Brésil: des femmes sans-terres occupent des terres et bâtiments publics dans tout le pays

mst_eike copie 2

Ce mercredi 8 mars 2017, près de 200 femmes du Mouvement des Sans-Terres (MST – Movimento dos Trabalhadores Rurais Sem Terra) ont occupé une propriété de 3000 hectares près de Itatiaiuçu, dans la région du Minas Gerais, au Brésil. La propriété appartient à l’ex-milliardaire brésilien Eike Batista, considéré encore récemment comme l’homme le plus riche du Brésil – et l’une des plus grandes fortunes mondiales – et arrêté le mois dernier par la justice pour corruption et blanchiment d’argent. Près de 150 familles sans-terres prévoient de s’installer sur ces terres et de les cultiver. L’occupation a pris place au sein d’une journée d’action organisée par les femmes du Mouvement des Sans-Terres pour le 8 mars. Read More

Brésil: la police ouvre le feu sur des militants du Mouvement des sans-terres

Ce 4 novembre au matin, la police brésilienne a envahi un centre de formation du mouvement des travailleurs sans-terres (MST) dans l’État de São Paulo. Les policiers ont agi sans mandat judiciaire, dénonce le mouvement. Ils ont même fait usage de leurs armes, mettant en joue des personnes désarmées (voir la photo ci-dessous) et blessant deux personnes présentes dans l’école. Read More

Brésil : le Mouvement des Sans Terre réalise une série d’actions contre l’agro-business et pour la redistribution des terres

Futura Gene 1

Le 5 mars dernier, près d’un millier de femmes liées au Mouvement des Sans Terre ont envahi un laboratoire appartenant au groupe Futura Gene dans le siège de l’entreprise de “biotechnologie” Suzano Papel e Celulose située dans la ville de Itapetinga, près de São Paulo. Cette entreprise, spécialisée dans la fabrication de papier et cellulose, développe notamment plusieurs espèces d’arbres génétiquement modifiées pour la fabrication de papier. Read More

Brésil : Lula critique le MST et autres luttes sociales en cours…

Au milieu d’une avalanche de manifestations, protestations et de grèves, le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva, a exhorté hier les organisations sociales comme le Mouvement des Travailleurs Sans Terres (MST) à « agir avec responsabilité ». Les promesses électorales, a dit Lula, « seront accomplies de la manière la plus pacifique possible ». Ce pays a des lois et des règles. Et elles valent autant pour le président de la République que pour les Sans Terres et les « avec terres ». Selon le président brésilien, « ceux qui veulent faire des manifestations peuvent en faire parce que c’est un pays libre. Ce qui n’est pas possible, c’est perdre le sens de la responsabilité ». Il se référait à la vague d’invasions sans contrôle promue par les dirigeants paysans. Et il a averti : « Si ils veulent aller aux extrèmes, qu’ils sachent que cela ne va pas les aider. Je fus dirigeant syndical, je suis souvent allé aux extrèmes et d’autres fois j’ai eu du bon sens. De toutes les fois où j’ai eu du sens commun, j’ai gagné. Et toutes les fois où a prévalu l’extrémisme, j’ai perdu. Si je peux donner une recommandation à mes camarades du mouvement syndical, c’est celle ci : agissez avec la plus grande responsabilité possible, parce que nous serons tous victimes de nos paroles ». Le message de Lula a visé directement le coeur des mouvements syndicaux et de lutte pour la réforme agraire, d’anciens secteurs alignés avec le Parti des Travailleurs et avec Lula lui même, qui aujourd’hui sont les protagonistes des plus importants foyers de protestation contre le gouvernement. Read More