Brest: expulsion du squat « Super 5 »

Jeudi 11 mai, quelques jours après avoir rendu son existence publique, le squat « Super 5 » a été expulsé par la police vers 8h45 du matin, sans procès ni rien, avec pour probable justification qu’il s’agirait d’une violation de domicile, puisque selon Le Télégramme, « cette maison est régulièrement occupée par son légitime propriétaire, un homme âgé de 87 ans », bien que celui-ci vive « en établissement de retraite »… Read More

Montpellier: expulsion du Royal après plus d’un an d’existence

Le Royal Occupé, lieu d’habitation et d’activités politiques emblématique de la culture alternative montpelliéraine depuis un peu moins d’un an, a fermé ses portes ce jeudi 11 mai 2017 à 5h50 du matin.

Le squat du Royal, dont l’occupation avait débuté le 30 mars 2016 durant le mouvement contre la loi Travail, a vu ses occupants expulsés ce jeudi 11 mai. Une vingtaine de personnes ont ainsi perdu leur toit, et Montpellier est en deuil d’un lieu de culture alternative et anticapitaliste. Read More

Grenoble: expulsion du 1-3 rue Aristide Bergès des exilés du Village Olympique

Ce mardi trois mai se tenait une cantine devant le squat du 1-3 rue Aristide Bergès. Ce bâtiment, vide depuis plusieurs année appartient au CHU de Grenoble, et venait d’être ré-ouvert par des militants du droit au logement pour héberger les exilés du village olympique, qui a brûlé il y a quelques semaines.Une heure après le repas, plusieurs fourgonnette ont débarqué en trombe dans la rue, et plusieurs escouades de policiers, déjà casqué, équipés, et matraque levée en ont surgit.

S’en sont suivis poussage et matraquage des personnes présentes en soutien devant la porte d’entrée. La rue fût bouclée, et pendant deux heures les militants et les soutiens ont bloqué le quai Claude Bernard, tout en chantant des slogans contre les expulsions et pour la régularisation de tous les sans-papiers.

Blocage brutalement brisé par les policiers, à coups de gazeuse et de matraque.

Read More

Dumbéa (Kanaky): cinq cabanes détruites au squat Kavatawa

Ce matin, mardi 25 avril, une procédure d’expulsion de quatre familles, soit une quinzaine de personnes, a été menée dans le squat Kavatawa, à Dumbéa.

Cerné par Kenu-In, les Palmiers 3 et l’Entre-deux-Mers, ce site est au cœur de toutes les convoitises immobilières. Le squat est ainsi voué à disparaître afin de laisser place aux projets immobiliers et aux infrastructures du futur centre urbain de Koutio. Une sorte de processus de gentrification made in Nouvelle-Calédonie… Read More

Montpellier : le squat Le KaLaj a été expulsé

Les habitants du squat Le KaLaj, rue Desmazes, quartier Figuerolles, ont été expulsés tôt ce matin [jeudi 13 avril 2017] par une quarantaine de policiers. L’un des squatteurs était noir, il a donc fini au poste pour un contrôle d’identité. #lapoliceestraciste

Le Kalaj est un « squat militano-artistico-kalé » ouvert il y a plus de 5 ans dans le quartier Figuerolles. Projections, pièces de théâtre, ateliers de sculpture ou de fabrication d’antenne wifi, le Kalaj a aussi logé Lo Barrut et Touristar pour leurs premières répétitions et accueilli le hackerspace Le BIB [1] lorsqu’il n’avait pas de local. Généreux, les habitants du lieu (5 à 10 personnes) ont toujours prévu une place sur le canapé pour les galériens de passage. Read More

Montevideo (Uruguay): fin agitée de la Solidaria…

Le 21 mars, une manifestation a été organisée à Montevideo pour s’opposer à l’expulsion du centre social occupé La Solidaria. Selon la presse, des rues ont été bloquées avec des poubelles enflammées, il y a eu quelques jets de Molotov et une dizaine de personnes ont attaqué le siège central du Parti communiste, un local en construction du nouveau siège d’Abitab, ainsi qu’une association de retraités de la police. La Garde Républicaine a ensuite obligé les manifestant-e-s à bouger.
Puis, le 4 avril, des perquisitions ont mené à l’arrestation de cinq personnes, en rapport avec ces événements… Read More

Grenoble: expulsion du 1 rue Auguste Gaché

Depuis le jeudi 6 avril, le 1 rue Auguste Gaché était occupé par les ancien.ne.s habitant.e.s du Village Olympique (essentiellement des demandeurs d’asile et des sans-papiers) et sans logement depuis l’incendie de leur immeuble (voir texte « Appel à soutien »).

