Angers: retour sur l’expulsion de la Grande Ourse

La Grande Ourse expulsée en pleine trêve hivernale.

Le matin du jeudi 21 janvier à 6h, c’est à coups de disqueuse dans la porte que les habitant·es du squat de la Grande Ourse ont été brutalement réveillé·es.
Sous les ordres du préfet du Maine-et-Loire, qui avait pourtant signalé à l’avocat en charge du dossier qu’il n’y aurait pas d’expulsion avant le mois de mars, une demie compagnie de CRS ainsi qu’un escadron de gendarmes mobiles sont venus expulser les habitant·es.

L’ancien bâtiment, appartenant à Bertrand Baudaire, PDG de la chaîne de restaurant La Boucherie, était inoccupé depuis 2017. Ici, les oublié·es d’une société inégalitaire avaient trouvé refuge en septembre 2019.
Demandeur·euses d’asile, réfugié·es, étudiant·es, sans-abris, personnes en situation d’exclusion sociale et militant·es politiques s’y étaient installé·es face à l’incapacité du gouvernement d’assurer un hébergement digne et décent pour tous. Read More

Jammu (Inde): résistance à une opération de démolition-expulsion

Vendredi 22 janvier 2021, des émeutes ont éclaté à Jammu, entre des habitant·e·s menacé·e·s d’expulsion et l’administration du Jammu-et-Cachemire quand des employés de cette dernière ont commencé à démolir des logements et expulser des gens, avec l’aide de la police. Read More

Dacca (Bangladesh): plus de 200 logements démolis dans le quartier Mirpur

Dans la matinée du jeudi 21 janvier 2021, à Dacca, capitale du Bangladesh, une opération d’expulsion et de démolition de logements dans le quartier de Mirpur (bloc C de la section 11) s’est trouvée confrontée à une intense résistance des habitant·e·s. La police et les employés de la DNCC (Dhaka North City Corporation) ont reçu des volées de pierres et de bâtons, mais des pelleteuses sous protection policière ont finalement réussi à démolir quelques bâtiments. Les flics et les hommes de main de la DNCC ont en effet riposté à coups de pierre eux aussi, de flashballs et de grenades lacrymogènes. Selon des témoignages d’habitant·e·s, certains hommes de main, à la botte du parti politique au pouvoir, auraient attaqué des habitant·e·s en colère à l’arme blanche et à l’arme à feu ! Ces témoignages ont été confirmés par le conseiller municipal Abdur Rauf, qui a justifié cela par les actes émeutiers des habitant·e·s. Bah ouais, c’est pas normal que des gens à qui on détruit les logements se révoltent, faut les mater avec des flingues et des couteaux ! Read More

Angers: expulsion de la Grande Ourse et attaque nazie, la ville où il fait bon vivre

Le jeudi 21 janvier 2021, en plein hiver, les forces de l’ordre et la préfecture ont procédé à l’expulsion de la Grande Ourse, un lieu militant et solidaire. Elle hébergeait de nombreuses personnes sans abris, des étudiants, des travailleurs pauvres… Les questions de pauvreté, d’égalité, de solidarité, étaient au centre des actions menées par ses militants, ils-elles organisaient d’ailleurs régulièrement des maraudes pour distribuer de la nourriture aux personnes à la rue. Les gens de l’extérieur pouvaient aussi s’y retrouver, il y avait régulièrement des événements culturels, projections de films, débats… Mais quel est donc le problème, à l’heure où les étudiants à Angers font face à une pénurie de logement, à l’heure où la crise du covid-19 plonge dans une misère une part de plus en plus importante des jeunes travailleurs-euses ? Le problème c’est que ces militant-es tiennent un discours politique, que par l’occupation d’un bâtiment inutilisé la sacralité de la propriété privée a été remise en cause. Ça c’est inacceptable, on ne remet pas cela en cause, surtout quand cette remise en cause profite à des gens qui ne comptent pas s’en servir à des fins capitalistes, surtout quand cela profite à des gens prônant des valeurs autres que la concurrence et l’enrichissement financier individuel. Donc voilà la préfecture va rendre le magasin de meuble à son propriétaire légitime sur le plan légal. Il va pouvoir y remettre des lits où personne ne dormira jamais ou faire d’autres projets lui permettant de gonfler un peu plus son capital. Read More

Ljubjlana: expulsion de l’usine autonome ROG

Communiqué de l’Usine ROG

« Aujourd’hui, le 19 Janvier 2021 à 7h du matin, des employés de l’entreprise de sécurité Valina sont entrés par effraction dans les espaces de l’usine autonome ROG. Avec violence et force physique, ils ont blessés plusieurs de ses utilisateur.ice.s et expulsé tout le monde. Nos possessions personnelles, nos animaux de compagnie et notre équipement ont été laissé à l’intérieur avec 15 ans de nos rêves, activités, projets, aventures et expériences collectives.

