France: Liste des logements vacants chez les bailleurs sociaux (2020)

Beaucoup d’entre nous ont déjà squatté des logements sociaux. Ça parait logique : ces bailleurs — comme la plupart des bailleurs — laissent de très nombreux logements vides. Pour ne pas avoir à mettre le logement aux normes; pour faire de la spéculation immobilière en vidant des tours pour détruire et vendre; ou encore pour faire pression sur les locataires en maintenant les prix hauts avec pour excuse le « manque de places »…

Devant ce foutage de gueule évident, nous prenons un malin plaisir en proposant en accès libre une très grande liste de logements sociaux officiellement vacants. Read More

Nantes: un calme lourd et pesant règne à la Maison du Peuple

C’est le cœur lourd que nous nous réveillons ce lundi matin après le départ de nos camarades du Carnet. Leur présence ces derniers jours dans nos murs fut merveilleuse et enrichissante. Nous leurs souhaitons le meilleur pour la suite de leurs aventures et les remercions pour ce moment d’échange et de fraternité. Ils vont beaucoup nous manquer.

Mais c’est aussi sous une pression pesante que nous nous sommes réveillés. La présence de nos camarades n’a pas fait que des heureux, notamment auprès des autorités qui nous ont mis une pression inouïe avec des contrôles quasi permanent autour de la Maison du Peuple ce week-end. Mais ça ne s’arrête pas là. Aujourd’hui, des rumeurs d’expulsion de la Maison rodent dans la ville. Read More

Nantes: la maison du peuple est debout !

Après la semaine de tension, la menace d’expulsion plane toujours sur son toit. La garde n’est pas baissée. Nous nous attendons à un réveil musclé. Malgré tout, la vie suit son cours. Nous accueillons encore de nouveaux résidents et les projets ne manquent pas. Venez nous rejoindre! Il y a de la place pour les camardes pour quelques nuits.

La journée de mardi 2 février a été une épreuve pour tout le monde (avec l’expulsion du squat de l’Orangerie). La police était attendue. Au pied levé, dès 6h du matin, les soutiens ont afflué à la Maison du Peuple. Collectifs, associations et militants sont venus prêter main forte. Grâce à cet élan de solidarité, nous avons pu relancer notre demande de discussions pour la négociation d’un bail précaire. (…) Nous gardons espoir.
Aujourd’hui, la vie continue. De nouveaux sans-abris viennent frapper au portail. La Maison poursuit son œuvre de soutien aux plus démuni-es. Les collectifs et associations se réunissent. Cet après-midi encore, comme chaque Dimanche, les ateliers de La BASE Nantes sont ouverts à tous. Débat autour d’un documentaire sur la fabrique de la propagande et de la manipulation, atelier de création d’affiches et de banderoles, espace jeu pour les enfants…
Dès demain, vous pouvez nous rejoindre. Les projets ne manquent pas. Les portes sont grandes ouvertes, des places restent disponibles. Venez toquer pour discuter autour d’un café : il y a du pain sur table et sur la planche… Read More

Nantes: expulsion d’un squat boulevard Eugène Orieux, témoignage et observations

Ce lundi 25 janvier 2021 dans la soirée, une expulsion, suivie de l’interpellation des deux personnes présentes dans la maison, s’est déroulée boulevard Eugène Orieux à Nantes. Nous jugeons utile de partager largement cet événement étant donné ses circonstances, le contexte dans lequel elle a eu lieu et les pistes de réflexion que l’on peut en retirer.

La maison squattée (réquisitionnée), vouée à la vente à un promoteur immobilier, devait être démolie pour laisser place à un immeuble d’habitation. Elle est inoccupée depuis au moins trois ans, alors que la vente au promoteur n’a toujours pas été réalisée. La maison est en parfait état avec de l’électricité, le chauffage en position antigel, les fenêtres fermées, aucune infiltration d’humidité. Bref, aucune raison de déclarer l’habitation comme impropre au logement. Read More

Nantes: expulsion d’un squat impasse Saint-Amour

Nouvelle expulsion illégale d’un squat mi-janvier sur Nantes. Maison appartenant à l’association « les Petits Frères des Pauvres », dans ce contexte d’application de la loi ASAP…

