Val de Suse: camping « Déconfinons les Frontières »

Camping « Déconfinons les Frontières » les 14, 15 et 16 mai dans le haut Val de Suse. ATTENTION, ATTENTION! Le camping « Déconfinons les Frontières » a commencé ! Nous sommes au bout de Clavières, à la hauteur des anciennes douanes italiennes (à la fin du village de Clavières, direction France, avant le tunnel). Des tentes sont dressées sur les prés de droite, sous le « Village du Soleil », sur la ligne de cette maudite frontière. Allez-y dès que possible ! Si vous n’avez pas de voiture, les horaires de bus depuis Oulx sont les suivants : 8.55, 11.45, 15.45, 19.45.
Apportez des vêtements chauds, nous nous occuperons du feu ! Compas et soutiens des accusés jugés aujourd’hui pour les événements du col du Brenner ! De Clavières au Brenner toujours contre les frontières !!!

Deux mois après l’expulsion de la Casa Cantoniera occupata d’Oulx, il ne reste que la frontière et ses gardes, limitant la liberté et empêchant l’autodétermination des personnes en transit. Ceux qui voyagent continuent d’arriver dans la Haute Vallée pour partir en France. La violence et la répression à la frontière ne pourront pas arrêter notre colère, ni la lutte pour effacer cette ligne imaginaire et infâme. Nous appelons toutes les personnes qui luttent contre toute autorité politique, économique, militaire, contre tout capitalisme, fascisme et patriarcat, à une mobilisation massive les 14, 15 et 16 mai dans les montagnes. Read More

Berlin: analyse, conseils et tactique – N’attendez pas qu’il soit trop tard

Køpi et Rigaer94 appellent à une manifestation « N’attendez pas qu’il soit trop tard », le 15 mai sur le Gendarmenmarkt.

Cette manifestation doit être forte et dynamique, et ne pas attendre la prochaine date d’expulsion. Il y a eu beaucoup d’évaluations et d’analyses de nos manifestations ces dernières années, suffisamment pour réussir à quelques reprises à sortir de notre comportement habituel et à regagner un certain potentiel d’action. Nous espérons que nos manifestations ne serviront pas seulement à être vu-es et entendu-es, ou à bloquer quelque chose. Il s’agit de créer des moments collectifs, des moments où nous pouvons nous retrouver ensemble dans la rue, des moments de rupture avec la normalité, de dépassement de l’inertie de masse et de remise en cause des règles sociales. Des moments où nous pouvons reconnaître et expérimenter notre force collective. Non pas en tant qu’événement, mais dans le but de créer un instant qui nous relie à d’autres points de la chronologie de la démarche radicale et de construire sur eux. Des moments à partir desquels une dynamique peut se développer, où il est possible de se joindre spontanément, où les gens peuvent oser essayer de nouvelles choses et acquérir de l’expérience. Afin de ne pas transformer cette quête en impasse, il est nécessaire de toujours repenser et ajuster notre approche et de sortir des habitudes et des routines. Comme base, nous avons rassemblé ici quelques analyses et suggestions. Read More

Berlin: le week-end de manifestations du Køpi

Køpi appelle ses ami-es et allié-es du monde entier à se réunir à Berlin les 15 et 16 mai pour un week-end de manifestations. Alors que le wagenplatz du Køpi est confronté à la plus grave menace d’expulsion à ce jour, Køpi est uni pour lutter pour nos habitations et nos familles. Køpi est un projet DIY au cœur de Berlin qui offre un espace de vie aux personnes vivant dans le bâtiment et le wagenplatz depuis plus de 30 ans. Il continue également d’être le lieu de rencontre pour des collectifs, des événements et l’énergie créative depuis le jour où la première porte a été ouverte. Nous n’abandonnerons pas notre mode de vie pour quelques promoteurs soutenus par l’État ! Quand la loi veut nous enlever nos lieux de vie, il est temps d’enfreindre la loi !
Le propriétaire présumé de Køpi, Startezia GmbH, n’est qu’un exemple de plus de la façon dont nos lieux de vie et nos communautés autonomes sont détruit-es par des sociétés anonymes qui ne se soucient que du profit et non des gens. Le wagenplatz du Køpi n’est pas le seul à être menacé d’expulsion. D’autres projets berlinois, Potse, Rigaer 94, et Queer Wagenplatz Mollies sont également en danger immédiat. Rien que l’année dernière, des lieux importants comme Liebig 34, Syndikat, Meuterei, Diesel A, Sabot Garden et G17a ont déjà été expulsés. Read More

