São Paulo (Brésil): une dizaine d’immeubles squattés simultanément sur fond de mouvement social contre l’austérité

14595766_75146561

Dans la seule nuit du dimanche 30 au lundi 31 octobre, une dizaine d’immeubles ont été occupés à São Paulo au cours d’une action coordonnée par des mouvements de mal-logéEs, parmi lesquels le FLM (Frente de Luta por Moradia) et le MMPT (Movimento de Moradia Para Todos).

Cette action a été notamment réalisée en solidarité avec le mouvement social en cours contre les mesures d’austérité prises par le gouvernement.

Près de 1 200 lycées et une centaine d’universités sont actuellement occupés dans tout le Brésil contre la politique d’austérité du gouvernement ultra-libéral de Michel Temer, officiellement au pouvoir depuis le mois d’août après un espèce de coup d’Etat médiatique et juridique qui a destitué l’ex-gouvernement du PT (Parti des Travailleurs, qui était au pouvoir depuis près de 15 ans).

Le mouvement a démarré il y a quelques semaines en réaction à un projet du gouvernement qui prévoit un changement dans la Constitution afin de congeler les dépenses publiques dans le domaine de l’éducation et de la santé durant les vingt prochaines années.

Voici un extrait du communiqué publié par les mouvements de mal-logéEs à la suite de la série d’occupations d’immeubles réalisée :

« La violence contre les travailleurs s’étend (…). La PEC 241 (projet de changement de la constitution) a pour but d’en finir avec les retraites, la santé publique, l’éducation publique et l’assistance sociale (…). La réalité économique s’annonce de plus en plus dure et va accroître la faim et le désespoir des travailleurs. Les mal-logés seront touchés directement. La machine d’oppression de l’Etat – forces de sécurité, pouvoir judiciaire, médias officiels, etc. – va agir de sorte à protéger les propriétés, ceux qui dirigent l’Etat et leurs intérêts économiques. Aux travailleurs et mal-logés ne reste que la lutte. La lutte pour leurs droits et pour la justice. Occuper les propriétés abandonnées et chercher un refuge pour leurs familles (…). Tandis que les étudiants occupent les écoles et mènent une lutte juste pour l’éducation, nous occupons les immeubles vides pour assurer la justice sociale et conquérir notre logement. »

São Paulo - Integrantes da Frente de Luta por Moradia (FLM) invadem prédio na rua Ipiranga, região central (Rovena Rosa/Agência Brasil)

São Paulo – Integrantes da Frente de Luta por Moradia (FLM) invadem prédio na rua Ipiranga, região central (Rovena Rosa/Agência Brasil)

São Paulo - Integrantes da Frente de Luta por moradia (FLM)ocupam a rua Álvaro de Carvalho, região central (Rovena Rosa/Agência Brasil)

São Paulo – Integrantes da Frente de Luta por moradia (FLM)ocupam a rua Álvaro de Carvalho, região central (Rovena Rosa/Agência Brasil)

Expulsions

Sur les 9 bâtiment squattés au cours de cette nuit, l’un d’eux, situé dans le quartier Santa Cecilia, a été violemment expulsé par la Police Militaire.

Dans la nuit de mardi à mercredi, le FLM a tenté de squatter un nouvel immeuble, dans le centre-ville, mais la Police Militaire est rapidement parvenue à pénétrer dans le bâtiment et à expulser environ 250 personnes qui s’y trouvaient.

Les occupantEs ont tenté de résister à l’expulsion et ont monté quelques barricades dans les rues avoisinantes. Plusieurs d’entre elles/eux ont été blésséEs, et une journaliste a reçu un tir de flash-ball dans le ventre presque à bout portant. Trois personnes ont été arrêtées.

Expulsion

Expulsion1

Expulsion2

[Sources: PortalFLM | G1 | AgenciaBrasil | Folha de São Paulo.]