« Le Figaro » en mode propagande anti-squat

pop-lock-and-squat-it

Lundi dernier, paraissait dans le quotidien de droite Le Figaro un gros dossier anti-squat, en pages 2 et 3, intitulé « Squats: la riposte des propriétaires s’organise ». Comme si la société et ses lois n’étaient pas déjà fondamentalement organisées pour bénéficier aux propriétaires plutôt qu’aux démuni-e-s… Comme si la propriété privée n’était pas déjà un gros pilier de la société capitaliste.

Le Figaro reprenait à son compte, sans aucun regard critique, la plupart des mensonges qui ont constitué « l’affaire Maryvonne » ces dernières semaines. Il donnait aussi quelques conseils aux proprios: « que faire si votre logement est squatté ? » et proposait un entretien avec Julien Aubert, le député UMP qui a fait une proposition de loi bien dégueulasse le 20 mai dernier, visant à criminaliser le squat de bâtiments abandonnés de la même manière qu’une violation de domicile, sanctionnable d’un an d’emprisonnement et 15 000 euros d’amende. Du gros n’importe quoi, qui montre le discernement et le sens de l’humanité du bonhomme… Hier, c’est le tout aussi peu recommandable Nicolas Dupont-Aignan qui a pondu une proposition de loi sur la même thématique, mettant lui aussi au même niveau de répression l’occupation de bâtiments vacants et l’occupation de domiciles.

Pour revenir au Figaro de lundi dernier, celui-ci aura quand même réussi à nous faire bien rire avec un article dont le propos est de démontrer que les affreux/affreuses squatters s’organisent et s’échangent des conseils pour ouvrir des squats. Sans déconner ? Il existerait même un guide terrifiant, le fameux « Squat de A à Z ». Mais l’article n’est en fait qu’une succession de citations (on ne va pas s’en plaindre !), ce qui fait qu’au final l’article ressemble bien plus à une publicité camouflée pour le « Squat de A à Z » qu’à une critique argumentée. Promis, on n’y est pour rien ! À lire ci-dessous: