Brésil: répression accrue contre les terres occupées et territoires en luttes

Tandis que le candidat d’extrême droite Jair Bolsonaro vient de gagner les élections présidentielles au Brésil, les temps à venir annoncent une répression et une violence accrues contre les communautés de sans-terre, d’Indiens et – plus généralement – contre tous les territoires occupés et espaces conquis par les luttes sociales. Ancien capitaine de l’armée et nostalgique de la Dictature militaire, Jair Bolsonaro a toujours affiché sa proximité avec les grands propriétaires terriens et les lobbies de l’agro-business dont il représente les intérêts.

En ce sens, l’un des piliers de son programme politique est de mener une guerre contre les populations indiennes, les sans-terre et les « quilombolas » (communautés descendant d’esclaves afro-brésiliens) afin de reconquérir des territoires au profit des grands propriétaires qui pratiquent l’agriculture intensive ou d’autres projets permettant d’exploiter les ressources naturelles locales. Cette politique d’expansion territoriale du capital avait déjà été renforcée ces dernières années par l’ex-gouvernement du PT (Parti des Travailleurs), au travers des grands projets d’infrastructure du PAC – «Plan d’Accéleration de la Croissance» – ou de la création des Unités de Polices Pacificatrices en milieu urbain. Cependant, le nouveau gouvernement de Bolsonaro semble vouloir intensifier et militariser, encore plus, cette expansion.

Read More

Porto Alegre (Brésil): perquisitions au squat Pandorga et dans plusieurs espaces libertaires

Mercredi 25 octobre, plusieurs espaces liés au mouvement libertaire ou à des groupes anarchistes ont été investis par la police et ont fait l’objet de fouilles et perquisitions à Porto Alegre, au sud du Brésil, ainsi que dans des villes limitrophes. Des banderoles, livres, brochures et ordinateurs ont été saisis par la police tandis que 32 personnes sont accusées d’avoir participé à des attaques incendiaires contre des commissariats et voitures de police, des banques, des bâtiments liés à l’armée et des locaux de partis politiques. Elles/ils peuvent être poursuivi.e.s pour “tentative d’homicide, usage d’explosif et association de malfaiteurs”. Il s’agit d’une claire tentative, orchestrée par la Police Civile de Porto Alegre, d’incriminer et de réprimer les mouvements populaires et autonomes.

Read More

Porto Alegre (Brésil): ne pas se laisser intimider, ne pas baisser les bras !

Communiqué de la Fédération Anarchiste Gaúcha (de Porto Alegre) sur la condamnation de Vicente à un an et demi de prison

Janvier 2015, à la veille de la reprise des luttes contre l’augmentation du prix du ticket de transport et pour une gestion des transports à 100% par le pouvoir public à Porto Alegre, on reçoit le rendu du procès de Vicente, militant de la Fédération Anarchiste Gaúcha* et activiste dans le « Bloc de Lutte pour les Transports Publics » à Porto Alegre. Vicente a été condamné à un an et demi de prison pour dégradation de bien d’autrui et crime environnemental**, des « crimes » qu’il aurait commis en avril 2013 pendant une manifestation du « Bloc de Luttes pour les Transports Publics » devant la Mairie de Porto Alegre. Dans la ville de Porto Alegre, c’est la première condamnation et, pour nous, elle représente clairement une tentative d’intimider l’ensemble des activistes et des collectifs qui sont dans l’organisation de la reprise du mouvement en janvier 2015. Une tactique politique historiquement utilisée par les secteurs dominants de notre ville et du monde entier : l’enfermement de ceux.celles qui se lèvent. On ne baisse pas les bras, notre solidarité sera militante et dans les rues ! Read More