Belo Horizonte (Brésil): appel à solidarité avec la Kasa Invisível menacée d’expulsion

La Kasa Invisível est un squat situé en plein centre de Belo Horizonte (Brésil). C’est un ensemble de trois maisons construites dans les années 1930 et occupées depuis 2013 par un collectif autonome, puis transformées en lieu d’habitation et centre social autogéré.

Depuis 7 ans, des groupes et des gens de tout le Brésil et de différents endroits du monde sont passés par la Kasa pour participer à des débats, des ateliers, projections, concerts, foires du livre et festivals. En plus de recevoir des évènements et réunions de différents collectifs et mouvements, le lieu abrite une cuisine communautaire, une bibliothèque, un infokiosque, un atelier de sérigraphie et une coopérative d’aliments végan.

Read More

Porto Alegre: l’Okupa Pandemia est née!

En période de pandémie mondiale avec un virus qui se propage, un foyer de résistance apparaît à l’extrême sud de Porto Alegre : l’Okupa Pandemia. Nous occupons un snack-bar, abandonné depuis 2007 (à notre connaissance), sur les rives de la Guaíba, à Lami.
Poussés par le besoin immédiat de logement et le désir de confronter le système qui intensifie de plus en plus son contrôle et sa répression de manière subtile, nous avons décidé de nous bouger même avec peu de personnes disposées à vivre dans ce lieu… Conscient-es des difficultés que cela implique, nous avons compté sur le soutien de quelques personnes depuis l’occupation, mais qui ne peuvent être physiquement présentes tout le temps.
L’arrivée sur le site (le dimanche 25 mai 2020) s’est faite dans le calme, compte tenu des conditions d’accès facile et sans obstacle. Il n’y avait pas de barrière, pas de chaîne, pas de serrure, etc!
Après presque trois jours de désintérêt apparent, le propriétaire est apparu accompagné d’un homme de main se faisant passer pour un sergent (mercredi 27) … Le premier contact a donné l’impression qu’ils étaient des acheteurs et qu’ils négociaient déjà la propriété, donnant un ultimatum pour partir. Cependant, nous sommes restés.
Puis ils sont revenus dans leurs véritables rôles, essayant de nous intimider et de nous menacer et, vu le refus de partir, appelant l’appareil répressif de l’État. Les flics sont arrivés, avec du sang dans les yeux et le désir typique de briser quelque chose ou quelqu’un. Grâce à l’intervention de deux voisins, nous avons réussi à éviter le bâton et nous avons reçu un délai d’une semaine pour partir. Le premier match a été gagné, nous avons continué à squatter. Read More

Forêt nationale de Canela (Brésil): la retomada Canela est sous la menace d’une expulsion imminente

Les Amérindiens Kaingang, qui ont récupéré leur territoire dans la forêt nationale de Canela, dans le Rio Grande do Sul, le dimanche 23 février 2020, viennent de recevoir un mandat de restitution de terres qui doit être exécuté ce mardi 3 mars.

Cela fait depuis 2008 que ce groupe kaingang bataille pour la récupération de leur territoire, plusieurs vestiges archéologiques y ont été retrouvés, l’histoire orale et les études anthropologiques montrent aussi l’appartenance des Kaingang à ce territoire, mais les organismes gouvernementaux, qui soi-disant sont censés garantir les droits des Amérindiens, s’articulent avec les interêts privés pour empêcher les Kaingang de vivre sur leur territoire.


[Si besoin, il est possible d’activer les sous-titres en français.]
Read More

Réserve de Dourados (MS – Brésil): blindés, tirs et blessés – attaque de flics et de vigiles privés contre une récupération de terres Guarani et Kaiowá

Pendant 16 heures, les 2 et 3 janvier 2019, des familles Guarani et Kaiowá vivant sur des terres reprises/occupées proches de la réserve indigène de Dourados, dans le Mato Grosso do Sul, ont été la cible des flics et de vigiles de sécurité privée. Read More

Rio Grande do Sul (Brésil): deux vidéos à propos de la résistance Kaingang

[Deux vidéos réalisées en 2018 par le collectif Catarse. Activez les sous-titres !]

Read More

Bahia (Brésil): occupations de terres et révolte contre une agence de sécurité privée

Suite à l’expulsion de dizaines de familles qui occupaient une grande propriété le 27 juin dernier, près de Eunápolis, au  sud de l’État de Bahia, une partie des occupant.e.s expulsé.e.s avaient  décidé de monter un campement aux abords du terrain. La propriété en question appartient à l’entreprise Veracel, une des plus grandes productrices de cellulose du monde. Cette multinationale possède un grand nombre de terres dans cette région du Brésil, où elles pratique la monoculture servant de base à sa production et installe ses usines, bien gardées par des groupes de sécurité privée.

Read More

Brésil: répression accrue contre les terres occupées et territoires en luttes

Tandis que le candidat d’extrême droite Jair Bolsonaro vient de gagner les élections présidentielles au Brésil, les temps à venir annoncent une répression et une violence accrues contre les communautés de sans-terre, d’Indiens et – plus généralement – contre tous les territoires occupés et espaces conquis par les luttes sociales. Ancien capitaine de l’armée et nostalgique de la Dictature militaire, Jair Bolsonaro a toujours affiché sa proximité avec les grands propriétaires terriens et les lobbies de l’agro-business dont il représente les intérêts.

