Thane (Inde): émeute paysanne contre la saisie de terres par le Ministère de la Défense

Jeudi 22 juin 2017, des paysan-ne-s ont manifesté contre l’appropriation par le Ministère de la Défense d’un terrain gigantesque à Nevali (situé près de Thane, à environ 50km de Bombay), où l’armée compte construire un lieu de stockage d’armement et des résidences militaires. L’armée a déjà commencé à ériger un mur de délimitation… Des affrontements avec la police ont eu lieu (plus d’une vingtaine de blessés, dont douze policiers), des voitures ont été brûlées (dont une camionnette de police), et l’autoroute Thane-Badlapur a été bloquée par des pneus enflammés et des gros morceaux de bois. Read More

Genève (Suisse): manifestation pour le « droit à la ville » le 1er juillet

RDV place de la Navigation, à 14h30.

Une grande manifestation pour le droit (sic) à la ville aura lieu le 1er juillet 2017. Celle-ci est appelée par un front très large d’organisations.

A l’initiative de la maison collective de Malagnou (en lutte contre son expulsion), un comité réunissant plus d’une trentaine de collectifs de lieux autogérés, d’associations de quartier, de défense des migrant.e.s, de la culture, de la paysannerie contractuelle, syndicats et partis politiques ont décidé qu’il était temps de reprendre la rue. Read More

Durban (Afrique du Sud): un squatteur tué par balles lors d’une opération de démolition d’un bidonville

Mardi 13 juin 2017, à Mariannhill (banlieue ouest de Durban), en Afrique du Sud, le bidonville Mansenseni a été attaqué par la Land Invasion Unit d’eThekwini (sorte de brigade anti-squat locale).

Alors que les travailleurs de cette unité de démolition commençaient à détruire des logements, les habitant-e-s se sont révolté-e-s et se sont physiquement opposé-e-s au sale taf de cette unité. Des affrontrements ont eu lieu, la Land Invasion Unit cherchant à disperser la foule, et un homme de 29 ans, Samuel Hloele, a été tué par balles par des vigiles de l’unité. Plusieurs personnes ont été blessées, notamment par des tirs de flashball dans le dos. Read More

Parution d’une brochure à propos de la la manif du 22 février 2014 à Nantes contre l’aéroport et son monde

Conflictualité perma.Nantes [22.02.14 RPZ]
Retour sur la manif du 22 février 2014 à Nantes contre l’aéroport et son monde

Cette brochure a été écrite pour que cette manif du 22 février 2014 en soutien à la ZAD ne reste pas dans les mémoires comme une réaction des manifestant-es face à des provocations policières, comme une lutte parcellaire qui aurait réussi à fédérer du monde, mais bien comme un rendez-vous donné pour attaquer les keufs et les vitrines du capitalisme, un rendez-vous pour empêcher la construction d’un aéroport et pour vomir cette horrible démocratie bourgeoise. Read More

Saint-Jacques-de-Compostelle (Espagne): affrontements entre squatters et flics suite à l’expulsion du Centro Social Ocupado Autoxestionado Escarnio e Maldizer


Santiago de Compostela, 30 mai 2017 Read More

Lyon: contre le «Bastion social» des fachos du GUD, non à l’instrumentalisation de la pauvreté à des fins racistes

Nous reproduisons ci-dessous divers textes critiquant le squat ouvert fin mai à Lyon par le GUD, organisation française d’extrême droite:

Comme les néofascistes italiens avant eux, le GUD ouvre un squat à Lyon pour les «Français de souche»

Jean-Yves Camus (L’OEil sur le Front) | 30 mai 2017

Le lieu est inspiré du Casapound romain : des militants du GUD occupent un immeuble vide de Lyon pour le réserver à des personnes en situation de précarité, sur la base du principe de préférence nationale. Une action qui témoigne de l’existence d’une droite radicale mouvementiste.

C’est dans la ville dirigée par le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, que l’extrême droite radicale a choisi pour démarrer, le 27 mai, une expérience inédite en France et conçue sur le modèle de la Casapound romaine : un squat désormais baptisé «Bastion social», occupé par des militants du GUD. Cet immeuble du 2e arrondissement, désormais vide, est destiné par les gudards à héberger des personnes en situation de précarité, sur la base du principe de préférence nationale, formulé ainsi : «les nôtres avant les autres». Read More

Vitoria-Gasteiz (Euskal Herria): solidarité avec Errekaleor !

