Berlin (Allemagne): un véhicule de Vonovia incendié

Il est facile de reconnaître les mensonges du Sénat rouge-rouge-vert [Note d’Attaque: référence à la coalition SPD, Die Linke (gauche), Die Grünen (Verts), qui gouverne la ville-État de Berlin.], le Sénat des expulsions, derrière les excuses sur la sécurité incendie du squat Rigaer 94. La façon dont Geisel [Note d’Attaque: Andreas Geisel, politicien du SPD, actuel Sénateur à l’Intérieur de Berlin.] et ses acolytes ont paradé pendant des mois pour légitimer politiquement l’attaque prochaine de ce lieu, prévu pour le 17 juin, est d’autant plus éhontée. Mais les expulsions de la librairie Kisch & Co et de la Köpi-Wagenplatz sont imminentes elle aussi et elles poursuivent la vague d’expulsions des dernières années.
Read More

Grenoble: le chauffage finalement coupé par l’équipe Piolle au 7 place Laurent Bonnevay

Quartier de l’Abbaye: après 4 ans à chauffer les logements vides, «l’équipe Piolle» fait finalement couper le chauffage aux familles occupantes la veille de Noël !

La mairie avait pourtant la possibilité d’empêcher les coupures d’électricité, d’eau et de chauf­fage : pas moins de six conseillerEs municipaux, sont impliquéEs dans les coupures ! Read More

Dong Tam (Vietnam): quatre morts dont trois policiers lors d’affrontements contre l’aggrandissement d’un aéroport

Depuis le 31 décembre 2019, des unités du ministère de la Défense et des employés de BTP travaillent à la construction des murs de clôture pour protéger l’aéroport militaire Mieu Mon à Hanoï. Mais ces clôtures empiètent énormément sur des terrains utilisés par des habitant·e·s vivant à côté, notamment dans le village de Dong Tam, déjà connu pour son opposition à l’État dans des affaires de confiscation de terres (cf. cet article de 2017). Ça fait environ trois ans que les villageois·es contestent la confiscation par les militaires de terrains entourant l’aéroport de Mieu Mon (dans le nord du pays, près de la capitale Hanoï).

Des affrontements ont éclaté à l’aube du jeudi 9 janvier 2020 lorsque les autorités ont tenté d’ériger une clôture autour des terres revendiquées par les habitant·e·s. Les forces de l’ordre ont alors rencontré des habitant·e·s muni·e·s «de grenades, de cocktails Molotov et de couteaux», selon un communiqué du ministère de la Sécurité publique. Le «désordre» a conduit à «la mort de trois policiers et un villageois» ajoute le communiqué, précisant que d’autres villageois ont été «arrêtés pour violation grave de la loi».
Read More

Montreuil (93): Patrice Bessac et le Foyer Bara… réquisitionner, mais surtout expulser et trier

Depuis une semaine, le maire de Montreuil Patrice Bessac est salué un peu partout comme « le maire humaniste », « le maire courage » qui a réquisitionné un bâtiment vide pour y héberger des travailleurs migrants. Mais cette réquisition cache une stratégie pour détruire le foyer Bara, trier ses habitants, et pourquoi pas, gentrifier davantage le Bas Montreuil. Read More

Fontaine (38) : Infos du squat du 32 rue maréchal Joffre à la suite de l’expulsion

Bonjour,

Nous vous écrivons aujourd’hui pour vous informer de la situation alarmante du squat du 32 rue Maréchal Joffre à Fontaine ouvert fin novembre et expulsé le 25 janvier, où des personnes sans logement, notamment demandeuses d’asiles habitaient.

Une procédure d’expulsion avait été engagée par la SDH (bailleur social, principal propriétaire du bâtiment) et la mairie de Fontaine. Ce procès devait se tenir le 22 janvier, mais l’avocate a obtenu un report pour le 26 février. En parallèle, la SDH a lancé deux autres procédures dont une très particulière, appelée ordonnance sur requête, qui est une procédure non contradictoire (c’est à dire qu’on ne connaît pas la date du procès et où on ne peut pas se défendre ; on est uniquement averti·e·s du rendu). C’est une utilisation largement abusive de ce genre de procédure, dont un des motifs était la non-identification des habitants (les occupants avaient leur nom sur leur boîte aux lettres et le rendu de cette ordonnance sur requête était nominatif !). De plus, le juge a accordé l’expulsion de ce squat sans aucun délai, y compris la trêve d’hiver, car il n’y a pas eu de défense au procès. Read More

Dong Tam (Vietnam): des villageois-es en lutte se barricadent et retiennent des flics en otage

Le mois dernier, le dimanche 16 avril 2017, dans le village de Dong Tam, à proximité de Hanoï, des affrontements violents ont opposé des habitant-e-s aux policiers, les jets de pierres forçant ces derniers à reculer… Dans la foulée de ces émeutes, environ une quarantaine de policiers ont été retenus en otage dans un gymnase par des villageois-es en colère qui protestaient contre la confiscation de leurs terres par l’armée. Read More

Montreuil (93): expulsion de l’espace autogéré Salamatane

Expulsion du squat Salamatane, espace autogéré à Montreuil, 119 bis rue de Paris, métro Robespierre.

