Bruxelles: Manifestation avortée ce mercredi 21 mars 2018

« Logement pour toutes et tous. Contre la loi anti-squat »

Ce mercredi 21 mars 2018 devait se tenir la 3e édition de la manifestation « Logement pour toutes et tous ». L’événement a malheureusement été avorté en raison du déploiement d’un dispositif policier absolument disproportionné.

Les manifestant.e.s ont commencé à se rassembler vers 18h place Bara. Plusieurs centaines de policiers équipés d’un arsenal anti-émeutes les attendaient. A 18h03, des officiers de police se sont approchés en brandissant un arrêté du bourgmestre interdisant la tenue de la manifestation et ordonnant aux quelques 30-40 personnes déjà présentes de quitter la place. A 18h06, une quinzaine de personnes était cernée et arrêtée par les forces de l’ordre. Quelques minutes plus tard, c’est une dizaine de musiciens qui s’est retrouvée encerclée, « colsonée » et agenouillée à proximité de la gare de midi par une trentaine de robocop. Des policiers se sont ensuite employés à pourchasser les personnes qui s’étaient dispersées (tout autour et jusque dans le parc de la porte de Hal), leur ordonnant de ne plus circuler à plus de 2 personnes et leur interdisant de filmer. Au total, 23 personnes ont été arrêtées et emmenées au commissariat principal d’Anderlecht. Elles ont ensuite été relâchées une par une au cours de la soirée.

Les manifestant.e.s désiraient se rassembler dans le but de revendiquer le droit à chacun.e de disposer d’un espace de vie digne et financièrement abordable :

  • Parce que la crise du logement ne peut être ignorée. Il y aurait entre 15 000 et 30 000 logements vides à Bruxelles, alors qu’on dénombre environ 4 000 personnes sans-abri. 40 000 ménages sont inscrits sur liste d’attente pour un logement social, les délais d’obtention variant entre 8 et 12 ans. Enfin, les loyers sur le marché privé n’ont cessé d’augmenter ces dernières années. Résultat : les ménages dont les revenus ne dépassent pas 1500 € doivent en moyenne réserver 60% de leur budget au loyer.
  • Parce que, malgré ce contexte, le gouvernement a fait passer une loi criminalisant le squat, qui fait risquer la prison ferme aux personnes qui occupent un bâtiment pour se loger.
  • Parce que pour faire face à la crise, des solutions applicables existent (droit de réquisition, droit de gestion publique,…) ou ont été proposées incessamment par des associations pour le droit au logement (augmentation conséquente du nombre de logements sociaux, encadrement des loyers…). Pourtant, aucune décision politique forte n’est prise pour faire respecter ce droit fondamental.

L’impressionnant dispositif policier déployé ce mercredi 21 mars afin d’empêcher quelques personnes de se rassembler pour réaffirmer la radicalité du droit au logement pour toutes et tous vient s’ajouter à la série d’actions répressives de ces derniers-mois (criminalisation des sans-papiers et des individus qui leur sont solidaires, violences policières, installation de caméras de surveillance dans les rues, constante présence policière et militaire dans l’espace public…). Ces démonstrations de force sont d’autant plus inquiétantes lorsqu’elles visent à faire taire les luttes pour les droits humains des plus précaires.

Ces intimidations censées nous pousser à quémander auprès des « autorités » le droit à manifester, vont au contraire nous pousser à mieux nous organiser pour la suite… Nous ne lâcherons rien tant qu’il restera des bâtiments vides murés en plein hiver alors que des gens dorment dans la rue ; tant qu’ils feront pousser comme des champignons des ilots de luxe au milieu des quartiers pauvres tandis que les plus démunis croupissent sur les listes d’attentes des logements sociaux pendant 10 ans ; tant qu’ils édicteront des lois criminalisant le fait de chercher un toit pour s’abriter…

On continue à squatter, on continue à lutter !

Les manifestant.e.s du 21 mars

Collectif d’opposition à la loi anti-squat en Belgique
nonalaloiantisquat [at] riseup [point] net
https://squatbelgium.noblogs.org/
https://squ.at/r/3fll

https://squatbelgium.noblogs.org/post/manifestation-avortee-ce-mercredi-21-mars-2018/