Errekaleor (Vitoria-Gasteiz), lundi 22 mai 2017

Demande d’aide aux camarades qui luttent dans le monde

Nous vous écrivons depuis un petit quartier rebelle nommé Errekaleor, au sein d’un petit peuple rebelle, Euskal Herria-Pays Basque.

Errekaleor est un quartier rebelle, un territoire sous pouvoir populaire au beau milieu de l’Europe, un quartier qui peu à peu a créé des réseaux de soutien et d’autogestion face à l’individualisme du marché. L’histoire du quartier commence il y a 50 ans, lorsque des ouvrier(e)s immigré(e)s bâtissent des logements pour s’assurer une vie digne. Le quartier maintient son identité populaire pendant des décennies, jusqu’à ce qu’il devienne attractif pour les spéculateurs capitalistes. Eux qui veulent le démolir pour y construire des logements de luxe, ont pour cela expulsé ses habitants légitimes, puis ont essayé de le détruire. Read More

Montevideo (Uruguay): fin agitée de la Solidaria…

Le 21 mars, une manifestation a été organisée à Montevideo pour s’opposer à l’expulsion du centre social occupé La Solidaria. Selon la presse, des rues ont été bloquées avec des poubelles enflammées, il y a eu quelques jets de Molotov et une dizaine de personnes ont attaqué le siège central du Parti communiste, un local en construction du nouveau siège d’Abitab, ainsi qu’une association de retraités de la police. La Garde Républicaine a ensuite obligé les manifestant-e-s à bouger.
Puis, le 4 avril, des perquisitions ont mené à l’arrestation de cinq personnes, en rapport avec ces événements… Read More

Bruxelles: ouverture d’un nouveau centre social anarchiste

2017-03_Bruxelles_squatruegodecharles-a Ce 21 mars 2017, en cette fin de pseudo-trêve hivernale, a eu lieu pour la deuxième année consécutive la manifestation «Un logement pour toutes et tous» à Bruxelles. Cette manifestation autonome s’est déroulée dans une atmosphère conviviale et déterminée, sans être perturbée par la police. Tout au long du trajet, les murs tristes de la ville se sont vus recouvrir de messages en couleurs dénonçant l’austérité et la répression. Read More

Bruxelles: communiqué suite à l’occupation du bâtiment rue Godecharle

COMMUNIQUÉ DE PRESSE de la manifestation d’un logement pour tous et toutes.

DE L’OCCUPATION DU BÂTIMENT RUE GODECHARLE 21/23

« Nous sommes le Printemps qui toujours revient »

CONSIDÉRANT, les difficultés qu’il y a aujourd’hui a créer et faire vivre un lieu à la fois politique, culturel, artistique, d’échange et d’entraide ; tant à cause du coût qu’entraînerait la location d’un tel lieu que des barrières politiques sciemment dressées face à toute tentative de réappropriation, d’occupation, et d’animation d’un bâtiment propice à accueillir nos légitimes aspirations ; Read More

Toulouse: fin de la trêve hivernale, manif contre les expulsions !

Appel à manifester le 1er avril à 12h à partir du Conseil Général de la Haute-Garonne, contre les expulsions (RDV au 1 boulevard de la Marquette, à Toulouse).

La trêve hivernale, cette période de répit relatif qui laisse les squatteur.euses et les locataires précaires « tranquilles », s’achève le 31 mars.

Cependant, la trêve n’est pas un acquis. Cette année à Toulouse, des juges, des flics et la préfecture ont prononcé des décisions d’expulsion en plein cœur de l’hiver. De plus, cela ne résout pas le problème de fond du logement, et finalement la trêve hivernale ne fait que repousser le retour à la galère. Read More

Brésil: des femmes sans-terres occupent des terres et bâtiments publics dans tout le pays

Ce mercredi 8 mars 2017, près de 200 femmes du Mouvement des Sans-Terres (MST – Movimento dos Trabalhadores Rurais Sem Terra) ont occupé une propriété de 3000 hectares près de Itatiaiuçu, dans la région du Minas Gerais, au Brésil. La propriété appartient à l’ex-milliardaire brésilien Eike Batista, considéré encore récemment comme l’homme le plus riche du Brésil – et l’une des plus grandes fortunes mondiales – et arrêté le mois dernier par la justice pour corruption et blanchiment d’argent. Près de 150 familles sans-terres prévoient de s’installer sur ces terres et de les cultiver. L’occupation a pris place au sein d’une journée d’action organisée par les femmes du Mouvement des Sans-Terres pour le 8 mars. Read More