Le 21 janvier dernier, un groupe d’ami.e.s SDF décident de montrer le bout de leur nez à une fenêtre de la maison qu’iels occupent depuis plusieurs jours et commencent des allers et venues. Des ami.e.s passent aussi les voir. La maison en question est leur domicile principal, iels y reçoivent du courrier, y commandent de la nourriture et bien sûr y vivent en toute discrétion. N’ayant pas réussi à connaître le nom du nouveau propriétaire, iels n’ont pas encore pu le prévenir, expliquer leur situation, gérer avec lui le rétablissement de l’électricité etc. Il fait froid et il pleut, dormir dehors ou dans son véhicule devient difficile et dangereux, iels espèrent au moins pouvoir s’installer et se chauffer pour l’hiver. Le bâtiment est une maison d’une petite 100aine de m² avec un jardin accessible, dans le secteur de pont du Cens (3 impasse Saint-Amour, Orvault). La boîte aux lettres déborde et des personnes habitant le quartier avaient confirmé que l’habitation était inoccupée depuis plusieurs années déjà. L’ancienne propriétaire étant décedée en 2018. Cherchant un abris, les ami.e.s avaient discrètement fait le tour de la maison, constaté par la grande baie vitrée qu’elle était bien vide et s’y sont finalement introduit par une fenêtre mal fermée. Pendant plusieurs jours iels ont du y vivre dans le froid et l’obscurité mais une petite semaine à tenir dans ces conditions ça vaut le coup si ensuite on obtient un abris pour quelques mois, et puis au moins on peut vivre ensemble. Read More

Nantes: récit d’une expulsion par Nantes Metropôle

Récit d’une expulsion par Nantes Metropôle et ses flics de plusieurs personnes de leur nouveau domicile, de surcroit en pleine période de pandémie et de confinement, qui plus est illégale.

Nous sommes plusieurs personnes précaires et sans logement, une situation encore plus compliquée en période de confinement. C’est pourquoi nous avons choisi d’occuper une maison laissée vide par la mairie de Nantes située au 24 rue de Port la Blanche, commune de Nantes, pas loin de la maison d’arrêt de Carquefou. Selon l’intervenent.e de la mairie, venu.e nous parler, cette maison n’était vidée de ses ancien.ne.s colocataires que depuis un mois et demi et la ville avait alors un projet de revente en cours (elle aurait acheté la propriété que très récemment).

Malgré que la maison était sous surveillance électronique, nous sommes parvenu.e.s à y entrer sans déclencher le système d’alarme installé par Sécuri-tess. Nous sommes resté.e.s dans une des pièces à l’étage dépourvu de système de sécurité et avons évité de circuler dans le reste de la maison. Nous sommes donc resté.e.s dormir dans cette pièce, l’avons meublée et organisé le ravitaillement par la fenêtre. Read More

Nantes: les pratiques mafieuses d’AJP immobilier

Ce texte raconte comment une milice, selon toute vraisemblance formée par des responsables d’AJP immobilier, est intervenue pour tabasser des gens qui nuisaient aux intéreêts d’AJP immobilier.

Entre les gros propriétaires immobiliers et les personnes sans logements, les relations ne sont pas toujours cordiales. D’un côté, il y a des personnes et des sociétés qui accumulent les logements pour en tirer du profits, de l’autre des personnes qui cherchent à se loger pour survivre.
Entre l’augmentation des prix, l’augmentation de la population, le détournement de centaines de logements pour servir de résidence occasionnelles en mode airbnb et le fait que des propriétaires laissent leurs maisons à l’abandon, c’est de plus en plus difficile de se loger.

A la sortie du premier confinement, un groupe de personnes sans logement a squatté une maison dans le quartier du Parc de Procé à Nantes. Une maison abandonnée depuis plus de 10 ans. La maison appartient à la société Immonéo co-gérée par deux frères, Jean-Philippe et Fabrice Hamon. En 2019, Immonéo a réalisé un chiffre d’affaire de plus de 8 millions d’euros… Immonéo est domiciliée à l’agence AJP de Châteaubriant, dirigée par JP Hamon. La maison a été mise en vente par l’agence immobilière AJP Immobilier Grand Nantes dont le gérant est là aussi JP Hamon ! A vrai dire Jean-Philippe Hamon est dirigeant de plus d’une soixantaine d’entreprises. Read More

Nantes: marche de soutien aux oublié-e-s de l’état d’urgence !