Encore un espace autogéré ouvert au public expulsé, mercredi matin 18 janvier 2017 vers 10h, dans lequel fonctionnait une bibliothèque associative (des cours de français et d’alphabétisation y étaient d’ailleurs dispensés). Chaque semaine, il était organisé des repas sénégalais à prix libre avec l’exposition d’artistes de divers horizons. Un studio de répétition équipé était mis à disposition pour les musiciens. Read More

Saint-Martin-d’Hères (38): quand expulsion et violence policière vont de pair

Lundi 2 janvier 2017, un goûter était organisé devant une maison située 47 avenue Jean Jaurès à st-Martin-d’Hères. Cette maison était vide et inoccupée depuis plus d’un an. Le goûter était l’occasion de montrer notre soutiens aux personnes présentes à l’intérieur depuis le 28 décembre 2016. Après une demi-heure de goûter, le premier fourgon de la police nationale arrive, suivi de peu par une voiture de la police municipale de st-Martin-d’Hères. Comme vous le savez sûrement, au titre de l’article 102 du code civil, le domicile de quelqu’un est le lieu où il établit son habitation principale, où il reçoit son courrier. Bref là où il vit et ne peut pas en être expulsé sans une procédure juridique contradictoire au tribunal d’instance. Par conséquent on ne peut donc pas le mettre à la rue du jour au lendemain. Read More

Saint-Denis (93): expulsion du bidonville du quartier Allende

Jeudi 5 janvier, les CRS sont venus expulser le bidonville du quartier Allende à Saint-Denis. 300 personnes y vivaient depuis un an, seulement une trentaine de relogements ont été proposés.

Pile au début du « plan grand froid » du gouvernement, censé mettre à l’abri les personnes à la rue. La classe socialiste.

En vidéo ici.

[Publié le 7 janvier 2017 sur Paris-Luttes.info.]

Dieppe : expulsion hivernale

Le jugement d’expulsion des habitant-e-s, soit « de la vingtaine de migrants – pour la majorité des Albanais – et du SDF français » du campement de Neuville-lès-Dieppe a eu lieu lundi 26 décembre, l’expulsion mercredi 28.

Dans un communiqué, l’association Itinérance Dieppe reprend les expulsions de l’année et les circonstances de celle-ci: Read More

Saint-Denis (93): vacances d’été, vacance d’humanité

À propos de l’évacuation du campement Wilson à Saint-Denis le jeudi 4 août 2016.

L’expulsion du bidonville de Wilson était prévue depuis le mois de mai 2016, à la suite d’un arrêté pris par monsieur le maire PCF de Saint-Denis, Didier Paillard, pour des raisons d’hygiène et de sécurité. Rappelons qu’à la date de l’arrêté, le bidonville existait depuis un an et demi environ sans que la mairie ait pris le soin de recenser les personnes présentes ou de chercher à résoudre les problématiques qu’elle soulève, comme le montre l’extrait suivant, tiré de l’arrêté : Read More

Renens (Lausanne): les maisons de la rue de l’Avenir expulsées

Qu’il se dise d’extrême gauche ou d’extrême droite, le pouvoir reste le pouvoir. La « ville rouge » jette des dizaines de personnes à la rue pour planter un champ de tournesols.

Mercredi 30 mars à cinq heures du matin, nous avons été expulsé-e-s. Dans le silence de la nuit, quand personne ne peut voir, à l’abri des regards, lorsque tout est permis. Nous le savions depuis quelques jours, l’expulsion était imminente. Pourtant, on n’arrive toujours pas à le croire. On n’arrive pas à croire que la rue était bouclée, remplie de fourgons, et que c’est le DARD, boucliers, armés, qui est venu nous réveiller. Read More

Dieppe: vent d’expulsion et solidarité

Déjà à l’époque du Centre de Sangatte, ouvert de 1999 à 2002, des exilé-e-s essayaient d’entrer au Royaume-uni à partir d’autres ports que Calais, de manière occasionnelle. Avec l’augmentation progressive du nombre d’exilé-e-s à la frontière à partir de l’automne 2013, ces lieux de passage occasionnels sont devenus progressivement les lieux de campements plus ou moins permanents. Dès l’été 2014, des élus et des médias locaux s’étaient fait l’écho de la situation. Read More

Grenoble/Saint-Martin-d’Hères: chronique des gens de l’intérieur et de l’extérieur (désormais tous à l’intérieur)

Nous voilà touTEs à l’intérieur. Après 11 jours de fortes pressions, de coups bas et de petits actes de guéguerre de la part des institutions… Le siège s’achève petit à petit. La mairie diminue sa pression en se résignant à rentrer dans les procédures légales qu’elle a jusqu’alors essayé d’ignorer ; lundi matin un huissier est passé constater notre présence à l’intérieur et les vigiles, bien que toujours présents, agissent avec de moins en moins de conviction. Petit à petit nous nous approprions le lieu, et la relation avec les habitant-e-s du quartier semble démarrer sur des bonnes bases. Read More

Saint-Martin-d’Hères (38): manifestation raciste contre l’occupation d’une maison rue Romain Rolland

Vendredi 11 septembre à Saint Martin d’Hères (Isère), une famille qui occupait une maison rue Romain Rolland a dû partir de son domicile en catastrophe, sous la menace de plus de 80 voisins hostiles à leur installation dans le quartier. Cette famille a subi des insultes, des menaces de mort, une haine raciale sans complexe (ils sont Roms) et le mépris honteux des institutions qui leur dénient le droit à un logement digne.

Après s’être fait expulser du bidonville d’Esmonin par la mairie de Grenoble en juillet, comme bon nombre d’autres familles sans solution de relogement, et avec la rentrée des enfants approchant, cette famille n’a pas eu d’autre choix que d’occuper une maison vide. Read More