Aubervilliers (93): retour sur la manifestation du 17 avril et perspectives de luttes

Les jardins ouvriers sont toujours menacés par le solarium de la piscine d’entrainement des Jeux olympiques. Il y a urgence car la destruction des cabanes et des arbres est imminente.
Après une manifestation très importante le 17 avril, la lutte continue de s’organiser. Premier grain de sable dans l’engrenage, l’inspection du travail a fait cesser une partie des travaux pour désamiantage illégal.
L’expulsion des précaires des centres d’hébergement de l’autre côté du fort est imminente. Les jardinier.e.s et leurs soutiens organisent maintenant des après-midi « Jardins-Ouverts », avec ateliers et discussions comme perspectives de lutte. Read More

Barcelone: rassemblement de soutien aux camarades arrêté-e-s le 27 février

Mardi 20 avril 2021, 9 heures
Lieu de rendez-vous: devant l’Audiencia Provincial, Passeig de Lluís Companys 14-16, Barcelone

Depuis plus de 50 jours, 7 des 8 camarades arrêté-e-s le 27 février 2021 dans le centre de Barcelone sont emprisonné-e-s. Iels ont été arrêté-e-s lors de l’une des dernières manifestations qui a débuté au nom de la liberté d’expression et qui s’est poursuivie pendant 15 jours, devenant de plus en plus la voix de la dissidence générale envers la situation que nous vivons. Une réalité étouffante caractérisée par une violence institutionnelle qui ne cesse d’augmenter chaque jour, qui laisse la majorité de la population sans avenir et qui absout et défend les véritables responsables : la police, les institutions, les politiciens et la famille royale. C’est une inquiétante dérive autoritaire qui s’opère aujourd’hui dans le monde entier et qui se dissimule sous une subsistance strictement formelle du cadre institutionnel démocratique qui sert d’alibi à un gouvernement despotique.

Suite aux arrestations, de violentes perquisitions policières ont eu lieu dans 2 maisons squattées du Maresme, dans le but de démontrer une organisation criminelle supposée inexistante. Read More

Berlin (Allemagne): plus de 10 000 personnes en manif contre l’augmentation des loyers

Jeudi 15 avril 2021, suite à l’arrêt du Tribunal constitutionnel contre le plafonnement des loyers à Berlin, des manifestations spontanées ont eu lieu dans la capitale fédérale. Dans la soirée, selon la police, plus de 10 000 personnes se sont rassemblées aux portes de Kottbusser.

Des affrontements ont eu lieu avec la police, qui a frappé à coups de poing et de gazeuses lacrymogènes. Read More

Barcelone: lettre de Danilo, accusé de l’incendie d’un fourgon de police

En février, l’incarcération du rappeur Pablo Hasél et les émeutes à Linares, en Andalousie, suite au tabassage d’un homme et sa fille par des flics en civil ont été l’étincelle d’un bref moment de révolte dans le territoire ibérique, notamment en catalogne. Les raisons vont au-delà de la liberté d’expression: haine de la police, refus du couvre-feu, situation économique et sociale, etc. Le samedi 27 février une émeute à lieu dans le centre de Barcelone: banques et commerces défoncés, DABs cramés, affrontements et barricades contre les schmits, et léger incendie d’un camion de police. Niveau répressif, de nombreuses blessées, une centaine d’arrestations, et une douzaine de personnes incarcérées, dont huit compagnon·nes arrêtées le 27 février et le 1er mars pour l’incendie du camion. Read More

Berlin: manifestation, six mois après son expulsion, la Liebig34 est partout

Vendredi 9 avril 2021 à 16 heures, rassemblement à la Dorfplatz (Friedrichshain), à l’angle de la Rigaerstrasse et de la Liebigstrasse.
Samedi 10 avril 2021 à midi, manifestation, départ de la Dorfplatz.

Cela fait six mois que Liebig 34 a cessé d’exister en tant que hausprojekt situé à l’angle de la Liebigstrasse et de la Rigaerstrasse. Il y a six mois, une lutte d’un an s’est soldée par une expulsion au petit matin, une émeute le soir-même, d’innombrables autres actions de solidarité – dont une attaque contre le Ringbahn qui l’a mis hors service pendant plusieurs jours – et finalement la perte d’un symbole mondial du féminisme anarcho-queer.

Mais six mois plus tard, la Liebig34 continue de vivre ; à Bristol, où la semaine dernière, une manifestation – après l’enlèvement et le meurtre de Sarah Everard par un officier de la police métropolitaine – contre la violence sexiste et une nouvelle loi autoritaire sur la police a dégénéré en une nuit de violence contre la police ; à Londres, où la même lutte a conduit à l’occupation d’un poste de police désaffecté ; à Mexico, lors de la journée internationale de la femme, où des militantes féministes, à l’intérieur ont brisé les barrières autour du Palais national et mis le feu aux boucliers de la police anti-émeute ; à Berlin la semaine dernière, où des manifestations et des attaques ont éclaté lors de l’expulsion de la Meuterei et de la menace permanente qui pèse sur Rigaer 94, Potse, Køpi Wagenplatz et d’autres projets. Avec l’expulsion du hausprojekt, la Liebig reste omniprésente. Read More

Aubervilliers (93): défendons les jardins ouvriers

Manifestation samedi 17 avril 2021, contre la destruction des jardins ouvriers du Fort d’Aubervilliers, et contre l’ensemble des saccages organisés sous couvert des Jeux Olympiques. RDV à 10h30 à la Mairie d’Aubervilliers pour une marche déterminée et festive jusqu’aux Jardins. Pique nique et discussions ensuite sur place.

Dans quelques semaines, à Aubervilliers, la construction d’une piscine d’entraînement olympique et de son solarium doit commencer. Ce solarium détruirait une partie des Jardins ouvriers à l’histoire centenaire. Ces Jardins sont fondamentaux, à la fois pour se nourrir mais aussi comme lieu de convivialité. Ils abritent des espèces protégées: des insectes pollinisateurs, des hérissons et des oiseaux. Ils offrent au quartier un espace végétal qui nous rafraîchit en été. Read More

Lyon: un logement digne pour toutes et tous ! Week-end de lutte, manifestation

Manifestation, un logement digne pour toutes et tous !
Samedi 27 mars 2021, départ métro Sans Souci
12h : Rassemblement, cantine et prises de paroles
14h : Départ de la manifestation

C’est face à ces constats alarmants, à l’échelle nationale et locale, et en réponse à l’appel issu de nombreuses organisations à manifester dans toute l’Europe, que nous appelons à une mobilisation massive pour un logement digne pour toutes et tous, sans condition, sans attendre.