Montpellier: Explosions & confettis. Que s’est-il passé au Karnaval des Gueux mardi 28 février

20170228_Karnaval_des_Gueux_MontpellierA Montpellier, cela fait des décennies que les pauvres, « les déviants » et tout ceux que notre société considère comme « indésirables », profitent de mardi gras pour occuper le centre-ville et choquer les bourgeois. A chaque fois, les politiciens nous ressortent les mêmes bobards : les karnavaliers se feraient manipuler par de méchants casseurs, les commerçants seraient tous du côté des policiers et il y aurait des blessés chez les policiers mais aucun du côté manifestant. Les journalistes qui ont parlé de la soirée de mardi dernier n’étaient pas présents au Karnaval et se sont exclusivement renseignés auprès des services de police pour écrire leurs articles, avec une mention spéciale pour France 3 qui a même partagé des vidéos de médias d’extrême-droite.

1) Le Karnaval des Gueux n’est pas organisé par un « noyau dur », c’est une vieille tradition populaire.

Selon le préfet, « sous des abords festifs, il s’agit d’une manifestation non-autorisée animée par un noyau dur du 150 à 200 personnes ». « Les organisateurs ont pu, cette année, s’appuyer sur le squat du Royal en centre-ville qu’ils occupent depuis plusieurs mois, afin de rassembler puis déployer aisément une véritable logistique nécessaire aux dégradations et à l’affrontement avec les forces de l’ordre ». Read More

Montpellier: Du procès du Royal occupé au procès de Luttopia 003

Royal_occupe_MontpellierCe mardi 28 février, dès 8h30, nous étions très nombreux et nombreuses devant la cour d’appel pour soutenir le Royal occupé, menacé d’expulsion et destiné par les nouveaux propriétaires à se transformer en logements de luxe ! Entre 200 et 300 personnes sont en effet venues en solidarité avec le Royal, lieu d’habitation et espace d’activités, de culture populaire, de débats politiques et de soutien aux luttes.
Après une audience expéditive, le juge a annoncé que le délibéré sera rendu le 30 mars. Le collectif des habitant-e-s du Royal, et tous leurs soutiens, ont affirmé leur volonté de continuer à faire vivre cet espace non-marchand et à porter leurs revendications, dont celle du droit au logement pour tou-te-s.
Cette mobilisation est importante. Elle rappelle les millions de logements laissés vides, la gentrification, la spéculation immobilière, alors que près de 4 millions de personnes en France sont sans logement ou vivent dans des conditions très précaires ! Elle rappelle également la nécessité d’espaces de rencontres, d’élaboration politique, de solidarité, de soutien aux luttes sociales, visibles et ouverts sur la ville.
Ainsi nous continuerons à nous mobiliser, à faire vivre la solidarité et la convergence des luttes, contre les inégalités, la répression et tous les systèmes de domination.
Jeudi 9 mars aura lieu le procès de Luttopia03 à 8h30 au TGI. Soyons également nombreuses et nombreux ce jour-là ! Read More

Berne: Un vent de révolte souffle

20170222_expulsion_Effi29_Berne_0Ce mercredi une maison occupée (Effy29) a été évacuée par un énorme dispositif policier, ce qui a donné lieu à une manifestation/émeute le soir même. Prochaines manifs annoncées vendredi soir et samedi soir.

Ce mercredi matin une maison occupée depuis décembre 2016 à la Effingerstrasse et menacée d’évacuation depuis plusieurs semaines à été évacuée. L’évacuation a duré 7 heures, 19 personnes ont été arrêtées dans la maison (partiellement relachées le mercredi soir), une centaine d’agent-e-s de police accompagné-e-s d’un canon à eau ont été mobilisé-e-s et la moitié du quartier bouclé. Les personnes à l’intérieur se sont défendues avec des feux d’artifices et moultes barricades.
Tout autour de la maison, une cinquantaine de personnes se sont relayées pour soutenir les personnes résistants à l’intérieur, de la nourriture a été amenée ainsi que de la musique.
Puis autour des 15 heures, une première petite manifestation spontanée à parcouru la ville.
Le soir même vers 21 heures, un cortège d’environ 400 personnes en colère s’est lancé dans les rues du quartier étudiant de Berne. Après une heure d’émeute, la manifestation s’est terminée devant les portes de la Reitschule. Read More