La police avait érigé des barrières autour de l’usine et commencé à frapper des rassemblements de soutiens en face du portail de l’usine. A l’intérieur du complexe, des ouvriers ont détruit la majorité des structures attenantes et brisé les fenêtres du bâtiment principal, pourtant protégé pour son côté historique. Au même moment, ils emportent vers une destination inconnue l’ensemble de l’équipement du ROG. Plus de 10 personnes ont été détenues et nous n’avons aucune information concernant leur situation. Certain.e.s étaient blessé.e.s et dans le besoin d’une assistance médicale. Nous n’avons pas accès à elleux et n’avons aucune information concernant leur lieu de détention. Read More

Arlon: appel à résister, menace d’expulsion de la Zablière le 26 janvier

Depuis plus d’un an, une parcelle de terre a été arrachée à la bétonisation. L’ancienne sablière de Schoppach où animaux et plantes sauvages cohabitaient avec les balades dominicales est menacée par un projet de zoning pour PME comprenant bureaux et parkings ; et ce depuis son rachat auprès de la commune par l’intercommunale Idelux-Aive.

Des personnes ont alors décidé de prendre ce bois, afin de le défendre face à cette menace, répondant à un appel de riverains désespérés par le manque d’attention porté à leur voix. Cette année fut l’occasion de faire advenir un autre tournant à la lutte « pour le climat » en lui faisant prendre un réel tournant écologique et social ; de l’occupation des ronds points par les gilets jaunes à l’occupation d’un bois par les zadistes. Ainsi, les cabanes dans les arbres auront permis d’entendre le cri des oiseaux.

Durant un an, l’hiver, les menaces policières et mafieuses n’auront pas réussi à détériorer le moral des occupants de la Zablière, pas même quelques opposants calomnieux. De cet élan de résistance sont nés des actions de défense directe, un livre de photos et de poésie, un film, une université libérée, des amitiés et un tas d’autres choses impossibles à décrire sans les avoirs vécues. Read More

Valencia: un quartier en lutte contre la bétonisation d’une friche agricole

Le Centre Social Autogéré l’Horta ouvert en 2012 dans un quartier populaire de la ville a été victime d’une tentative d’expulsion illégale de la part des forces de l’ordre. Celles-ci ont été mises en échec. L’occasion d’un retour sur l’histoire de cet endroit.

Partons le temps d’un article sur la côte méditerranéenne. A 350km au sud de Barcelone, se trouve Valence, la 3e plus grande ville d’Espagne. Pour comprendre un peu mieux cette ville on peut déjà dire qu’on y parle le valencien, langue co-officielle dans toute la communauté de Valence. On peut aussi évoquer l’important mouvement techno qu’elle a connu dans les années 80 et 90, avec la mythique « Ruta del Bakalao ». Enfin il faut également expliquer que du début des années 90 au milieu des années 2010 sa mairie était du parti PP, le parti politique libéral-conservateur espagnol. Comme dans toutes les grandes villes, les ambitions urbanistiques sont de taille, et de nombreux plans d’urbanisme ont été mis en place, en particulier lors de cette période.

On pourrait parler du quartier populaire le Cabanyal, cet ancien village de pêcheurs situé juste à côté de la mer, et de la lutte victorieuse menée par ses habitants contre la destruction de leur quartier, que la mairie voulait remplacer par plein de bâtiments pensés pour les touristes. Mais on garde ça pour plus tard ! Read More

Ljubljana: tout le monde dans la rue. Contre la destruction sociale de la ville !

Chères habitant-es de Ljubljana, de toute la municipalité et de celles et ceux qui viennent ici pour travailler, étudier ou en raison d’autres obligations et activités de loisirs ! Toustes sont témoins de l’intervention violente de la municipalité de Ljubljana (MOL) dans l’espace de l’usine autonome ROG.

Manifestation, vendredi 22 janvier 2021 à 18h sur la place Prešernov.

