Strasbourg: première émission radio « A nos mort.e.s » de la Pigeonne

Le 31 octobre 2020, à l’occasion de Samhain, un moment suspendu entre la vie et la mort, entre le jour et la nuit, nous avons voulu célébrer nos mort-es à la Pigeonne, le squat queer féministe antiraciste de Strasbourg.
Iels n’auront pas notre tristesse. Transformons nos deuils en force et nos rages en puissances. Nous avons lu et diffusé les réponses à notre appel à créations militantes, fictives, poétiques. Ces textes ou sons célébrent de manière politique nos mort-es assassiné-es ou suicidé-es, victimes du sexisme, du racisme, de la transphobie et de la transmysogynie, de la putophobie et de la queerphobie.

Read More

Strasbourg: La Pigeonne menacée d’expulsion, mobilisons-nous. Danger imminent!

Dans une période où les expulsions locatives et de squats, violentes voire illégales, ont redémarré (comme à Caen et à Gap), alors que la trêve hivernale prolongée s’est terminée le 10 juillet, des menaces d’expulsion imminente pèsent sur la Pigeonne dans les prochains jours ou semaines. Dans un contexte de pandémie mondiale et de crise sociale et économique inédite, ces démarches sont d’autant plus intolérables.

Pour rappel, la Pigeonne accueille des femmes, enfants et personnes queers, précaires, exilées et marginalisées, occupant à Cronenbourg (Strasbourg) un bâtiment délaissé depuis plusieurs années par des propriétaires privés. Depuis le 27 février 2020, la maison du 25 rue des pigeons est ainsi devenue un squat d’habitation et d’organisation autogéré et queer-féministe en mixité choisie (sans hommes cisgenres*). L’existence de ce lieu, où se construisent des solidarités impossibles à obtenir par d’autres biais, est donc nécessaire et vitale.

Nous en appelons à la solidarité du voisinage et de toute la population strasbourgeoise pour se mobiliser et défendre ce lieu afin d’assurer la sécurité de ses habitant.e.s. Read More

Strasbourg: La Pigeonne, squat féministe et queer

Pourquoi nous squattons ?

Nous, femmes et personnes queers, féministes, précaires, exilées et marginalisées à plusieurs niveaux, occupons à Strasbourg un bâtiment délaissé depuis plusieurs années. Depuis le 27 février 2020 La Pigeonne est devenue un squat d’habitation et d’organisation en mixité choisie (sans hommes cisgenres*).
En tant que femmes et personnes queers, nous sommes cibles de violences à la fois physiques, sexuelles, économiques, sociales et administratives. Nous subissons davantage la pauvreté et la précarité. Nous revendiquons notre droit inconditionnel à avoir un toit. Nous trouvons aberrant d’être à la rue, de manquer de soins ou de nourriture tandis que les possédants gaspillent et continuent de s’enrichir. La précarité n’a jamais été un choix pour personne. Elle est le résultat d’une volonté politique, organisée et réaffirmée des dominants pour entretenir une classe exploitable. Ni les institutions ni les patrons ne veulent notre autonomie. Au contraire ils participent quotidiennement à notre précarisation.
Dès lors, nos priorités sont de nous mettre à l’abri, de construire des solidarités entre nous, de dénoncer ensemble une société patriarcale et un système économique qui sacrifie les plus vulnérables. Pour une transformation sociale et l’émancipation de toutes les femmes et personnes queers, nous privilégions des initiatives faites par nous et pour nous.
Face à l’incompétence de l’État, la violence de ses institutions, et sa répression policière sexiste, queerphobe et raciste de plus en plus violente et systématique, nous nous organisons. Nous occupons l’espace qu’on nous refuse. Read More