Athènes: des flics à l’intérieur de l’Université d’économie. Le squat Vancouver symboliquement réoccupé

Tout a commencé le lundi 24 février dans l’enceinte de l’université d’économie d’Athènes, lorsqu’un flic en civil qui n’était pas en service est descendu de sa moto et a commencé à harceler un vendeur de rue sans-papier devant la porte d’entrée. Le policier a été repéré par des étudiants anarchistes à cause de ses bottes et de son casque qui portaient l’insigne de la police et a été immédiatement confronté. Dans sa panique, il a commencé à courir à l’intérieur de l’enceinte de l’université et a réussi à se piéger dans un couloir sans issue, a pointé une arme sur les étudiants et, le doigt sur la gâchette, a menacé de leur tirer dessus tout en pointant l’arme sur eux pendant au moins 5 minutes, tout en appelant désespérément ses collègues au téléphone pour qu’ils viennent le secourir. Les étudiants, ne perdant pas leur sang-froid, mais ne prenant pas de recul, lui ont demandé de poser son arme et de quitter l’enceinte de l’université. Quelques minutes plus tard, des dizaines de policiers anti-émeutes ont pris d’assaut l’université et ont attaqué les étudiants pendant les heures de cours avec des grenades à explosion et du gaz asphyxiant, créant le chaos à cause d’un flic imbécile qui se prenait pour un cow-boy.

Suite à ces événements, qui ont secoué la communauté universitaire, une manifestation a été appelée par les étudiants le mercredi 26 février de l’université d’économie d’Athènes, que l’incident a eu lieu, au quartier général de la police grecque, (à 2,5 km). Des milliers de personnes ont participé à la manifestation, demandant le rétablissement de l’asile universitaire (interdisant à la police d’entrer dans l’enceinte de l’université, comme cela a été le cas pendant des décennies, jusqu’à il y a quelques mois, lorsque le nouveau gouvernement de droite l’a supprimé).

Lorsque la protestation a atteint le quartier général de la police et après que le corps principal de la manifestation soit passé devant le bâtiment, plusieurs anarchistes l’ont attaqué à coups de pierres, utilisant des extincteurs pour brouiller la vision des policiers. Les brigades de la police anti-émeute et les motards de la police ont foncé dans la foule avec leurs motos, percutant les gens avec eux comme une arme et les jetant au sol, poursuivant, attaquant et arrêtant tous ceux qu’ils pouvaient. De nombreux étudiants ont réussi à entrer dans la station de métro voisine, mais la police a commencé à lancer des grenades à gaz asphyxiantes à l’intérieur de la station et, alors qu’elle donnait l’ordre aux trains qui passaient de ne pas s’arrêter, afin de piéger des centaines de personnes en bas, dans une atmosphère horrible où les gens respirent difficilement à cause du gaz, tout en perturbant les transports publics en créant un problème à des centaines d’autres passagers qui prévoyaient de descendre du métro à cette station spécifique.

À la suite de ces événements, les étudiants ont décidé d’occuper l’Université d’économie d’Athènes les jeudi et vendredi 27 et 28 février 2020. Le jeudi 27 février 2020, avec de nombreuses personnes de l’Université d’économie d’Athènes, les squatters du « Vancouver Squat », qui a été évacué par la police anti-émeute grecque le 2 novembre 2019, ont pris la police anti-émeute par surprise et ont symboliquement réoccupé le squat et tiré des fusées éclairantes depuis le toit.


Des squats à Athènes: https://radar.squat.net/fr/groups/city/athens/country/GR
Des squats expulsés: https://radar.squat.net/fr/groups/city/athens/country/GR/field_active/1/squated/evicted
Des groupes à Athènes: https://radar.squat.net/fr/groups/city/athens/country/GR
Des événements à Athènes: https://radar.squat.net/fr/events/city/Athens/country/GR

Des squats en Grèce: https://radar.squat.net/fr/groups/country/GR/squated/squat
Des groupes (centres sociaux, collectifs, squats) en Grèce: https://radar.squat.net/fr/groups/country/GR
Des événements en Grèce: https://radar.squat.net/fr/events/country/GR


[Communiqué en anglais par Perseus999 et Act for Revolution.]