Mardi 12 janvier 2021, rendez-vous :
– à 11h devant l’Orangeraie, au croisement des rue Daubenton et Babonneau
– à 12h devant la Maison du Peuple, 2 rue du Chapeau Rouge
– à 12h30 devant la mairie centrale de Nantes, 29 rue de Strasbourg
– à 13h30 devant la préfecture, place du Port Communeau

Il y a urgence ! Cela fait depuis trop longtemps que les habitant.e.s de « l’Orangeraie » vivent sans électricité et sans chauffage dans leur lieu de vie ! Là où la situation se dégrade de jour en jour, là où les nuits nantaises descendent dans les températures négatives, les pouvoirs publics doivent agir, et vite !

L’inter-collectif « Personne à la rue ! » organise mardi 12 janvier une Marche de soutien aux Oublié.e.s de l’État d’Urgence Sanitaire. Une délégation forte de plusieurs représentant.e.s de l’inter-collectif aura pour mission de porter haut les besoins élémentaires, à savoir de pouvoir dormir au chaud et en sécurité dans cet abri. Read More

Nantes: expulsion du squat Moquechien à Talensac

Sans prévenir ni concerter, la mairie, accompagnée de l’association gestionnaire pour l’état Aurore, est arrivée à 8h ce matin, lundi 21 décembre, au squat Moquechien de Talensac où vivent 120 personnes pour expulser ! Comme d’habitude les gens sont traités comme des numéros de dossier qu’on peut se permettre d’expulser et de balloter de lieu en lieu.
Aucun habitant, aucune association n’a été prévenue de cette expulsion.
On oblige les habitants à rejoindre un autre lieu, l’auberge de jeunesse de la manufacture ou la rue. La bas rien ne leur est indiqué sur le nombre de places, les conditions d’accueil, s’il y aura des horaires de sortie et d’entrée, la possibilité d’inviter ses amis, si les militant-es de l’Autre Cantine pourront visiter tous ceux avec qui des liens se sont créer depuis 1 an….
Ce lieu sera-t-il inconditionnel ? Accueillera-t-il aussi bien les demandeurs d’asile, les dublinés que les personnes en situation irrégulière ??
Le squat de Talensac va être muré dans la journée !!!
Alors que le squat l’Orangeraie est toujours sans électricité avec 200 habitants … Read More

Nantes: immobilier de choc contre squatters

Depuis juillet dans les squats nantais, les pros de l’immobilier envoient des commandos détruire les sanitaires, les fenêtres pour rendre les logements inutilisables.

Exaspérés par les squats qui placent la nécessité et l’urgence avant la propriété privée et la spéculation, certains opérateurs immobiliers choisissent de se faire justice eux-mêmes. Avec en prime l’option sabotage du logement qu’ils détiennent. Et des méthodes récurrentes : destruction méthodique des sanitaires, des équipements de cuisine, des vitres. Objectif : rendre impossible toute occupation du logement dépourvu de ses fonctions vitales, sans se soucier des audiences au tribunal prévues quelques jours plus tard. Read More

Nantes: nouveau squat rue Babonneau. On ne peut pas confiner dehors !

Tous les soirs lors des distributions de repas les bénévoles de l’Autre Cantine rencontrent des hommes seuls, des familles avec bébés et enfants qui n’ont pas d’hébergement. Ils et elles sont dans le froid, souvent sous la pluie avec des vêtements et des matelas mouillés. En septembre ils ont même vues leurs affaires être jetées à la poubelle par la police municipale. Ils et elles nous demandent où dormir et si l’Etat va les mettre à l’abri.
Depuis mars dernier nous sommes en crise sanitaire due à la Covid-19 et à nouveau confinés depuis 4 jours. Mais eux, comment peuvent-ils confiner dehors ? Pourquoi l’Etat et la mairie ne prévoient rien ? Ni masques, ni mise à l’abri, ce sont encore une fois les plus précaires qui sont volontairement oublié
Il est pour nous inconcevable de voir une centaine de personnes à la rue, c’est un crève-coeur auquel personne ne peut rester insensible. C’est pourquoi nous soutenons la nouvelle occupation d’un bâtiment vide au 2 Rue Babonneau !
L’Autre Cantine promet une aide matérielle (vêtement, matelas, couvertures, nourriture) aux occupants du bâtiment jusqu’à une prise en charge de l’Etat. Read More

Nantes: partie de pétanque nocturne anti-proprios

Dans la nuit de dimanche à lundi 2 novembre dans le quartier Zola à Nantes, quelques boules de pétanques ont été balancées sur l’agence immobilière « Vivre ici (si t’es pété.e de thunes!) De Champsavin immobilier ». Read More

Nantes: quelle place pour la Maison du Peuple ?