Mardi 11, aux alentours de 13h, plusieurs cars de CRS et voitures de police nationale ont bloqué le quartier des Halles Ste-Claire afin de procéder de manière illégale à l’expulsion de ce lieu occupé.

Malgré le soutien de plusieurs associations et de voisin.e.s solidaires, la police a vidé les lieux de manière brutale, embarquant 4 personnes en garde à vue (libérées au bout de 22 heures). Très vite le bâtiment à été muré comme tant d’autres sur la ville.

Ce lieu, appartenant à une société de spéculation immobilière (SCPI Renovalys, groupe dépendant de EIFFAGE) est vide depuis des années, et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres, alors que plus de 2 000 personnes sont à la rue a Grenoble. Read More

Nantes: expulsion de la Maison d’Elin

Ce matin [jeudi 6 avril 2017], à 7h, plusieurs fourgons de la Compagnie Départementale d’Intervention sont venus surprendre le sommeil des habitants d’Elin [squat situé au 16 rue des Dervalières].
A coups de bélier sur la porte, ils ont sommé les résidents de sortir. Ils ont ensuite laissé moins d’une heure à deux militantes pour sortir le maximum d’affaires. Quelques affaires ont pu dans l’urgence être sorties, sous les regards hilares et les remarques sexistes/racistes des policiers.

Après plus d’un an, Elin est expulsé. Cette maison datant de 1913 était la première occupation du collectif Mineur-e-s Isolé-e-s Etranger-e-s au début de la lutte. Elle est expulsée bien que l’ordonnance ne cible pas directement les résidents. Une vingtaine de jeunes se retrouvent à la rue ce soir, sans solution et ayant laissé derrière les portes closes des affaires personnelles, des papiers, des souvenirs.

Cette expulsion marque une nouvelle fois les corps, les coeurs de ceux qui ont déjà connu tant de souffrances, d’exclusions, d’expulsions. Elle est une réponse de la préfecture aux mobilisations que tentent de porter les jeunes pour faire entendre leur voix. Elle est la preuve de la violence que déploient les gouvernant-e-s contre celleux qui n’ont rien. Read More

Lagos (Nigeria): plus de 5 000 personnes expulsées de leur logement en un week-end

Le vendredi 17 mars 2017, la police et l’armée nigériannes ont procédé à une opération de destruction-expulsion de logements d’une ampleur inouïe, avec un résultat assez horrible puisqu’apparemment près de 5 000 personnes ont perdu leur logement en un week-end, toutes habitantes du bidonville d’Otodo-Gbame, situé à Lagos, capitale du Nigeria.

Lors de cette intrusion policiaro-militaire, de violents affrontements éclaté, les habitant-e-s s’opposant aux forces de l’ordre avec leurs faibles moyens et leur colère immense. Read More

Athènes (Grèce): l’État grec fait la chasse aux migrant·e·s et à leurs soutiens anarchistes

Communiqué des Relations Internationales de la CGA (Coordination des Groupes Anarchistes) sur la double expulsion de squats à Athènes la semaine dernière (13 mars 2017) et sur la situation du mouvement anarchiste grec

Le lundi 13 mars 2017, au petit matin, les forces de répression grecques ont envahi les squats « Scholeio » (École) et Villa Zografou, deux lieux emblématiques de la solidarité avec les migrant·e·s et du mouvement libertaire à Athènes. Le premier hébergeait, en effet, 127 personnes réfugiées et migrantes, dont une cinquantaine d’enfants. Tou·te·s ces gens ont ensuite été envoyé·e·s dans des taules pour migrant·e·s dont l’installation a été décidée pour la plupart par les autorités européennes. Le deuxième lieu était occupé par un collectif anarchiste depuis fin 2011, qui y proposait de nombreuses activités politiques et culturelles en dehors des rapports marchands et autoritaires. 7 camarades ont été arrêté·e·s à cette occasion. Read More

Marseille : 2 mars, énième expulsion illegale

Arrivé.e.s pour soutenir des occupant.e.s d’un appartement face à la présence des propriétaires, nous étions un petit groupe sur ce parking. Les propriétaires étaient accompagné d’un gros bras se présentant comme agent immobilier, et d’un groupe d’adolescent.e.s dont certains vraisemblablement leurs enfants avaient apportés un pied de biche.

