Bagnolet (93): un nouveau délai pour le squat du collectif Baras

2014-08-10_Bagnolet_72RueReneAlazard-web

Le collectif Baras passait devant le tribunal de Pantin ce matin [mardi 3 février 2015] contre Natixis qui demande notre expulsion. Nous avons eu un nouveau délai avant l’expulsion !
Notre prochain passage devant le juge sera le 14 avril 2015 à 9h30.

En attendant, n’hésitez pas à passer nous voir dans notre lieu d’habitation au 72 rue René Alazard à Bagnolet.

Sans ce bâtiment, 200 personnes se retrouveraient une nouvelle fois à la rue !

Ce bâtiment est pourtant vide et sans projet.

Nous avons engagé des démarches utiles afin d’être hébergés durablement et dans de meilleures conditions. Les négociations avec les pouvoirs publics (mairies de Bagnolet et Montreuil, ainsi que
préfecture) pour un relogement durable ont toutes échoué. Mais nous continuerons sans relâche à demander la réquisition des bâtiments vides.
Nous continuons également à essayer de négocier avec les mairies la mise en place de conventions d’occupation précaire avec un bailleur privé ou avec un bailleur public. Rappelons-nous que les maires ont le pouvoir – et même le devoir – de réquisitionner des bâtiments vides pour prévenir un trouble à l’ordre public.

Les mairies de Bagnolet et Montreuil ainsi que l’État disposent de bâtiments vides sans réel projet. C’est toujours le cas, par exemple, du bâtiment du Conseil général rue Rapatel à Montreuil, duquel le collectif s’est fait violemment expulser en mai 2013.

Le collectif Baras est déterminé à obtenir un toit pour l’ensemble de ses membres !

Nous demandons aux autorités de ne pas expulser les membres du collectif Baras des lieux de Montreuil, Bagnolet et des foyers Adoma !

Pour rappel, nous sommes des migrants originaires de l’Afrique de l’ouest et centrale et, pour la plupart, on vivait en Libye depuis de nombreuses années… puis la guerre nous a forcé à partir.

Aujourd’hui, nous sommes en France pour travailler et nous demandons au préfet de nous régulariser au plus vite !

Les critères imposés par la loi sont beaucoup trop restrictifs sur la régularisation par le travail. Nettoyage, bâtiment, gardiennage, restauration… tous ces secteurs nous exploitent car nous n’avons actuellement pas de statut.

Pour mettre fin à cela, il faut obtenir la régularisation de tous les sans-papiers !

RÉGULARISATION DES SANS-PAPIERS !
ARRÊT DES EXPULSIONS!
DES LOGEMENTS POUR TOU.TE.S!

RDV tous les samedis à 18h30 à notre AG ouverte à tou.te.s.

Collectif BARAS
07 78 32 14 75
lesbaras@@@squat.net