Après un an de dur labeur, la Maison du Peuple a su tenir son pari : celui d’un lieu ouvert à tous, capable d’héberger ceux qui en avaient besoin de façon inconditionnelle. Des centaines de personnes, des familles avec enfants en difficultés ont su trouver un lieu où se reconstruire (scolarisation des enfants, prise en charge inconditionnelle par l’Etat, etc). Mais aussi de proposer un espace de rencontre et de réunion aux habitants de la ville, de mettre en place des actions de solidarité, de laisser se déployer les talents artistiques et sportif (peinture, arts visuels, musique, danse, etc). Et pourtant, ce lieu de vie et d’entraide se trouve aujourd’hui menacé d’expulsion.

Les raisons invoquées ne manquent pas : la Maison du Peuple est un squat et ne répond pas, qui plus est, aux normes de sécurité qui lui permettraient d’être un lieu d’hébergement pérenne. Peu importe que la Maison du Peuple ait su accueillir en toute sécurité des personnes sans domicile fixe au moment du confinement : elle doit fermer ! Soutenue par différentes associations de toutes confessions, les porteurs de bail se sont retrouvés dans l’obligation de se désolidariser face au silence des pouvoirs publiques. Les travaux qui auraient permis de réhabiliter les lieux n’ont pas été entrepris malgré les demandes répétées. Read More

Nantes: Covid et expulsions

Une nouvelle expulsion (faite à l’arrache, avant que la trêve hivernale n’arrive pas) augmente le nombre de citoyen(ne)s nantais(es) qui se trouvent aujourd’hui à la rue.

Ci-dessous, un résumé des politiques libérales et courtermistes des institutions nantaises (spécialement, de la préfecture) depuis le confinement. Sommes-nous gouvernés par des fous? Read More

Nantes: comme un goût de haine dans les rues de la ville. Expulsion violente, guerre de classes, et fascisation affirmée…

Ça commence par l’histoire d’une maison squattée

Nantes, quartier de Procé. Un des quartiers bourgeois les plus chers de la ville, 4636 euros le m², excusez du peu.

Un groupe de personnes en galère de logement décide de squatter une baraque (« pas habitée depuis 2007 » d’après une voisine). Normal… Sauf que, peu après l’emménagement, le proprio menace d’envoyer des gros bras pour tout défoncer, en assumant sans complexe qu’il passera outre les flics et la procédure légale. Est-ce la présence des potes venu·es en soutien qui l’a dissuadé ce jour-là ? Possible… Toujours est-il qu’un maçon venu pour murer la maison, la pensant vide, a confié aux squatters :« à votre place, moi je partirais … » probablement par habitude des méthodes de son employeur.

Effectivement, quelques semaines plus tard, alors que la procédure suit son cours, environ 7 hommes cagoulés et armés de matraques télescopiques entrent dans la maison à coup de bélier [nb: seul·es les flics, les militaires et les pompiers sont autorisé·es à acheter ce genre de matos], en se faisant passer pour la police. Ils sont relativement structurés, obéissent à un chef, emploient un vocabulaire martial et technique, analysent froidement la situation pour en prendre le contrôle. Ils saccagent et cassent des vitres, défoncent la porte d’entrée de l’intérieur afin de la rendre inutilisable, les sanitaires, le four et des ordinateurs, et ordonnent de quitter la maison. Ils ont aussi tenté de s’en prendre à l’élec, mais à la matraque c’était pas terrible… Dans le même temps, ils frappent, menacent de viol, volent deux ordinateurs, un téléphone et un portefeuille. Ils ont aussi méthodiquement détruit les autres téléphones qu’ils ont pu trouver. Read More