En ce sens, l’un des piliers de son programme politique est de mener une guerre contre les populations indiennes, les sans-terre et les « quilombolas » (communautés descendant d’esclaves afro-brésiliens) afin de reconquérir des territoires au profit des grands propriétaires qui pratiquent l’agriculture intensive ou d’autres projets permettant d’exploiter les ressources naturelles locales. Cette politique d’expansion territoriale du capital avait déjà été renforcée ces dernières années par l’ex-gouvernement du PT (Parti des Travailleurs), au travers des grands projets d’infrastructure du PAC – «Plan d’Accéleration de la Croissance» – ou de la création des Unités de Polices Pacificatrices en milieu urbain. Cependant, le nouveau gouvernement de Bolsonaro semble vouloir intensifier et militariser, encore plus, cette expansion.

Read More

Rio de Janeiro (Brésil): les forces armées expulsent des familles de la Favela Maracajás

Le mardi 13 novembre 2018, l’armée de l’air, la police militaire et la police municipale ont mené une opération ensemble pour déloger six familles de la favela de Maracajás, à Ilha do Governador, à proximité de l’aéroport international de Rio de Janeiro.

L’opération policière a eu lieu à peu près un an après la première menace d’expulsion, qui a semé une peur permanente chez les habitant.e.s. Read More

Rio de Janeiro (Brésil): appel global pour solidarité et lutte

Le mardi 14 août 2018, jour international de soutien aux 23 activistes condamné.e.s à Rio de Janeiro, en défense du droit de manifestation, pour tous ceux et celles qui luttent.

Nous appelons tous les mouvements sociaux, organisations et collectifs populaires et révolutionnaires, mouvements étudiants et pour la garantie des droits humains, les intellectuels progressistes et différents secteurs de la société civile à organiser toutes sortes d’actions publiques et politiques le 14 août contre la criminalisation des mouvements sociaux, en défense du droit de manifestation.

Nous proposons: Read More

Rio de Janeiro (Brésil): communiqué au sujet de la condamnation de 23 personnes pour les émeutes en 2013-2014

Ci-dessous un communiqué de la Bibliothèque anarchiste Kaos, qui a été traduit à partir de la traduction en espagnol de Vozcomoarma. Il revient sur les lourdes peines qui sont tombées le 17 juillet dernier sur 23 camarades (allant de 5 à 13 ans de taule), accusé-e-s d’avoir pris part aux émeutes en 2013 et 2014 à Rio de Janeiro. La rue avait répondu aux politiques de nettoyage social, de gentrification, de rénovation urbaine et autres mesures visant à renforcer le contrôle sur les pauvres et indésirables, les repoussant toujours plus loin du centre de Rio. De nombreuses émeutes ont secoué la normalité pendant de longs mois. Read More

Porto Alegre (Brésil): perquisitions au squat Pandorga et dans plusieurs espaces libertaires

Mercredi 25 octobre, plusieurs espaces liés au mouvement libertaire ou à des groupes anarchistes ont été investis par la police et ont fait l’objet de fouilles et perquisitions à Porto Alegre, au sud du Brésil, ainsi que dans des villes limitrophes. Des banderoles, livres, brochures et ordinateurs ont été saisis par la police tandis que 32 personnes sont accusées d’avoir participé à des attaques incendiaires contre des commissariats et voitures de police, des banques, des bâtiments liés à l’armée et des locaux de partis politiques. Elles/ils peuvent être poursuivi.e.s pour “tentative d’homicide, usage d’explosif et association de malfaiteurs”. Il s’agit d’une claire tentative, orchestrée par la Police Civile de Porto Alegre, d’incriminer et de réprimer les mouvements populaires et autonomes.

Read More

São Paulo (Brésil): des Guaranis occupent des antennes-relais et coupent le signal pour défendre leurs terres

Le mercredi 13 septembre au soir, un groupe d’indígenas Guaraní ont occupé le sommet du Parc Régional du Jaraguá, point le plus haut de la ville de São Paulo, où sont installées d’immenses antennes-relais de télécommunication. L’action a été réalisée contre le décret 683 promulgué récemment par le Ministère de la Justice, qui prévoit de réduire la dimension du Territoire Indien du Jaraguá, impliquant l’expulsion d’une partie des indígenas qui y vivent. Read More

Brésil: des activistes du Mouvement des sans-terre occupent des propriétés de politiciens accusés de corruption

Depuis mardi matin (25 juillet 2017), des milliers d’activistes du Mouvement des sans-terre (MST) occupent des propriétés de politiciens à travers tout le Brésil.

À travers ces occupations, le MST cherche à dénoncer la corruption des politiciens visés, notamment du côté de l’administration du président brésilien Michel Temer, mais aussi à mettre en avant la campagne du MST pour une réforme agraire. Read More

Brésil: des femmes sans-terres occupent des terres et bâtiments publics dans tout le pays

Ce mercredi 8 mars 2017, près de 200 femmes du Mouvement des Sans-Terres (MST – Movimento dos Trabalhadores Rurais Sem Terra) ont occupé une propriété de 3000 hectares près de Itatiaiuçu, dans la région du Minas Gerais, au Brésil. La propriété appartient à l’ex-milliardaire brésilien Eike Batista, considéré encore récemment comme l’homme le plus riche du Brésil – et l’une des plus grandes fortunes mondiales – et arrêté le mois dernier par la justice pour corruption et blanchiment d’argent. Près de 150 familles sans-terres prévoient de s’installer sur ces terres et de les cultiver. L’occupation a pris place au sein d’une journée d’action organisée par les femmes du Mouvement des Sans-Terres pour le 8 mars. Read More

Brésil: la police ouvre le feu sur des militants du Mouvement des sans-terres

Ce 4 novembre au matin, la police brésilienne a envahi un centre de formation du mouvement des travailleurs sans-terres (MST) dans l’État de São Paulo. Les policiers ont agi sans mandat judiciaire, dénonce le mouvement. Ils ont même fait usage de leurs armes, mettant en joue des personnes désarmées (voir la photo ci-dessous) et blessant deux personnes présentes dans l’école. Read More