Ce qui est arrivé à la communauté de ROG peut arriver à beaucoup d’entre nous. Surtout s’iels n’appartiennent pas à la partie riche et propriétaire de la société. Ce qui s’est passé à Ljubljana peut arriver dans n’importe quelle autre ville. L’expulsion violente d’individus, de familles et d’autres communautés moins aisées est inscrite dans le tissu du système d’extraction capitaliste. Le soi-disant ordre juridique et le soi-disant État de droit ont été exposés à maintes reprises comme des instruments qui ont été établis principalement dans l’intérêt des élites financières et politiques. De plus, les autorités étatiques et municipales ont choisi d’exploiter exactement le moment où beaucoup arrivent à peine à joindre les deux bouts en raison de l’évolution des conditions de vie alors que nous traitons de la question de la survie mentale, physique et économique de base. Ils s’appuient sur des mesures répressives, des sanctions financières et l’appareil policier. Toute activité politique en dehors de l’arène parlementaire est interdite. Les écoles sont fermées, le loyer et les autres coûts de la vie augmentent constamment, les droits des travailleurs sont supprimés. Ils ont déclaré la guerre au peuple et il est important de le comprendre. Read More

Vitry-sur-Seine: bienvenue à la bibliothèque de la Kunda !

Ce projet de bibliothèque s’inscrit dans la dynamique plus générale de notre lieu de vie depuis février 2020. Nous sommes une cinquantaine de personnes de tous horizons à occuper ces bâtiments appartenant au département du Val de Marne. Nous squattons pour répondre à une nécessité d’avoir un toit sur notre tête et parce que nous refusons de céder au chantage du travail, du loyer, de l’argent. En bref nous squattons pour nous loger et pour lutter.
Depuis notre installation nous avons donc développé diverses activités que nous souhaitons poursuivre tant bien que mal malgré la pandémie et continuer à en développer de nouvelles. C’est pour ces raisons que nous vous présentons désormais notre nouvelle bibliothèque. Cette bibliothèque autogérée se veut, dans la continuité de notre lieu, anticapitaliste et contre toute forme d’oppression. Tout comme notre marché solidaire, le cinéclub, la salle de sport ou les divers ateliers, elle rentre dans une volonté d’autonomie contre les institutions, pour valoriser nos propres contenus en rupture avec une logique marchande. Ainsi, dans cette lutte, et puisque tout comme aller au cinéma, un livre coute au moins 10 balles, nous souhaitons mettre gratuitement à dispositions tous les livres que nous pouvons nous procurer. Cette bibliothèque est donc composée uniquement de récup, de dons (et de choure). Nous la voyons comme un lieu participatif de rencontres et d’échanges et encourageons un maximum de personnes à s’en saisir pour y proposer diverses activités comme des cercles de lectures, des présentations de livres, des braderies et toutes autres choses. Cette bibliothèque se veut le plus variée possible. Elle regroupe des livres qui vont du théâtre à la théorie politique, en passant par des guides pratiques et des romans. Une étagère mobile féministe, constituées par les réunions en mixité choisie sans mec cis ayant lieu chez nous, sera aussi disponible durant les jours d’ouverture de bibliothèque. Un coin enfant avec jeux et contes y est aussi présent.
La bibliothèque va pour l’instant être ouverte un dimanche sur deux le même jour que les séances du ciné-club, et le retour des livres sera possible soit tous les dimanches pendant le marché solidaire soit à travers une boite devant chez nous. Les prêts seront d’une durée d’un mois, renouvelables deux semaines. Nous comptons sur vous pour venir lire, discuter, participer et nous rencontrer ! Read More

Douala (Cameroun): résistance aux expulsions dans le cadre de l’agrandissement de l’aéroport

Samedi 9 janvier 2021, des émeutes ont éclaté du côté de l’aéroport international de Douala. Des milliers de personnes vivent là dans un énorme bidonville, pour certaines depuis les années 1990. Pourtant, l’État a décidé d’y envoyer sa police pour expulser les gens et détruire leurs logements. Comme ailleurs, le profit capitaliste des plus riches passe avant le bien-être des habitant·es les plus pauvres. Read More

Frossay (44): week-end de chantiers collectifs à la ZAD du Carnet, les 23 et 24 janvier 2021

Les températures baissent mais pas notre détermination à maintenir l’occupation !

Plusieurs chantiers sont en cours à la ZAD du Carnet, viens donc finir avec nous ces constructions !

Au programme du week-end :

  • Chantier dortoir collectif à l’accueil de la zone,
  • Chantier en mixité choisie,
  • Animations,
  • Cantine collective.

Pour plus d’infos sur comment venir sur la Zad, consultez notre site web :
https://zadducarnet.org/index.php/venir-nous-rejoindre/ Read More

Gap : Communiqué sur le délibéré du procès du squat Chez Roger

Rien de nouveau sous le soleil gapençais.

Une nouvelle fois le verdict tombe: une expulsion dans six mois pour « Chez Roger ». Le 5 juillet, on recommence. Une cinquantaine de personnes vont se retrouver à nouveau dans une situation d’extrême précarité, d’instabilité sociale, d’insécurité physique.

