Gap (05): ouverture d’un centre social autogéré (le Cesaï)

N’attendons plus rien de la part de l’État et des institutions qui de toutes façons ne jouent pas leur rôle et ne respectent pas leurs propres lois.

Face à la situation des exilés et laissés-pour-compte, à la misère social et au vide culturel de la ville de Gap, le CESAÏ (centre social autogéré) ouvre ses portes rue de l’Imprimerie. Son but est de proposer un hébergement, un lieu de solidarité, d’organisation et des activités libres et gratuites.

Réapproprions-nous nos vi(ll)es. Read More

Montreuil (93): ouverture de l’Écharde

Lundi 1er octobre 2018, alors que des artistes du Jardin d’Alice allaient sagement rendre les clefs du bâtiment, 19 rue Garibaldi à Montreuil, une trentaine de personnes sont venues perturber leur plan en occupant le lieu. Après 3 ans de gardiennage, cet endroit devait être rendu au géant de l’immobilier Nexity qui gère le bâtiment pour le compte de l’EPFIF (Établissement Public Foncier de la région Ile-de-France). Alors que l’État tente de vider de leur sens les luttes de mal-logé.e.s en faisant signer des conventions d’occupation précaire, des artistes aux zadistes, alors que les maires de gauche font miroiter des réquisitions pour grappiller quelques bulletins de vote, nous, comme d’autres, on squatte. Read More

Dijon: chronologie de l’ouverture d’une maison à Chenôve pour les migrant·es

50 personnes migrantes qui étaient à la rue depuis les expulsions successives de XXL et de Stalingrad ont élu domicile Boulevard Bazin à Chenôve. Elles ont besoin de soutien dès aujourd’hui. Suivez le fil d’info. Read More

Bagnolet (93): le collectif Baras occupe un nouveau bâtiment… Besoin de soutien !

Après l’expulsion du squat du collectif Baras cet été, et après avoir dormi sous l’échangeur de Bagnolet sans aucune solution proposée par les pouvoirs publics, nous occupons un nouveau bâtiment : l’ancienne Sécu de Bagnolet, 8 place du 11 novembre 1918.
Nous appelons à venir nous soutenir dès maintenant et dans les prochains jours. Read More

Dijon: quand la préfecture passe en force. Retour sur l’expulsion du 41 av. de Stalingrad et décryptage d’une rhétorique

« Le droit n’est que la continuation de la politique par d’autres moyens. »
Mumia Abu Jamal

# RETOUR SUR LES ÉVÉNEMENTS

À Dijon, depuis 2011, plusieurs squats abritant des groupes d’exilé·es se sont succédé. Procédures après procédures, les expulsions se sont enchainées elles aussi. Le 11 juillet dernier, le XXL, ancien hôtel squatté offrant un toit à plus de 80 personnes depuis deux ans est expulsé. Des échanges avec les propriétaires en vue de l’achat du bâtiment par des soutiens associatifs étaient pourtant en cours. Peu importe. L’armada policière se déploie au petit matin. Le dispositif mis en place est renforcé, pour la première fois, par la présence de la police aux frontières qui fera sa sale besogne : trier, ficher et enfermer. Read More

Angers: occupation d’une ancienne CPAM contre la loi ELAN

Auto-réquisition d’un espace d’accueil, d’hébergement et d’activités

Nous avons collectivement réquisitionné l’ancienne CPAM du quartier de la Doutre à Angers, depuis le 3 septembre 2018. Celle-ci était laissée sans occupation ni activité depuis au moins deux ans. Nous souhaitons par ce texte éclairer notre démarche.

Une manifestation est prévue à 15h devant la préfecture samedi 15 septembre, une AG et un repas d’ouverture à 18h à la CPAM réquisitionnée. Read More

Paris: les mal-logés sont sur les Champs-Elysées

COMMUNIQUÉ – Paris, le 10 septembre 2018.

Les « oubliés du logement » ont passé une première nuit « sur les Champs ».

LE COLLECTIF DE 250 FAMILLES MAL LOGÉES, SANS LOGIS, OU MENACÉES D’EXPULSION S’INSTALLE DU 9 AU 14 SEPTEMBRE, PLACE CLÉMENCEAU, SUR LES CHAMPS-ÉLYSÉES :

– POUR LEUR RELOGEMENT DÉCENT
– CONTRE LA LOI ELAN ET SES MESURES ANTI PAUVRES
– POUR QUE LE PLAN DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ S’OCCUPE DES SANS ABRIS, DES MAL LOGÉS, DES PERSONNES MENACÉES D’EXPULSION SANS RELOGEMENT Read More

Caen: ouverture d’un squat au 16 rue René Duchez

Samedi 8 septembre 2018 – L’Assemblée Générale de Lutte Contre Toutes les Expulsions officialise un nouveau squat, situé au 16 rue René Duchez à Caen vers la Folie Couvre-Chef (près du lycée Camille Claudel, arrêt de bus «5 Continents»). Actuellement, 15 familles sont présentes et d’autres arrivent. Ce lieu était abandonné depuis plus de deux ans, abritant avant une maison de retraite. Read More

Nantes: occupation en soutien aux exilé.es… et expulsion

Nous avons décidé d’occuper un lieu, la maison de quartier Champ de Mars Madeleine, 22 rue Émile Péhant, pour protester contre les politiques hypocrites.

La préfecture a dit dans la presse que la mairie n’aurait pas dû expulser si vite le lycée Leloup, nous comptons donc sur elle pour ne pas envoyer ses chiens de garde. La mairie, elle, trouve que la préfète n’aurait pas dû expulser Daviais et que cette situation dramatique « prend aux tripes ». Nous donnons là l’occasion à Nicole et Jojo de montrer leur solidarité ! Read More

Nord Cauca (Colombie): la police assassine Fredy Julian

Communiqué du Mouvement de Libération de la « Terre Mère », Vallée nord du Cauca, municipalité de Caloto.