Ces personnes s’étaient initialement présenté.e.s à la porte en se faisant passer pour la police, en obstruant le judas. Est venu s’ajouter à ce groupe un serrurier et un premier duo de la police nationale. Notre modeste renfort était basé sur l’envie manifeste d’en découdre de ce groupe avec les occupant.e.s. Read More

Berne: Un vent de révolte souffle

20170222_expulsion_Effi29_Berne_0Ce mercredi une maison occupée (Effy29) a été évacuée par un énorme dispositif policier, ce qui a donné lieu à une manifestation/émeute le soir même. Prochaines manifs annoncées vendredi soir et samedi soir.

Ce mercredi matin une maison occupée depuis décembre 2016 à la Effingerstrasse et menacée d’évacuation depuis plusieurs semaines à été évacuée. L’évacuation a duré 7 heures, 19 personnes ont été arrêtées dans la maison (partiellement relachées le mercredi soir), une centaine d’agent-e-s de police accompagné-e-s d’un canon à eau ont été mobilisé-e-s et la moitié du quartier bouclé. Les personnes à l’intérieur se sont défendues avec des feux d’artifices et moultes barricades.
Tout autour de la maison, une cinquantaine de personnes se sont relayées pour soutenir les personnes résistants à l’intérieur, de la nourriture a été amenée ainsi que de la musique.
Puis autour des 15 heures, une première petite manifestation spontanée à parcouru la ville.
Le soir même vers 21 heures, un cortège d’environ 400 personnes en colère s’est lancé dans les rues du quartier étudiant de Berne. Après une heure d’émeute, la manifestation s’est terminée devant les portes de la Reitschule. Read More

Montreuil (93): expulsion de l’espace autogéré Salamatane

Expulsion du squat Salamatane, espace autogéré à Montreuil, 119 bis rue de Paris, métro Robespierre.

Encore un espace autogéré ouvert au public expulsé, mercredi matin 18 janvier 2017 vers 10h, dans lequel fonctionnait une bibliothèque associative (des cours de français et d’alphabétisation y étaient d’ailleurs dispensés). Chaque semaine, il était organisé des repas sénégalais à prix libre avec l’exposition d’artistes de divers horizons. Un studio de répétition équipé était mis à disposition pour les musiciens. Read More

Lille: incendie et expulsion de l’Insoumise

RASSEMBLEMENT SAMEDI 14 JANVIER – RIHOUR – 18H
Tout le monde aime l’Insoumise – Suite à l’expulsion de l’Insoumise

Hier, mercredi 4 janvier, vers 19h nous apprenons par des gens du quartier que la police municipale entre par effraction dans L’Insoumise. Nous arrivons pour constater que des uniformes surveillent la porte en attendant que l’entreprise Rabot-Dutilleul ferme le lieu. Le responsable de la mairie nous assure qu’il ne s’agit que d’un placage en bois provisoire en attendant qu’un expert considère si l’incendie n’a pas endommagé la structure du bâtiment. Auquel cas il n’y aurait pas d’expulsion. Nous savons que la structure du bâtiment n’a pas été touchée, les pompiers nous l’ont confirmé. Read More

Saint-Martin-d’Hères (38): quand expulsion et violence policière vont de pair

Lundi 2 janvier 2017, un goûter était organisé devant une maison située 47 avenue Jean Jaurès à st-Martin-d’Hères. Cette maison était vide et inoccupée depuis plus d’un an. Le goûter était l’occasion de montrer notre soutiens aux personnes présentes à l’intérieur depuis le 28 décembre 2016. Après une demi-heure de goûter, le premier fourgon de la police nationale arrive, suivi de peu par une voiture de la police municipale de st-Martin-d’Hères. Comme vous le savez sûrement, au titre de l’article 102 du code civil, le domicile de quelqu’un est le lieu où il établit son habitation principale, où il reçoit son courrier. Bref là où il vit et ne peut pas en être expulsé sans une procédure juridique contradictoire au tribunal d’instance. Par conséquent on ne peut donc pas le mettre à la rue du jour au lendemain. Read More