Bagnolet (93): Le collectif Baras visé par la répression « socialiste »

2014-08-02_Bagnolet_EmersonCollectifBaras

Depuis le 22 juillet, le squat du 124 avenue Gallieni, à Bagnolet, où logeaient près de 350 personnes, était chaque jour menacé d’expulsion. Des tours de garde matinaux ont été organisés, permettant de repousser le jour effectif de l’expulsion jusqu’à ce qu’un incendie survienne dans les lieux, le 1er août vers 21h. L’incendie s’est répandu, et tout le monde s’est retrouvé à la rue, heureusement sans que personne ne soit blessé.

Le lendemain après-midi, la police, entérinant la fin du squat, a tout de même laissé les ex-occupant-e-s récupérer leurs affaires à l’intérieur du squat incendié…

Dans la foulée, les Baras ont manifesté derrière une banderole jusqu’à la mairie de Bagnolet.

2014-08-02_Bagnolet_manifCollectifBaras

Un campement de fortune a été installé devant la mairie. Plusieurs assemblées du collectif Baras se sont tenues sur ce campement, au fil des jours, en recherche de solutions pérennes, surtout que la pluie se faisait très présente…

2014-08-04_Bagnolet_campementCollectifBaras

Lundi 4 août, un arrêté d’insalubrité a été signé par le maire de Bagnolet pour déclencher une intervention de police à l’encontre du campement du collectif Baras. L’arrêté en question a été affiché et rendu public dès le lendemain. Décidé-e-s à rester jusqu’à ce que la police les force à lever le camp, les ex-occupant-e-s du 124 avenue de Gallieni n’ont pas lâché l’affaire.

Aujourd’hui, jeudi 7 août, le campement situé devant la mairie de Bagnolet a été expulsé par les CRS vers 16h.

Ensuite installé-e-s à l’arrache devant la place du métro Gallieni, le collectif Baras et des personnes solidaires ont subi à nouveau la répression policière, vers 20h, cette fois avec des conséquences plus lourdes puisque la grosse centaine de CRS et quelques dizaines de flics en civil ont embarqué une centaine de personnes, dont environ 70 ex-occupant-e-s du 124 avenue Gallieni. Tou-te-s ont été emmené-e-s en contrôle d’identité ou garde-à-vue dans un gros comico du XVIIIe arrondissement de Paris.

À suivre…

Pour contacter le collectif Baras:
07 78 32 14 75
lesbaras@@@squat.net


Ci-dessous, un communiqué du collectif Baras reçu par mail à 23h le jeudi 7 août 2014:

GRANDE RÉPRESSION POLICIÈRE CONTRE LES BARAS À BAGNOLET

Suite à l’arrêté du maire de Bagnolet, vers 15 h, les CRS sont venus chasser le Collectif Baras de leur campement devant la mairie de Bagnolet, leur laissant seulement une demi-heure pour prendre leurs affaires.

Faute de proposition d’hébergement par la Mairie, ils s’y étaient installés après avoir été expulsés du squat avenue Gallieni à Bagnolet, le samedi 2 août.

Les Baras se sont rassemblés sous l’échangeur autoroutier en face du métro Gallieni suivis par les CRS qui très vite les ont encerclés jusqu’à plus de 20h, ainsi que les militants, les soutiens, les personnes solidaires qui les accompagnaient.

Ensuite, grand renfort impressionnant de CRS casqués, de policiers nationaux et de la BAC juste pour des sans-papiers qui ne demandent qu’à travailler et à être logés !

75 personnes ont été embarquées jusqu’au commissariat régional rue de l’Évangile, Paris 18ème, et ont été libérées vers 22h.

Le Collectif Baras reste dormir cette nuit sous cet échangeur. Sans parler de la loi de réquisition de bâtiments vides que la Mairie ne veut pas appliquer, Monsieur le Maire n’a même pas voulu ne serait-ce qu’ouvrir un gymnase pour que les Baras puissent avoir au moins un abri et accès à des sanitaires !

Régularisation des Baras et de tous les sans-papiers !

STOP aux expulsions et à la répression policière !

LE COLLECTIF BARAS
07 78 32 14 75