Ce jeudi 23 août 2018, encore une fois en toute impunité et dans le silence médiatique total, Fredy Julian, un jeune Nasa de Vista Hermosa a été assassiné pour avoir « libéré la terre mère ». Ce serait le huitième mort depuis le lancement du processus de « liberación de la Madre Tierra » ou « Uma Kiwe » en Nasa. Read More

Caen: Officialisation d’un nouveau squat, 9 allée du Bosphore

Aujourd’hui samedi 1er septembre 2018, l’Assemblée Générale de Lutte Contre Toutes les Expulsions officialise le squat du 9 allée du Bosphore à Caen (quartier Folie-Couvrechef).
L’ouverture de ce squat n’est que le début de notre réaction aux attaques des autorités publiques. En cette période estivale la répression ne prend pas de vacances: en deux mois, ce sont quatre squats qui ont été expulsés mettant à la rue des centaines de personnes dont de nombreux enfants scolarisés. En effet, hier, vendredi 31 août, le squat de Venoix, boulevard Gallieni, à été expulsé. Ce sont ainsi une vingtaine d’enfants mise à la rue une veille de rentrée scolaire.
Ces événements locaux en sont que le reflet d’une politique nationale antisociale, xénophobe et fasciste. L’Etat se vante d’accueillir Soixante migrant-es de l’Aquarius et prétend reloger dignement les familles qu’elle met à la rue. Or ce ne sont que des solutions éphémères! Read More

Afrique du Sud: l’occupation Zikode Extension tient depuis plus de trois mois

Entre Germiston et Boksburg, dans l’East Rand (en banlieue de Johannesbourg), un terrain est occupé depuis le 11 mai 2018: Zikode Extension. Nous l’occupons depuis maintenant plus de trois mois. Nous résistons toujours et nous continuerons à résister. Read More

Genève (Suisse): Prenons la ville occupe Porteous

Le bâtiment Porteous (renommé désormais « Le Plongeoir »), situé au bout du chemin de la Verseuse (Vernier/Ge) est occupé par le mouvement Prenons La Ville depuis bientôt une semaine.
Différents événements sont prévus pour venir vivre ce lieu convoîté par ceux qui aimeraient mettre nos villes et nos vies en cage.

CONSTRUISONS UN MONDE SANS PRISON

Le bâtiment Porteous (renommé désormais « Le Plongeoir ») situé au bout du chemin de la Verseuse (Vernier/Ge) est occupé par le mouvement Prenons La Ville depuis samedi après midi (25 août), à l’issue de la 19ème course de radeaux.

Pour rappel, ce lieu est propriété de l’État de Genève et est vide depuis 20 ans. Il devait initialement être attribué à la Culture pour y développer des activités. Or le Département de la sécurité de Pierre Maudet a fait main basse sur ce batiment pour le transformer en un énième établissement carcéral, dans le prolongement de la politique de développement exponentiel des infrastructures pénitentiaires du Canton.

C’était sans compter sur la résistance de certain.e.s. qui sont en ce moment même en train d’élaborer un programme de réhabilitation de cet endroit, hors des logiques marchandes et sécuritaires dominantes de la ville. Read More

Dijon: ouverture d’un nouveau squat de demandeurs d’asile

## Communiqué du dimanche 19 août 2018

— Dijon – Demandeurs d’asile
— un bâtiment occupé par les migrants

Le bâtiment situé 41 avenue de Stalingrad à Dijon est occupé depuis quelques jours par plus de 80 personnes migrantes expulsées le 11 juillet dernier de l’hôtel XXL qu’ils occupaient rue des ateliers. Laissés sans solution d’hébergement, ils campaient depuis plus d’un mois sur le terrain attenant à l’espace autogéré des Tanneries.

Ce nouveau lieu d’hébergement appartenant à l’État est laissé vacant depuis plusieurs années et sans aucun projet apparent. Read More

Caen: Le Marais, une gigantesque occupation pour les exilés et la convergence des luttes

Le samedi 28 avril, à Caen, au 5 rue du Marais, a été officialisé l’ouverture d’un immense squat. Les bâtiments, anciens locaux d’EDF, ont été ouvert par l’AG de Lutte Contre Toutes les Expulsions rejointe par l’Initiative pour la Convergence des Luttes, des syndiqués et autres précaires. Des envoyés spéciaux Rouen dans la rue sont allés à la rencontre de quelques occupants lundi 8 mai alors qu’une kermesse et un tournoi de pétanque (très serré) était organisés sur place. Retranscription de l’interview récolté sur place :

Dans quel contexte et par qui le Marais a-t-il été occupé ?

Ça fait 5 ans sur Caen que l’AG de lutte contre toutes les expulsions ouvre un certain nombre de squats d’habitation pour les exilés. La logique squat, pas tant pour les militants que sur la question migratoire, c’est quelque chose de bien installé. Ces pratiques-là sont bien ancrées localement. A coté de ça, il y a la nécessité de construire des espaces collectifs pour construire une connexion entre les différents foyers de lutte. Toutes les personnes en lutte sur Caen le ressentent comme une nécessité. Il y a des groupes assez différents qui travaillent dans ce sens là. Via l’ICL (l’initiative pour la convergence des luttes) ça fait un moment que l’on rencontre un certain nombre de syndicalistes combatifs en rejoignant les piquets de grève et en leur apportant un soutien matériel. Et inversement, en discutant avec eux, ils rencontrent aussi cette nécessité de construire d’autres espaces qui soient indépendants des syndicats pour construire ces formes de convergence. La difficulté qui se présente, c’est que l’on avait pas d’espace pour cela. Read More