Une nouvelle fois, on est plongé dans une situation schizophrénique. Un État, une mairie, incohérents, qui soutiennent une expulsion sans proposer de solution et légitiment donc l’occupation de tels lieux. Conséquences de l’absence de considération et du cercle vicieux enclenché depuis 2016. Maison Cézanne, Cesaï, Chez Roger, et après ?

Une nouvelle fois, monsieur le Maire nie la question des exilé·es sur le territoire en refusant de réagir à la fois à titre privé et à la fois à titre d’élu. Estimant que c’est « une affaire privée », Roger Didier refuse également en tant que Maire de répondre à nos sollicitation de coopération face à cette situation et ne se souci donc pas des conséquences d’une telle inconsidération et irresponsabilité. Monsieur le Maire a récemment communiqué qu’il se « souciait de ces concitoyens », mais a priori pas de tous.

Une nouvelle fois, le problème de fond n’est pas traité, aucun solution d’accueil pérenne n’est envisagé. Être logé, nourrit, dans des conditions dignes d’existence n’est toujours pas possible à Gap. Des enfants de trois ans vont commencer leur scolarisation en septembre et vont donc se retrouver dans un contexte incertain.

Read More

Bruxelles: nouvelle occupation de bâtiment vide

Depuis ce vendredi 15 janvier, 6936 mètres carrés anciennement utilisés par Opel – situés au 552 chaussée de Gand à Molenbeek – sont occupés afin de reloger une partie des 200 personnes sur le point de se faire expulser de chez elles à Jette. L’ouverture de cette nouvelle occupation à Molenbeek fait suite à celle de l’Hospitalière, ancienne clinique saint-gilloise devenue la maison de 80 personnes depuis le 18 décembre. Cette action annonce le lancement d’une campagne de “réquisitions solidaires”.

En tant que collectifs et associations de personnes avec et sans-papiers, d’acteur·ices du droit au logement, d’habitant·e·s de Bruxelles, nous nous organisons une nouvelle fois avec nos moyens pour faire respecter le droit au logement et demander la régularisation de personnes sans-papiers.

Nous continuerons à ouvrir et occuper des bâtiments vides tant que les pouvoirs publics n’apporteront pas de réponses structurelles suffisantes à la crise sociale et sanitaire. En lançant cette campagne, nous affirmons que nous sommes décidé·e·s à nous organiser face à l’absurdité des milliers de bâtiments vides alors que des centaines de gens dorment dehors dans notre ville. L’ouverture d’une dizaine de squats a permis de loger plusieurs centaines de personnes pendant le confinement du printemps 2020. Aujourd’hui, nous voulons visibiliser cette réponse solidaire et auto-organisée, tout en réfutant l’idée que cela constitue une solution structurelle et suffisante. C’est aux pouvoirs publics d’en faire une priorité. Read More

Dijon: procès des jardins de l’Engrenage, rassemblement de soutien

Les jardins de l’Engrenage sont à nouveau en procès, petit déjeuner résistant et solidaire pour les soutenir devant le tribunal de Dijon !
Début novembre 2020, un premier jugement a ordonné l’expulsion des terrains et donc la destruction des potagers, mais nous sommes restés et aucune tentative d’expulsion n’a encore eu lieu (depuis celle ratée du 23 juillet). Vendredi 15 janvier, c’est au tour de la maison de l’Engrenage et de ses occupants d’être menacés, sur requête de la Ville de Dijon. Malgré la trêve hivernale et la situation de crise sanitaire, l’expulsion des habitants de la maison pourrait être ordonnée par la justice, comme elle a ordonné récemment l’expulsion de la Maison du Colonel rue de Mirande, mise à exécution par le Préfet.
Un rassemblement de soutien se tiendra devant le tribunal à partir de 8H45 et toute la matinée. Nous invitons les dijonnais.es qui veulent des arbres et des jardins plutôt que du béton, à nous soutenir sur place. Plus nombreux nous serons, plus sûrement nous gagnerons !! Read More

Lyon: appel à dons pour le squat le Tochamon !

Les habitant-e-s du Tochamon, le nouveau squat à Monchat, manquent de tout ! Appel à dons pour aider leur installation…
Depuis bientôt deux semaines, des précaires occupent une maison vide dans le quartier de Monchat. Les conditions de vie sont pour l’instant très difficiles car les habitant-e-s manquent de tout. Pour des conditions de vie dignes, nous appelons donc à la solidarité à tou-te-s celles et ceux qui peuvent nous donner : Read More