où des personnes habitent), celle-ci étant réprimée aujourd’hui par une expulsion immédiate sans jugement et une condamnation allant jusqu’à un an de prison et 15 000 euros d’amende. Read More

Nantes: occupation en soutien aux exilé.es… et expulsion

Nous avons décidé d’occuper un lieu, la maison de quartier Champ de Mars Madeleine, 22 rue Émile Péhant, pour protester contre les politiques hypocrites.

La préfecture a dit dans la presse que la mairie n’aurait pas dû expulser si vite le lycée Leloup, nous comptons donc sur elle pour ne pas envoyer ses chiens de garde. La mairie, elle, trouve que la préfète n’aurait pas dû expulser Daviais et que cette situation dramatique « prend aux tripes ». Nous donnons là l’occasion à Nicole et Jojo de montrer leur solidarité ! Read More

Nantes: expulsion du square Daviais

Ce matin vers 8h, la préfecture a envoyé une 20aine de fourgons de CRS pour évacuer du square Daviais les quelques 400 exilé.e.s qui y vivaient depuis près d’un mois pour certain.e.s, certes dans des conditions déplorables.

Cette expulsion était attendue puisque le tribunal administratif l’avait autorisée depuis la semaine dernière, la préfecture l’ayant saisi pour « risques sanitaires ». Certains exilé.e.s ont d’ailleurs, suite à cela, cherché à s’installer à d’autres endroits sans attendre l’expulsion, ainsi l’occupation d’un lycée désaffecté a avorté notamment à cause de l’omniprésence policière… (voir Presse-Océan). Read More

Nantes: fête du Jardin des Ronces, les 9-10 juin 2018

Fête du Jardin des Ronces, 5e édition ! Face au projet urbain des Gohards, cultivons la résistance ! Plus de 4 ans déjà que le collectif du Jardin des Ronces redonne vie à cette ancienne parcelle maraîchère. Un espace précieux de rencontres, d’expérimentations, de liberté, qui devient incontournable dans le quartier !

Les activités sur place ne cessent de se diversifier ! Au détour des bosquets de ronces se glissent potagers collectif et individuels, ruches, verger, four à pain, poulailler… que découvrent de nombreux promeneurs en balade mais aussi écoliers en visite scolaire !

Nous continuons plus que jamais à défendre ce lieu plein de magie face au méga-projet urbain des Gohards de Nantes Métropole. Nous refusons toujours la transformation à venir de ce quartier atypique en un simple morceau de Métropole. La fête du jardin édition 2018 sera non seulement l’occasion de vous retrouver pour profiter ensemble d’un riche programme festif, mais aussi de montrer le large écho de notre lutte ! Read More

Notre-Dame-des-Landes: ACAB


Photo prise pendant la manif du 26 mai 2018 à Nantes.

Nantes: des pelleteuses qui s’enflamment

Dans la nuit de dimanche (15) à lundi (16 avril), deux pelleteuses ont essayé de mettre fin à leurs jours, voici leur communiqué : Read More

Notre-Dame-des-Landes : Appel à rejoindre la Zad en cas d’expulsion

Nous nous engageons contre toute expulsion

Depuis plusieurs semaines, nous sommes sous la menace d’expulsions, devenues imminentes à l’approche de la fin de la trève hivernale.

Ces expulsions pourraient donc avoir lieu à partir de début avril et pendant les semaines qui suivent. Même si elles sont présentées comme « partielles », nous sommes et restons tout·te·s déterminé·e·s et uni·e·s, quelles que soient nos divergences sur d’autres points, pour empêcher leur exécution.

Pour cela, nous nous engageons et appelons à :
- défendre la ZAD, ce qui s’est construit et vécu ici, tous ses habitats et tou.te.s ses habitant·e·s ;
- rejoindre le rassemblement annoncé à 18h à Nantes devant la préfecture le jour où ces menaces se concrétisent ;
- reconstruire tout habitat détruit ;
- réagir par les moyens nécessaires (blocages, rassemblements, actions décentralisées, etc.)