La Fondation Abbé Pierre estime qu’en 2020, « au moins 300 000 hommes, femmes et enfants étaient privés de domicile en France ». La crise sanitaire révèle les situations de précarité liées au logement, elle a accentué les difficultés d’accès au logement ainsi que les risques d’expulsions pour un nombre croissant de personnes et de familles. À peine créées, les 20 000 places d’hébergement ouvertes lors du 1er confinement étaient déjà saturées. Fin 2020, dans le Rhône, ce sont 1 363 personnes par jour, soit jusqu’à 83% des appels, qui restent sans solution d’hébergement. Les dispositifs sont si engorgés qu’il est quasiment impossible d’accéder à un hébergement d’urgence, mais aussi à un logement plus pérenne. La crise a aussi eu pour effet de limiter les sorties de logements sociaux. En France en 2020, ce sont 100 000 attributions HLM en moins (-20%), rallongeant les délais d’attente déjà de plusieurs années. Read More

Barcelone: Sara libérée avec des charges. Liberté pour les prisonnièr-es du 27F. Assez des manipulations policières

Hier, lundi 22 mars, à la dernière minute, nous avons reçu la nouvelle de la libération (avec charges) de Sara, l’une des huit personnes emprisonnées suite à la manifestation du 27 février à Barcelone. L’appel déposé par la défense prouverait, par le biais d’une expertise, qu’elle n’a pas pu être celle qui a aspergé le liquide inflammable, comme le prétend la déclaration de la police.

Une fois encore, cette histoire, avec ses affirmations catégoriques et reproduites à l’identique par tant de médias, commence à s’estomper. Sara a été arrêtée, inculpée et emprisonnée en tant que responsable de l’incendie de la camionnette sans avoir droit à la présomption d’innocence. Tout comme le reste des personnes arrêtées et aujourd’hui emprisonnées.

La photo de Sara, son nom et ses coordonnées sont apparus dans les médias, d’abord dans La Vanguardia, repris par la presse italienne. Quelques jours avant de purger un mois de prison, elle a été libérée avec des charges après que son avocat et un témoin expert de la défense ont prouvé qu’il était impossible qu’elle soit la personne accusée par la police, le procureur et le tribunal. Read More

Paris: appel du collectif Prenons la ville à la manif du 27 mars 2021

MANIFESTATION POUR LE LOGEMENT, CONTRE TOUTES LES EXPULSIONS
RDV samedi 27 mars 2021, à 15h, pour se joindre au cortège intersquat, place du Châtelet, Paris Ier (métro Châtelet ou RER Châtelet Les Halles).

[Version PDF recto-verso A4]

Il y a en France près de 300 000 personnes sans domicile fixe (à la rue ou dans des dispositifs d’hébergement d’urgence) [1] pour plus de 3 millions de logements vides [2]. Rien qu’à Paris intra-muros, 8% à 17% des logements sont vides, soit entre 113 000 et 232 000 biens immobiliers [3]. Et on devrait se contenter d’attendre que l’État trouve des solutions à tout ça, comme au reste ? 

L’État veut maintenir la population sous sa tutelle. À travers les siècles, l’organisation étatique et capitaliste de la société a réussi, en grande partie, à nous déposséder des moyens de vivre de façon autonome, notamment par la spécialisation et la division du travail. Ce qui est nécessaire à la vie quotidienne est presque entièrement monopolisé par l’économie capitaliste (de la production alimentaire à la médecine, en passant par l’accès à l’eau, la fabrication et la réparation de plein de choses utiles). Cette logique fait de nous des prisonnier·e·s d’un système sans échappatoire, la quasi totalité de la planète ayant été colonisée par l’exploitation et la domination. Il n’y a pas d’issue sans perspectives révolutionnaires.   Read More

Bristol: ‘Burn Baby Burn!’

Le chant s’élève dans les airs tandis que les flammes du fourgon de police montent de plus en plus haut, consumant une pression qui s’est accumulée depuis bien trop longtemps.
Les fenêtres du poste de police sont brisées à la grande joie de la foule, les jeunes qui occupent une partie de son toit envoient une pluie de pierres sur les policiers anti-émeute. Les attaques répétées sur les lignes de flics sont visiblement en train de leur faire peur. Des bouteilles pleuvent sur la tentative ratée de l’unité cynophile d’attaquer la foule par derrière. Les boucliers anti-émeute et les matraques prises aux flics sont utilisés pour riposter, un peu de leur propre médecine. D’autres soignent les personnes aspergées de gaz lacrymogène, tandis que les sound system retentissent. Une autre voiture de flics brûle au coin de la rue, on n’a jamais vu ça auparavant…

