Dieppe : expulsion hivernale

the-fishmarket-dieppe-1902-pissarro

Le jugement d’expulsion des habitant-e-s, soit « de la vingtaine de migrants – pour la majorité des Albanais – et du SDF français » du campement de Neuville-lès-Dieppe a eu lieu lundi 26 décembre, l’expulsion mercredi 28.

Dans un communiqué, l’association Itinérance Dieppe reprend les expulsions de l’année et les circonstances de celle-ci:

« PAS DE TREVE DE NOEL POUR LA « CHASSE » AUX MIGRANTS QUI SE POURSUIT A DIEPPE…

Au mépris des droits les plus fondamentaux de l’accueil et de l’humanité, la chasse aux migrants se poursuit à Dieppe et s’intensifie. Demain, 26 décembre, une nouvelle expulsion risque d’avoir lieu. Le jugement sera rendu dans la journée pour savoir si les 30 migrants qui vivent dans une friche industrielle autour du port seront à nouveau expulsés vers nulle part… Cette traque, qui frise le harcèlement, dure maintenant depuis près d’un an :

– La 1ère expulsion avait eu lieu le 1er avril : une centaine de migrants, avaient été expulsés de leurs campements situés sous les falaises, par le Syndicat Mixte du port de Dieppe, c’est-à-dire par la Région, le département, l’agglo et la Ville de Dieppe.

– 1er juillet 2016 : la Chambre de Commerce et d’Industrie de Dieppe expulse à son tour 120 migrants albanais qui vivent sous les falaises entre Dieppe et Puys, dans un campement humanitaire, érigé grâce aux dons de Médecins Sans Frontières.

Pendant l’été, les migrants se répartissent dans des petits campements diffus dans la Ville, dans les parcs et sur des terrains en friche, en dormant dans des petites tentes Quéchua. Le harcèlement des migrants continue alors : presque chaque nuit, les forces de l’ordre municipales et nationales viennent les déloger sous leurs petites tentes, confisquant leurs quelques biens personnels et leurs Quéchuas pour les intimider et les obliger à repartir. Les contrôles d’identité et les arrestations fleurissent.

– Novembre 2016 : la Chambre de Commerce ordonne à nouveau l’expulsion d’une trentaine d’Albanais installés cette fois-ci sur un terrain au dessus des falaises, et la Mairie de Dieppe expulse également, manu militari, deux petits campements situés sur des terrains municipaux dans le quartier des Coteaux.

Avec l’arrivée de l’hiver, les conditions de vie se faisant de plus en plus rudes, les petites tentes Quéchua n’y suffisent plus. Une trentaine de migrants s’installe alors, début décembre, dans les bâtiments d’une usine désaffectée proche du port, sur un terrain clos et isolé. Loin des regards, ils ne gênent d’ailleurs personne, et sont un peu plus à l’abri de la pluie, du vent et du gel. Ils ont également un accès proche à de l’eau potable. C’est un terrain privé appartenant à une SCI qui, sans plus attendre, et probablement « bien conseillée » en haut lieu, engage une procédure accélérée d’expulsion. Grâce à une plaidoirie convaincante de Maitre Capitaine lors de l’audience du 15 décembre, la décision du Tribunal est ajournée au 26 décembre. Seront-ils donc jetés à la rue une nouvelle fois demain ?

A Dieppe, « on » traque et « on » chasse le migrant, surtout le migrant albanais, en l’incriminant de tous les maux de la terre. Derrière ce « on », il y a principalement l’Etat et la Mairie de Dieppe, qui tiennent des discours discriminatoires, inadmissibles au regard des droits de l’homme, et qui rappellent des périodes très sombres de notre histoire. Des discours tenus par des « officiels », relayés également par certaines autres associations humanitaires et institutions locales, et qui flattent les plus bas instincts de la population. Ces discours ne peuvent qu’inciter au rejet et à la haine raciale et mettre de l’huile sur le feu.

Non ! Qu’on le crie haut et fort : les migrants albanais, qui bénéficient d’ailleurs pour la plupart de la protection liée à leur statut de demandeur d’asile, ne sont pas des « mafieux » qu’il convient de persécuter ! La mafia albanaise existe, certes, mais comme il existe des mafias et des réseaux de passeurs parmi toutes les nationalités en situation de migration (afghans, kurdes, irakiens, etc.), dans tous les ports et tous les pays… Et les migrants albanais, à Dieppe, en sont plutôt des pauvres victimes que des acteurs. Ils sont beaucoup plus à plaindre et à soutenir qu’à blâmer ou à persécuter… »

[Publié le 1er janvier 2017 sur Passeurs d’hospitalités.]