Montpellier: Les collectifs anti squats, ERDF, la Mairie et des poulets

Lundi 16 février, le Kalaj a eu la plaisante visite des services sanitaires de la Mairie. Suite à ça, aujourd’hui, mercredi 18 février, c’était une nacelle, deux employés d’ERDF, six poulets nationaux venus pour couper l’électricité.

Oui, en hiver. Et le jour du 270ème anniversaire de Alexander Volta. C’est d’un cynisme!

Il fera 2° cette nuit.

Une semaine plus tôt, nous avons reçu un mail, envoyé depuis la fac de droit(e), d’un certain « collectif anti squast » (sic.) que voilà :

« Bonjour Mesdames, Messieurs

Nous tenions à vous informer de la création d’un collectif de l’Agglomération montpelliéraine de lutte contre les SQUATS.

En effet nous sommes là pour vous informer su votre futur fermeture et vous empêcher d’ouvrir de nouveau squat.

Pour ce faire nous utiliserons tous les moyens légaux pour vous faire fermer et sortir de votre « domicile », il est nécessaire de faire un exemple.

Vous n’êtes pas au dessus des LOIS, vous vous en servez mais au détriment des autres Citoyens qui ont du mal à finir les fins de mois.

Bien Cordialement,

et pas trop « d’effraction », et avec affection… (a oui vous avez le droit à un logement social avec un RSA, et vous pouvez faire une procédure DALO qui vous aidera à vous loger légalement)

Bien à vous

Les Membres du COLLECTIF »

C’est clairement une déclaration d’hostilité suivi d’actions en copinage avec la Mairie à en voir la rapidité des évènements depuis le passage des agents du service sanitaire qui soit disant n’avait pas connaissance de notre présence dans le bâtiment depuis 3 ans.

Nous ne laisserons clairement pas passer ça.

La Mairie actuelle expulsa les camarades de Luttopia 001 en plein décembre, 90 personnes à la rue. Aujourd’hui elle nous coupe l’électricité en hiver. C’est pas très classe, phiphi.

Le nombre de logements vacants appartenant à la Mairie (par le biais de la SERM (bisous)) est complètement scandaleux et en plus d’organiser la galère de logements elle fait la guerre au peu de squats qui restent à Montpellier.

Donc nous voulons dire à ce collectif ainsi qu’à la Mairie que nous ne nous laisserons pas faire et que s’ils ne veulent vraiment aucun squatteur, ils feraient mieux de chercher comment loger les gens.

Nous voulons aussi dire à la Mairie qu’il serait peut-être plus intéressant de gérer les squats en bonne intelligence, en communiquant, plutôt qu’utiliser une répression qui des fois est tout à fait illégale et en tout cas inadaptée.

Publié le 18 février 2015 sur https://montpellier.squat.net/?p=1480