Freiburg: KTS expulsable

Un petit retour sur la situation a Freiburg en Allemagne, où le KTS est expulsable depuis le 11 février 2004.

Ici les choses se sont accélérées à un rythme impressionnant qui nous a tou(te)s laissé-e-s bouche bée.

(…) la DB a annulé le contrat qu’elle avait avec la ville de Freiburg et qui depuis plus de 6 ans nous permettait d’utiliser le lieu du KTS.

Alors pour la chronologie des faits: mercredi passé on a eu l’info par la presse, qui nous interdisait d’organiser des événements publics, mais qu’on etait tolérés dans les salles, le même jour plus de 70 personnes etaient reuni-e-s en assemblée. Le vendredi on organise un conference de presse et le soir un grand concert en plein centre de Freiburg (tout le Augustinerplatz etait plein a craquer). Le samedi il y a une grande manifestation avec 800-1000 personnes qui termine devant la gare (DB) avec quelques petits accrochages, mais rien de grave, en général confrontatif mais bonne ambiance et pas de casse. Les flics étaient présents en grand nombre, mais extremement defensifs. Le dimanche et le lundi la presse est pleine d’articles, les organisations et les partis politiques commencent a prendre position ? le soir enorme assemblée dans le KTS, le mardi il y a des discussions entre la ville de Freiburg et une délégation du KTS. Le Mercredi soir, la DB demande officiellement à la ville de Freiburg d’expulser les gens du KTS ! Ooops. Ce soir il y a nouveau une grande assemblée.

Depuis pas mal de temps Freiburg est une ville avec une tradition social-democratique, il y a le seul bourgemestre vert du pays, et une police assez modérée. Le KTS comme centre autonome existe depuis 10 ans, et représente un peu « le contrat social » entre la scene autonome et la ville. Après deux occupations préalables, et toute une lutte vers la moitié de années 90, la ville accepte le KTS comme centre culturel autonome et autogéré et formalise le statut du KTS en forme de contrat avec la DB sur un batiment qu’elle n’utilise pas.

Tout va bien, le KTS continue à se développer et devient le lieu autogéré le plus important de la gauche libertaire locale, plein de groupes s’y organisent, il y a des fetes, des concerts, des expos, des discussions, du theatre, des festivals, un espace de gratuité, un infokioske, un atelier, une cuisine, plusieurs cafés, etc. De plus il y a plein de travaux et de matos très cher qui a été investit (sortie de secours, systeme d’aeration….) et d’innombrables heures de boulot de notre part.

La on est un peu depassé par les développements et surtout la vitesse a laquelle cela se passe. Et pour le moment beaucoup de choses ne sont pas claires. Ce qu’on sait c’est que le KTS a beaucoup de soutien politique, plein d’organisations ont publiquement annoncé leur soutien, la majorité des fractions politiques (sauf la droite bien sûr), appuyent le KTS et demandent a la ville de Freiburg de faire pression sur la DB, soit de nous donner un nouvel endroit; au sein de l’administration il y a plein de bureaucrates qui préfèrent nous avoir dans le KTS que dans la rue… enfin. Le bourgemestre, quant à lui, officiellement deplore qu’on doive partir, mais insiste sur le fait qu’il n’y a pas d’autre alternative et qu’il expulsera si necessaire.

Alors on est en pleine lutte. Plein d’actions sont prevues, c’est chouette d’ailleurs de voir tout le monde travailler ensemble comme je ne l’avais encore jamais vu a Freiburg. Dans le meilleur des cas on reussira a occuper/negocier un nouvel endroit, preserver celui qu’on a sera quasiment impossible quoiqu’on le defende de maniere militante.

Mais dans le pire des cas, et c’est ce que je crains, c’est que Freiburg est en train d’officialiser le cours neoliberal, apres les massives réductions de budgets publics, les privatisations annoncées, les punks expulsés de la ville et de sous les ponts, les immigrés expulsés du pays etc. une expulsion du KTS est un peu dans la meme ligne et annoncerait la fin d’un periode social-democratique et le debut de « Freiburg que pour les riches » vu qu’on est au milieu d’un centre assez competitif qui profite de l’economie liberalisee (tourisme, ecoles de langue, hopitaux, energies renouvelables, biotechnologies etc.) et qui veut enfin se debarasser des couches plus pauvres et « alternatives » qui ne rapportent rien. Si tel est le cas d’ici peu, ce sera un symptome de plus qu’en Allemagne la fin du contrat social se rapproche de plus en plus vite.

En tout cas, la c’est la pleine effervescence, et on ne sait pas encore ou ca va aller.

Restez branchés (ceux et celles a Grenoble aussi!:-) ). Si vous voulez voir des fotos, regardez sur

http://de.indymedia.org//2004/02/74273.shtml

http://de.indymedia.org//2004/02/74105.shtml

http://de.indymedia.org//2004/02/74097.shtml

il y a plusieurs postings, introduisez le mot « KTS » pour chercher.

Plus d’infos bientôt.

La lucha sigue.