Différents chantiers se dérouleront autour de cette période là. Pour plus d’infos voir le site https://zad.nadir.org et écouter Radio Klaxon sur place sur 107.7 ou sur https://radioklaxon.antirep.net/.

Nous appelons donc toutes les personnes solidaires de la lutte contre l’aéroport et son monde et pour un avenir commun dans le bocage à venir nous rejoindre et/ou à nous soutenir par tous les moyens qui leur semblent appropriés.

L’ensemble des lieux et des occupant·e·s de la Zad.

[Publié le 30 mars 2018 sur zad.nadir.org]

Nantes: ouverture d’un squat rue Maurice Sibille. Appel des occupations avec les exilé.e.s

Suite aux expulsions de Censive et du Château du Tertre hier matin, plus de 150 personnes se retrouvent, de nouveau, à la rue. Nouvelle Occupation: 9 rue Maurice Sibille. Déménagement des affaires, aménagement, organisation, n’hésitez pas à venir filer un coup de main ! Restons solidaires, sans vous nous sommes sans toit !

Occupation de l’ancien Ephad de Briat

Ce matin l’ancien EPHAD, 9 rue Maurice Sibille, bâtiment vide de 6 étages, a été investit par les exilé.e.s et leurs soutiens. Vers 12h les flics sont arrivés, ils ont repoussés les soutiens groupés autour du bâtiment, visant les personnes aux fenêtres avec leurs LBD (flashballs). Ils ont essayés de forcer les portes sans y parvenir, allant jusqu’à gazer par une ouverture. Des élus et syndicats étaient présents en soutien aux exilé.e.s à la rue. Après quelques heures de tension, les forces du désordre sont reparties, laissant place à une explosion de joie ! Tou.te.s ont pu visiter et investir ce nouveau bâtiment immense dans un bonheur euphorique. Le lieu est en effet en bon état avec eau et électricité et tout à fait approprié à l’habitation avec de nombreuses chambres, cuisines individuelles et sanitaires, de grands espaces collectifs, une cuisine professionnelle etc… Read More

Nantes: Expulsion des occupations à la Fac et remerciements chalereux aux expulseurs

L’alerte a été lancée vers 7h ce mercredi 7 mars: la police est intervenue pour expulser les personnes qui dormaient à la Fac de la Censive et au Château du Tertre. Une cinquantaine de personnes à la Fac de la Censive et une soixantaine au Château se retrouvent donc violemment à la rue, en plein trêve hivernale.
L’expulsion a été très rapide. Une personne est montée sur le toit du Château en protextation, à 10h elle y était toujours. Rapidement après l’alerte les soutiens se sont massés, désormais sur le parking entre le Château et l’école Audencia. Besoin de soutien, de chaleur, de boissons chaudes et de quoi manger sur le pouce aussi.
Les affaires sont déménagée par l’agence Demeco et pourraient être récupérées dans l’après-midi. Un bruit a courru que les matelas seraient jetés à la déchetterie, l’agence ne souhaite pas communiquer sur le sujet mais dément l’info : à suivre de près.
Les policiers entreprennent de barricader le Château de l’intérieur pour éviter toute nouvelle occupation.
L’occupation avait commencé le 22 novembre, suite à l’expulsion violente de l’ancienne Ecole des Beaux-Arts, qui a été murée dans la foulée (mais toujours chauffée!). Read More

Nantes: Opération maisons vides

Paul Fattal (représentant du président de l’Université de Nantes), après avoir refusé une rencontre avec le Collectif Sans Papiers de Nantes, s’être rétracté pour une rencontre avec les associations et collectifs et avoir affirmé qu’il était trop tard pour rencontrer les habitant.e.s de Censive et du Château, a accepté de recevoir l’intersyndicale le vendredi 2 mars.

Évidemment, cette rencontre ne pouvait se faire sans nous : nous nous sommes donc invité.e.s. devant les bureaux de la présidence… qui aura gardé ses portes fermées. Ainsi, face au manque d’hospitalité, il a fallu se contenter d’une occupation des trottoirs. Mais nous le rappelons une fois de plus : les trottoirs ne sont pas des dortoirs, et ne doivent pas le devenir.

L’information nous a été confirmée dissipant les doutes et les incertitudes : le dossier « Faculté occupée » est entre les mains de la préfète, Nicole Klein, depuis le 15 février. Les destins passent d’une institution à une autre. De l’Université à la Pref’, on déshumanise les individus derrière les portes des occupations et on se prépare à anéantir le calme et la relative sérénité qui depuis trois mois ont permis à des personnes de souffler. Trois mois qui ne sont, en fait, qu’une seconde à l’échelle d’un long et rude parcours. Désormais, tout cela s’effondre pour laisser place à un climat d’insécurité permanent. Read More

Nantes: Unissons-nous pour repousser l’expulsion !

28 Février 2018 : Unissons-nous pour repousser l’expulsion !

Tandis que le flou règne, il est sans doute temps d’éclaircir la situation sur le futur des occupations de l’Université de Nantes, où habitent depuis fin novembre plus d’une centaine d’exilé·e·s. Alors même que beaucoup de personnes croient que le statut quo tient toujours et que la trêve hivernale protège les habitant·e·s, il s’agit donc ici d’expliciter les menaces qui pèse sur ces lieux de vie.

Il nous faut d’abord rappeler la décision du Tribunal administratif de Nantes du 05 décembre 2017 qui a accordé à la Présidence de l’Université de Nantes un permis d’expulser, c’est à dire de faire appel à la Préfecture -lorsque bon leur semble- pour intervenir sur la fac, la trêve hivernal étant donc rendu inopérante. Read More

Nantes: Communiqué des étudiant.e.s en lutte, soutiens des exilé.e.s

Nous, étudiant.e.s et personnes solidaires des exilé.e.s, réaffirmons notre soutien inconditionnel à l’ensemble des exilé.e.s qui vivent dans le château du Tertre et une aile du bâtiment Censive.
Parlons de faits. Depuis novembre dernier, les occupations n’ont pas entravé la tenue des cours. Si ces derniers ont pu être perturbés, c’est en lien avec les récentes mobilisations alertant sur le projet de réforme de l’université. Réunir ces combats via leurs potentiels désagréments auprès de la communauté étudiante est calculateur : la présidence vise clairement à criminaliser l’ensemble des actions de mobilisation.
Parlons de fond. Ces deux luttes convergent et entretiennent des liens. Nous avons tous.tes vocation à participer (de gré ou de force) à une sélection, à partir du moment où nous consentons à être mis.e.s en concurrence. Cette gestion du flux des étudiants résonne en écho avec la maîtrise des flux migratoires. Read More

Nantes: un toit pour tou.te.s ! Retour sur la manifestation du 20 janvier

Un samedi de janvier pluvieux à Nantes. Les flâneur.e.s habituel.le.s de la fin de semaine semblent avoir déserté les rues. A leur place des casques, des armures et des armes, accompagnent les cris des sirènes et le bleu des gyrophares. Deux appels à manifester, qui ont largement circulé dans les réseaux, proposent la folle entreprise d’entamer une manifestation sur la place Royale.

Outrecuidance extrême alors que cette place de la ville est généralement interdite d’accès. Le premier appel émane d’une soixantaine d’associations réunies pour négocier avec les pouvoirs publics des places d’hébergement d’urgence tandis que le second vient de l’université actuellement occupée depuis deux mois pour mettre à l’abri des mineur-e-s en exil à la rue et lutter contre la violence des frontières. Apparemment une manifestation unitaire réunissant des syndicats, des associations, des collectifs de personnes concernées et des groupes libertaires. Apparemment ! Read More