C’est la scène à Bristol en 2021, 10 ans après les émeutes de Stokes Croft et d’août 2011. L’émeute qui a éclaté la nuit dernière était une continuation de nos souvenirs combatifs, mais en voyant tant de nouveaux jeunes incontrôlables, c’est le début d’une nouvelle vague. Rien n’a beaucoup changé sur cette île-prison depuis 2011, si ce n’est que les conditions qui ont conduit à ces jours sont toujours avec nous, plus répressives que jamais. Nous sommes poussé.e.s à bout, car le système de contrôle exige que nous léchions les bottes ou que notre mode de vie disparaisse. Read More

Villeurbanne: contre l’expulsion de l’Île Égalité

Le 17 mars 2021, nous a été confirmée l’expulsion sans délai de l’Île Égalité, lieu de solidarités du Collectif Solidarités Cusset, situé au 6 rue de l’Égalité à Villeurbanne. Le procès avait eu lieu le 26 février dernier suite aux poursuites engagées par la Fondation Richard, propriétaire du bâtiment, qui demandait l’expulsion immédiate des habitant·es.

Le Collectif Solidarité Cusset c’est 40 bénévoles, habitant·es solidaires de Villeurbanne et alentours. C’est une distribution alimentaire chaque semaine pour 80 personnes en moyenne. C’est également des cours français, des permanences d’entraide administrative, une laverie gratuite en libre accès trois fois par semaine, et un lieu convivial où les adultes peuvent discuter autour d’un thé pendant que leurs enfants jouent dans la salle de jeux. Alors, comment trouver du sens à cette décision de « justice » quand on sait que la trêve hivernale a été repoussée au 31 mai 2021 à cause du contexte sanitaire, et qu’aucune solution de relogement n’a été proposée aux habitant·es ? Comment continuer nos activités de solidarité sans nos locaux ? Read More

Berlin: manifestation, liberté pour toustes les détenu.e.s touché.e.s par la répression à Barcelone

Lundi 22 mars 2021, 16h
RDV: Delegació del Govern a Alemanya
Regierung von Katalonien – Vertretung in Deutschland, Friedrichstrasse, 185. 10117 Berlin

Le 27 février 2021, huit camarades anarchistes ont été arrêté.e.s lors des émeutes de Barcelone, suite aux manifestations qui durent depuis l’arrestation de Pablo Hasél. Toustes sont actuellement en détention provisoire sans caution. Illes sont accusé.e.s d’organisation criminelle, de tentative de meurtre, de manifestation illégale, d’atteinte à l’autorité, de dommages matériels et de trouble de l‘ ordre public. Tout cela à la suite de l’incendie d’un fourgon de la police anti-émeute de la Guardia Urbana de Barcelone, une organisation policière qui a une longue histoire de torture et de violence. Les médias, en tant qu’outil de propagande de l’État, justifient la répression contre nos camarades et insufflent la peur pour arrêter l’auto-organisation et pour étouffer les révoltes.

Après les montages policiers Pandora et Piñata, il est évident que nous sommes une fois de plus face à une opération de répression d’un courant idéologique contraire aux intérêts capitalistes. Illes sont condamné.e.s parce qu’illes sont anarchistes. Dans ce type de montage, l’accusation d’appartenance à une organisation criminelle ou de terrorisme est quelque chose qui est utilisé pour créer un ennemi interne et justifier la répression. Cela leur permet de judiciariser nos vies à travers le harcèlement policier, les perquisitions, la violation de nos espaces personnels et politiques, les visites dans les centres pénitentiaires, etc. Par ce biais, ils entendent nous épuiser psychologiquement et économiquement, et ainsi désorganiser nos luttes. Read More