Lyon: pour un relogement immédiat et pérenne des expulsé·es du squat de Feyzin

Communiqué suite à l’occupation du gymnase Clémenceau du jeudi 16 septembre, retours sur le déroulement de l’occupation et les négociations avec la préfécture.

Le jeudi 16 septembre a 7h30, l’expulsion sans préavis du squat de Feyzin est permise par un énorme dispositif policier. Il semblerait que ni la préfecture, ni la DDCS, ni l’Ofii, ni la Métropole, ni l’Armée du Salut, n’aient jugé nécessaire de prévenir les habitant.es d’une opération qui semblait pourtant programmée depuis des semaines. De nombreuses personnes avaient, la veille, quitté le squat après que l’info ait fuité, par peur de l’intervention policière. Ils et elles n’ont donc pas été pris en compte dans le dispositif d’hébergement (malgré des diagnostics sociaux qui induisent normalement une prise en charge même en cas d’absence des habitant.es au moment de l’expulsion). Les chiffres donnés par la préfecture et la presse sont donc largement sous-estimés. Sur 120 à 150 personnes recensées dans le squat, seulement une cinquantaine de personnes ont été emmenées en bus jusqu’à la caserne Chabal, centre d’hébergement à Saint Priest connu pour ses conditions d’accueil indignes. Si 14 personnes ont « refusé » la proposition d’hébergement, c’est parce qu’elle était conditionnée à une aide au retour volontaire, qui consiste tout simplement à accepter de s’auto-expulser. Doit-on a nouveau rappeler à la préfecture que ces personnes sont ici pour rester et que ni leur présence, ni leur droit à l’hébergement inconditionnel ne sont négociables ? A l’issue de cette opération et sans compter les personnes dont on a perdu la trace, c’est au moins une trentaine de personnes, seules ou en famille, qui se sont retrouvées à la rue ce jour-là. Read More

Lyon: occupation du gymnase Clémenceau pour un relogement immédiat et pérenne des expulsé·es du squat de Feyzin

Ce matin jeudi 16 septembre vers 7h30, sans préavis, plus de 20 camions de la police nationale, municipale, des unités de CRS, de la Police Aux Frontières, accompagnés de représentant.es de la préfecture, de la mairie, de la DDETS/DDCS, de l’Ofii et de l’Armée du Salut, ont déployé un immense dispositif pour expulser le squat de Feyzin, ancienne école Georges Brassens. Depuis février 2020, le lieu abritait 100 à 200 personnes, familles et personnes isolées, et subissait les pressions, menaces et procès du propriétaire, la multinationale Total.

Personne, ni habitant.es, ni soutiens, ni associations, n’avait été officiellement prévenu de l’intervention. La plupart des habitant.es n’ont pas pu récupérer l’ensemble de leurs affaires. Serait-il plus important, pour les institutions pourtant en charge de l’hébergement inconditionnel de toutes et tous, de préserver l’image de Total contre un énième scandale, plutôt que de respecter les habitant.es et leur droit à l’hébergement ? Read More

Lyon: appel urgent à solidarité contre l’expulsion du squat de Feyzin

Nous venons d’apprendre que les flics ont prévu d’expulser le squat de Feyzin le jeudi 16 à 7h du matin. Nous appelons donc à un rassemblement de soutien aux centaines d’habitant.es qui y ont trouvé un toit depuis maintenant 1 an et demi.
Depuis février 2020, l’ancienne école Georges Brassens de Feyzin abrite plus de 200 habitant.es. Propriétaire du terrain et de la raffinerie adjacente, l’entreprise Total a trainé le squat de procès en procès. Après avoir fait appel du délai accordé en première instance, Total a obtenu de la Cour d’appel ce qu’elle voulait : l’expulsion immédiate du lieu et l’annulation des délais accordés.
Pourtant, à ce jour, un grand nombre d’habitant.es n’ont pas de solution de relogement ! Faute de places d’accueil nécessaires -il manque 1000 places d’hébergement d’urgence à Lyon- et à cause de la politique du non-accueil de l’Etat, beaucoup de personnes vont se retrouver à la rue. Read More

Lyon: « Squatter c’est lutter » par Mayday

Cette semaine Mayday et le canut-infos du vendredi tendent leurs micros dans les squats lyonnais pour parler hébergement, activités et réappropriation des lieux vides.

Reportage diffusé sur Radio Canut. « Squatter c’est lutter » par Mayday et les infos du vendredi.
Cette semaine Mayday et le canut infos du vendredi vous présentent un second volet sur le squat. Où vous pourrez entendre des ouvreuses et ouvreurs de lieux vides qui mettent du monde à l’abri, luttent contre la gentrification et organisent parfois aussi des fêtes monstrueuses. C’est ce mercredi à 18h et vendredi à 19h, restez branché.es sur le 102.2, on occupe la bande FM !

Read More

Lyon: procès du squat de Feyzin, appel à soutien

Face aux menaces d’expulsions qui risquent de s’enchaîner dès la fin de la trêve hivernale, organisons la solidarité !
Les squats et autres logements informels font partie des endroits les plus exposés au risques liés à la crise sanitaire. Alors que pendant le confinement, l’Etat et la Métropole n’ont quasiment apporté aucune aide dans ces lieux d’habitation déjà précaires, les procédures d’expulsion repartent de plus belles, et menacent de mettre à la rue plus d’un millier de personnes sur Lyon dès la fin de la trêve hivernale (10 juillet).
Le 16 juin, c’est au tour de l’ancienne école Georges Brassens de Feyzin, appartenant désormais à Total, de passer en procès. Abritant à peu près 70 personnes, l’école, aménagée et rendue vivable, représente aujourd’hui un lieu de vie pour ses habitant.es. Venons donc les soutenir face aux menaces d’expulsion afin d’exiger un logement décent pour tous.tes et de dénoncer les politiques répressives et discriminatoires de ce gouvernement.
Rendez-vous mardi 16 juin à 9h devant le tribunal d’instance de Villeurbanne au 3 Rue Docteur Fleury Pierre Papillon pour un petit-déjeuner de soutien. Read More